Le calme après la tempête [Jace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le calme après la tempête [Jace]

Message par Macaria le Mar 14 Mar - 17:21

Il y eut soudain ces voix qui hurlaient partout sans que l’on puisse les voir, puis la musique terriblement forte. Son père avait paru inquiet, les gens autour également. De son côté, elle était complètement larguée. La société anglaise moderne était un véritable sujet de questionnement pour elle, elle n’était pas coutumière de cette culture et encore moins des différentes technologies. Autant dire que ce qui était en train de se produire la laissait perplexe. Cela dire, vu les réactions des gens autour, elle comprit bien vite que la situation n’était pas normale et suivi les consignes de son père lorsqu’il décida de se diriger vers la sortie du château. Heureusement, elle avait pu remettre la main sur Zamolxis avant le début de ce chaos. N’étant pas très loin des portes principales, elle put sortir du château et collabora bien volontiers avec les forces de l’ordre pour témoigner, ce qui revenait dans son cas à se taire et à laisser parler son père. Elle n’avait pas peur, à vrai dire elle ne savait même pas à quel genre de menace elle avait échappé, mais toute cette agitation la rendait nerveuse. Son père lui avait bien fait comprendre qu’ils étaient mortels sur cette terre et qu’ils devaient faire attention à leur santé. Pff ! Elle ne pouvait pas dire qu’elle n’était pas impatiente de quitter cette dangereuse planète, même si la technologie la fascinait autant qu’elle la dérangeait. Les gens avaient remplacé les dieux par des machines et ça la perturbait.
Ils restèrent un moment dans les parages pour observer la suite des évènements, puis finirent par s’éloigner. Au final, cette soirée avait été plus que courte. Toute cette préparation et ce tintamarre pour rien… elle n’avait même pas vu la salle de la couronne ni aperçu la reine de ce peuple. Il y avait une vraie foule : policiers, journalistes, invités fuyant une menace invisible et simples curieux… Macaria avait l’impression d’errer au champ des Asphodèles, à la différence que ces gens-là étaient bien vivants, bruyants, et qu’ils la bousculaient sans la moindre gêne. Le royaume des morts était définitivement plus tranquille. La déesse était perdue et elle aurait aimé crier un bon coup, prendre les choses en main pour ramener l’ordre. C’était facile de se faire entendre quand on était un être divin, ça l’était nettement moins dans ce contexte. Macaria prit donc sur elle et se résigna à subir les mouvements de foule. Lorsqu’enfin elle parvint à sortir de la cohue et à rejoindre un coin plus calme, elle réalisa qu’elle avait perdu ses deux compagnons. Elle se figea et regarda tout autour d’elle pour tenter de les apercevoir, en vain. Cela ne l’inquiéta pas trop car elle avait mémorisé l’adresse de l’hôtel et qu’elle savait où aller même si, techniquement, elle n’avait aucune idée de comment se rendre là-bas. Toutefois, elle ne doutait pas pouvoir trouver quelqu’un pour la renseigner. Si les anglais manquaient de foi, ils étaient plus que dociles lorsqu’on agitait de l’argent sous leur nez. Ça tombait bien, elle ne manquait pas d’argent depuis qu’Hadès lui avait ouvert un compte en banque. Dans la foulée, il lui avait même apprit à identifier les bornes et à retirer cet argent dans les espaces prévus. Cela dit, elle aurait tout de même aimé retrouver les deux hommes qui devaient s’inquiéter de l’avoir perdu. Elle avait des questions à poser à son père, encore et toujours, il lui semblait qu’elle ne faisait que ça depuis qu’elle avait franchi le portail et qu’elle était arrivée en France.

C’est alors qu’elle aperçut un visage connu. Certainement pas celui qu’elle cherchait à l’origine. Il était visiblement perdu car elle le voyait chercher quelqu’un ou quelque chose autour de lui. Peut-être la femme qui l’avait courageusement défendu un peu plus tôt, peut-être pas. Il lui tournait le dos et elle eut tout le loisir de l’observer en se rappelant la peur qu’elle avait lu dans ses yeux. Même si elle ne prenait pas particulièrement son pied en terrifiant les mortels, elle devait bien avouer qu’elle appréciait d’être reconnu et traitée avec le respect qui lui était dû. Elle était certainement la dernière personne qu’il avait envie de voir mais ils n’avaient pas terminé leur conversation et il l’intriguait trop pour qu’elle laisse passer cette chance d’en savoir plus sur lui. La déesse parcourut les quelques mètres qui la séparait de lui et attendit qu’il prenne conscience de sa présence. Alors, seulement, elle amorça la conversation sur un ton très calme, sans animosité. A vrai dire elle se sentait fatiguée, un état nouveau pour elle qu’elle avait encore du mal à gérer.

-Vous avez perdu quelqu’un ? Elle parcourut les alentours du regard. Moi aussi.

Ses pieds la faisaient souffrir et elle mourrait d’envie de s’assoir même si elle ne l’aurait avoué pour rien au monde. Qu’il était pénible d’être devenir vulnérable ! Elle jeta un coup d’œil vers la terrasse d’un bar un peu plus loin.


-Je n’ai pas le courage de retourner dans la foule. Je vous offre quelque chose à boire ?
avatar
Macaria
Déesse grecque de la mort heureuse

Messages : 99
Date d'inscription : 29/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Jace Beleren le Dim 26 Mar - 15:30

Malgré l'accalmie des évènements de la soirée, grâce à la prise en main des forces de l'ordre, la panique s'étant calmée pour laisser place à une effervescence agitée, la foule restait dense dans la rue devant les grilles du palais à l'extérieur du jardin qui l'entourait.

Des agents de différents corps, tantôt armés et vêtus d'un lourd gilet noir ou d'une tenue mêlant des taches de teintes vertes, brunes et grises, tantôt en uniforme bleu foncé ou noir, dirigeaient la foule, soignaient les blessés, interrogeaient les témoins, orientaient les civils et bloquaient les rues alentours, formant une masse grouillante d'êtres humains, amplifiée par les curieux et badauds venus voir ce qu'il se passait maintenus à l'écart par un cordon de sécurité.

En sortant du palais, Jace avait traversé le jardin à la suite de Kate et Jack, un pas derrière eux, tandis qu'ils discouraient sur leurs affaires à eux. Lui n'était pas vraiment concerné. Il avait apporté son aide à Kate et contrepartie de celle qu'elle lui avait prodiguée et serait bientôt de retour dans son monde. Pour reprendre la lutte contre les Eldrazi : se rendre sur Innistrad, trouver Sorin Markov, en espérant qu'il veuille bien écouter (qui savait de quoi était capable un vampire planeswalker vieux de plusieurs milliers d'années ?) et établir un plan pour arrêter Emrakul, en imaginant que cela soit possible. Il ne pouvait s'empêcher de penser que seule une énorme dose de chance leur avait permis de venir à bout d'Ulamog et Kozilek, et cette pensée lui déplaisait au plus haut point. Jace n'aimait pas compter sur la chance, beaucoup trop versatile et capricieuse, et il lui préférait de loin un plan d'action à la fois robuste et adaptable pour obtenir les meilleurs résultats possibles en fonction des changements de situation.

En arrivant près des grilles, les forces de l'ordre les dirigèrent dans la foule, mais la cohue, toute relative par rapport à celle qui régnait quelques minutes plus tôt, les sépara subrepticement tandis que le mage était perdu dans ses pensées. Inquiet, il regarda un peu partout autour de lui. S'il perdait Kate, il perdait son seul moyen de rentrer chez lui. Mais il ne paniquait pas, elle était là, tout près, pas perdue, simplement hors de vue. Il se mit sur la pointe des pieds pour regarder par-dessus les têtes des personnes qu'il dépassait en tailles. Kate n'était pas très grande, et il avait peu de chances de la repérer ainsi, mais Jack était un gaillard imposant, bien que pas autant que Gidéon.

En se tournant pour regarder de tous côtés, il tomba nez-à-nez avec une surprise de taille, façon de parler car la jeune femme brune, prétendument déesse grecque à l'en croire, faisait presque la même taille que lui, et le regardait dans les yeux sans avoir besoin de lever la tête. Le Planeswalker sursauta de façon visible en la voyant, surtout si près de lui.

Elle ne semblait pas hostile, loin de là, et semblait même un peu lasse en lui proposant de lui offrir à boire. Jace allait refuser, arguant qu'il devait retrouver Kate, mais il hésita. Il ne parvenait pas à décider si cette personne était une menace, pour lui, ou pour tout ce qui l'entourait. Les plus vieux Planeswalkers, tous ceux qu'il avait eu la malchance rencontrer en tout cas, était tous dangereux, affligés d'un ego surdimensionné et dépourvus de considération pour les gens, les peuples et les mondes qu'il piétinaient pour satisfaire leurs folles lubies.

Enfin pas tous, pas exactement. Ugin, le dragon-esprit, semblait plus bienveillant qu'autre-chose, bien qu'il ait vertement sermonné les Sentinelles pour avoir détruit les titans Eldrazi sans se soucier des conséquences possibles sur la trame du multivers. Il semblait considérer que laisser périr Zendikar était un meilleure alternative, moins risquée pour les autres mondes, ce avec quoi Jace n'était pas d'accord. Mais même ainsi, estimant un monde tout entier comme une perte acceptable, il considérait avant tout le bien commun, et non son propre intérêt. Du moins était-ce qu'il en laissait paraître.

Cette Macaria n'était donc pas nécessairement aussi dangereuse que Bolas, et le mage fût aiguillonné par sa curiosité. Il voulait en avoir le cœur net, et il n'en apprendrait jamais davantage s'il fuyait maintenant. Et s'il discutait un peu avec elle, il aurait une chance d'apprendre d'autres choses aussi.

- D'accord, dit-il en réponse à la proposition de la jeune femme. Je vous suis.

L'établissement où elle prit place en terrasse était proche du palais, formant le coin entre la rue longeant le palais et une autre qui y arrivait perpendiculairement. Jace s'installa, non pas en face d'elle mais en biais, de sorte à voir ce qui s'y passait au cas où il apercevrait Kate ou Jack s'éloignant des lieux.

Le mage commanda un café double.

- Vous êtes donc venue dans ce monde en franchissant un portail, vous aussi, et non pas en transplanant, dit-il pour lancer la conversation.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Macaria le Dim 26 Mar - 20:56

Après une légère hésitation, l’homme finit par accepter sa proposition. Elle se demanda s’il le faisait par crainte d’être puni en cas de refus ou par envie. Macaria se souvenait bien le regard terrifié qu’il avait eu lorsqu’il avait saisi qu’il était en présence de quelque chose de plus fort que lui. Qu’importait la motivation, l’essentiel était qu’il s’exécute après tout. Ils s’installèrent finalement en terrasse et Jace s’assit de sorte à garder un œil dans une direction précise. Ce n’était pas très poli pour la déesse qu’il ne regardait pas bien en face mais elle comprenait qu’il tenait à garder quelque chose à l’œil. Ou plutôt quelqu’un. Surement sa vaillante protectrice de toute à l’heure qui devait se trouver dans les parages.
Un serveur s’approcha et Macaria commanda un chocolat chaud. S’il y avait bien une chose qu’elle avait apprécié sur cette planète c’était bien le chocolat. Il n’existait rien de tel dans sa Grèce antique et il faudrait qu’elle importe la recette pour remédier à ça.

- Vous êtes donc venue dans ce monde en franchissant un portail, vous aussi, et non pas en transplanant ?

Comme elle s’en doutait il ne venait pas d’ici. Elle l’avait deviné à la démonstration de ses pouvoirs un peu plus tôt. Son père lui ayant certifié que les habitants de ce monde ne connaissaient pas la magie, c’était la seule explication valable. Toutefois, Macaria ne connaissait pas le dernier mot qu’il avait employé et elle buta dessus. Après tout elle venait fraichement d’arriver sur cette Terre et beaucoup de chose lui étaient étrangères.

-Transpla… euh… je ne connais pas ce terme. De quoi s’agit-il ? J’ai traversé un portail bien sûr. Il existe d’autres moyens de voyager d’un monde à l’autre ?

Le serveur revint avec leur commande et Macaria le trouva plutôt efficace. Un coup d’œil autour d’eux lui apprit que le café était presque vide, tout s’expliquait. La déesse remercia l’homme et lui tandis un billet. Lorsqu’il reparti après lui avoir rendu sa monnaie, elle reporta son attention sur Jace et se demanda si lui aussi était frappé par la malédiction de ce monde qui affaiblissait les étrangers au point de rendre vulnérable des dieux.

-J’admets que j’ai encore du mal à me faire aux us et coutumes de ce monde et surtout à sa technologie. Je ne suis pas là depuis très longtemps après tout. Cet univers est très... déroutant. Il n’est pas un instant qui passe sans que cet endroit ne me fasse comprendre que je suis une étrangère. Etes-vous confronté au même problème vous aussi ?

Elle glissa un doigt sur sa tasse de chocolat pour en évaluer la chaleur. C’était brulant mais elle ne souffrit pas du contact.

-Outre le décalage culturel, j’entends. Physiquement, ne sentez-vous pas que ce monde écrase la magie et ceux qui la pratiquent ?  
avatar
Macaria
Déesse grecque de la mort heureuse

Messages : 99
Date d'inscription : 29/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Jace Beleren le Dim 26 Mar - 22:15

Cette femme n'était donc pas un Planeswalker, première surprise. En partie du moins. Car il était évident que si Jace avait pu venir dans ce monde en traversant un portail, d'autres le pouvaient également, et nul besoin de transplaner pour cela. Cependant, cela posait une toute autre question : comment expliquer la puissance de son esprit, à tel point qu'il était incapable de le sonder, si elle ne disposait pas de la longévité des anciens Planeswalkers ?

Certains êtres autres que les Planeswalkers vivaient longtemps. Sur Zendikar par exemple, bon nombre des vampires qui s'étaient joints aux forces alliées étaient vieux de plusieurs siècles. Mais même eux, Jace n'avait eut aucun mal à soumettre leur esprit si le besoin s'en faisait sentir. La réponse viendrait probablement lorsqu'il en connaitrait davantage sur elle. En attendant, il répondit à la question qu'elle venait de poser. Échange de bons procédés.

- A dire vrai, je n'ai toujours connu qu'un seul moyen de voyager entre les mondes, jusqu'à il y a quelques jours, et cela n'a rien à voir avec des portails. Il existe dans le multivers un petit nombre de personnes, dont je fais partie, dotés de ce qu'on appelle l’Étincelle. Cette Étincelle octroie à ces personnes, les Planeswalkers la faculté de voyager entre les plans, les mondes si vous préférez. On appelle cela transplaner. Et je n'avais jamais entendu parler de portails jusqu'à en traverser un moi-même accidentellement alors que le me rendais sur le plan d'Innistrad.

Le serveur arriva et déposa sur la table son café. Jace y ajouta un demi-sucre, et remua le tout quelques secondes en écoutant Macaria. Apparemment, elle aussi avait du mal à s'habituer à ce plan. Il fut tout particulièrement intéressé par cette histoire de magie étouffée par le monde lui-même et se redressa sur sa chaise à cette mention, sa tasse de café immobilisée à quelques centimètres de sa bouche, ses yeux braqués sur Macaria.

Se rendant compte de cela, il se remit en mouvement pour boire deux gorgées avant de reposer la tasse devant lui.

- C'est une hypothèse qui avait été émise par l'une des personnes que j'ai rencontré ici, mais je n'avait jusqu'à présent aucun élément pour la confirmer ou l'infirmer. Cependant, dès mon arrivée, j'ai été frappé par l'absence totale de mana sur ce plan, ce que je n'avais jamais vu nulle part. Même sur Zendikar, après le passage d'Ulamog dont la voracité anéantissait toute vie à la surface du monde, les landes stériles, mortes, produisaient encore du mana. Un mana différent, dénaturé, mais du mana tout de même, encore utilisable pour lancer certains sorts. Ici, il n'y rien, absolument aucune trace, comme si ce monde avait été englouti par les Éternités Aveugles et n'existait tout simplement pas.

Il fit une pause, le temps de boire une autre gorgée de café. Ce goût et cette odeur lui rappelait son chez lui, Ravnica. Encore que le café qu'il buvait là-bas pour rester éveillé de longues nuits durant était autrement plus fort et moins doux que celui-ci. Lavinia devait être en train de s'arracher les cheveux à cause de son absence prolongée, et de foudroyer les murs du regards comme s'ils étaient fautifs de ne pas avoir réussi à le maintenir à son poste.

- Cela est déjà très déroutant, je vous l'accorde, mais pire encore, depuis la seconde où j'ai mis le pied sur Terre, je suis devenu incapable de transplaner ou d'utiliser mes capacités de télépathie, alors que ces deux... "compétences" ne requièrent aucun mana. Vous pouvez imaginer, je pense à quel point c'est déstabilisant. J'ai parfois l'impression qu'on m'a ôté les membres et laissé à ramper au sol à la seule force du menton.

En son fort intérieur, il n'était pas certain que cette perspective soit moins réjouissante que la perte des toutes ses facultés. Jace préféra s'abstenir de préciser que ses lignes de mana avaient également été coupées lorsqu'il avait franchi le portail, et qu'il ne pouvait plus en puiser dans les autres mondes qu'il avait visité, alors que c'était là l'essence même de la supériorité des Planeswalkers par rapport aux autres mages du multivers. De toute façon elle ignorait forcément ce détail puisqu'elle ne connaissait rien de l'existance des Planeswalkers avant qu'il en parle.

- D'où venez-vous, vous-même ? Je suis très loin d'avoir parcouru l'ensemble du multivers et je ne connais aucun plan nommé la Grèce.

Inutile d'aborder de but en blanc sa prétendue nature divine. Si elle était suffisamment gonflée d'ego pour se prendre pour une déesse, il y avait fort à parier qu'elle soit chatouilleuse s'il se prenait à la remettre en question.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Macaria le Mer 29 Mar - 12:09

- A dire vrai, je n'ai toujours connu qu'un seul moyen de voyager entre les mondes, jusqu'à il y a quelques jours, et cela n'a rien à voir avec des portails.

Macaria songea qu’elle avait bien fait d’apostropher cet homme, il était évident qu’il détenait des informations qui pourraient compléter les explications de son père. Elle ne s’expliquait pas son ressenti, ni pourquoi elle n’avait jamais parlé à Hadès du fait qu’elle avait déjà aperçu les contours d’un troisième monde complètement par hasard. Il lui semblait que son père lui dissimulait des choses et, tant qu’elle aurait ce sentiment, elle ne pourrait être totalement honnête avec lui. Mieux valait garder des cartes en main pour conserver des avantages sur les autres.

-Il existe dans le multivers un petit nombre de personnes, dont je fais partie, dotés de ce qu'on appelle l’Étincelle. Cette Étincelle octroie à ces personnes, les Planeswalkers la faculté de voyager entre les plans, les mondes si vous préférez. On appelle cela transplaner. Et je n'avais jamais entendu parler de portails jusqu'à en traverser un moi-même accidentellement alors que le me rendais sur le plan d'Innistrad.

La déesse tendit une oreille attentive en arquant légèrement les sourcils C’était la première fois qu’elle entendait parler d’un tel pouvoir. Quant aux termes employés, ils lui étaient parfaitement inconnus. Elle le vit se figer lorsqu’elle aborda la question de la magie en ce monde. Sa gestuelle parlait pour lui, il savait quelque chose.

- C'est une hypothèse qui avait été émise par l'une des personnes que j'ai rencontré ici, mais je n'avait jusqu'à présent aucun élément pour la confirmer ou l'infirmer. Cependant, dès mon arrivée, j'ai été frappé par l'absence totale de mana sur ce plan, ce que je n'avais jamais vu nulle part. Même sur Zendikar, après le passage d'Ulamog dont la voracité anéantissait toute vie à la surface du monde, les landes stériles, mortes, produisaient encore du mana. Un mana différent, dénaturé, mais du mana tout de même, encore utilisable pour lancer certains sorts. Ici, il n'y rien, absolument aucune trace, comme si ce monde avait été englouti par les Éternités Aveugles et n'existait tout simplement pas.

Macaria lui lança un regard mi blasé mi surpris tout en portant la tasse brulante à ses lèvres sans ressentir le moindre signe de brulure. Elle reposa sa tasse de chocolat sur la table.

-Je ne vois absolument pas de quoi vous parlez.

Elle haussa les épaules.

-Aucun des noms que vous citez ne m’est familier, pas plus que cette histoire de « mana ».

- Cela est déjà très déroutant, je vous l'accorde, mais pire encore, depuis la seconde où j'ai mis le pied sur Terre, je suis devenu incapable de transplaner ou d'utiliser mes capacités de télépathie, alors que ces deux... "compétences" ne requièrent aucun mana. Vous pouvez imaginer, je pense à quel point c'est déstabilisant. J'ai parfois l'impression qu'on m'a ôté les membres et laissé à ramper au sol à la seule force du menton.

Macaria eut un léger sourire.

-C’est une bonne comparaison.

Elle n’allait pas s’exposer au point de lui révéler qu’elle avait perdu son invulnérabilité et qu’elle saignait comme n’importe quel mortel. Quelle aberration !

- D'où venez-vous, vous-même ? Je suis très loin d'avoir parcouru l'ensemble du multivers et je ne connais aucun plan nommé la Grèce.

Il s’était exposé et avait parlé à cœur ouvert, elle pouvait bien lui répondre avec honnêteté.

-Je viens de la Terre, comme celle-ci. Mais tout y est différent. Ici les mortels ont perdu la foi et les dieux semblent avoir disparu. Peut-être même n’ont-ils jamais existé, dit-elle, troublée. Chez moi nous régnons et nous sommes vénérés. Si j’ai bien compris, ma civilisation correspond à un période historique de ce monde ci, à il y a plus de trois mille ans. J’ai du mal à adhérer aux explications de mon père mais il est clair que ce monde est spécial. Il prétend que l’imagination des habitants de cette planète peut donner vie à d’autre univers. Si c’est le cas, cela signifie que nous devons tous les deux la vie à ces humains, conclut-elle en regardant les passants d’un air légèrement dégouté.
avatar
Macaria
Déesse grecque de la mort heureuse

Messages : 99
Date d'inscription : 29/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Jace Beleren le Mer 29 Mar - 18:38

Jace avait beaucoup parlé, et il en avait peut-être trop dit. Il venait en quelques instants de débaler à cette inconnue potentiellement, et probablement, autant que ce qu'il en avait expliqué à Kate en une semaine. Cela ne lui ressemblait pas, il était plus avare de paroles, d'ordinaire.

Mais cela semblait avoir une utilité, puisque la jeune femme répondit à sa question. Même s'il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle voulait dire. Une autre Terre, différente ? Semblable au passé de celle-ci ? Tout ceci était loin d'être clair, et il commençait à avoir du mal à s'y retrouver, à recoller les morceaux avec ce qu'il savait du multivers qu'il avait parcouru ces quinze dernières années. Rien à faire, cela ne s'assemblait pas parfaitement, il y avait toujours un point d’achoppement quelque part.

Il fut particulièrement surpris par les deux dernières phrases de la jeune femme, au point qu'il failli avaler de travers son café. De ce qu'il savait, aucun plan du multivers n'était plus spécial qu'un autre. Du moins pas dans sa nature profonde. Tous les plans étaient différents, certains recouverts de luxuriantes forêts, d'autres tels que Ravnica entièrement occupé par une seule et immense villes, d'autres où les mort-vivants étaient légions, ces particularités faisant que chaque plan était "spécial" par rapport aux autres, mais ils fonctionnaient tous globalement de la même façon.

Et que signifiait le fait de donner la vie à des univers par l'imagination ? Cela n'avait aucun sens.

Mais il devait bien admettre que ces paroles éveillaient un écho dans son esprit. Cette absence absolue de mana suffisait à rendre ce plan largement à part de tous les autres. Et c'était vraiment ce plan qui étouffait également ses capacités télépathiques et son Étincelle de Planeswalker, alors il était indéniable qu'on ne pouvait que le qualifier de "spécial".

- Je ne comprend pas bien, que voulez-vous dire par là ? Demanda-t-il dubitatif pour qu'elle précise ce qu'elle entendait. Mis à part les Planeswalkers qui peuvent y voyager, les gens d'un monde ne peuvent avoir aucune influence sur les autres mondes, alors leur "donner la vie"... Cela n'a pas de sens.

Eh bien, ce n'était plus tout-à-fait vrai depuis quelques jours, avec la découverte de ces portails. S'il en existait d'autres disséminés dans le multivers, cela pouvait avoir des conséquences catastrophiques. Cette histoire évoquait vaguement quelque chose dans sa mémoire, mais ne parvenait pas à mettre le doigt dessus, quelque chose à propos de Liliana. Il retourna cette idée dans sa tête, essayant de faire le lien entre son ancienne compagne cette histoire ahurissante, mais il ne trouva aucune connexion. De toute façon, la nécromancienne pouvait se trouvait quelque part dans le multivers, probablement en train de chercher un moyen de détruire ses démons, et il n'avait aucun moyen de la trouver.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Macaria le Jeu 30 Mar - 0:07

- Je ne comprends pas bien, que voulez-vous dire par là ? Mis à part les Planeswalkers qui peuvent y voyager, les gens d'un monde ne peuvent avoir aucune influence sur les autres mondes, alors leur "donner la vie"... Cela n'a pas de sens.

Macaria le regarda d’un air blasé, un poil condescendant. Etait-elle en train de perdre son temps en consultant un mortel qui rejetait bêtement ce qu’elle disait avec des propos stupides ? Le problème c’est que ce monde était rempli de mortels, qu’il n’y avait pas d’autres dieux dans les parages avec qui polémiquer en dehors de son père dont elle se méfiait et que le seul humain dans le secret était Zamolxis qui en savait encore moins qu’elle. C’était malheureux, mais ce type, aussi pénible soit-il, était actuellement son seul moyen de glaner quelques informations complémentaires qui pourraient lui permettre de mieux cerner les choses. Elle regretta de ne pas avoir gardé un œil sur ce drôle de gars qui l’avait apostrophé au château. Il avait disparu aussitôt qu’elle avait détourné son attention de lui… Dommage, il avait l’air bien informé.

-N’importe quel individu qui traverse un portail peut influer sur le cours des évènements du monde en question puisqu’il s’y trouve physiquement. Quant au fait de créer la vie ça n’a rien de sorcier, les titans ont façonné le monde et les dieux ont crée les humains après tout.

Elle marqua une pause.

-Je parle de ma Grèce bien sûr. Les choses ont du se dérouler autrement ailleurs. Si je suis le raisonnement de mon père, à chaque monde son fonctionnement et ses divinités. Ou pas. J’ai du mal à concevoir un monde sans dieux mais c’est stupide, cette Terre est précisément l’un de ces endroits. Bref. Il s’agit ici d’accepter ou non l’idée qu’un regroupement de mortels soient capables de partager une pensée assez puissante pour engendrer un monde et ses habitants mais aussi et surtout de contrôler le destin de certains individus de ce monde. Ce qui est d’autant plus fort que ces dits mortels n’ont absolument pas conscience de cette capacité. Pas plus qu’ils ne sont capables de voir ou de traverser un portail sans être assisté par l’un de nous.

La déesse trempa ses lèvres dans sa boisson. Elle semblait contrariée et surtout peu convaincue par ses derniers propos.

-Cela semble invraisemblable mais mon père est rudement convaincu que nous nous trouvons sur la « Terre des Créateurs ». Du haut de ses cent-mille ans, j’ai foi en sa sagesse mais je ne pourrai adhérer à son discours qu’après avoir moi-même vérifié que chaque monde que j’ai déjà ou que j’aurai l’occasion de visiter ces prochains siècles a bel et bien un ou plusieurs héros dont les histoires sont connus ici. Si tout cela est vrai, cette Terre peut nous permettre d’anticiper l’avenir de tous les autres mondes. J’ai déjà pu vérifier que cette théorie s’appliquait à ma Grèce : ce que les gens prennent pour des légendes ici est bien réel chez moi. Qu’en est-il des mondes que vous connaissez ?
avatar
Macaria
Déesse grecque de la mort heureuse

Messages : 99
Date d'inscription : 29/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Jace Beleren le Sam 1 Avr - 13:23

Jace était plus que sceptique quant aux explications que lui fournissait la jeune femme. Il ne pouvait tout simplement pas y croire. Pas sans preuves solides, en tout cas. Si ce que disait Macaria était exact -- allons, aucune chance que cela le soit ! -- alors cela remettait en cause tout ce qu'il savait ou pensait savoir, le sens même de son existence, de l'existence du multivers, de chaque monde qui s'y trouvait que de chaque habitant qui y vivait, y avait vécu ou y vivrait jamais. C'était juste beaucoup trop énorme, trop colossal. Cela ne pouvait pas être, d'aucune manière !

Cependant, une chose le fit tiquer intérieurement. Je jour de son arrivée, Kate avait trouvé sur cet Internet son portrait, accompagné de texte qu'il n'avait pas lu, mais qui devait contenir certainement des informations sur lui-même. A ce moment, il avait cela pour une simple légende, le récit de certaines de ses actions qui auraient traversé les Éternités Aveugles avec un autre Planeswalker, quel qu'il soit, pris de l'ampleur et devenu comme un conte que l'on se narre au coin du feu.

Bouleversé par sa récente arrivée dans un monde où il n'avait pas eu l'intention d'aller et où ses pouvoirs étaient mis en sourdine, il n'avait pas poussé plus loin le sujet, mais il songea à présent que cela méritait investigation plus approfondie. Cela ne lui ressemblait pas de baser son jugement sur de simples suppositions. Il lui avait fallu du temps pour se reprendre en main, et à présent que c'était fait, il lui fallait avancer avec méthode. Cette histoire de pensées se groupant pour engendrer des mondes n'était qu'un hypothèse farfelue, parmi d'autres, et il aurait tôt fait de l'infirmer.

Mais cela aurait-il vraiment une utilité après tout ? Maintenant qu'il avait aidé Kate, il ne lui restait qu'à la retrouver (il surveillait toujours les allées et venues de la foule devant le palais) et elle le conduirait sans tarder au portail, probablement demain, dès qu'il ferait jour, pour rentrer enfin chez lui et reprendre sa quête. Un titan Eldrazi menaçait toujours le multivers et Sorin Markov était la seule personne localisable susceptible de lui fournir des informations concernant la façon dont lui et deux autres avaient emprisonné les titans sur Zendikar voilà dix millénaire de cela.

En vérité, cette prison, construite avec des dizaines de hèdrons, était davantage l'oeuvre de Nahiri, la lithomancienne, Sorin et Ugin ayant simplement apporté le soutient de leur puissance combinée pour exécuter l'enfermement, mais le vampire saurait peut-être indiquer la mage où la trouver. C'était sa seule piste, et il devait la suivre sans perdre plus de temps. Il eut un frisson en songeant à l'éventualité d'Emrakul dévastant Ravnica, d'une façon qu'il ne pouvait même pas imaginer.

Mais sa curiosité, son désir de résoudre ce mystère et de déterrer la vérité pour la faire éclater au grand le tenaillait fortement, le poussait vivement à réfléchir à cette énigme et à en identifier les fils et ressorts pour en démêler le nouage. Seulement il n'en avait tout simplement pas le temps.

Il mit quelques secondes, silencieusement plongé dans ses pensées, regardant Macaria sans la voir, à se rendre compte qu'elle lui avait posé une question.

- Les mondes que je connais ? Répéta-t-il comme le sens de la question s'insinuait doucement dans son esprit après cette courte rêverie. Je n'ai pas vraiment eu l'occasion de faire des recherches à ce sujet.

Ce n'était pas tout-à-fait exact. Il avait eu le temps et le moyen d'effectuer ces recherches, mais il les avait plutôt consacrés à se renseigner sur ce monde où il avait atterri plutôt qu'à évaluer la façon dont d'autres mondes étaient perçus ici.

- Et pourquoi l'aurais-je fait, au demeurant ? C'est une explication que je n'aurait jamais eu l'idée d'envisager avant que vous m'en parliez. C'est tellement... improbable !

Il préférait s'abstenir de mentionner l'anecdote de son portrait sur Internet, pas avant d'en avoir découvert lui-même les tenants et les aboutissants. Et même alors, il était peu probable qu'il ait franchement envie d'en parler.

- Quoi qu'il en soit, demain je retourne franchir ce fameux portail et quitterait ce monde stérile. Des affaires urgentes m'attendent et je ne peux pas les remettre plus longtemps, trop de choses sont en jeu, trop de gens comptent sur moi.

Comme si le fait de le mentionner rendait les choses plus réelles, il sentit soudain plus intensément le sentiment d'urgence qui le tenaillait depuis des jours. Emrakul pouvait être n'importe où, aussi bien dans les Éternités Aveugles que sur n'importe quel plan, et il n'avait pas encore l'ombre d'un plan pour l'arrêter, pas assez d'indices pour en élaborer un.

Il partirait pour le portail immédiatement s'il le pouvait, s'il était certain que cela servirait à quelque chose. Seulement une fois que la journaliste l'aurait reconduit à l'endroit où elle avait failli le tuer, il devrait encore marcher une dizaine de minutes à travers les bois pour trouver le portail, sans même savoir à quoi il pouvait ressembler. Et dans l'obscurité de la nuit, c'était une entreprise vouée à l'échec. Attendre le matin était la seule chose à faire, à plus forte raison qu'il avait besoin de repos.

Il reporta son attention sur la foule, examinant chaque visage, chaque silhouette, souhaitant que Kate, ou même Jack, apparaisse dans son champ de vision.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Macaria le Mar 11 Avr - 0:23

- Les mondes que je connais ? Je n'ai pas vraiment eu l'occasion de faire des recherches à ce sujet.

A l’évidence, elle l’avait tiré de sa rêverie et, vu sa réponse, il ne savait strictement rien. La déesse conclut qu’elle perdait son temps avec lui. Cela dit, vu à quelle vitesse elle croisait des habitants d’autres mondes sur cette planète, elle finirait bien par en rencontrer un un jour en mesure de lui fournir des réponses. Si ce n’était pas le cas, elle partirait elle-même à la recherche de la vérité.

- Et pourquoi l'aurais-je fait, au demeurant ? C'est une explication que je n'aurai jamais eu l'idée d'envisager avant que vous m'en parliez. C'est tellement... improbable !

Improbable oui, ça l’était. L’idée d’avoir été « fabriquée » par ces mortels était même insultante.

- Quoi qu'il en soit, demain je retourne franchir ce fameux portail et quitterait ce monde stérile. Des affaires urgentes m'attendent et je ne peux pas les remettre plus longtemps, trop de choses sont en jeu, trop de gens comptent sur moi.

Macaria haussa les épaules d’un air désintéressé. Cet homme n’était doté, semblait-t-il, d’aucune curiosité. S’il voulait repartir dans l’urgence elle n’allait pas le retenir. Il n’avait pas tiqué lorsqu’elle avait donné l’âge d’Hadès ce qui démontrait d’un certain courage… ou bien d’un manque de connaissances. Après tout, si elle ne savait rien de l’endroit dont il était originaire, l’inverse était probablement avéré. Comment craindre un dieu lorsque l’on n’avait jamais appris à le connaitre et à le respecter ?

-A quoi ressemble votre monde ? Demanda-t-elle avec un brin de curiosité. Vous semblez être quelqu’un d’important là-bas.

Elle écouta sa réponse avant de repérer tout à coup un visage connu. Kate semblait en grande discussion avec elle-même… elle avait l’air ridicule. Il fallut quelques instants à Macaria pour repérer l’appareil qu’elle tenait contre son oreille.

-N’est-ce pas là votre amie ? Je crois qu’il est temps de nous dire adieu.
avatar
Macaria
Déesse grecque de la mort heureuse

Messages : 99
Date d'inscription : 29/09/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Jace Beleren le Lun 24 Avr - 19:59

Son attention revint à Macaria lorsqu'elle lui demanda de lui décrire son monde. Jace réfléchit un instant. Quel était son monde, à vrai dire ? Il n'avait aucun souvenir de son plan d'origine, pas la moindre bribe de souvenir avant son arrivé à Ravnica.

A vrai dire, Jace avait visité bien des plans depuis ce jour, mais Ravnica était ce qui s'approchait le plus d'un foyer à ses yeux. C'est sur ce plan qu'il avait vécu le plus longtemps, qu'il avait été recueilli avec d'autres enfants perdus par Emmara Tandris, de la guilde de Selesnya, là qu'il officié pour Tezzeret et le Consortium Infini pendant trois ans avant de s'allier à Liliana pour le faire tomber, qu'il avait accompli le bon comme le mauvais durant ces années passées.

Et c'était à Ravnica enfin qu'il avait résolu le Labyrinthe Implicite et était devenu l'incarnation vivante du pacte magique qui assurait l'équilibre entre les dix guildes de la cité, et qu'il officiait nuit et jour en tant qu'arbitre pour maintenir cette paix relative. Oui, Ravnica était définitivement son monde, même si le destin de bien d'autres pesaient à présent sur ses épaules et celles des autres Sentinelles.

- Ravnica est une immense cité tentaculaire, divisée en circonscriptions et quartiers. Dix guildes se partagent la régence du plan et assurent son fonctionnement global. Les accrochages ne sont pas rares, et chacune mobilise une partie de ses ressources à prendre un peu d'avantage sur les autres, mais comme elles le font toutes, il y a un certain équilibre. A condition de veiller à ce qu'aucune ne parvienne à prendre trop d'ascendant sur une autre, et c'est à cela que sert le Pacte des Guilde, une sorte de contrat magique co-signé par les dix fondateurs plusieurs millénaires auparavant. Je suis l'incarnation vivante de ce pacte magique.

Jace avala les dernières goutes de café.

- Mais à présent, je suis également une Sentinelle. Moi et les autres sommes la seule barrière à se dresser face aux menaces interplannaires mettant à mal les plans du multivers, à commencer par Emrakul, le troisième titan Eldrazi. A présent libre de ses mouvements, elle peut être n'importe où, en train de réduire un plan à des ruines, peut-être le mien, peut-être celui de Chandra ou Gidéon, ou peut-être aucun des nôtres mais celui de millions d'autres...

Comme la "déesse" lui signalait son amie, Jace tourna vivement la tête en direction de la foule. Il lui fallu quelques secondes d'examen pour effectivement repérer Kate. Il se leva, remerciant Macaria pour le café, et prit congé pour rejoindre la journaliste, sans parvenir à masquer un soupçon de précipitation.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le calme après la tempête [Jace]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum