Up and down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Up and down

Message par Alexandrov Kalistarine le Dim 16 Oct - 22:54

Le taxi avait conduit Alex à l'aéroport le plus proche où il avait pris un premier avion jusqu'à Paris avant d'embarquer pour Londres. Si la nuit d'hôtel s'était faite dans un établissement sans prétention, faute de mieux dans les environs, il voyageait toujours en première classe lorsqu'il prenait l'avion, le trajet avait donc été sans histoires et plutôt agréable. Sans oublier que Lucie semblait finalement avoir suivi son conseil, puisqu'elle ne s'était plus manifestée après qu'il ait quitté la chambre d'hôtel.

C'est donc l'esprit tranquille qu'il s'engagea dans les rues de la ville. Il avait encore du temps devant lui, aussi préférait-il employer ses jambes sur une partie du trajet, ce qui était revigorant après un voyage de plusieurs heures. Il longea quelques rues et arriva au bout d'un moment dans ce qui semblait être un quartier commerçant bondé de passants. Peut-être aurait-il du prendre un taxi, finalement, il n'aimait pas trop les bains de foule. Trop de mains baladeuses et il était pratiquement impossible de voir arriver une menace avant qu'il ne soit trop tard. Il s'arrêta un moment, réfléchissant à la marche à suivre, puis décida en fin de compte de mettre sa paranoïa en veilleuse et de s'engager dans la grande avenue piétonne.

Chemin faisant, il songea à sa rencontre à venir avec Aïdoneus Klymenos. Il était le directeur financier d'Utopia, et si Alex se rendait à Londres, c'était pour le rencontrer et lui présenter le résultat de son projet personnel : le Flybot. C'était un projet purement personnel d'Alex et il n'avait aucun lien ni avec Utopia ni avec Kalistarine Corp, cependant il n'avait pu être mené à son terme que grâce au soutient financier de l'Utopien, qui avait pioché dans ses fond personnels lui aussi pour soutenir ce développement. En échange, Alex était devait le tenir au courant de l'avancée du projet et devait lui présenter le produit final. Et c'était ce qu'il s'apprêtait à faire.

Ce projet était le bijou d'Alex, la grande œuvre de sa vie, son bébé, et il n'aimait pas trop le fait d'être obligé de devoir l'exhiber ainsi alors qu'il avait été conçu pour être discret, invisible. Il n'avait pas vraiment le choix, cela dit. Il avait des obligations par contrat avec Klymenos (pas avec Utopia, heureusement !) et le projet n'aurait jamais abouti sans cela. Alex n'avait rencontré qu'une seule fois le directeur financier, et cela avait été suffisant pour deviner qu'il valait mieux éviter d'essayer de la lui faire à l'envers. Rompre un contrat serait une très mauvaise idée.

Cependant, était-il vraiment obligé de tout lui montrer ? Il ne lui parlerait certes pas des différentes fonctionnalités encore en développement qui n'avait pas été terminées ni installées sur la Flybot, mais y avait-il une ou deux facettes bel et bien fonctionnelles qu'il pouvait se permettre de ne pas évoquer ? Alex n'aimait pas révéler des choses, et encore moins des choses supposées rester secrètes. Du coup, s'il pouvait ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, il se sentirait plus tranquille.

Une heure plus tard, il arriva devant l'immeuble où il devait rencontrer le directeur, une grande tour de verre en plein cœur de la ville. Il entra et se présenta à l'accueil.

- Bonjour. Alexandrov Kalistarine, j'ai rendez-vous avec Mr. Aïdoneus Klymenos.
avatar
Alexandrov Kalistarine

Messages : 30
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Ven 28 Oct - 15:28

La madame de l'accueil - une certaine Pénélope Bradford - leva les yeux vers le monsieur qui vint se présenter sous le nom d'Alexandrov Kalistarine. Elle lui rendit son bonjour avec un sourire des plus adorables comme elle seule savait le faire et remonta ses lunettes à montures argentées sur son petit nez retroussé en vérifiant s'il avait bel et bien rendez-vous avec monsieur Klymenos, en appelant la secrétaire personnelle de son patron. Une fois fait, elle indiqua à monsieur Kalistarine de patienter quelque peu le temps qu'on vienne le chercher. Cela ne dura de fait qu'à peine une minute, car monsieur Klymenos avait prévenu sa secrétaire qu'il attendait la venue d'Alexandrov Kalistarine et qu'il ne voulait pas qu'on le fasse trop attendre, par politesse, et puis aussi parce qu'il lui était quelqu'un d'assez important tout de même. Aussi, la demoiselle s'était dépêchée de quitter la réunion qui se déroulait dans le même temps et était descendue, pendant que son patron finissait de discuter de quelques détails avant de finir cordialement cette réunion et d'envoyer se faire simplement foutre ceux qui s'offusquaient de cette fin rapide; et pourtant ce n'était pas faute d'avoir prévenu qu'il avait rendez-vous. Point.
 
Pendant ce temps, ce fut une charmante blonde à lunettes qui se présenta à monsieur Kalistarine et l'accompagna jusqu'au dernier étage de la tour de verre, où se situait le bureau de son patron. La jeune femme n'était pas du genre bavarde et se contentait apparemment des politesses et sourires d'usage, du moins un regard avisé saurait le deviner.
 
Hadès entra dans son bureau et il eut à peine le temps de poser son portable à côté de son ordinateur qu'il entendit sa secrétaire frapper, ce à quoi il répondit qu'ils pouvaient tous deux entrer, et il reçut ainsi Alexandrov Kalistarine.

 
-Bonjour, comment allez-vous ? J'espère que le voyage vous a été agréable. Je vous sers quelque chose à boire ?
 
Il l'invita à s'asseoir dans l'un des fauteuils confortables en cuir noir, tandis qu'il fit discrètement signe à Charmian Stone - sa secrétaire pour ceux du fond qui ont pas suivi, donc - de s'éclipser jusqu'à ce qu'il la rappelle.
Quoique fût la réponse de son hôte à sa question du verre à servir ou non, il se servit pour lui-même une tasse de café; de toute évidence, et par les signes extérieurs qu'il affichait, le dieu des Enfers était pas mal accro à cette boisson.
 
Il attendait patiemment que l'autre présente le projet qu'il avait financé de sa propre poche, sans en parler avec Utopia, bien sûr. Le dieu avait tout bien vérifié, rien ni personne ne saurait de quoi il retourne concernant cette discussion.

 
-Quid est de ce dont nous devons parler ?
 

Oui, nous l'admettons, une expression latine dans la bouche d'un dieu grec, c'est bizarre.

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Alexandrov Kalistarine le Dim 30 Oct - 16:14

Alex n'eut pas longtemps à attendre à l'accueil, ce qu'il trouva légèrement surprenant. Les personnalités de haut rang avaient l'habitude de faire poireauter leurs rendez-vous pour tenter de bien leur signifier avant même le début de l'entrevue qui était le patron, technique qu'il employait parfois lui-même lorsqu'il estimait qu'il gagnerait davantage à intimider son interlocuteur qu'à le faire se sentir respecté. Il fut donc plutôt surpris d'être guidé aussi vite dans les étages, d'autant qu'il n'était certainement pas le plus riche ni le plus important des intervenants que Klymenos avait l'habitude de rencontrer.

Une belle jeune femme, blonde comme une suédoise, et dont les lunettes soulignaient le charme, le mena donc, via un ascenseur, jusqu'aux plus hauts étages de la tour. En grand amateur de la gente féminine, Alex fut bien tenté de lui livrer quelque flatteries d'usage, sans conséquences mais toujours agréables à recevoir, mais se ravisa bien vite. La jeune femme demeurait distante et fort peu chaleureuse malgré son sourire commercial et semblait plutôt insensible à ce genre de choses, ce serait donc peine perdue. Et s'il y avait une chose dont Alex avait une sainte horreur, c'était bien le gaspillage, il préféra donc ne pas perdre sa salive ni leur temps à tous les deux.

Alex fut donc introduit, non pas dans un salon de réunion comme il s'y attendait mais directement dans ce qui semblait être le bureau d'Aïdoneus Klymenos ! Voilà qui était encore plus surprenant ! Il ne s'imaginait pas être tant estimé par ce personnage pourtant tellement plus puissant que lui. Où était-ce là une simple manœuvre ? Cela était bien plus probable, mais il ne parvenait encore à en distinguer le but. Quel intérêt aurait eu Klymenos à mettre à l'aise ou à flatter quelqu'un qui lui était redevable ?

Car oui, bien que rien ne l'indiqua nulle part, Alex était redevable à Klymenos. Et il détestait cela. Le contrat qu'ils avaient passé ensemble stipulait en échange d'un soutient financier et logistique pour le développement du Flybot, Klymenos ne recevrait en retour qu'un droit de regard complet sur l'avancée et les résultat du projet, mais que sa propriété n'en demeurerait pas moins entièrement à Alexandrov Kalistarine. Ce dernier avait été franchement surpris qu'on lui propose un accord à ce point en sa faveur, et même après des semaines de réflexion, il n'avait pas réussi à en déceler le piège. Il avait donc fini par y apposer sa signature, principalement parce que ce projet resterait sa pleine et entière propriété, mais aussi parce que Klymenos le signait en son nom propre et pas au nom d'Utopia ou même du département finances d'Utopia. Les fond provenaient d'ailleurs des économies personnelles de Klymenos.

Alex ne comprenait pas les motivations de ce personnage, cela le dépassait. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était respecter les termes de l'accord en attendant de pouvoir déceler un peu plus des dessous de cette affaire. C'était précisément pour cela qu'il était là aujourd'hui : présenter à Klymenos le résultat du projet. Du moins la première mouture, car il était encore largement améliorable.

Alex fut donc accueilli comme un associé respecté, et Aïdoneus l'invita à s'assoir et lui proposa à boire.

- Bonjour ! Très bien, et vous même ? Mon escale en France a été un peu plus mouvementée que prévu, mais dans l'ensemble tout s'est bien passé. Avec plaisir ! Je prendrais bien un doigt de whisky.

Alex prit place dans l'un des confortables fauteuils en cuir. Les banalités d'usage étant expédiées, il entra directement dans le vif du sujet, car son temps était précieux, et celui de Klymenos l'était probablement encore plus.

- Selon les termes de notre accord, je viens donc vous présenter le résultat du projet, nom de code Dragon-MR,  que vous avez généreusement financé, et dont je vous ais envoyé des rapport réguliers au cours des derniers mois. Mais une présentation est infiniment plus parlante qu'un long discours.

Sur ces mots, Alex ouvrit la boîte de métal qu'il transportait. Il avait pris soin, avant d'entrer dans le bâtiment, de la sortir de son sac-sans-fond afin que personne ne le voie faire une fois qu'il serait entré. Il ignorait ce que Klymenos savait de ce qu'il avait rapporté des mondes de Sempiternel et en l'absence de certitudes, il préférait ne rien dévoiler de plus que nécessaire.

Il ouvrit donc la boîte, qui contenait une libellule, ou plutôt un petit robot, qui avait la taille et l'apparence d'une libellule, et il était difficile de la différencier de son modèle à moins de la regarder de près, tant on avait mis de soin à reproduire chaque détail. Il la déposa sur le bureau devant Aïdoneus afin qu'il puisse l'observer à loisir.

- Voici donc le Dragonfly Spy Robot, alias Flybot. Vous pourrez trouver ses spécification techniques dans l'un des rapport que je vous ai envoyé.

Alex décida que sa démonstration allait se faire graduellement, il commença donc par une simple démonstration de pilotage via la montre à son poignet gauche.

- Ce petit robot peut-être contrôlé via cette montre, et celle-ci uniquement. Dit-il en montrant la montre à son poignet qui ressemblait pourtant à n'importe quelle autre montre connectée.

Il toucha la montre, et le Flybot s'activa. Il se mit à battre des ailes et prit doucement de l'altitude. Alex lui fit faire le tour de la pièce avant de le ramener à son point de départ, et parlait tout en le pilotant.

- Nous avons choisi la libellule car c'est l'animal dont le mode de vol, avec ses deux paires d'ailes indépendantes, est le plus sophistiqué. Ce qui en fait aussi le plus complexe, et cela a été l'un des points clés les plus difficiles du projets. Une libellule peut exécuter des prouesse aériennes impossibles aux autres insectes, rester en vol stationnaire et même voler en arrière, et peut aller jusqu'à 36 km/h, où les autres insectes volants dépassent rarement le 20 km/h. Leur vitesse ascensionnelle peut atteindre 1,5 m/s quand les autres insectes volants sont limités à 0.4 m/s. La libellule était donc le meilleur choix possible de biomimétisme pour avoir un appareil espion au vol optimal. Le Flybot en lui-même ne sert pas à grand chose, ce n'est qu'un assemblage de moteurs et de capteurs divers, il n'est qu'une interface en communication permanente avec cette montre, qui ne contient pas grand chose non plus, car elle est une interface de communication avec mon serveur central. C'est ce serveur qui constitue le cœur d'intelligence du projet. A noter que la communication montre-serveur passe par le réseau ORGAN, ce qui est une condition indispensable à la viabilité du projet, sans quoi les communications ne seraient pas assez rapides pour gérer correctement le vol du Flybot à vitesse élevée. Le Flybot envoie donc ce qu'il capte à la montre, qui le transmet au serveur via ORGAN, et ce dernier, grâce à ses nombreux algorithmes poussés et sa puissance de calcul analyse les images et prend certaines décisions... Oh ! Les images ! Je suis confus.


En réalité, Alex n'était pas confus du tout, ce n'était qu'une mise en scène. Et il savait très bien d'Aïdoneus en avait conscience, mais cela ne l'empêchait pas de s'amuser. Il constata avec surprise qu'il était ravi de pouvoir présenter ainsi ce qui constituait sa fierté. Il était comme un parent ventant le poids de son dernier né. Il sortit donc de la boîte deux accessoires supplémentaires qu'il posa sur le bureau. L'un était une autre montre, et l'autre, qu'il tendit à Aïdoneus, était une sorte de demi-lunette, rappelant un peu les "scooters" des guerriers de Freeza dans Dragon Ball Z, mais plus discret et plus élégant.

- Si vous voulez bien passer ceci. Comme vous pouvez le constater, le pilotage par la montre c'est pas le plus efficace qui soit. Cela fait le travail, certes, mais le vol du Flybot est saccadé, très peu naturel, notamment en raison de l'interface qui me limite à un seul doigt pour contrôler des déplacements sur six axes (trois en translation et trois en rotation). Nous avons donc travaillé à trouver d'autre moyens de contrôle, et en voici un. Flybot take off.

Aussitôt, le petit robot battit des ailes et décolla en vol stationnaire à un petit centimètre au-dessus de la surface du bureau.

- Flybot, stream on.

Aussitôt cette commande prononcée, Klymenos put voir sur la lunette devant son œil gauche le flux vidéo capté par le robot, comme s'il voyait à travers les yeux du Flybot. Alex continua à lui donner des instructions, tout en continuant à présenter ses capacités.

- Flybot, up 2 meters (le robot monta presque jusqu'au plafond). Toutes les unités de mesure sont celles du système international, si vous lui parlez en pieds et en pouces, il ne comprendra pas. Flybot turn right Pi over 2 then forward 5 meters (le robot de tourna de 90° puis avança). Les angles de rotation peuvent être indiqués en radians ou en degrés. Pas besoin de préciser l'unité, il considère que ce sont des radians si la valeur contient Pi, et des degrés dans le cas contraire. Flybot turn right Pi over 2 with forward 4 meters (le robot effectua une courbe). Flybot down 3 meters (il redescendit en dessous du niveau du bureau). Comme vous le voyez, ce mode de commande n'est pas nécessairement plus pratique que la montre, et possiblement moins performant en terme d'efficience du pilotage. Mais du fait que toute l'intelligence du Flybot ce situe très loin d'ici dans des installations ne limitant pas la taille de l'infrastructure, nous avons pu y implémenter de nombreuses fonctionnalités et de puissants algorithmes, notamment en analyse d'images, ainsi qu'en prise de décision. Exemple : Flybot, turn right Pi over 2 then forward 6 meters.

Le robot obéit à l'instruction et fonça tout droit sur le bureau de Klymenos contre lequel il sembla vouloir s'écraser, mais au dernier moment, il s'arrêta, se tourna d'un côté puis de l'autre et contourna l'obstacle pour se placer en vol stationnaire de l'autre côté du bureau.

- Ses capteurs de proximités, combinés aux programmes d'analyse d'image, lui permettent d'éviter les obstacles, et les programmes de prise de décision lui permettent de rechercher un chemin alternatif pour les contourner si possible. Flybot, return to begin (le robot revint se poser sur le bureau à l'endroit exact d'où il avait décollé). Mais ceci n'est qu'une fonction de base. Flybot, take off, up one meter. (le Flybot décolla et monta d'un mètre). Flybot, environnement analysis. (Le robot commença à se tourner un peu dans tous les sens tous en restant en vol stationnaire). Ce qu'il est en train de faire, c'est envoyer des images de son environnement immédiat à son cerveau, qui va pouvoir analyser et reconnaitre les formes et les perspective pour en reconstituer une carte en 3D dans laquelle le Flybot pourra se repérer beaucoup plus facilement et efficacement. Démonstration. Flybot, follow limits clock-wise. (Le robot s'envola vers l'un des murs puis se mit à le longer vers la droite et à faire le tour de la pièce en évitant les obstacles). Des commandes de ce genre sont très spécifiques, celle-ci n'est disponible qu'après avoir analysé l'environnement. Dans le cas d'un environnement ouvert, il volera aux limites de ce que cerveau a pu analyser, à savoir à une portée d'environs 50 mètres. Flybot, speed max. (le robot accéléra soudain et continua à voler le long du mur, parvenant toujours à éviter contourner les obstacles avec une efficacité redoutable). Il est légèrement plus rapide que son modèle biologique et peut voler jusqu'à 12 m/s (à peu près 43 km/h). A cette vitesse, il ne serait pas capable d'éviter tous ces obstacles par ses seuls capteurs embarqués, mais l'analyse de l'environnement effectuée précédemment lui permet de calculer un itinéraire viable et de l'exécuter à pleine vitesse. L'équivalent de l'anticipation chez les être vivants. Flybot, return to begin. (A nouveau, le robot vint se poser sur le bureau). Il est bien sûr possible de lui faire analyser l'environnement observé durant la totalité de ses vols, mais cela limite drastiquement sa vitesse de vol, ce qui est rarement un problème car tout ce qui est analysé est stocké pour de bon, et peut être réutilisé plus tard. En outre, il est possible de lui donner à mémoriser des parcours programmés, et ce de deux manières différentes. Flybot, Store Go 3 meters left then 3 meters backward, then 3 meters right then return to begin, speed half. Flybot, take off then up 1 meter then execute Go. (aussitôt, le robot décolla à un mètre au dessus du bureau et effectua un vol en carré avant de rester stationnaire). Flybot, execute 3 times go. (le robot répéta 3 fois son vol en carré).

Alex sirota deux gorgées de whisky avant de poursuivre sa présentation.

- Bien entendu, la force de ce petit robot est son intelligence, c'est pourquoi nous avons programmé tout un panel de commandes permettant de le contrôler plus facilement via les instructions vocales, et nous en ajoutons régulièrement afin que cette interface devienne de plus en plus... "naturelle". Pour ce faire, ses programmes comportent des algorithmes de reconnaissance de forme (associés à des bases de données correspondantes) et de reconnaissance faciale. Exemple : Flybot, identify desk. (Klymenos peut alors voir sur la lunette différents éléments de la pièce brièvement entourés de rouge, jusqu'à ce qu'il reconnaisse l'un d'eux comme étant un bureau). Flybot, fly around desk speed 1. (le robot partit en vol et commença à décrire des cercles autour du bureau, en faisant un écart à chaque tour pour éviter le fauteuil d'Aïdoneus). Flybot, come.

Alex tendit alors sa main gauche, paume à plat vers le haut, et le petit robot cessa son vol circulaire pour venir s'y poser. Le jeune homme ne put cacher un petit sourire de satisfaction en voyant le petit appareil réagir parfaitement à ses commandes. Il avait bien sûr toute une équipe d'ingénieurs en mécanique, électronique et informatique qui travaillaient pour lui à l'élaboration de ce projet, mais c'était lui qui avait piloté le tout pour le rendre viable, qui avait pris les décisions et fait les choix techniques, orienté les développements, etc. Et il s'était beaucoup impliqué également dans la réalisation. Ce Flybot, c'était son bébé, et il en éprouvait une grande fierté. Il ouvrit à nouveau la boîte qui avait contenu le robot et ses accessoires et en sortit un câble d'alimentation relié à celle-ci.

- Si vous permettez. Dit-il en se levant. Il trouva une prise de courant à laquelle il brancha la boîte qu'il déposa au sol à côté avant de revenir à sa place. La grosse priorité d'amélioration à laquelle travaille encore mon équipe actuellement, c'est l'autonomie du Flybot. En effet, s'il peut rester actif une douzaine d'heures au repos, il ne peut voler que 40 minutes, notamment en raison de la petitesse imposée de sa batterie. Nous travaillons donc à une miniaturisations plus efficace de sa source d'énergie, voire à en trouver une nouvelle. Nous avons envisagé d'incorporer des cellules photovoltaïques dans ses ailes, mais cela l'alourdissait de 4 grammes, ce qui est énorme pour un appareil qui en pèse 14 (pour information, une véritable libellule pèse entre 1,2 g et 20 mg), nous avons donc renoncé à cette idée. Flybot, charge. (Le petit robot prit son envol et vint se poser sur le couvercle de la boîte en métal). Cette boîte, une fois branchée, fait circuler un courant de faible intensité sur sa surface, rien de dangereux pour un humain, et le Flybot s'y connecte via deux de ses pattes pour recharger sa batterie. La boîte est équipée d'un traqueur GPS permettant au Flybot de la retrouver où qu'elle soit. Même s'il est trop loin pour l'atteindre, il sait toujours où elle se situe. La boîte contient elle-même une batterie interne, lui permettant de transmettre régulièrement les coordonnées de son emplacement, mais aussi de constituer une réserve d'énergie pour le Flybot même sans prise de courant à proximité. La batterie de la boîte contient environs une dizaine de fois la capacité de celle du Flybot. Une batterie de smartphone du début du siècle, en somme. Ah, et la boîte est une cage de Faraday, bien entendu.

A nouveau, il avala deux gorgées de whisky.

- Je sais que ça fait beaucoup de choses, mais accrochez-vous car j'ai gardé le meilleur pour la fin. Permettez, je récupère la lunette. Flybot, go to one meter above me. (Le robot redécolla de sa boite et vint se placer en vol stationnaire à un mètre au-dessus d'Alex). "Me" c'est le porteur de la montre, c'est comme ça qu'il me repère. Voyez, en utilisant la montre, je peux pointer un objet à l'image et le désigner comme cible, vous par exemple. Flybot, set target t1.

Alex déplaça son doigt sur l'écran tactile de la montre jusqu'à ce que le curseur qui apparaissait à l'image de sa lunette soit sur Klymenos. Sa silhouette fut alors entourée d'un ligne rouge.

- A présent, le Flybot saura vous reconnaitre, par reconnaissance faciale, principalement. Mais même de dos, les algo de reconnaissance de forme lui permettrons de ne pas vous perdre de vue si vous vous déplacez, tant qu'il parvient à vous garder dans son champ de vision. Ainsi, je peux lui ordonner d'opérer une filature. Flybot, follow t1 20 meters. A présent, il vous suivra partout en restant à 20 mètres de vous. L'autre forte limitation à quelle travaille mon équipe est la portée effective de communication. Actuellement, le Flybot perds la communication avec la montre s'il s'en éloigne de plus de 300m et devient alors presque incapable de quoi que ce soit, hormis ce qu'il a dans sa mémoire embarquée, car c'est la montre qui lui sert de relais avec son intelligence. Si cela arrive, il est programmé pour remonter son vol jusqu'à récupérer la connexion ou alors se poser.

Il marqua une pause un peu théâtrale, pour laisser à Klymenos le temps de bien intégrer ce qu'il voulait dire. Le message caché était que le projet était abouti, mais très loin d'être terminé, et qu'une amélioration constante avait un coût.

- Une autre fonction d'intelligence dont je suis plutôt fier, consiste en ce que j'appelle la programmation de triggers-actions. Ce module permet de programmer des comportements avancés, semblables aux commandes vocales les plus avancées, mais déclenchées par certaines conditions ou évènements particuliers. Par exemple, petit gadget, Flybot trigger on, si le Flybot n'a aucun objectif en mémoire, les triggers lui donnent comme comportement par défaut de...

Alex plaça son chapeau sur sa tête, et le petit robot vint se poser dessus en son centre. Il eu un sourire de gamin.

- Je l'admet, ce comportement en particulier n'a pas vraiment d'intérêt. Mais c'est par ce même module que le Flybot va automatiquement retourner à sa base de chargement lorsque son autonomie en vol descend dangereusement proche du temps de vol nécessaire à rejoindre la base. C'est toujours par ce même module qu'il aura "le réflexe" de prendre un peut d'altitude chaque fois qu'il devra survoler une route de trop près.


Alex prit alors la seconde montre toujours posée sur le bureau, la montra à klymenos tout en parlant et la passa à son poignet droit :

- Pour finir ma présentation, voici la toute dernière fonctionnalité développée : une nouvelle interface de pilotage manuel, largement plus fluide que la montre. Avec un peu d'entrainement, bien entendu.

Alex récupéra le Flybot sur son chapeau et le plaça sur sa paume, puis il prononça la commande : "Flybot, gesture on". Puis, lorsqu'il fit le geste de donner un Flybot une impulsion d'envol, celui-ci se remit à battre des ailes et s'envola, et Alex le pilota avec ses gestes, tout en expliquant le principe à Klymenos.

- Les deux montres et la lunette contiennent des capteurs gyroscopique permettant de contrôler le vol du Flybot. La main gauche permet de contrôler les mouvements en translation (il joignit le geste à la parole) et la main droite les mouvements en rotation, tandis que la tête contrôle l'altitude.

Et effectivement, alors qu'il levait la tête, le Flybot monta presque jusqu'à toucher le plafond.

- Il est à noter que même en pilotage manuel, les détecteurs de collision son toujours actifs et m'empêchent de le précipiter contre un mur. Certains gestes peuvent également être programmés comme des triggers-actions. Par exemple, si je croise le poignets (il s'exécuta), Flybot retourne à sa base.

Alex retira la lunette et prononça la commande "Flybot sleep".

- Pour ce qui est de la sécurité, la communication Flybot-montre utilise le même protocole de cryptage que celui  du réseau ORGAN qui opère la communication montre-serveur. C'est d'ailleurs là que j'y ai trouvé l'idée d'ajouter une autre sécurité au Flybot : l'identification par signature biométrique. Ainsi, je suis la seule personne au monde à pouvoir utiliser cette montre et donc à pouvoir le contrôler.

Sur ces mots, Alex vida son verre et laissa la parole à Klymenos au cas où il aurait des questions.
avatar
Alexandrov Kalistarine

Messages : 30
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Lucie le Mar 8 Nov - 0:14

Lucie s’ennuyait ferme. Et oui, ce n’était pas parce que l’homme qu’elle suivait comme son ombre lui avait expressément demandé de retourner chez elle qu’elle l’avait fait. Et puis quoi encore ? Depuis qu’elle avait quitté le château, la lucidité lui revenait et elle retrouvait enfin un sens à ses actions et ses pensées. La belle avait toutefois comprit que sa présence était hautement indésirable. L’homme, après lui avoir posé quelques questions avec une certaine gentillesse, l’avait finalement envoyé promené. Elle avait donc prit le parti de se taire et de le suivre en silence. Après tout il ne pouvait pas la voir alors pourquoi ne pas en profiter ?



Le problème c’est qu’elle avait vite été complètement submergée par la technologie. C’était une chose de voir quelques lampadaires et ordinateurs dans une bourgade campagnarde, s’en était une autre de prendre l’avion et de voler jusqu’à Londres. Et elle avait dû réitérer la chose deux fois en plus ! La première fois, elle avait dû réciter une bonne centaine de prières d’affilé, terrorisée. La seconde, elle avait finalement passé le cap de la frayeur pour observer un peu plus la chose et elle s’était promenée à l’intérieur de l’appareil, allant jusqu’à la salle de pilotage ou elle avait eu une vue imprenable sur le ciel. Elle en était tombée à genoux de surprise et avait contemplé l’horizon avec un mélange d’incrédulité et d’émerveillement. Elle en aurait pleuré d’émotion si elle n’en avait pas été incapable. Si l’étranger avait raison et qu’elle était bien morte alors l’au-delà lui avait volé une partie de ses facultés. Son cœur ressentait toujours mais ses yeux étaient aussi secs que le vent. Etait-elle en route pour le paradis ? Après tout ce temps… Hélas, sa raison avait vite repris le dessus sur le ravissement. Elle était certes dans les airs, ce qui était chose inconcevable dans son monde mais ici les choses étaient si différentes…  
Et Lucie avait poursuivi son chemin, sans jamais s’éloigner d’Alexandrov qui était son seul point de repère. Comment aurait-elle pu retrouver son chemin maintenant qu’elle avait pris l’avion ? Elle se résigna donc à lui coller aux basques tout en s’étonnant de chaque chose qu’elle voyait. La jeune femme avait finalement prit le parti de considérer qu’elle n’était pas chez elle, pas dans son monde. Ce qu’elle voyait était un rêve… ou bien quelque chose d’autre. Ce n’était pas vraiment la définition qu’elle se faisait du ciel ou de la Terre non plus mais bon… le purgatoire peut-être ? A moins qu’il ne s’agisse de sorcellerie… Enfin, chaque chose semblait avoir une fonction bien précise et, plutôt que d’avoir peur de tout, Lucie avait finalement prit le parti de s’interroger sur l’utilité des objets qui l’entourait.
C’est ainsi qu’elle s’était retrouvée dans le bureau d’un homme, visiblement quelqu’un de très important et richissime. Alexandrov – sérieux c’est pas un nom ça !- lui faisait un rapport. Si elle avait tout d’abord essayé de suivre, elle avait très vite décroché sans rien comprendre à ce qui se disait. La seule chose que Lucie avait retenu de l’échange c’est qu’Alexandrov avait dressé une libellule. D’accord, c’était impressionnant mais quel intérêt ? Quant enfin le blond arrêta de parler et que l’insecte se posa, Lucie se dit qu’elle allait s’amuser un peu. Ca apprendrait à Alexandrov à l’envoyer promener dans les roses !
Avec un petit sourire, le fantôme se rapprocha de l’insecte. Puisqu’il était censé attendre sagement son prochain ordre sans bouger… Lucie attrapa délicatement la libellule par le corps, la souleva pour la faire décoller et la posa devant Aidoneus Klymenos (ça non plus c’était pas un nom ! Mais dans quelle contrée barbare se trouvait-elle ?!). Heureusement que les insectes ne la répugnait pas ! Combien de temps avant que le dresseur ne comprenne que son animal ne se contentait pas de lui désobéir et que le produit n’était pas défectueux ?
avatar
Lucie
Fantôme

Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Mer 9 Nov - 19:56

Reprenons les évènements dans l'ordre si cela ne dérange pas le lecteur, autrement, la narration risque très vite de se barrer dans les méandres de sa propre logique et le n'importe quoi.

Monsieur Klymenos, ainsi qu'il s'était appelé en ce monde, servit un verre à monsieur Kalistarine, et passées les politesses d'usage, on passa vite au sujet intéressant.

Le dieu ne s'assit pas mais resta debout, non pour prouver quoique ce soit de particulier à son interlocuteur, juste qu'il avait passé un temps fou assis et qu'il en avait tout simplement assez; surtout son dos, aussi, rester debout était la meilleure idée pour lui.
Et les explications fusèrent. Nous n'allons évidemment pas tout reprendre, le lecteur trouvera cela sûrement rébarbatif et inutile, mais le point de vue du PDG d'Utopia peut toujours être amusant à voir. En effet, si les chiffres lui parlaient assez aisément - fort heureusement, sinon il y aurait quelques petits problèmes - il n'en menait pas large avec les explications de monsieur Kalistarine, pourtant détaillées, et malgré le fait qu'il avait lu tout ce qu'il avait pu lui envoyer auparavant, il avait dû relire plusieurs fois, armé d'une cafetière pour tout comprendre. Et non, quand on dit "armé d'une cafetière", ce n'était pas pour attaquer le rapport au sens propre du terme, c'était juste pour l'aider à tenir étant donné l'heure à laquelle il l'avait lu. Bordel.

Les yeux du dieu allaient et venaient selon les mouvements du Flybot, prenons le surnom donné par monsieur Kalistarine. Cela était une chose fascinante pour monsieur Klymenos qui adorait les nouvelles technologies, même s'il n'y comprenait pas toujours grand chose, mais intérêt et compréhension ne vont pas toujours ensemble, surtout avec lui. Si son visage n'exprimait aucune émotion particulière, il louait toutefois le génie de l'humain dans son esprit. Ce dernier aura peut-être vu qu'il avait perdu son interlocuteur - et la narratrice - en lui parlant de la vitesse de vol et...bon bref, passons.

Le dieu était impressionné par ce qu'il voyait à travers la lunette; et se fit la réflexion que c'était sa nièce Athéna qui serait plus intéressée par la chose et aurait pu converser plus longuement de tous les aspects présentés par monsieur Kalistarine. "La force de ce petit robot est son intelligence", l'instinct de PDG de monsieur Klymenos savait qu'au moins son argent n'était pas parti pour rien et avait servi à créer une telle merveille, bien qu'encore une fois, il ne comprenait pas toujours tout; surtout concernant "une cage de Faraday", oui, c'était beaucoup demander au monsieur Klymenos dont ce n'était pas le sujet de prédilection qu'il pouvait aisément comprendre. Par contre, il arrivait très bien à saisir le message caché; pas de problèmes, il aurait les fonds nécessaires.
Il sourit au comportement par défaut, en même temps que monsieur Kalistarine afficha un sourire de gamin; cela était amusant, il se devait de le reconnaître. Et lorsqu'enfin il vida son verre pour laisser la parole à son interlocuteur, le dieu vint s'asseoir à son tour, en face de lui.


-Je vous remercie pour cette présentation, monsieur Kalistarine.

Non, il n'était pas froid, il était simplement soufflé par ce qu'il venait de voir et entendre, mais il était loin de le montrer par une expression faciale ou comportementale; il l'exprimait juste pas une phrase. Oui, paradoxalement, il ne parlait que très peu; alors qu'il était capable de faire de longs discours à ses associés et clients, ou pour aller séduire une femme, mais bon...
Vint alors la question du "Combien vous manque t-il ?". Cependant, cela fut coupé par le Flybot venant se poser devant lui, il observa alors son interlocuteur mais ne remarqua rien qui aurait pu dire qu'il était en train de jouer avec.

Et Hadès s'arrêta un instant, interdit. Avait-il vu ce qu'il venait de voir ou bien était-ce son trop plein de café - et d'insomnies, aussi bien résultant d'un travail acharné que par les bras d'une charmante créature voluptueuse - qui avait tendance à faire un peu n'importe quoi avec son cerveau ?
Il pensait avoir croisé le regard d'une jeune femme l'espace d'un instant. Etait-ce un fantôme ? Peut-être son imagination qui vagabondait un peu trop, ce qui en était gênant. Il se frotta les yeux.


-Veuillez m'excuser.

Il mit cela sur le compte de son manque de sommeil, bien qu'il avait déjà senti comme une présence qui n'avait rien à faire là dans son bureau; il avait décidé d'ignorer la chose, pensant qu'il ne s'agissait de rien d'autre qu'un petit animal ou d'un insecte. Mais cela pouvait très bien être chose, finalement.

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Alexandrov Kalistarine le Mer 23 Nov - 22:09

Apparemment, les choses ne s'étaient pas trop mal passées. C'était toutefois difficile à dire tant le directeur financier d'Utopia était un mur dans son attitude et qu'il était difficile d'y déceler quoi que ce soit. Mais il ne semblait pas être assommé d'ennui, ce qui était toujours bon à prendre. Le contraire aurait été extrêmement vexant pour Alex, tant il était fier de sa création, qui avait tout de même objectivement de quoi impressionner.

Klymenos remercia Alex pour sa présentation de quelques mots sans fioriture. C'était plutôt rafraichissant d'interragir avec quelqu'un qui n'essayait pas de noyer ses interlocuteurs sous des tombereaux de salamalec et de broderies verbeuses pour mieux les embobiner. Il se contentait d'aller à l'essentiel, sans gaspiller des paroles inutiles. Fort appréciable pour un homme qui avait autant qu'Alex le soucis de l'économie.

Ce trait de caractère se ressentait d'ailleurs dans sa façon de travailler et dans ses résultats. C'est ainsi qu'à force d'optimisation permanente de l'emploi des moyens à sa disposition, il avait réussi à aller plus loin que les objectifs prévus avec le budget dont il disposait. Ainsi, une ou deux des fonctions qu'il venait de présenter ne figuraient pas sur le planning initial du projet.

Puis soudainement, Le Flybot reprit son envol et vint se poser sur le bureau entre les deux protagonistes. Alex resta interdit un instant, car il y avait deux bonnes raisons pour lesquelles cela n'aurait pas du se produire, et une bonne raison de penser que cela n'avait absolument pas pu se produire. Premièrement, il avait remit le Flybot en sommeil après sa présentation, et celui-ci n'aurait pas du pouvoir se réactiver sans une commande de sa part. Secondement, ce comportement ne correspondait à aucun schéma programmé à ce jour dans l'intelligence du petit robot. Il pouvait se poser sur la main ou le chapeau d'Alex, sur sa base de rechargement, ou sur la surface plane la plus proche en cas de pénurie d'énergie, mais en aucun cas il n'aurait pu prendre la décision de s'envoler de sa base pour aller se poser sur une surface quelconque, fût-elle proche d'Alex.

Mais enfin et surtout, surtout, il n'avait pas bougé du tout ! Il s'était envolé sans battre des ailes, ce qui était physiquement, rigoureusement, impossible ! Alex jeta un coup d’œil à sa monter, et celle-ci affichait bien l'icône du mode veille, indiquant que le petit insecte mécanique était toujours en sommeil.

Il ne put s'empêcher de regarder brièvement son interlocuteur et, oh surprise !, celui-ci semblait encore plus surpris qu'Alex lui-même. Il se passait vraiment quelque chose d'étrange, et qui allait manifestement à l'encontre des lois de ce monde. Or, il se trouvait qu'Alex avait très récemment fait la rencontre d'un phénomène qui remplissait ce critère.

* Lucie ! * Pesta-t-il en son fort intérieur.

Cette petite écervelée trépassée l'avait suivit jusqu'à Londres depuis le fin-fond de la cambrousse française et elle choisissait cet instant précis pour le lui faire remarquer ! C'était soit particulièrement stupide soit véritablement mesquin, et dans les deux cas cela en faisait une nuisance. Mais il ne pouvait se mettre à la tancer vertement devant Klymenos. Et quand bien même il l'aurait pu, cela n'aurait servi à rien car les cartes étaient faussées : elle était invisible et pouvait se faufiler partout et quand même interagir avec son environnement alors qu'Alex n'avait absolument aucune prise sur elle.

Il se leva de son fauteuil, récupéra le Flybot et le rangea sans sa boîte, qu'il récupéra également pour la garder sous son bras, le plus naturellement du monde, comme si tout était normal. Il était tenté de la remettre à sa place, dans le sac sans fond, mais il ne voulait pas dévoiler cet objet fantastique. Pas même à un associé.

Puis il se rassit dans le fauteuil et tenta de regagner l'attention de Klymenos. Il n'en avait pas encore fini avec lui.

- A présent, si vous me le permettez, j'aimerais vous parler d'un autre projet que j'ai imaginé dernièrement, du même ordre que le Flybot, tout aussi intéressant mais avec des applications pratiques différentes. Et comme pour le Flybot, je peinerait à le mettre en place par mes seuls moyens. Cela ne me serait pas impossible, mais demanderait considérablement plus de temps qu'avec un solide soutient. Si vous êtes intéressé bien sûr.

Il marqua une courte pause, presque théâtrale, pour évaluer l'éventuel intérêt que pouvait susciter sa proposition. Mais ne pouvant rien lire sur les traits du directeur, il compléta avec un tout petit teaser.

- Je l'ai appelé : Hive.
avatar
Alexandrov Kalistarine

Messages : 30
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Lucie le Ven 2 Déc - 13:35

Lucie se figea, en alerte. Il avait croisé son regard elle en était sûre ! Cet homme pouvait la voir !! Cela n’avait duré qu’un court instant et pourtant… C’était la première fois depuis bien longtemps qu’une personne percevait sa présence et la jeune fille sentit l’espoir réchauffer son cœur. Elle ne s’était pas trompée en suivant cet homme blond, il l’avait conduite droit à ce monsieur. Dans sa tête, Lucie commençait à avancer tout un tas de théories. Peut-être qu’il s’agissait d’un jeu de piste, un défi envoyé par le ciel pour expier ses péchés et avoir enfin le droit d’atteindre le paradis. Fallait-il qu’elle traque ceux qui pourraient la voir et l’entendre jusqu’à comprendre les enjeux de cet étrange rêve et arriver au bout de la course ?


-Veuillez m'excuser.

Il mettait cela sur le compte de la fatigue ? Elle n’allait pas le laisser s’en tirer à si bon compte. Sans hésitation ni pudeur, elle grimpa sur le bureau et s’assit juste en face d’Hadès, tournant le dos à Alexandrov. La prise en compte des meubles était quelque chose de nouveau pour elle, vingt-quatre heures plus tôt elle se serait contentée de traverser le bureau sans se poser de question. Sa modeste robe d’époque la gênait dans ses mouvements mais n’allait certainement pas l’empêcher de faire ce qu’elle voulait. C’était son habit usuel, il était donc évident qu’elle l’ait choisi inconsciemment. Après tout elle n’était qu’une représentation de son propre esprit, elle tout comme les vêtement que son spectre portait.

-Non, non ne t’excuse pas ! Je suis là ! Youhouu ! S’écria-t-elle en agitant ses bras.


Derrière elle, Alexandrov reprit la présentation de son… « truc ?»  Sans se soucier d’elle. Comment aurait-il pu de toute façon ? Il ne voyait pas que la jeune femme se trouvait désormais entre lui et l’homme à qui il parlait. Lucie attendit patiemment que l’autre ait finit de parler pour éviter que leur voix ne se superposent. C’était une précaution probablement inutile car personne ne l’entendait, mais dans le doute…

-Je sais que tu m’as vu tout à l’heure…  Allez un petit effort, je suis là ! Dis-moi où je suis, ce que je fais là ! S’il te plait… je ne supporte plus toute cette solitude… souffla-t-elle, désespérée.
avatar
Lucie
Fantôme

Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Sam 3 Déc - 0:04

- A présent, si vous me le permettez, j'aimerais vous parler d'un autre projet que j'ai imaginé dernièrement, du même ordre que le Flybot, tout aussi intéressant mais avec des applications pratiques différentes. Et comme pour le Flybot, je peinerait à le mettre en place par mes seuls moyens. Cela ne me serait pas impossible, mais demanderait considérablement plus de temps qu'avec un solide soutient. Si vous êtes intéressé bien sûr.

Bien sûr qu'il était intéressé; les humains comme monsieur Kalistarine avaient le don de l'intéresser, parce qu'ils n'étaient pas ennuyants et avaient des idées, et ils parlaient avec passion de leurs projets époustouflants, il n'y avait, de ce fait, aucune vacuité dans les propos qu'ils tenaient là-dessus. Cependant, le dieu était encore légèrement omnibulé par la vision qu'il avait eu plus tôt, alors il n'exprima absolument rien, pas d'expression faciale.

- Je l'ai appelé: Hive.

Il haussa un sourcil; l'onomastique des inventions le rendait toujours perplexe avant qu'il n'eut une explication, alors il se contenta de lancer un:

-Je vous en prie, continuez, cela m'intéresse.

Ce qui était le cas. Il avait juste du mal à l'exprimer facilement de manière faciale malgré son faciès habitué à cela mais de façon automatique lors des réunions par exemple; il n'était pas une tête à smileys.

Il écouta donc ce que disait monsieur Kalistarine. Enfin, essaya. Cela n'était pas dur, il était habitué à quelques nuisances; c'était juste la forme de ladite nuisance qui était un peu inhabituelle pour lui, sur Terre tout du moins. Il fixa la mademoiselle qui venait de s'asseoir sur son bureau. D'ordinaire, cela ne l'aurait pas trop gêné. Il vérifia ce qu'il en était pour monsieur Kalistarine, en faisant mine de pas voir ce qui était une gêne mortelle - aha ! - devant lui, et se rendant compte que son interlocuteur ne voyait pas la morte, il se dit qu'il valait mieux éviter de se faire passer pour fou.


-Non, non ne t’excuse pas ! Je suis là ! Youhouu !

Ah bordel, pensa t-il, sérieusement ?! Une ombre ? Non, ce n'est pas ainsi qu'ils les appellent ici. Fantôme ! Spectre ? Revenante ? Je ne sais, mais il va falloir qu'elle me foute la paix la greluche !..........................non arrête, Hadès, tu es un dieu. Le dieu des morts. C'est ton travail, tu dois la guider. Oui mais tu ne peux, ce n'est ni le lieu ni le moment; tu as quelqu'un de probablement non initié devant toi et en plus tu n'es pas en Grèce ! Ce n'est pas ton job actuel ! Calme-toi. Fais comme si elle n'était pas là !

Ce qui était en soi vachement compliqué vu comment elle s'agitait devant lui; et s'il y avait bien une chose qu'il n'aimait pas, c'était paraître déconcentré aux yeux de celui qui ne pouvait normalement pas la voir.


-Je sais que tu m’as vu tout à l’heure… Allez un petit effort, je suis là ! Dis-moi où je suis, ce que je fais là ! S’il te plait… je ne supporte plus toute cette solitude…

Elle était désespérée, et cela, il pouvait le sentir à son ton. Il se frotta à nouveau les yeux.

-Excusez-moi, dure journée...Ne pensez pas que je suis déconcentré parce que votre exposé est ennuyant, bien au contraire; vous aurez les fonds nécessaires à votre entreprise. Je...vais vous laisser quelques instants avec ma secrétaire et m'absenter juste le temps d'aller chercher mes médicaments...désolé, vraiment.

Il ne se sentait vraiment pas bien. Ou du moins il en avait l'air. Il était pâle. Trop pâle. Cela était visible. Il appela sa secrétaire, Charmian Stone, et il lui ouvrit lui-même la porte; lui demandant, dans le cadre de la porte:

-Nous n'avons aucun employé ici qui s'est déjà essayé à la planche ouija dans nos locaux ? Ni à toute autre invocation surnaturelle quelconque ?

-Non pas, monsieur; cela n'a point été porté à ma connaissance. Monsieur, vous êtes pâle.

Hadès n'en dit pas plus, il sortit; non sans avoir jeté un coup d'œil à la morte, non pas avec la tête de l'homme étonné, mais avec celle du "Suis-moi, s'il te plaît". Direction les chiottes.

La discussion entre Charmian Stone et son patron avait été chuchotée, mais monsieur Kalistarine, avec un peu d'attention, aurait très bien pu tout entendre.

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Lucie le Lun 12 Déc - 20:28

-Excusez-moi, dure journée...Ne pensez pas que je suis déconcentré parce que votre exposé est ennuyant, bien au contraire; vous aurez les fonds nécessaires à votre entreprise. Je...vais vous laisser quelques instants avec ma secrétaire et m'absenter juste le temps d'aller chercher mes médicaments...désolé, vraiment.

« Tiens… », songea Lucie.

Etais-ce un prétexte pour fausser compagnie à l’autre ou bien était-il vraiment malade ? Son comportement semblait étrange tout à coup, depuis qu’il semblait la voir en fait. Non, pas semblait, il la voyait elle en était maintenant sûre. Il fallait croire qu’elle le déstabilisait. Cet homme n’était pas habitué à voir des… fantômes… ? Se désigner par ce mot avait beaucoup couté à Lucie mais il fallait bien admettre l’évidence : les personnes que l’on ne voyait ni n’entendait excepté à de rares occasions étaient des spectres. Cela lui faisait penser aux histoires que lui racontait sa gouvernante jadis, lorsqu’elle était enfant. Des histoires pour effrayer les petites filles désobéissantes… aujourd’hui c’était elle qui endossait le rôle de la créature qui faisait peur.
Lucie se prit soudain d’inquiétude pour cet inconnu qui semblait très pâle tout à coup. D’un côté, elle-même aurait pu avoir une réaction de ce genre dans son autre vie si elle avait rencontré un fantôme. La jeune femme se laissa glisser du bureau. Elle était peut-être à l’origine du malaise de cet homme mais elle n’allait pas le laisser fuir pour autant.

-Nous n'avons aucun employé ici qui s'est déjà essayé à la planche ouija dans nos locaux ? Ni à toute autre invocation surnaturelle quelconque ?

Elle n’avait pas tout comprit à la demande mais les mots « invocation » et « surnaturel » retinrent son attention. Tout cela sonnait très sataniste et cela ne lui plaisait pas beaucoup… cela dit, sa petite voix intérieure lui disait que c’était elle l’objet du rituel et cela devenait tout à coup beaucoup plus sympathique.

-Non pas, monsieur; cela n'a point été porté à ma connaissance. Monsieur, vous êtes pâle.

Il l’était, clairement. Cela dit, il leva la tête et la regarda franchement dans les yeux. Un courant glacial la parcourut et elle eut soudain envie de fuir. Son état spectral lui offrait un semblant de sécurité et il y avait une franche différence entre espérer entrer en contact avec les autochtones de cet étrange monde et y arriver enfin. Après tout elle ignorait tout des us et coutumes de cet endroit, peut-être qu’ils sacrifiaient des jeunes filles sur l’autel !  Cela dit, rien ne servait de spéculer. Elle avait tout fait pour rencontrer quelqu’un qui puisse la voir et elle avait enfin réussi… restait maintenant à sortir de sa semi zone de sécurité et à prendre le risque de marcher vers l’inconnu. Elle entreprit donc de suivre Aidoneus dans le couloir en mettant ses peurs de côté.

-Je le savais ! Vous êtes capable de me voir ! Où sommes-nous ? Pourquoi tout est si étrange ici ? Pourquoi personne ne peut me voir ni m’entendre à part vous ?
avatar
Lucie
Fantôme

Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Dim 1 Jan - 18:04

Il était dans le couloir quand la discussion commença.

-Bonjour, d'abord. Ensuite...qu'est-ce que vous faites ici ?!

Il entra dans les toilettes des hommes.

-Je ne suis pas supposé voir des fantômes comme vous...Mais qu'importe...Vous êtes au Royaume-Uni, dans la ville de Londres, et vous êtes des locaux qui m'appartiennent. Au vu de votre accoutrement, ce n'est juste pas votre époque. Il y a eu des évolutions scientifiques et technologiques entre temps, je suppose. Et vous êtes morte, vous êtes un fantôme, donc personne ne vous entendra ou verra, techniquement, sauf cas particuliers. Et si moi je peux vous voir et vous entendre, c'est surtout parce que j'ai quelques capacités pas tout à fait humaines.

Que l'on soit bien d'accord là-dessus, techniquement, le dieu de l'Erèbe est plutôt censé voir les Ombres, les fantômes des mythes grecs, ceux qui peuplent son royaume. Bien évidemment, il n'avait jamais vérifié auparavant s'il pouvait voir d'autres types de fantômes depuis qu'il était ici, puisqu'il s'était renseigné à ce sujet, et normalement, dans ce monde, voir des esprits...bah c'était pas tout à fait possible. Alors il n'avait pas vraiment cherché à en voir; et quelque part, cela lui assurait quelques vacances: pas de morts pour le faire chier.

Il s'adossa contre le mur et la regarda.


-Depuis combien de temps êtes-vous consciente que vous êtes...dans cet état ?

Dans sa tête, il se demanda comment il pourrait vraiment lui expliquer tout ce qui lui arrivait.

-...quelle religion au fait ?

Juste histoire avec quelles pincettes il ménagerait la jeune fille ou non.

-Quelle est votre histoire ? Vous savez ce qu'il vous faut pour trouver la paix ? - parce que je doute que je pourrai vous aider sur ce point.

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Lucie le Dim 15 Jan - 14:50

-Je ne suis pas supposé voir des fantômes comme vous...Mais qu'importe...

Le regard de Lucie s’assombrit. Il était le deuxième à parler de fantôme. Si elle avait eu des doutes jusqu’à présent, l’idée qu’elle était morte commençait à faire sa place dans son esprit. Ce n’était pas facile à accepter.

-Vous êtes au Royaume-Uni, dans la ville de Londres, et vous êtes des locaux qui m'appartiennent.

Le Royaume-Uni… elle n’avait absolument aucune idée de ce que c’était. Mais elle se trouvait dans un autre monde d’après Alexandrov, pouvait-elle vraiment trouver des liens entre son chez elle et ici ?

-Au vu de votre accoutrement, ce n'est juste pas votre époque. Il y a eu des évolutions scientifiques et technologiques entre temps, je suppose. Et vous êtes morte, vous êtes un fantôme, donc personne ne vous entendra ou verra, techniquement, sauf cas particuliers. Et si moi je peux vous voir et vous entendre, c'est surtout parce que j'ai quelques capacités pas tout à fait humaines.

Lucie se tût et lui lança un regard intrigué. Cet homme était-il un sorcier ?

-Depuis combien de temps êtes-vous consciente que vous êtes...dans cet état ?

La belle réfléchit. Il était difficile de fixer des repères temporels dans les brumes de son esprit. Mais il lui semblait qu’elle avait commençait à mieux appréhender son environnement quand les deux hommes étaient entrés dans sa vie, en particulier celui qui l’avait conduite ici. Elle jeta un regard en direction de la porte des toilettes.

-L’homme qui se trouve dans votre bureau. Alexandrov Kalistarine ? Je crois que la brume a commencé à se dissiper quand j’ai commencé à le suivre.

-...quelle religion au fait ?

Lucie lui lança un regard horrifié.

-Je suis catholique bien sûr ! S’écria-t-elle, choquée par une telle question.

-Quelle est votre histoire ? Vous savez ce qu'il vous faut pour trouver la paix ? Parce que je doute que je pourrai vous aider sur ce point.

-Euh… je ne sais… Je servais au château de Veauce en… 1560… l’on m’a enfermé dans une tour ouverte aux quatre vents. Je me rappelle de la souffrance et de la peur… j’ai erré ensuite, longtemps… un jour deux hommes sont apparus dans le château et je les ai suivi. Tout était bizarre, je ne reconnais rien. J’ai réussi à entrer en contact avec Alexandrov Kalistarine, il a prétendu que je venais d’un autre monde et que je devais y retourner mais je ne peux pas faire ça, vous comprenez ! Plutôt errer ici seule et perdue pour toujours que de redevenir le pantin errant et inconscient que j’étais ! Je ne comprends rien à ce qui se passe… pourquoi ne suis-je pas allée au purgatoire ? Quel est ce monde étrange où nous nous trouvons ? Et pourquoi vous êtes capable de me voir et pas les autres ?
avatar
Lucie
Fantôme

Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Dim 15 Jan - 18:39

Hadès allait devoir prendre de sacrées pincettes avec la jeune fille, et il était désolé d'avance: il allait devoir lui briser ses croyances. Enfin, pas trop non plus; il espérait trouver les mots qui convenaient à la situation pour l'amener progressivement à comprendre certains points.
 
Il écouta attentivement l'histoire de la jeune fille et conclut avec aisance qu'elle était morte de froid et de faim dans cette tour. La pauvre. Et ce n'était pas ironique.
Maintenant, c'était au choix: soit il y avait bel et bien des fantômes dans ce monde, de base, soit elle venait d'un autre monde. Dans les deux cas, il s'agissait d'un monde parallèle mais du passé de cette Terre-ci.
Veauce, cela lui rappela quelque chose. Une vague histoire de fantôme qu'il avait déjà entendu de quelque employé de ses locaux. Bref. Pas un fait qui l'intéressait tant à l'époque. Quoiqu'il en soit, il avait, finalement, la Dame Blanche du château de Veauce, devant lui. Plongée dans l'Inconnu d'un monde auquel elle n'appartenait plus.
 
Pauvre enfant, pensa t-il. Condamnée à l'errance pour une histoire de jalousie.
 
Il lui sourit gentiment, un air de compassion apparut sur son visage; cela lui arrivait, parfois. Quoiqu'en ce moment, peut-être un peu trop.

 
-Je vais vous aider, mais promettez-moi de ne pas faire de vagues et de ne pas vous offusquer sur tout ce que je vais dire, d'accord ? Tout va vous paraître étrange, et c'est normal, malheureusement il ne s'agit effectivement plus de votre réalité. J'ignore si vous venez vraiment d'un autre monde, mais quoiqu'il en soit, vous n'êtes pas du tout dans votre époque. Comme je vous l'ai dit, il y a eu de grands changements entre temps.
 
Il lui indiqua la date exacte, jour, mois, année.
 
-Du temps s'est écoulé entre votre décès, désolé pour vous, vraiment, et votre arrivée ici. Votre errance inconsciente est une étape normale en tant que fantôme; vous avez déjà eu la chance de pouvoir sortir de cette torpeur. Certains ne parviennent jamais à en sortir. Ce n'est pas bien grave, vous apprendrez au fur et à mesure, vous avez du temps. Ce monde où nous sommes doit n'est rien d'autre que le présent, actuel; vous venez du passé. Quant au Purgatoire, je ne sais. Je ne suis pas tout à fait de ce monde également. Et si je peux vous voir, c'est parce que j'ai la capacité de voir les morts. Tout simplement.
 
Il ne savait encore comment lui expliquer qu'il était Hadès, le dieu des Enfers de la Grèce Antique, sans passer pour Lucifer - renommé Satan - l'ennemi de Dieu. Son Dieu, vu qu'elle était catholique. Et bien ancrée dedans, ce qui était assez normal au vu de l'époque d'où elle sortait.
Il aurait peut-être bien du mal à lui apprendre différentes notions d'un coup.

 

-Hum...la Grèce Antique, cela vous dit quelque chose ?

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Lucie le Ven 20 Jan - 14:39

-Je vais vous aider, mais promettez-moi de ne pas faire de vagues et de ne pas vous offusquer sur tout ce que je vais dire, d'accord ? Tout va vous paraître étrange, et c'est normal, malheureusement il ne s'agit effectivement plus de votre réalité. J'ignore si vous venez vraiment d'un autre monde, mais quoiqu'il en soit, vous n'êtes pas du tout dans votre époque. Comme je vous l'ai dit, il y a eu de grands changements entre temps.

Ce n’était pas la première fois que cet homme faisait mention à l’époque. Se trouvait-elle dans le futur ? Instinctivement, la belle se signa pour exorciser ce qu’elle considérait comme de la folie. Elle savait pourtant que cela ne servait à rien. Le nombre de fois qu’elle avait fait ce signe depuis qu’elle était arrivée dans ce monde bizarre… sans résultat. Il semblait que son seigneur l’avait complètement abandonné. La petite voix raisonnable dans sa tête lui murmura que, si elle était bel et bien décédée, il n’était pas étonnant qu’elle ait fait un bond dans le futur. Après tout le temps n’était pas resté figé au moment de sa mort. En plus, elle se trouvait dans un autre monde… les lois naturelles étaient surement différentes ici. Aidoneus lui indiqua la date précise et le cerveau de Lucie bugua. La belle ouvrit la bouche et écarquilla les yeux. 2058 !! Ils étaient en 2058 ! Même dans ses rêves les plus fous elle n’aurait jamais imaginé voir cette époque de ses propres yeux. Pas étonnant que tout soit aussi étrange !

-Du temps s'est écoulé entre votre décès, désolé pour vous, vraiment, et votre arrivée ici. Votre errance inconsciente est une étape normale en tant que fantôme; vous avez déjà eu la chance de pouvoir sortir de cette torpeur. Certains ne parviennent jamais à en sortir. Ce n'est pas bien grave, vous apprendrez au fur et à mesure, vous avez du temps. Ce monde où nous sommes doit n'est rien d'autre que le présent, actuel; vous venez du passé. Quant au Purgatoire, je ne sais. Je ne suis pas tout à fait de ce monde également. Et si je peux vous voir, c'est parce que j'ai la capacité de voir les morts. Tout simplement.

Lucie ne dit rien, obnubilée par ce qu’elle venait d’apprendre. 2058 ! Bon dieu ! Elle avait fait un bond de cinq siècles en avant, c’était complètement dingue !

-Hum...la Grèce Antique, cela vous dit quelque chose ?

Elle acquiesça par politesse, ne voyant guère le rapport avec leur précédente conversation.

-Une vieille civilisation paiënne. Je ne comprends rien à cette histoire d’autres mondes. Que va-t-il m’arriver maintenant que je suis venue ici et que j’ai « repris connaissance » ? Et pourquoi parlons-nous ici ? Je vous ai pourtant dis qu’Alexandrov Kalistarine était au courant pour moi.
avatar
Lucie
Fantôme

Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Dim 5 Fév - 11:59

-Nous parlons ici parce que j'ai encore, moi, besoin d'évacuer le fait que je vois un fantôme alors que je pensais ne pas en voir avant un long moment ! Comme quoi je me suis trompé. Décidément, le passé nous rattrape toujours !

Il se massa les tempes; tout ce qui lui tombait dessus en ce moment, il allait craquer. Il allait vraiment finir par craquer. Il avait un sacré début de mal de tête, manquait plus que cela.

-Je propose qu'on parle de votre situation à monsieur Kalistarine, ensemble. Je veux bien vous prendre en charge pour vous aider et je vous apprendrai ce qu'il faut savoir, d'accord ? Et si jamais je n'ai pas les renseignements adéquats, je me débrouillerai pour les obtenir. Vous promettez simplement de ne pas vous offusquer quant à mon identité, d'accord ?

Il releva les yeux vers elle, dans son regard l'étincelle - littérale - de la détermination s'alluma.

-Évitez juste le terme "païen" pour la civilisation d'où je suis issu, s'il vous plaît. C'est un peu vexant. Je m'appelle Hadès et je suis le dieu des Enfers, non pas comme Satan, je ne suis pas un démon. Je suis juste une divinité d'un autre monde. Qui prend des vacances dans un autre. Enfin, ce que moi j'appelle des vacances en fait; du repos. Loin de ma famille. Vous n'êtes pas obligée de me croire, ce n'est pas grave, vous le découvrirez bien assez tôt. Oh peut-être avec ceci ! Ne vous en faites rien, vous ne craignez rien !

Il sourit, gentiment, créa une petite boule de feu dans ses mains.

-Ou je peux être, pour vous, qu'un sorcier; mais autre monde, autres règles, je ne suis plus vraiment un dieu issu; juste un humain très résistant avec quelques pouvoirs. C'est mieux ainsi. Bien...allons voir monsieur Kalistarine, il doit s'impatienter !

Il n'éteignit jamais sa boule de feu. C'est l'eau qui lui tomba dessus qui fit le travail. Quel idiot, il avait oublié que les détecteurs incendies avaient tendance à rapidement se déclencher et étaient extrêmement sensibles; et on va dire qu'un feu magique, c'est plus efficace que n'importe quelle cigarette ou ce genre de conneries. Et puis cherchez pas la logique ou la compréhension de comment la fumée a pu si vite arriver à un détecteur, juste, c'est déclenché et Hadès est mouillé. Point.

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Lucie le Lun 6 Fév - 13:37

Lucie écouta les élucubrations de cet homme avec un regard à la fois curieux et inquiet. Il ne semblait pas se réjouir de sa présence mais ne la rejetait pas non plus comme l’avait fait Alexandrov. Il semblait plutôt résigné, comme s’il était fatigué de porter une responsabilité qui échappait à la fantômette.


-Je propose qu'on parle de votre situation à monsieur Kalistarine, ensemble. Je veux bien vous prendre en charge pour vous aider et je vous apprendrai ce qu'il faut savoir, d'accord ? Et si jamais je n'ai pas les renseignements adéquats, je me débrouillerai pour les obtenir. Vous promettez simplement de ne pas vous offusquer quant à mon identité, d'accord ?

Lucie acquiesça en sentant à nouveau la crainte l’envahir. Il venait de promettre de l’aider, ce qui faisait de lui le seul individu capable de la voir et de lui porter assistance, pas question de le vexer donc. Elle avait beaucoup trop besoin de lui.


-Évitez juste le terme "païen" pour la civilisation d'où je suis issu, s'il vous plaît. C'est un peu vexant.

Aie, elle craignait le pire. Ça avait clairement un lien avec la Grèce.

-Je m'appelle Hadès et je suis le dieu des Enfers.

Il dû la voir écarquiller les yeux car il se reprit aussitôt :

-… non pas comme Satan, je ne suis pas un démon. Je suis juste une divinité d'un autre monde. Qui prend des vacances dans un autre. Enfin, ce que moi j'appelle des vacances en fait; du repos. Loin de ma famille. Vous n'êtes pas obligée de me croire, ce n'est pas grave, vous le découvrirez bien assez tôt. Oh peut-être avec ceci ! Ne vous en faites rien, vous ne craignez rien !

Lucie réalisa alors que sa bouche était grande ouverte et elle se dépêcha de la refermer. Elle devait faire preuve de courtoisie et de respect à l’égard de ce type, aussi bizarre et païen soit-il. Tout de même, se prétendre d’origine divine… il fallait oser. La belle adressa une prière à son dieu pour qu’il ne s’offusque pas des déclarations d’Aidoneus ou d’Hadès, quel que soit son vrai nom. Cet homme n’avait pas toute sa tête c’était évident.

-Oh mais je ne suis pas inquiète, articula-t-elle avec un sourire crispé.

L’homme fit alors quelque chose d’incroyable : il créa du feu dans ses mains.

-Oh seigneur !! Jura Lucie en bondissant en arrière, ce qui lui valut de s’imbriquer partiellement dans le mur.

-Ou je peux être, pour vous, qu'un sorcier; mais autre monde, autres règles, je ne suis plus vraiment un dieu issu; juste un humain très résistant avec quelques pouvoirs. C'est mieux ainsi.

Etais-ce là la manifestation de vrais pouvoirs divins ou s’agissait-il d’une manipulation pour jouer avec l’esprit des gens. Elle avait bien vu quelques magiciens à l’œuvre jadis, ils pouvaient faire des choses incroyables. Mais tout de même, pourquoi cet homme, qui semblait être de haute naissance comme l’indiquaient le respect que lui témoignaient les autres, s’abaisseraient à de tels mensonges pour abuser la crédulité d’un revenant ? Il n’avait guère pu préméditer son coup en plus.

- Bien... allons voir monsieur Kalistarine, il doit s'impatienter !

Oh oui, elle n’était pas du tout contre l’idée d’avoir une tierce personne dans la pièce. Aidoneus lui fichait vraiment la trouille. Elle se fit toutefois violence pour essayer de ne pas le montrer. Il serait inconvenant d’afficher sa peur au seul homme qui pouvait manifestement faire quelque chose pour elle. Lucie attendit donc qu’il sorte, veillant à conserver une bonne distance de sécurité entre eux, et lui emboita le pas pour retourner dans le bureau. Intérieurement, elle se réjouit de pouvoir embêter Alexandrov. Lui qui avait pris soin de ne rien dire à son sujet allait devoir faire enfin face au problème.

-Je veux bien admettre que je sois issue du passé et que ma condition m’ait privé de voir l’emprunte du passage du temps. Mais je ne comprends pas cette pas cette histoire d’autres mondes, lança t-elle à Hadès.
avatar
Lucie
Fantôme

Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Dim 16 Avr - 16:09

Hadès soupira et s'en alla dans le couloir. Il allait devoir trouver une serviette au plus vite ou attendre que cela sèche. Ou accélérer le séchage, mais il allait en pâtir avec les détecteurs de fumée et tout le monde le regarderait bizarrement: une aura de feu serait problématique dans l'immédiat.
A vouloir jouer avec le feu, il en avait été arrosé. De quoi attraper un rhume en plus. Génial. Lui, le grand Hadès, se chopper un rhume. Sa femme se moquerait bien de lui et sa fille compatirait. Avant de se moquer de lui à son tour, parce que c'était tout de même quelque chose de peu commun et d'amusant.
 
Il allait rentrer dans son bureau, lorsque que Charmian Stone, sa secrétaire, sortit du bureau. Visiblement, elle avait dû dire à monsieur Kalistarine qu'elle allait voir ce que son patron trafiquait. Celle-ci le détailla de haut en bas.

 
-Monsieur Klymenos, vous avez encore fumé dans les toilettes ? Combien de fois dois-je vous répéter que cela est interdit et dangereux. J'ai l'impression d'être votre mère.
 
La secrétaire remonta ses lunettes sur le bout de son nez d'un air passablement exaspéré et dit qu'elle allait chercher une serviette; et faire couper l'alarme au passage, parce que oui, avec ses conneries il avait déclenché l'alarme. Il devait attendre devant la porte, histoire de ne pas inquiéter monsieur Kalistarine, mais Hadès n'en avait cure étant donné la situation.
Il entra, sûrement suivi de Lucie.
 
Le PDG faisait peine à voir. Il était tout pâle, avait la mine d'un mec qui vient de voir un fantôme (aha !) et surtout il était mouillé.
L'alarme s'était finalement tue, plus de panique à avoir.
Aux questions légitimes que monsieur Kalistarine put poser, Hadès ne fit que répondre:

 
-Je...vois des gens qui sont morts...Enfin une...
 
Il se tourna tout naturellement vers le fantôme.
 
-Au fait, veuillez m'excuser, j'ai complètement oublié de vous demander votre nom, jeune fille !
 
Puis vers monsieur Kalistarine.
 
-Excusez-moi, j'ai déclenché le détecteur, c'est ma faute...
 

Fort heureusement, il n'a plu que dans les toilettes et non dans d'autres pièces.

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Alexandrov Kalistarine le Mer 19 Avr - 18:51

Encouragé à exposer son idée, le PDG de Kalistarine Corp. commença donc par une courte introduction qui était en fait le même fondement que la naissance du projet Flybot.

- Voyez-vous, depuis l'avènement de la technologie robotique, l'être humain n'a cessé d'innover pour créer toutes sortes de machines, confinant parfois au gigantisme. Et à l'inverse il s'est intéressé ensuite à la nano-technologie pour créer des robots plus petits que ses propres cellules, rêvant même de machines à l'échelle moléculaire. En oubliant qu'il y a tout un monde entre ces deux échelles : les micro-robots, de la taille de petit insectes. Ce sont d'ailleurs ces derniers qui ont inspiré l'idée. Tous tient à la masse. Si une araignée peut marcher sur l'eau sans s'y enfoncer, c'est parce son poids est inférieur à la tension de surface. Si un moustique peut marcher sur les murs ou au plafond, c'est parce que les forces de van der Waals qui y font adhérer ses pattes sont supérieures à son poids. Si une fourmi peut soulever plus de cinquante fois sa propre masse, c'est parce que la puissance développée par les muscles son proportionnelles au carré de leur taille alors que le poids est proportionnel au cube  de la taille. Tout n'est qu'une question d'échelle et...

Pour une raison quelconque, Klymenos semblait décontenancé. Il s'excusa brièvement puis échangea quelques mots avec sa secrétaire de avant de sortir du bureau. Presque précipitamment, aurait-on dit. Alex en fut pour ses frais. Il aurait peut-être mieux fait de se contenter de présenter simplement son idée et les applications directes qu'elle pouvait avoir plutôt que d'en exposer le principe fondateur. Il lui avait pourtant semblé que Klymenos était le genre d'homme à préférer comprendre les tenants et aboutissants avant de prendre une décision.

Toutefois, avant de partir, il lui avait promis des fonds supplémentaires pour cette idée, alors qu'il n'avait même pas encore commencé à l'expliquer concrètement. C'était vraiment étrange. Profitant de cette absence, Alex vida son verre et s'adressa à la secrétaire pour en demander un nouveau.

- Serait-il possible d'en avoir un second, si vous le voulez bien ? Demanda-t-il avec un sourire mi-excuse mi-entendu qui avait le dont faire avaler bien des pilules.

Il n'aimait pas cela du tout. C'était à la limite du manque de savoir vivre, mais il avait besoin qu'elle sorte ne serait-ce que quelques instants. Lorsqu'elle le fit, il s'adressa au vide d'un murmure rageur en regardant autour de lui. Sans rien voir, naturellement.

- Lucie ! Qu'est-ce que tu fiches ici, bordel ? Je t'avais dit de rentrer chez toi ! Arrête ces gamineries et...

Un bruit de talons-aiguille indiquait que Mrs Stone revenait avec son verre.

- Tiens-toi tranquille ! Murmura-t-il du coin des lèvres au moment où elle passa la porte.

Il remercia chaleureusement la secrétaire et attendit le retour de Klymenos en sirotant tranquillement son whisky. Qui était très bon, d'ailleurs. Soudainement, ce qui ressemblait à une alarme incendie se déclencha, et Mrs Stone quitta précipitamment le bureau par la même porte que Klymenos un peu plus tôt. Le russe, quant-à lui, se leva du fauteuil. Indécis sur la conduite à tenir. Devait-il attendre le retour de l'un ou de l'autre ou bien évacuer les lieux immédiatement ?

Il n'eut pas à hésiter longtemps, cependant, car le Directeur revint dans son bureau, trempé comme une soupe, et l'alarme de tut. Franchement intrigué, et surpris, Alex ne put qu'ouvrir la bouche d'effarement et demander :

- Que se passe-t-il ?

Et la réponse qui vient à cette question ne pouvait qu'être qualifié d'incongrue. Encore que même cela n'eut été qu'un euphémisme. Des... morts ? Parlais-t-il de Lucie ?

Momentanément déstabilisé, il se rassit lentement dans le fauteuil tandis que Klymenos demandait son nom à une "jeune fille" invisible derrière lui. Il voyait Lucie ! Comment était-ce possible ? La jeune sotte était un phantasme issue d'un monde façonné d'imaginaire. Lui-même ne pouvait pas la voir, ni l'entendre et les quelques interactions qu'il avait eut avec elle se limitaient à un objet inanimé se déplaçant tout seul. Et de ce qu'il avait put constater dans l'hôtel, cette limitation s'appliquait aussi bien à toutes les autres personnes, surtout si elle avait pu le suivre jusqu'ici sans se faire remarquer.

A moins que... Alex fut frappé d'une idée et la compréhension de fit jour dans le regard qu'il posa sur Klymenos. Il avait constaté que personne ne pouvait la voir dans CE monde. Or, Klymenos était à la tête d'un service d'une multinationale qui contrôlait en secret un certain nombre de portails vers d'autres mondes.

Voilà qui était extrêmement intéressant pour Alex. Il avait envisagé cette éventualité, bien entendu, mais en avoir la preuve était une autre paire de manches, cela ouvrait tout un tas de nouvelles possibilités.

En attendant, son esprit fonctionnant à toute vitesse, il devait décider de la marche à suivre à présent. Devait-il faire comme si il n'était pas du tout impliqué dans cette histoire et ignorant de tout ? Non, c'était absurde ! D'après son attitude, Klymenos pouvait non seulement la voir mais aussi converser avec la défunte idiote, et elle pouvait lui raconter à l'envie que c'était lui qui l'avait amenée par mégarde dans ce monde. Mieux valait jouer la franchise. Du moins jusqu'à un certain point.

- Elle se nomme Lucie, dit-il gravement en se renfonçant dans le fauteuil.

Il sirota une gorgée de whisky pour ménager un peu l'effet théâtral de cette révélation et laissa échapper un demi-soupir de lassitude plus vrai que nature.

- Je suis navré pour ce désagrément, Mr Klymenos. Je pensais bien l'avoir laissée en France. Sérieusement, depuis quand les fantômes prennent l'avion ?
avatar
Alexandrov Kalistarine

Messages : 30
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Lucie le Lun 24 Avr - 13:55

Le prétendu dieu était trempé des pieds à la tête, quant à Lucie elle regardait le plafond avec des yeux ronds en se demandant pourquoi il pleuvait à l’intérieur. Les gouttelettes la traversaient, bien évidemment, ce qui avait tendance à flouter son image comme s’il y avait un bug dans la matrice. Etrange. Mais pas plus que le son strident qui raisonnait et lui donnait envie de prendre ses jambes à son cou. C’était quoi ce bruit atroce ?! On aurait dit que l’on égorgeait des animaux en continu. Par réflexe, elle tenta de se boucher les oreilles, ce qui ne servit absolument à rien. Une femme qu’elle avait déjà croisé un peu plus tôt déboula soudain dans le couloir et gronda Aidoneus, ce qui conforta Lucie dans l’idée que cet individu n’était pas ce qu’il prétendait. Un dieu ne se laisserait pas marcher sur les pieds, ne serait pas aussi pâle ni anxieux… il était trop « humain ». L’alarme s’arrêta soudain et ils entrèrent dans le bureau.

- Que se passe-t-il ?

-Je...vois des gens qui sont morts...Enfin une...

Il se tourna vers elle et la jeune femme  morte lui accorda une esquisse de sourire.
-Au fait, veuillez m'excuser, j'ai complètement oublié de vous demander votre nom, jeune fille !
-Je…
- Elle se nomme Lucie, déclara Alexandrov en lui coupant la parole.
-C’est cela, Lucie…
 -Excusez-moi, j'ai déclenché le détecteur, c'est ma faute...
Le blond lâcha soudain un soupir.

-Je suis navré pour ce désagrément, Mr Klymenos. Je pensais bien l'avoir laissée en France. Sérieusement, depuis quand les fantômes prennent l'avion ?

Lucie eut soudain un frisson, ce qui tenait plus de l’ordre psychologique que du physique plus qu’elle n’avait plus de corps. Cet homme parlait d’elle comme si elle était une simple gêne, un désagrément dont il convenait de se débarrasser. Il le lui avait déjà fait comprendre longtemps plus tôt, ce n’était pas pour rien qu’elle l’avait suivi en conservant le silence, espérant ainsi obtenir des réponses par l’observation plutôt que par le questionnement verbal. Mais les choses étaient différentes maintenant, il y avait Aidoneus qui était capable de la voir, ce qui le rendait bien plus important que cet horripilant individu. Le fait est que ce dernier avait l’air inférieur en rang sinon en richesses à Aidoneus, et semblait accorder de l’importance à l’idée de lui plaire. Cette information méritait d’être exploitée. Vu le respect avec lequel Alexandrov la traitait, elle n’aurait aucuns scrupules à démolir son image.

-Ce pleutre a essayé de se débarrasser de moi comme si j’étais un objet indésirable. Dès qu’il a compris qui j’étais il n’a cessé de m’ordonner de rentrer chez moi sans se soucier le moins du monde de ce qui pouvait m’arriver. Je l’ai suivi car il semblait détenir des informations qui pouvaient m’aider à comprendre ce qui était en train de m’arriver, lui aussi m’a parlé d’un autre monde…

Elle jeta un regard mauvais en direction d’Alexandrov, puis poursuivit à  l’attention d’Aidoneus.

-Il n’a pas votre grandeur d’âme, monseigneur.

Peut-être qu’un peu de  flatterie le convaincrait de ne pas essayer de se débarrasser d’elle comme une vieille chaussette à l’instar d’Alexandrov.

-Je ne peux pas rentrer chez moi et retourner à cette errance sans fin mais je ne peux pas non plus rester ici sans comprendre où je suis. Je ne m’en sortirai pas toute seule, j’ai besoin d’aide.
avatar
Lucie
Fantôme

Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Hadès le Sam 20 Mai - 15:10

Ainsi s'appelait-elle Lucie. Un joli nom, dérivé féminin de Lucius, nom dérivé du latin "lux" et voulant dire lumière. Mais Hadès n'avait pas fait latin et n'était pas du tout intéressé par l'onomastique, autre que grecque. De fait, l'onomastique il s'en fichait. Lui, il était plus dans la criminalistique et la physique, depuis qu'il avait découvert les fascinantes séries télévisées policières et de science-fiction terriennes; il n'y avait pas à dire, les terriens étaient  doués d'une imagination débordante. Même si certaines situations scénaristiques le laissaient parfois de marbre dans les séries à suspense; il trouvait toujours l'assassin avant que l'épisode ne le dise.
Le dieu nota le nom dans sa tête; il serait facile à retenir.

 
- Je suis navré pour ce désagrément, Mr Klymenos. Je pensais bien l'avoir laissée en France. Sérieusement, depuis quand les fantômes prennent l'avion ?
 
-Ce pleutre a essayé de se débarrasser de moi comme si j’étais un objet indésirable. Dès qu’il a compris qui j’étais il n’a cessé de m’ordonner de rentrer chez moi sans se soucier le moins du monde de ce qui pouvait m’arriver. Je l’ai suivi car il semblait détenir des informations qui pouvaient m’aider à comprendre ce qui était en train de m’arriver, lui aussi m’a parlé d’un autre monde…Il n’a pas votre grandeur d’âme, monseigneur. Je ne peux pas rentrer chez moi et retourner à cette errance sans fin mais je ne peux pas non plus rester ici sans comprendre où je suis. Je ne m’en sortirai pas toute seule, j’ai besoin d’aide.
 
La flatterie n'avait jamais vraiment aidé quiconque face à Hadès; il n'était pas Zeus, il n'était pas comme la plupart du reste de sa famille; mais il comprenait la démarche du fantôme.
 
-Reprenons les choses dans l'ordre, voulez-vous ? dit-il en s'adressant aux deux.
 
Il fit signe à Charmian, celle-ci lui sourit et ferma soigneusement la porte devant laquelle elle se plaça, tout en demeurant à l'intérieur de celle-ci. Il savait qu'elle voulait voir les réactions de monsieur Kalistarine. Il dégagea une chaleur suffisamment importante de son corps pour sécher plus vite, sans pour autant tout faire brûler; ce n'était vraiment pas le moment. Il servit un nouveau verre à son invité.

 
-J'imagine que vous savez déjà à propos d'autres mondes, n'est-ce pas ? Sachez que je proviens de l'un d'eux, et si j'ai décidé de financer moi-même ce que vous me présentez, c'est uniquement parce que l'esprit humain de ce monde me fascine. Les exploits technologiques dont vous faites preuve sont remarquables; peut-être que pour d'autres, ils sont peu de choses, mais pour moi qui provient d'un monde sans technologie de la sorte, cela relève presque de la magie que je connais pourtant très bien. Je vais peut-être devoir me représenter. Enchanté, mon nom est Hadès. Mais appelez-moi juste monsieur Klymenos, cela suffira. Souverain de l'Erèbe, dieu de la richesse et de l'abondance, régnant sur tout ce qui se trouve sous terre; surtout depuis mon mariage avec Korè, mais cela est une autre histoire.
 
Il se tourna vers Lucie.
 
-D'où le fait que je puisse voir les morts, peu importe leur monde d'origine. Quant à pleinement les aider à trouver la paix, cela est autre chose, surtout lorsqu'il ne s'agit pas d'ombres; les morts de mon monde. Cependant, je puis tout de même tenter de faire quelque chose. Quant au fait que les fantômes puissent prendre l'avion eh bien...depuis quand un dieu de la richesse devient banquier ? demanda t-il de façon rhétorique en souriant; on avait l'impression que cela l'amusait. Lucie est perdue et est une âme errante, je vais en prendre soin maintenant, jusqu'à ce qu'elle puisse trouver la paix ou que je puisse la remettre entre les mains des autorités divines qui lui sont affiliées. Des questions ?
 

Si tout à l'heure il était trempé, il était désormais comme si rien ne s'était passé, et dégageait cette aura que seul un dieu grec souverain des Enfers pouvait dégager.

_________________
avatar
Hadès
Dieu grec de l'Erèbe

Messages : 250
Date d'inscription : 21/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Alexandrov Kalistarine le Jeu 6 Juil - 14:36

Lorsque Klymenos reprit la parole, Alex ne put que rester coi en l'écoutant. Le fait qu'il sentit émaner du banquier une chaleur inhabituelle pendant un instant, le faisant sécher à vue d'oeil, y était probablement pour quelque chose également, mais le contenu de ses propos, pour peu qu'on était disposé à y croire, avait tout de bouleversant.

Et avec ce que le jeune homme avait déjà vu et vécu, il n'avait pas de raison d'en douter.

Ainsi, cet homme de pouvoir et d'influence, à la direction d'un grand groupe international, était aussi une Légende, un de ces êtres issus des mondes imaginaires nés de l'esprit humain et reliés à la Terre on ne savait trop comment. Et pas n'importe laquelle !

Le grand Hadès, rien de moins ! Le Dieu des Enfers de la mythologie grecque imself déambulant sur Terre et y menant lui seul savait quelles affaires mystérieuses. Il y avait de quoi être déstabilisé, la Reine d'Angleterre c'était de la piétaille en comparaison. Mais Alex tenta de ne rien laisser paraître de son trouble et but une gorgée de whisky pour se donner contenance.

C'était quelque peu intrigant que sur deux personnes d'influence qu'il connaissait dans les autres sphères de cette société, ces deux étaient des Légendes. Probablement le fruit de ses activités dans les mondes "externes", qui l'avaient naturellement mené à rencontrer ceux qui en étaient issus.

Une fois sa présentation terminée, le dieu laissa à nouveau la parole à son invité. Matériellement, l'origine de Klymenos lui importait peu tant qu'il obtenait les fonds pour développer ses projets. Sur un autre plan, c'était une information importante, qui avait le potentiel de changer pas mal de choses, il prit donc sur lui de la conserver précieusement jusqu'à ce qu'il trouve une façon rentable de l'utiliser.

- Elle m'a simplement suivit à travers un portail, et j’espérais qu'elle rentrerait simplement chez elle pour éviter de causer trop de désagréments dans le village des environs. Si vous pensez que c'est mieux ainsi, libre à vous, je ne suis qu'un exécutant sur cette affaire.

Au moins, il serait définitivement débarrassé de cet encombrant fantôme, ce qui n'était pas lui déplaire dans la mesure où elle n'avait fait que le déranger depuis qu'elle s'était manifestée. Il passa donc à autre chose sans autre forme de transition, l'affaire Lucie étant déjà close à ses yeux.

Pour le reste, il lui faudrait manœuvrer habilement pour utiliser correctement les éléments qui étaient à sa disposition.

- Je tiens à vous adresser mes remerciements pour le soutient que vous apportez à mes projets. C'est pour moi une aide inestimable. En échange, si je peux vous rendre quelque service, je suis toujours avide d'en apprendre plus sur les différents mondes qui se trouvent de l'autre côté des portails, et certaines informations ont plus de valeurs pour moi que l'argent, aussi je suis disposé à accepter certaines missions pour un prix dérisoire.

L'appât était à l'eau, il ne restait qu'à attendre que le poisson morde afin de la ferrer proprement. En attendant, le mieux à faire était de se faire désirer un peu.

- Je suis navré de me montrer si cavalier, mais notre entrevue a duré plus longtemps que prévu, et je me vois dans l'obligation de prendre congé, afin de me préparer pour l'anniversaire de la Reine. C'est un évènement à ne pas manquer, vous en conviendrez.

Sur ces mots, il termina son verre de whisky, un très bon en occurrence, et se leva du fauteuil dans lequel il avait pris place, s’apprêtant à sortir après avoir expédié les politesse et formalités d'usage.

- Je vous recontacterais sous peu pour vous faire parvenir une description détaillée du projet Hive.
avatar
Alexandrov Kalistarine

Messages : 30
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Up and down

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum