Voleur VS Voleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voleur VS Voleur

Message par Robin de Locksley le Jeu 5 Jan - 17:12

Alors que j’essayais de fuir cet homme à travers les invités qui étaient dans leur droit de protester quand je les poussais pour passer, toute la foule se retourna et écoutèrent l’annonce d’un serviteur. La reine fit son entrée et tout le monde s’inclina à sa vue. J’en fis autant pour ne pas me faire davantage remarquer et par respect à la couronne. Mais je vis au coin de l’œil celui qui m’avait retenue et qui avait garder ma veste. Visiblement, il était sur mes talons. Pourquoi donc ? M’en voulait-il à ce point pour avoir bousculé sa fiancée et, sentant son ego touché désirait me retrouver pour me lancer un duel ? Un duel ou me casser la figure, perdant de vue toutes les règles imposer aux gens de haut rang.

Victoria II -Je tiens à vous remercier d’être venu si nombreux ce soir pour mon anniversaire. J’espère que vous apprécierez la soirée et que vous saurez vous amuser !

Au même moment où ma foule redressa la tête et voulu faire les courbettes à sa majesté, j’en profitais pour filer de l’autre côté. J’étais presque arrivé à la porte de sortie. Il fallait que je me remémore le plan, comment quitter cet endroit pour de bon. Je n’étais pas en communication avec Liz, ce qui m’embêtait pas mal, car je ne savais pas si la sécurité était à nouveau cent pour-cent opérationnels. D’habitude, on était en communication, mais le risque de se faire prendre aurait été trop grand si on captait nos transmissions. Pour sortir par contre, il fallait que je retrouve dans la cachette, le matériel me permettant de sortir.

Je franchissais les portes en accélérant le pas. J’espérais semer mon poursuivant, qu’un peu de marche calmerait ses ardeurs et le ferait oublier sa ridicule vengeance. Bon, si je ne me trompais pas, le matériel cacher se trouverait cacher dans un vestiaire pour les employés. Et l’entrée devrait se trouver… Juste ici, dans un couloir un peu éloigner. Je franchissais la porte qui était en plastique, alors que les murs furent en boiserie… Étrange… Et arrivais dans un des vestiaires pour serviteurs. Je me mis de suite à fouiller sans perdre le temps à admirer la décoration et l’arrangement des meubles. Il n’y avait rien d’original, c’était même sobre comparer au reste du palais.

Je regardais chaque nom des casiers pour trouver celui qu’il me fallait. L’un des noms était un code entre nous, donc je ne le dirais pas ici. Et la clef pour l’ouvrir, dissimuler juste au-dessus du casier. Qui aurait eu l’idée de regarder là ? Les cachettes les plus simples sont souvent les meilleurs. J’ouvris le casier prestement et sortit le sac noir qui y était rangé. À partir de là, je n’avais plus beaucoup de temps, je devais fuir le palais avant que le Lord ne lance l’alerte ou que l’un de ses hommes ne mettent la main sur moi. Et si ce gars bossait pour le lord justement ? Non-impossible.

En ouvrant le sac, je sortis le « kit pour voleur » comme ils l’appelaient dans la bande et… on nouveau petit jouer gagner après ma rencontre avec cet homme chat, mon arbalète. Un petit bijou aussi gros que la main pouvant se rétracter et qui servait à la fois d’arme et de grappin selon le réglage. J’aimais toujours mon arc, mais dans ce monde, il était moins pratique que la minie arbalète. Je sortais aussi une veste noire pour y ranger mes petits joujoux et prendre la fuite. L’idée, ce n’était pas de sortir par la porte d’entrée bien entendu, mais par la porte de service. On sort du côté des poubelles et voilà. J’avais tout l’air d’un serveur ayant fini son service et sort pour prendre l’air. Mais bien entendu, les choses n’étaient pas aussi simples que cela. La sortie n’allait pas être une partie de plaisir.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 54
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Arsène Lupin le Mer 11 Jan - 12:52

La traque d'Arsène était bien plus compliquée qu'elle n'en avait l'air. Retrouver un homme fuyant à toute jambe n'était déjà pas simple en temps normal, mais le faire parmi une foule qui se trouvait être à la fois un obstacle mais aussi une cachette était une chose encore pire. 

Après l'annonce de la reine, les festivités reprirent et certains se mirent déjà à bouger pour espérer s'approcher de la "reine" de la soirée. Déjà par endroit la foule se faisait moins dense, permettant d'apprécier les différents visages. Arsène était une personne qui avait une très grande mémoire et un bon sens des détails. Pour cause, il avait su reconnaître le serveur qui avait déjà bousculé Blanche auparavant. Si le serveur réapparaissait dans son champ de vision, il saurait immédiatement le reconnaître. Il faut sans doute imaginer que pour un maître dans l'art de la tromperie, il est normal d'avoir un sens accru du détail.
Il ne voyait toujours pas son serveur pourtant son instinct le poussa à croire qu'une personne fuyante allait forcément se diriger vers la sortie. Il était inutile qu'il reste prit au piège en plein coeur de cette salle, attendant qu'Arsène le retrouve. Il se mit donc à se diriger vers l'entrée de la salle, se glissant habilement entre les différents serveurs et invités sans en bousculer un seul. Il trouvait déjà que lui et Blanche avaient assez attirés l'attention, inutile d'en faire plus. 

En quelques secondes, il se trouva déjà à proximité de l'entrée de la salle de bal. Il était bien conscient que l'homme avait pu le devancer facilement et être déjà sorti. Il se décida à regarder en arrière, réfléchissant à l'idée de laisser seul au milieu des convives. Cela pouvait être périlleux, mais il était tout aussi périlleux de laisser s'échapper un homme qui en savait peut être trop sur eux. Il chercha l'endroit où il l'avait laissé sa bien-aimé mais ne parvint pas à la retrouver. Après une profonde inspiration, comme s'il se gonflait du courage de la laisser, il se détourna et voulu partir de la salle. C'est alors qu'il le vit. 

Ca avait été un mouvement fugace dans l'encadrement de la porte, la personne qu'il suivait l'avait déjà en grande partie franchie. Pourtant le peu qu'Arsène put discerner le porta à croire qu'il s'agissait du serveur. Enfin, si c'était réellement un serveur. Sans perdre une seconde, le gentleman le suivit, laissant exprès une distance de sécurité pour éviter d'attirer l'attention. Il marchait tranquillement, comme si de rien n'était mais ses yeux ne trahissait son envie de découvrir l'implication de cet homme.

Il franchit alors la porte et tourna son regard en direction de là où l'homme était parti. Il le vit alors entrer dans une salle un peu plus loin dans le couloir. Continuant à garder une bonne distance de sécurité, Arsène se mit à réfléchir. Si l'endroit était réservé aux employés, son entrée pourrait d'autant plus attirer l'attention sur lui. Il sourit malicieusement, la réponse à cela était simple. Peut-être même un peu trop simpliste. Tout en avançant, il se vêtit de la veste de serveur comme si de rien n'était. Ce n'était pas grand chose mais c'était déjà ça. 

La veste ne lui allait pas parfaitement. Les manches étaient un peu trop petites et la veste ne descendait pas parfaitement mais cela saurait au moins donner un minimum d'illusion. Il s'arrêta devant la porte en question, la main sur la poignée, et jeta un oeil à droite et à gauche. La dernière chose qu'il voulait, c'était se fourrer dans un traquenard. Il n'y avait pas pensé mais cela pouvait très bien être un piège... Non il aurait été étonnant qu'un homme fasse exprès de se faire remarquer par Blanche et lui afin de les attirer, ou au moins l'un d'entre eux, dans un coin. Personne ne savait qu'ils étaient présent et leurs déguisements étaient plutôt réussi. A moins que ce cher Hadès ne les aient vendus au plus offrant. 

Sur tant de questions sans réponses, Arsène se décida à pousser la porte et déboucha dans une sorte de vestiaire à l'attention des serveurs visiblement. Il y avait des casiers contre les murs. Devant l'un d'entre eux, un homme était en train de se changer. Bon pour la distance de sécurité c'était mort et le fait que l'homme n'ai pas tenté de fuir plus avant renforça sa crainte de s'être fiché dans un beau traquenard. Il fallait régler cette histoire. Arsène profita de sa proximité avec l'homme pour prendre la parole :

-Excusez-moi, je suis venu vous rendre votre veste. Vous n'aviez pas besoin de faire une sortie aussi... Spectaculaire, il n'y avait pas mort d'hommes vous savez. Dit Arsène avec un sourire sincère. Je m'excuse si j'ai pu vous faire peur, ce n'était pas mon attention. Mon nom est Eustache d'Aramitz. Arsène se défit de la veste et la tendit, de même que sa main. Serrons nous la main en guise d'excuse mutuel, après tout nous sommes des gens civilisés, n'est-ce pas ?


L'idée était de se mettre le serveur dans la poche. Après tout s'il n'avait rien à se reprocher, il n'y avait aucune raison pour qu'il n'accepte pas les excuse d'Arsène et se conduise de manière étrange. Pour la suite, Arsène aviserait, après tout l'homme était de toute façon trop proche pour se servir d'une arme à distance et si l'homme se décidait à l'attaquer de front, Arsène était prêt à le recevoir comme il se devait.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Robin de Locksley le Dim 15 Jan - 14:54

Alors que je terminais de me préparais en récupèrent mon matériel, une voix derrière moi me surprit.

Arsène - Excusez-moi, je suis venu vous rendre votre veste.

Je refermais rapidement le casier tout en me retournant vers celui, car c’était une voix d’homme, qui venait de me parler. Je fixais comme une statue le nouvel intrus de ces lieux.

Arsène - Vous n'aviez pas besoin de faire une sortie aussi... Spectaculaire, il n'y avait pas mort d'hommes vous savez. Je m'excuse si j'ai pu vous faire peur, ce n'était pas mon attention. Mon nom est Eustache d'Aramitz.

L’invité chevalier de la pauvre dame que j’avais renversé m’a suivi jusqu’ici. Il y avait de quoi avoir peur en le voyant-là, surtout avec ce sourire qui ne me rassurait pas. Mais pourquoi une personne de classe sociale élevée viendrait jusqu’ici pour voir un serveur ? Était-il fou ? Il aurait pu se plaindre à un supérieur et demander mon renvoi, mais non, il m’avait suivi ici comme un malade mental. Soit c’était ça, soit… Il n’était pas si notable que ça si vous voyez ce que je voulais dire. Eustache me tendit la veste pour me la rendre. Ainsi que sa main pour nous saluer.

Arsène - Serrons nous la main en guise d'excuse mutuel, après tout nous sommes des gens civilisés, n'est-ce pas ?

Des gens civilisés ? Je savais reconnaitre les paroles d’un manipulateur quand je les entendais. Pas seulement que je pouvais m’amuser avec de belles paroles aussi pour piéger mes ennemis, mais j’en fus également victime quand le shérif voulu me corrompre au début, pour me rallier à sa botte, bien avant d’être nommé Robin des Bois. Quelque chose me disait que ce monsieur Eustache d’Aramitz n’avait pas plus sa place ici que moi. Mais alors, pourquoi était-il là dans ce cas. Qui était-il vraiment ? Je sentais que la réponse n’allait pas me plaire et que la mission se révélera plus compliquée que prévu, car il ne fut nullement prévu de rencontrer des invités surpris lors de la fête pouvant me nuire.

À mon tour, je me mis à lui sourire, jouant le jeu. Je ne devais pas lui donnait raison de s’emporter ou de soupçonner quoi que ce soit qui le rendrait de suite hostile. Restant sur mes gardes, je me mis à lui serrer la main, restant en alerte au moindre signe suspect.

Robin – Enchanté monsieur Eustache d’Aramitz. Je me nomme Robin… Loughran.


Je ne pouvais pas dire Locksley, alors j’ai prononcé le premier nom de famille anglophone qui me venait à l’esprit, évitant les Smith ou Jackson. Robin Loughran, j’aimais bien aussi. Ça pourrait me servir de nom d’emprunt dans ce monde. Revenant à notre affaire, je lâchais la main d’Eustache, ne le quittant pas des yeux. Je continuais de le surveiller, pour ne pas avoir de mauvaises surprises si je me mis à lui tourner le dos. Ce serait fâcheux qu’il me frappe et que je ne puisse voir venir le coup. Gardant mon sourire forcé, je voulais conclure au plus vite cette rencontre.

Robin – Il n’y a pas de mal monsieur. Pas mort d’homme comme on dit. Et je suis tout autant désolé d’avoir bousculer votre dame. Cela est dut au stress, ne voulant faire de faux pas pour cette journée qui devait être parfaitement. Mais finalement, ce fut l’effet inverse. Encore mille excuses monsieur.

Maintenant que cela était fait, j’espérais qu’il partirait tout sourire et que chacun reprendrait son chemin, sans jamais se recroiser. De plus, j’étais sûr qu’à l’heure actuelle, lord Burrows avait remarquer la disparition de son bien et aurait lancer secrètement des hommes à ma recherche, ou de celle de la clef plus précisément. Il me fallait donc quitter ce palais au plus vite, mais pas avant que notre ami gentleman ne soit partit.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 54
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Maitre du jeu le Lun 16 Jan - 16:07

Alors que la fête recommençait à battre son plein après l'arrivée de la Reine, la lumière de la salle du trône s'éteint soudainement et une voix se fait entendre, jovial et puissante. Normalement c'est à ce moment on devrait apporter le gâteau pourtant aucun serveur ne bouge. Peu de temps plus tard, une télévision s'allume et la voix continue de s'adresser à la foule présente dans la salle.


Le message ici:



C'est alors que certaines personnes se mettent à quitter leurs postes. L'un des serveurs à la soirée s'échappe à celle-ci et retourne dans les vestiaire aussi tranquillement que possible. Une fois les portes franchit, ils les verrouillent derrière lui, en bloquant l'accès. Une fois fait, il solidifient le tout en se servant de chaînes de métal. Il est clair qu'il enferme les personnes à l'intérieur. Enfin il s'empare de la clef ayant servi à bloquer l'issue et la porte à sa bouche afin de l'avaler. Il reprend alors son chemin, tentant de fuir le palais mais avant cela, il se dirige vers les casiers. C'est alors qu'il croise la route d'un autre serveur et d'un invité en train de discuter. Aussi naturellement que possible, l'homme s'approche d'un casier et l'ouvre, dévoilant une Uzi cachée dans celui-ci.


Dans la salle, vous pouvez entendre une musique s'élever : 
La musique:



Quelques instants plus tard, vous entendez la panique commençant à gagner les invités. Une chose est sûre, quelque chose a dérapé à l'intérieur.


Le serveur se tourne alors vers les deux hommes et s'apprêtent à les abattre, arme au poing.


A l'extérieur c'est la débandade. Les gardes ont été avertis de ce qui se produisait dans le palais et ceux-ci commencent à entrer dans le palais en nombres, traquant les intrus avant que quelque chose de grave ne se produise. Personne ne sait clairement ce qui se passe mais on sait une chose affreuse : La reine fait partie des personnes piégés.
avatar
Maitre du jeu

Messages : 16
Date d'inscription : 03/08/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Arsène Lupin le Mar 17 Jan - 23:04

Arsène tendait une main en direction du serveur qui avait bousculé Blanche précédemment, près à analyser son comportement pour en tirer des conclusions rapides. Bien entendu Arsène remarqua immédiatement que l'homme était en train de se changer, désertant totalement son poste pour partir. Certes son service pouvait être fini mais le gentleman en doutait. 

L'homme ne se fit pas trop prié et lui tendit à son tour la main et la serra sans jamais lâcher des yeux le gentleman. Il fallait maintenant savoir si l'homme craignait Arsène à cause de leur rencontre précédente ou bien s'il était en train d'épier ses mouvements pour une autre raison, de l'ordre plutôt de l'attaque, à chercher une faille à exploiter.

La poignée de main se passa sans encombre et Arsène rendit à l'homme la veste de serveur que l'homme avait laissé sur place. L'homme en profita alors pour se présenter à son tour :

–Enchanté monsieur Eustache d’Aramitz. Je me nomme Robin… Loughran.



Arsène tiqua sur cette hésitation, cette seconde qui avait fallut à l'homme pour ajouter son nom de famille. C'était une erreur de débutant si l'homme avait réellement choisi de lui donner un faux nom : Toujours prévoir sa fausse identité au préalable. Cependant, il ne pouvait être sûr de cela, l'homme avait put aussi avoir une hésitation à donner plus d'informations à cause de leur altercation. Arsène n'en montra rien et accueillit la présentation d'un hochement de tête approbateur.
Les deux hommes s'observaient et souriaient. Le sourire de l'interlocuteur d'Arsène avait pourtant quelque chose de suspect, comme si l'homme en face de lui se forçait pour sourire. A nouveau on pouvait analyser cela de deux façons. La première était que l'homme cachait quelque chose et donc pouvait être un ennemi, l'autre étant le fait qu'il soit simplement encore sous le coup de la crainte d'Arsène, à tort d'ailleurs : Un gentleman ne s'attaque pas ainsi à quelqu'un sans raison.

–Il n’y a pas de mal monsieur. Pas mort d’homme comme on dit. Et je suis tout autant désolé d’avoir bousculer votre dame. Cela est dut au stress, ne voulant faire de faux pas pour cette journée qui devait être parfaitement. Mais finalement, ce fut l’effet inverse. Encore mille excuses monsieur.


-Ce n'est pas grave, pas la peine de vous confondre en excuse, le stress est l'ennemi des hommes habiles. Et question habileté vous avez l'air de particulièrement bien vous en sortir vu votre prestance à retirer cette veste. Je m'étonne presque, au vu de l'exploit, que vous ayez trébuché deux fois à cette soirée monsieur...Longhram. S'exclama Arsène en riant.

C'est alors que dans la salle un bruit de porte se fit entendre. Un homme venait d'entrer plus loin dans le couloir et était en train de refermer visiblement une porte à clef. Si le fait de fermer une porte à clef n'est pas vraiment une chose suspecte, le bruit de métal s'entrechoquant qui suivit fut d'autant plus étrange. 

Pour la première fois depuis le début de leur entrevue, Arsène détourna les yeux de son interlocuteur, son rire s'étouffant peu à peu tandis qu'il observait la source du bruit qu'il ne pouvait voir. Peu de secondes suivirent avant l'apparition d'un nouveau serveur qui, lui aussi comme monsieur Longhram, avait déserté son poste dans la salle. L'homme observa Arsène et Robin avec des yeux ronds avant de continuer son chemin jusqu'au casier sans parler d'avantage, tranquillement. Il y avait une sorte de tension dans l'air. Au loin, on entendait vaguement une voix en provenance de la salle du trône où il avait laissé Blanche. Une terreur indicible commença à s'insinuer dans son esprit, sous-jacente d'un danger qu'il ne comprenait même pas pour l'instant.

L'homme ouvrit son casier tranquillement, naturellement, à quelques mètres de l'endroit où se trouvait Robin et Arsène. Rien ne laissait supposer que quelque chose ne tournait pas rond. Une musique commença à s'élever de la salle du trône, une musique pour le moins peu adapté aux circonstances, bientôt suivi de cri de terreur. Un instinct de préservation poussa le gentleman à jeter un oeil comme il le pouvait dans le casier. C'est alors qu'il l'aperçut. S'il ne reconnut pas précisément l'arme que l'homme prenait en main, il savait en reconnaître une lorsqu'il en voyait. Au moment où l'homme se tourna en direction d'Arsène et Robin, les deux hommes se jetèrent sur le côté, à l'abri derrière la rangée de casier. Ils n'échappèrent que de justesse à la salve de balle qui cribla durant une seconde le mur devant lequel il se trouvait une seconde auparavant. Décidément c'était devenu une drôle d'habitude que de servir de cible vivante. Il nota cependant que ce qu'il craignait était en train de se produire : Il s'était jeté de lui-même dans la gueule du loup et il s'agissait peut-être là de l'embuscade tant redoutée. Pire encore : Blanche se trouvait en ce moment même dans la salle d'où s'échappait des hurlements de terreur. Il blêmit l'idée qu'il puisse arriver quelque chose à sa princesse bien-aimé. 

Le tireur profita de l'occasion pour s'enfuir à grande enjambée de la salle, laissant les deux hommes totalement seul dans la salle meurtrie des récents tirs. Il regarda son compagnon d'infortune faisant le tour des casiers afin de s'assurer que la voie était libre. Son sang ne fit qu'un tour, il devait être sûr. D'un geste rapide, il fondit sur Robin et lui cala l'avant-bras sous la gorge, l'étouffant, tout en le plaquant violemment contre les casiers dont le bruit de métal résonna dans la salle. Arsène s'emporta alors :

-Qui sont ces types et qu'est-ce que vous nous voulez ?! Et ne me racontez plus d'histoire monsieur Longhram, nous savons tous les deux que vous n'êtes pas un serveur alors qui êtes-vous ?!

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Robin de Locksley le Sam 21 Jan - 15:08

Arsène - Ce n'est pas grave, pas la peine de vous confondre en excuse, le stress est l'ennemi des hommes habiles. Et question habileté vous avez l'air de particulièrement bien vous en sortir vu votre prestance à retirer cette veste. Je m'étonne presque, au vu de l'exploit, que vous ayez trébuché deux fois à cette soirée monsieur...Longhram.
Robin – Ce n’était pas si habille que ça pour retirer ce vêtement, vous exagérer Sir.

C’est alors que l’on entendit la porte s’ouvrir pour laisser passer un troisième personnage. Je fus rassuré en m’apercevant que le nouvel individu était un serveur. Il en portait la tenue du moins. Il fut tout aussi surpris de nous voir ici que moi, l’ayant entendu fermer la porte à clef. Pourquoi donc faire cela ? La fête n’était pas finie et donc, de nombreux employés devront rejoindre leur casier pour se changer à la fin. Curieux. Mon esprit était en alerte, car je devais rester sur mes gardes à chaque instant. Je ne perdais pas de vue ce monsieur Eustache d’Aramitz qui demeurait bien plus suspect. Il était clair qu’il n’était pas celui qu’il prétendait être. Sinon il serait un aristocrate bien singulier.

Mais j’aurais dû être plus attentif au serveur, ou prétendu serveur. Car, au lieu de juste se changer à son casier, il sortit un objet que je reconnus rapidement. Il s’agissait d’une des armes à feu de ce monde. J’en avais déjà vu de toutes sortes, mais le fonctionnement restait semblable à chacune d’elles. En un instant, l’aristo et moi, nous nous mettions à couvert, derrière les casiers pour éviter la pluie de balles qui cribla le mur. Cela ne dura qu’un instant. Apparemment, je n’étais pas le seul à jouer les serveurs ici. D’autres ont profiter de l’occasion pour s’introduire dans le Palais pour poursuivre des buts moins nobles. Je voulais contourner le tireur pour le prendre par-derrière et le mettre hors d’état de nuire. Mais ce fut inutile, car à peine ses tirs terminés qu’il prit la fuite, nous laissant seul. Mais que se passait-il donc ici ? Je commençais à entendre une étrange musique en provenance de la salle du trône, quelque chose n’ayant rien à voir au répertoire habituel. Mais je ne pus en profiter, car Eustache m’attrapa.

Avec une force et est une maîtrise impressionnante, il m’attrapa et me plaqua contre l’un des casiers. Son coude m’écrasa la gorge, m’immobilisant pour un temps. Ses yeux furent remplis de flamme et me cria dessus avec une voix forte remplie de rage :

Arsène - Qui sont ces types et qu'est-ce que vous nous voulez ?! Et ne me racontez plus d'histoire monsieur Longhram, nous savons tous les deux que vous n'êtes pas un serveur alors qui êtes-vous ?!

Comment le saurais-je ? Il s’imaginait que le premier venu était de mèche avec ce gars-là ? Le pauvre, il était paranoïaque, quoi que, je le serais aussi si je me faisais passer pour un invité. Mais il ne me connaissait vraiment pas du tout. Et je ne comptais pas me laisser faire. En plus, je ne savais pas qui il était lui aussi. Avec mon genou, je le frappais dans les côtes, le faisant reculer un peu et ainsi, l’obliger à desserrer sa prise sur ma gorge. J’en profitais pour le repousser et sauter plus loin. Je fis une belle pirouette pour me retrouver face à lui, un genou au sol. Je dégainais mon arbalète immédiatement et me mis à le viser au niveau de la tête. Je ne comptais pas tirer, mais juste le tenir en respect. Et puis j’étais content de me savoir armer. À mon tour, je lui lançais un regard noir comme le sien pour faire comprendre que je n’étais pas quelqu’un de si docile que ça.

Robin – Je ne suis pas le Chambellan ou votre service des renseignements. Alors je n’en sais rien ! Mais s’il y a une chose dont je suis sûr, c’est que vous n’avez pas autant votre place que moi ici. Alors arrêtons nos batelages.


Je tenais fermement ma mini-arbalète entre les mains. Un faux pas il se prendrait un carreau. Je ne le tuerais pas j’ai dit, mais je pourrais toujours le blesser, un trait dans la main ou la cuisse, cela faisait très mal. Je comptais juste partir depuis tout à l’heure, mais voilà qu’au lieu que ce soit la garde qui m’en empêche, ce sont des tireurs et des prétendus invités. J’arrivais de nouveau à entendre ce qu’il se passait dans la salle du trône. La musique horrible, et des cris de panique. Mais qu’est-ce qu’il se passait ici sacrebleu ?! Il était clair que je ne partirais pas de sitôt du Palais.

Robin – Je ne sais pas ce que ce bric fait-ici. Mais je pense que cela a un lien avec ces criements. Avec vous aussi j’imagine.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 54
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Arsène Lupin le Dim 22 Jan - 20:22

L'emportement soudain d'Arsène eut le don de le faire souffrir, tant intérieurement que physiquement. Il s'en voulait d'avoir laissé Blanche à l'intérieur, à la merci de tout ce qui pouvait lui arriver et physiquement car le coup soudain, la violence, réveillèrent la douleur lancinante dans son épaule. La blessure n'était pas encore remise et il ne pouvait se permettre se genre d'excès. Pourtant il était prêt à tout pour sortir sa demoiselle de là, quitte à abattre les murs du palais pierre après pierre.

Pourtant, une donnée importante dans la situation se trouvait ici : L'identité de ce serveur qui avait, par deux fois, bousculé sa cavalière. Habilement, alors que toute l'attention du serveur, s'il en était bien un c'était à prouver, était fixée sur les yeux d'Arsène et sur son bras lui bloquant la respiration, sa main droite se perdit soudain, fonçant comme mue par une volonté propre, vers la première poche qui venait.

Arsène avait une philosophie à ce sujet : On pouvait en apprendre beaucoup sur un homme en observant le contenu de ses poches. C'était une façon relativement sûre d'obtenir des informations. Malheureusement, cette technique souffrait ses défauts, comme le jour où il avait mis la main dans la poche d'un dandy ayant un gros rhume. Triste histoire.

Mais ici, il n'était pas question de ce genre de chose, la main glissa discrètement dans la poche et heurta un objet relativement dur. Il était alors impossible de définir ce qu'il était. Une partie métallique était présente et...

Avant qu'il n'ai pu en savoir plus, un genou frappa son estomac avec violence, le repoussant instantanément. Ne s'y attendant pas, Arsène grimaça de douleur tout en reculant, portant instinctivement ses mains à son ventre. Il ne lâcha des yeux qu'une seconde l'homme mais cette seconde lui suffit alors pour se saisir d'une arme et, genou à terre, de tenir Arsène en respect. Dans sa main une mini-arbalète dont le carreau était pointé sur sa tête. Le gentleman ne bougeait pas, soutenant le regard de l'homme s'adressant à lui :

–Je ne suis pas le Chambellan ou votre service des renseignements. Alors je n’en sais rien ! Mais s’il y a une chose dont je suis sûr, c’est que vous n’avez pas autant votre place que moi ici. Alors arrêtons nos batelages.


Cette façon de parler était pour le moins étrange, même du point de vue d'un homme des années 1900 comme Arsène. L'autre fait marquant était que l'homme savait qu'Arsène n'avait rien à faire dans ce palais, tout autant qu'il affirmait bien ne pas y avoir sa place non plus. Derrière eux, l'agitation de la salle s'intensifiait, des personnes hurlaient et frappaient contre les portes. Là-bas c'était le chaos. Du coin de l'oeil, Arsène regarda l'origine du bruit, se demandant si Blanche allait bien. Avec le matériel nécessaire, crocheter la serrure était si simple...

– Je ne sais pas ce que ce bric fait-ici. Mais je pense que cela a un lien avec ces criements. Avec vous aussi j’imagine.


Arsène se redressa, sa main droite toujours sur son ventre. Il montrait bien que l'arme qui le menaçait ne l'impressionnait guère. Si l'homme voulait l'abattre, il l'aurait déjà fait.

-Vous me pensez vraiment responsable de ça ? De sa main gauche, il montra l'origine des cris. Réfléchissez, pourquoi j'aurais laissé Adaline à la merci de... De ces personnes ?!


Néanmoins le questionnement d'Arsène au sujet de l'homme qui se trouvait face à lui ne tenait pas la route si on le mettait en corrélation avec les événements : Le serveur avait essayé de les abattre tous les deux, sans sommation et semblait étonné de les croiser près des casiers, montrant bien qu'il ne s'attendait pas à ce qu'il y ai des témoins. 

-Ecoutez moi, peu me chaud de savoir la raison de votre présence ici. Tout ce qui m'importe c'est que je la retrouve. Je suis sans doute le seul témoin de cette altercation et je peux aisément vous dénoncer, vous portez une arme après tout. Toutefois l'ennemi de mon ennemi est mon ami, aidez-moi à la sortir de là, je vous aiderais à vous enfuir... Si vous me tuez, vous serez traqué tout comme l'homme qu'on vient de voir et sans doute abattu. La balle est dans votre camp monsieur Robin.


Il espérait que ce qu'il venait de dire aurait un effet sur Robin, même s'il ne savait réellement pas comment il allait réagir. En tout cas, il était clair qu'à cette distance, le carreau serait inévitable et, au vu de l'endroit visé, mortel. Arsène soutenait le regard de l'homme qui voulait le tenir en respect. Il avait survécu à un tir d'arme à feu deux fois en moins de deux semaines dont un qui l'avait touché, "qui ne tente rien n'a rien" songeait-il.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Robin de Locksley le Ven 27 Jan - 14:20

Arsène - Vous me pensez vraiment responsable de ça ? Il dirigea la main qui ne touchait pas son ventre endolori vers l’origine des cris Réfléchissez, pourquoi j'aurais laissé Adaline à la merci de... De ces personnes ?!

Peut-être parce qu’elle est à l’origine des cris ? Elle pouvait bien être celle qui provoque ce bazar. Qui sait, je ne savais rien d’eux, ni même de leurs intentions et ils pouvaient être aussi dangereux que le manant qui venait de nous tirer dessus. Cette situation devenait de plus en plus stressante et je ne désirais qu’une seule chose, m’échapper d’ici au plus vite. Mais les cris des invités me retenaient. Comme des grappins qui s’accrochaient à vous, pour que vous veniez de force vers eux afin de les aider. Bien que je désirais m’affranchir de mon image de « défenseur de l’opprimer » depuis mon arrivé dans ce monde, les vieilles habitudes demeuraient toujours. J’étais encore et toujours malgré tout ce combattant, pourchasser par les autorités.

Je ne perdais pas de vue mon interlocuteur. Je tenais toujours fermement mon arme, prêt à tirer s’il le fallait. Aucun de nous désirait baisser le regard, cherchant à dominer l’autre et profiter de cet avantage pour le mettre hors d’état de nuire. Mais il va bien falloir un moment sortir de cette situation, car à un moment ou un autre, le service de sécurité nous tomberait dessus si ce n’étaient les complices du tireur. Et ces cris qui devenaient peu à peu des rires monstrueux à faire froid dans le dos. Mais que se passait-il là-bas ?

Arsène - Ecoutez-moi, peu me chaud de savoir la raison de votre présence ici. Tout ce qui m'importe c'est que je la retrouve. Je suis sans doute le seul témoin de cette altercation et je peux aisément vous dénoncer, vous portez une arme après tout. Toutefois l'ennemi de mon ennemi est mon ami, aidez-moi à la sortir de là, je vous aiderais à vous enfuir... Si vous me tuez, vous serez traqué tout comme l'homme qu'on vient de voir et sans doute abattu. La balle est dans votre camp monsieur Robin.

Je me mis à rire.

Robin – Haha ! Me faire traquer n’est qu’un contre temps pour moi. Et avoir une personne de plus ou de moins sur la liste de ceux désirant m’occire ne changerait pas grand-chose.


S’il n’avait pas dit « Je suis sans doute le seul témoin de cette altercation et je peux aisément vous dénoncer, vous portez une arme après tout » j’aurais eu davantage confiance en lui. Mais là, il m’aurait fallu me débarrasser de lui pour éviter ce contre temps. Ce qui ne serait pas dans mes habitudes. Et puis, qu’avait-il de moi ? Il n’y avait que mon prénom qui était vrai. Les flics, comme les nommaient ceux de la bande, n’auraient trouvé aucune trace de moi. Et j’étais sûr que s’ils cherchaient un peu plus sur ce pseudo noble, ils se rendront compte d’une autre supercherie. Mais les cris m’oppressèrent. Il était évident que je ne pourrais pas m’en aller sans venir en aide. Et si Eustache, si c’était son vrai prénom, ce que j’en doutais, n’était pas avec eux, j’aurais bien besoin d’allié. Après réflexion, je lui accordai le bénéfice du doute.

J’abaissais mon arme et la retournai pour l’accrocher à ma ceinture. J’espérais qu’il était au moins assez noble pour tenir parole. Mes yeux ne quittèrent pas les siens, car je comptais pouvoir esquiver toutes entourloupe de sa part. Il y avait un début de confiance, mais la méfiance resta très forte, tant que je ne serais pas à qui j’avais réellement à faire devant moi, je continuerais à m’attendre à toute sorte de mauvaises surprises.

Robin – J’espère que ce ne sont pas des balivernes que vous me chantez là.


L’atmosphère était froide, j’avais même l’impression de recevoir des éclairs de sa part, comme moi pouvant le lui en lancer, dans une sorte de combat entre mages. Je vérifiais juste que mes carreaux étaient en place dans une sorte de petit carquois en cuir, près de la mini-arbalète, pour un faible sentiment de sécurité. A présent, nous pouvions passer aux choses les plus graves.

Robin – Bien. Allons sauver tous ces gens et votre damoiselle.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 54
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Arsène Lupin le Mar 31 Jan - 10:57

Arsène restait face à son interlocuteur armé, soutenant le regard de cet homme tout en lui proposant une entente le temps de pouvoir quitter le château. Il ne doutait pas que Robin avait ses propres intérêts à être présent mais il jugea bon de les ignorer afin de ne pas éveiller de soupçon.

–Haha ! Me faire traquer n’est qu’un contre temps pour moi. Et avoir une personne de plus ou de moins sur la liste de ceux désirant m’occire ne changerait pas grand-chose.


L'homme s'était mit à rire face à Arsène et ce qu'il venait de dire fit soudain écho dans son esprit : Je n'aurais jamais pensé qu'on aurait autant de chose en commun... poursuivit-il intérieurement sans montrer ce qu'il pensait. Arsène était stoïque, attendant la véritable réponse de l'homme qui se tenait face à lui. En effet, il jugea rapidement que ceci n'était qu'une manière de se passer de la pommade.

La véritable réponse ne se fit pas attendre car l'homme finit par abaisser son arme et la glissa doucement jusqu'à sa ceinture. Il y accrocha son arbalète, montrant par là qu'il n'avait aucune envie de tuer Arsène, pour l'instant en tout cas. En effet le gentleman continuait de penser qu'il lui faudrait se méfier de cet homme.

–J’espère que ce ne sont pas des balivernes que vous me chantez là. 

-Mon cher, si je savais chanter je serai un Soprano époustouflant.


La réponse s'était faite du tac au tac. Arsène n'avait pas réellement confiance en l'homme qui lui faisait face. Il croyait réellement que l'homme lui cachait quelque chose. Au moins il ne tarderait pas à en avoir le coeur net. Robin s'équipa de carreaux qu'il accrocha près de son arme et reprit la parole :

–Bien. Allons sauver tous ces gens et votre damoiselle.

Arsène fit un signe d'approbation de la tête tout en s'écartant de là où il se trouvait. Les informations fusaient dans sa tête. Il avait affaire à un homme à l'accent relativement vieillot et qui se servait d'une arbalète comme arme de prédilection. Il songea à une sorte d'assassin silencieux mais cela ne lui convenait pas. 
Les hurlements continuaient d'affluer dans tous les sens, de même que la musique, rappelant Arsène à la réalité : Blanche était peut-être en danger. Il se dirigea vers le couloir où se trouvait la porte verrouillé par le serveur, tout en continuant à garder Robin dans le coin de l'oeil. Après tout, il était le seul témoin de son implication et de la possession de l'arme. Néanmoins, il avait gardé un atout dans sa poche. Habilement caché comme dans un tour de magie, l'objet étrange qu'il avait dérobé à Robin se trouvait désormais sur lui.

Ils arrivèrent en quelques secondes face à la porte solidement verrouillée et renforcée par des chaînes. Arsène s'agenouilla face à ce qui lui entravait la route et observa alors les serrures. Avec le nécessaire, il aurait aisément put débloquer la situation. Il pesta puis se retourna vers Robin :

-L'homme qui nous a tiré dessus a bloqué la porte. On arrivera à rien ici. Peut-être que si on passait par les couloirs, on pourrait trouver un accès à la salle mais on va sans doute se retrouver face à l'homme armé ou à ses complices. Serez-vous assez brave pour m'accompagner, monsieur Robin ?


Sur ces mots, Arsène se releva et passa à côté de Robin pour se diriger vers la porte qui menait au couloir. Quel que soit le danger qui planait derrière cette porte, il était prêt à tout.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Robin de Locksley le Ven 3 Fév - 15:23

Monsieur d’Aramitz fit un signe approbateur de la tête et quitta sa position pour rejoindre la porte. Je le suivais de quelques pas derrière, gardant un œil sur mon nouvel « allié ». Bien que je le crusse innocent à cette affaire, n’ayant rien à voir avec ce tireur, il demeurait tout de même une potentiel menace. Sa façon de me retenir tout à l’heure démontrait une expérience au combat, notamment au corps-à-corps. Les nobles, quelle que soit leur époque ou monde, se donnaient comme activités la pratique d’un sport guerrier. Tout comme les pauvres gens coincés dans les rues, devant apprendre à se battre pour survivre.

Devant la porte, Eustache examinait la serrure avec ses chaînes que le second faux serveur avait mis en place. Il était clair qu’il voulait éviter que son intention fût d’éviter que les gens sortent de la salle principale. Dans mon « Kit pour voleur », j’avais de quoi crocheter. Quelques crochets divers et varier au cas où. Mais cela risquait de prendre du temps et c’était exactement ce qu’il nous manquait. Car une fois la serrure débloquée, je n’avais rien pour les chaînes. Ce fut à ce moment que j’aurais voulu être avec mon ancienne bande et tout notre matériel. Eustache se tourna vers moi.

Arsène -L'homme qui nous a tiré dessus a bloqué la porte. On arrivera à rien ici. Peut-être que si on passait par les couloirs, on pourrait trouver un accès à la salle mais on va sans doute se retrouver face à l'homme armé ou à ses complices. Serez-vous assez brave pour m'accompagner, monsieur Robin ?
Robin - Je vous retourne la question.

Bien entendu que je savais que cet homme serait capable de se défendre et de m’accompagner sans peur. Mais je voulais lui faire comprendre que je n’étais pas un débutant. Ainsi, nous empruntions le même chemin que notre agresseur. Les couloirs restaient pour le moment notre seul moyen pour rejoindre la grande salle est sauvé tout le monde. La seconde porte de sortie n’était pas verrouillée. Le tireur a dû être trop pressé à s’enfuir, en oubliant de bien verrouiller la porte. Une bien grossière erreur, car on ne savait quel genre de voleur pouvait entrer alors et causer bien des soucis.

Je poussais doucement la porte en bois, mon arme en main. D’un rapide regard, je m’assurais que personne ne se trouvait derrière à nous attendre. Visiblement, le tireur avait fui bien loin. Mais nous n’étions pas hors de danger pour autant. A peine y glisser la tête dans ce premier couloir que j’entendis des murmures au loin. Pas des gens paniqués, mais des personnes plutôt calmes. Les éventuels complices sans doute. Ces voix qui résonnaient entre ces murs, provenaient de bien plus loin dans le couloir. Je fis signe à Eustache.

Robin – Des gens pas loin, en approche, restez sur vos gardes.


Ma main vint caresser ma petite réserve de carreaux. La plupart étaient des projectiles en bout de métal pouvant traverser la chaire, les habits et certaines matières dure. Mais le reste, en quantité réduite, étaient remplis de produits soporifiques. Je n’en avais que très peu et j’aimerais les économiser le plus possible. Mais pour l’instant, nous devions remonter le chemin et atteindre la salle du trône.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 54
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voleur VS Voleur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum