Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Aller en bas

Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Herbert H.Doyle le Ven 21 Juil - 17:04



Votre Personnage




Fiche d'identité


Nom/Prénom: Doyle Herbert Howard dit Herbert H.Doyle

Age: 60 ans

Sexe: Mâle

Groupe : Légende

Nationalité/Fiction d'origine si c'est une Légende:  Wülfmensh (Homme-loup)


Profession : Détective-conseil résident au 221B Baker Street

Univers/Pays/Ville de résidence :  Angleterre, Ville de Londres en 1895

Objectif de votre personnage: Voyager entre les univers, résoudre des enquêtes criminelles, maintenir l'Ordre Universel, combattre les abominations dimensionnelles


Signe distinctif : Fourrure blanche immaculée, favoris, costumes soignés et redingote, canne-épée, haut-de-forme, marche bipède sur les doigts de ses pattes arrières (donc pas de chaussures)


Pouvoir/talent particulier : comme ceux de sa race, il est immortel, possède des sens hyper-développés et une grand force physique (en endurance comme en force), de part son choix de métier, connait les techniques d'investigations criminelles, pratique la canne d'escrime, parles divers langues vivantes ou mortes, sait lire et écrire, malgré des griffes acérées à chaque main. Sensible à la lune et a l'argent métallique et à la décapitation


Votre rang personnalisé : Sherlock Holmes avec des crocs et des griffes

Description


Description mentale :


Grand conseil des gardiens Il y a vingt ans !


"Le gardien nommé Loup Blanc, fils du clan de Doyle, est un loup digne de confiance, il sait respecter ses ainés, bien que n'étant pas de la stature des guerriers de sa famille, il compense sa taille modeste par une force et une opiniâtreté qui lui ont permis de vaincre des adversaires deux fois grand comme lui ! Il ne recule jamais devant la difficulté et est toujours réfléchit et généreux dans la victoire, et plus encore dans la défaite, son orgueil le fait revenir sur ses fautes et tout faire pour s'améliorer. Il se montre certes encore impétueux et colérique devant les abominations qui pullulent dans nos forêts ou en provenance de ces portails qui s'ouvrent par moment pour livrer passage à des démons abjectes convoqués par un sorcier humain ou une trop forte imprégnation des fantasmes émotionnels des humains. Mais s'il fait preuve de la pondération que nous lui connaissons, il sera un grand Gardien Wülfmensh, Je recommandes donc son intronisation en notre sein !"


"Journal du Dr John Watson"


Cher journal ! La guerre contre ces indigènes épuise mes forces, les jeunes hommes que je soigne à longueur de journées, me rendent tristes et peu me chaut leurs origines ou leurs nationalités pas plus que leur race ! Mais cependant je suis là, toujours vivant ! J'aurais dû mourir ! Moi et le régiment qui m'escortait pour mes visites a nos auxiliaires indigènes. Mais des rebelles afghans nous ont pris en embuscade, les tirs se sont fait nombreux puis d'un coup plus rien sauf des cris puis une ombre. Je me suis approché quittant les blessés, et je l'ai vu ! Un loup ! Immaculé et dressé sur ses pattes arrières, vêtu d'un saroual et d'une tunique à la turque sur un torse puissant et musculeux. Il y avait du sang sur ses griffes et sur sa gueule aux crocs impressionnants. J'étais tétanisé : j'avais devant moi un de ces loup intelligents que craignent tant de mes compatriotes. Il m'a regardé et, me semble-t-il, m'a sourit avant de dire :"Docteur Watson ? Je présume ? Mon nom est Doyle, Herbert H.Doyle ! Pour vous servir ! ", j'ai ri ! Lui aussi ce me semble, et nous sommes devenus ami ! Je rentre demain au pays, ça a du bon de servir de cible dans une embuscade, je termine mon service ce soir, avec ma solde je pourrais louer un appartement avec un cabinet médical. Herbert reste ici encore un moment. Il est si calme et si poli, j'ai du mal à croire que ce soit un loup, il est aussi irréprochable que le gentleman de la meilleure société ! Il va me manquer à Londres ! Qui sait ? Je le reverrais peut-être un jour !"

Description physique :


Witechapel, 8 août 1888, environs des George Yard Buildings, tôt le matin


Les deux bobbies montaient la garde près d'un corps couvert d'un drap pendant que d'autres contenaient la foule et tentaient de l'empêcher de venir polluer les indices de la scène de crime.


" Dis ! On attends qui ? L'inspecteur chef ? Le constable ?"


"D'après ce que je sais on attends un consultant spécial, une pointure ! Doyle je crois !"


"Herbert Doyle ? Le loup détective ? Putain !"

"Quoi ? Un loup tu dis ? Avec les poils et tout ? On peut dresser des loups policiers ?"


"Ben, non voyons ! C'est un de ces loup-garous qui vivent dans les forêts, sauf que lui il a le poil blanc comme neige, porte redingote et canne à la main ! Et pas du tout sur quatre pattes mais bien comme toi et moi ! Sur ses deux pattes arrières ! Y m'fait peur avec sa gueule pleine de crocs !"


" Il est dangereux alors ! Faut le tuer, non ? Moi on m'a toujours dit qu'un bon coup de chevrotine à l'ail s'était radical contre les loup-garous !"


" Mais non ! Il est avec nous ! C'est un vrai gentleman, mais malgré tout ses crocs c'est du vrai ! J'lai vu une fois grignoter un os de bœuf épais comme la main ! Même un lion ne le boulotterait pas aussi vite ! J'oublierais jamais le bruit de l'os qui se brise sous ses mâchoires ! Et tu verras, il est pas si grand que ça, entre 5 pieds 10 pouces et 5 pieds 12 pouces (environ 1m70 ou 75 ), mais te fies pas à ça : ses costumes sont certes sur mesures, mais du coup on devine bien les muscles puissants, alors, ouais, il fait peur, ouais, tout le monde s'écarte en le voyant s'approcher, mais c'est un bon ! Et protégé par la couronne alors !"

" Dire qu'y parait qu'y a longtemps y en avait pas de ces monstres là ! Tu t'rends compte ?"


"Si tu veux continuer à regarder ses crocs de loin tu ferais mieux de garder ces inepties pour toi, tous les bouquins disent bien qu'ils ont toujours été là ! Et pis s'il avait pas cet aspect avec sa queue touffue qui dépasse de son pantalon, ce serait un gars sympa !"






Histoire :


Histoire de votre personnage :


Testament-Journal du Gardien wulfmensh, Loup Blanc du clan Doyle, Année humaine 1890.


En ce jour de l'an de grâce 1890, selon les critères humains, ère 10 du "Great Change", Moi, Loup Blanc du clan Doyle alias Herbert H.Doyle, Gardien du savoir et de l'ordre naturel, protecteurs des troupeaux humains, Pourfendeur de démons, exterminateur d'abominations, passeur de portails et détective-conseil  résident du 221B Baker Street. Rédiges ce Journal-testament pour que mon histoire soit transmise aux générations futures, dans le cas toujours possible où une créature parvienne à couper le fil de ma vie pas encore bien longue.

Pour le cas où cet ouvrage tomberait entre d'autres mains que celles de mon témoin et ami, le Docteur John Watson présentement co-locataire du 221B Baker Street. Je dois faire une rapide situation de ce qu'est mon univers et notre époque. En l'an 895, il y a donc environ mille ans, il s'est passé une chose mystérieuse, nos érudits l'ignorent car avant nous étions en sommeil et que lorsque cet évènement eut lieu, nous étions encore trop perdus dans notre nouveau monde que nous n'avons jamais su. Ce que l'on sait en revanche c'est qu'un œuf de dragon éclot et que les loups se réveillèrent les premiers. Pour les humains rien ne semblait avoir changer. Les croyances étaient les même et les peurs aussi. La magie et la sorcellerie étaient craintes mais jusqu'ici, plus des pratiques des simples et des narcotiques naturels que de la vraie magie. Pour les premiers éveillés, "Les Primes Réveillés", comme on les nomme dans mon peuple. Il en fut tout autre, car avec le réveil venait la Faim et l'esprit de la lune. Nos proies furent d'abord celles des loups des forêts mais un jour un chasseur s'aperçut qu'une viande était meilleure que tout le gibier du monde : la chair humaine !

Pendant des siècles on a chassés les hommes alors que d'autres se réveillaient : Les seigneurs Vampires, Les Sidhe du Roi Obéron et de la Reine Titania, Les trolls, les griffons et d'autres créatures dites "magiques" ou féeriques. Les autres prédateurs (vampires et membres de la chasse sauvage par exemple), firent aussi des humains un mets de choix, jusqu'à ce qu'un jour on se rende compte que nous transmettions une maladie (lycanthropie pour nous, vampirisme pour d'autres, etc...), alors les grands seigneurs des races Aînées se réunirent, à l'ère 4 du "Great Change", là il fut décrété que les humains devaient être épargnés et sélectionnés pour assurer un cheptel pur, c'est ainsi que fut recréée la race des Hommes purs, dont la lignée se retrouve et se retrouvait jadis sur les trônes des royaumes humains. Ainsi, Victoria, Reine du Brittania Imperium, est-elle descendante de cette race pure. Les premiers clans humains pures furent répartis entre chaque race, Mon clan lui, fut responsable du clan Snow, dont les célébrités furent une certaine Snow White dont les scribes Grimm contèrent l'histoire fort romancée. Un autre clan de mon peuple eut le clan Hood, dont little riding hood et Robin Hood sont des représentants fameux. Les seigneurs Vampires eurent des clans tels celui des Van Helsing ou celui des Dracul, on parle aussi des Harker et autres encore.

On sépara donc les humains impurs des hommes purs, les impurs sont sensibles à notre maladie et hélas trop nombreux pour être éliminés sans risquer la guerre contre les nations humaines. Chaque siècle donc une race ancienne disparue, refait surface sans ordre ni annonce, Aux Gardiens de chaque peuple de s'assurer de les guider sur leur nouvelle situation. Les Wulfmensh sont les plus anciens, surtout depuis la mort du dernier dragon connu par St Georges. Nous vivons des siècles sans encombres, nulles armes humaine ne peut nous tuer, et lors des phases de lune nous connaissons des sautes d'humeurs. La plupart des membres de mon espèce font au minimum 2m à 2m50, certains plus de 3m ! Les clans se divisent selon les "professions" des couples "Primes Réveillés" du clan concerné, par exemple, mon clan est un clan de guerrier-chasseurs, puissants et invaincus. Traquant les monstres et les démons qui menacent la quiétude des hommes et l'ordre naturel. Au-dessus des clans, le Conseil des "Primes Ancêtres", descendants des premiers loups réveillés. Et pour nous guider et recueillir les changements du monde, et protéger le grand secret : L'ordre des Gardiens du savoir. Dont je fais partie. 

Et donc nous en arrivons à moi ! Je suis né il y a 55 ans à l'heure où j'écris ces mots, fils de la femelle alpha de mon clan je suis le dernier de sa période de fécondité (un siècle et demi quand même ! Avec une grossesse tous les dix ans de deux à six petits, ma fratrie est assez vaste!), pour mon malheur je n'ai pas hérité de la taille imposante de mes aînés, ma sœur aînée (née un peu avant moi dans notre portée), mesure 2m20 alors que moi, je toise à peine le mètre 70 ! En temps normal, un avorton tel que moi serait mort, abandonné aux créatures de la forêt ou mieux dévorer par mes frères et sœurs et par ma mère. Ce qui m'a évité ce sort funeste c'est la couleur de mon pelage : blanc comme neige ! Hors, si le nom Doyle, que nous donnons pour que les humains puissent le prononcer, a un sens différent en langue britannique ou celtique, le terme Do'Hyglhe, dans notre langue lui veut dire Snow ou neige comme on dit en France. Les Anciens et les Gardiens dirent que c'était un présage, que mon destin serait différent des fils de mon clans mais plus remarquable encore. Je fus donc élevé pendant vint ans parmi les miens, apprenant à la dure loi des loups à me faire respecter. A tel point que ma force finit par égalée celles de loups plus grands et plus lourds que moi. (depuis, j'ai appris que médicalement il y aurait une explication, en rapport avec ma taille et la densité de mes muscles atrophiés).

On m'a fait participer à la séance de choix de compagne, ma promise et moi ne nous ayant jamais vu avant ce rituel. Nous bûmes la potion de stérilité qui garantit notre liberté d'actes sexuels puis nous quittèrent, en nous promettant de nous retrouver pour l'éternité dans un siècle de là ! J'ai donc encore 60 ans pour faire mes expériences de la vie de célibataires. Je parcourut le monde des loups durant quelques décennies, guidé par un Gardien du savoir, j'y apprit les rites et secrets de ma future fonction et de ma caste. Lorsque j'eu 40 ans je devins officiellement un Gardien et protecteur de plein droit; On me donna ensuite la mission de voir le monde des hommes, de visiter toutes les contrées de l'univers, de connaitre les secrets de l'Ordre Naturel. Ce que je fis pendant vingt ans, allant de continent en continent, de peuples en peuples, j'y appris d'autres langues, d'autres arts de combats, d'autres cultures et d'autres connaissances mystiques et ésotériques. Un jour je trainais du côté de la guerre anglo-afghane, et rencontrais un jeune médecin militaire, John Watson, je lui évitais une embuscade et la suite de la soiré fit de nous des amis.

Je suis rentré chez les miens, et mon choix fut de devenir protecteur des humains et de leur ignorance. Je m'installais en Angleterre, car c'est un nœud dimensionnel puissant, j'en veux pour preuve les histoires de la légende arthurienne, les tertres de fées et autres ponts de Trolls. Nous avons une ambassade à Londres et la Reine Victoria nous protèges et demande parfois notre expertise. L'affaire de l'éventreur ayant mise en valeur mes capacités d'enquêteur je suis devenu détective-conseil, suis devenu le locataire de Mrs Hudson, jeune veuve de guerre, et parfois, depuis son installation, me confies à Watson, qui s'est piqué de devenir mon biographe, pour des raisons évidentes j'ai dû exiger plus de discrétion, alors il a pris un nom de plume : Arthur Conan Doyle ! Doyle c'est pour moi, Arthur c'est son deuxième prénom et Conan celui du chien de chasse de son père. Dans ces romans de gare, j'y apparait sous les traits d'un grand type maigre, à l'esprit retors mais un peu misanthrope, du nom étrange de Sherlock Holmes ! Là aussi il s'agit de l'union des noms de deux de ses condisciples de l'école de médecine.

J'y retrouve des affaires que j'ai bel et bien mené, parfois telle que sauf les noms des intervenants, mais souvent mêlés en divers puzzles de plusieurs affaires qui, par la magie de la plume, devienne une seule et même enquête. Il en devient exigeant le bougre ! Car, pour mon malheur, ces histoires ont les faveurs du public. Par conséquent, mon ami voudrait que je lui trouve un grand ennemi digne de son héros. Comme si je pouvais passer une annonce d'emploi : "Biographe secret d'un combattant du crime, souhaiterait engager Baron de la pègre diabolique, gages à débattre, s'adresser au 221B Baker Street, demander le Docteur Watson"

Bon comme à mon habitude, je digresse. Ce journal est fini pour le moment, je complèterais en temps et en heure.

 Fait à Londres, VRBI, AD 1890, 221B Baker Street.

-----------------------------------------------------Herbert H.Doyle

 



Test RP :


Test RP  :


Les docks, près de l'embouchure de la Tamise, 10 Aoùt 1890



Journal d'enquêtes d'Herbert H.Doyle :


Londres, 221 B Baker Street, Victoria Regio, 07 Aùt 1890, Ere 10 du Great Change_


Cher journal ! Aujourd'hui Mister Thompson est venu régler mes honoraires. Le pauvre homme est encore tout retourné d'avoir appris que son neveu, élevé comme son propre fils, était le voleur de ses entrepôts, pire, qu'il utilisait les ressources de l'entreprise familiale pour s'adonner à un trafic d'opium. Comme j'ai tenté pour le consoler de lui rappeler que le jeune homme était un vampire de contamination, et qu'il est un fait certain, c'est que cette engeance est réputée pour son manque de sens moral. Le pauvre homme à fondu en larmes. Il s'est excusé et m'a quitté pour s'en retourner chez lui, resté seul je me suis fait cette réflexion : il est assez ironique d'imaginer que cet homme bien près de sa fin ne pourra jamais transmettre son nom et son entreprise à ce fils de transition, qui bien qu'immortel, restera pour un temps assez long, dans les geôles du quartier des mystiques sous la tour de Londres. Miss Hudson ma vieille logeuse vient de m'appeler pour le souper et comme mon nez sensible me dit qu'on aura du cochon grillé, je te quittes cher journal, je reviens bientôt.


Londres, 221 B Baker Street, 08 Aoùt 1890, Victoria Regio, Ère 10 du Great Change_


Cher journal ! J'ai été malade tout le week-end, si un étranger te proposes de priser un nouveau tabac ou de tester un nouveau genre de produit récréatif, alors abstiens-toi ! J'ignores ce qu'il y avait dans ce que j'ai respiré mais ça m'a bien fait délirer pendant une bonne journée et quand j'ai récupéré, je me suis retrouvé nu dans le parc de white chapel, heureusement que les loups sont poilus, j'ai sûrement épargné la pudeur des nombreuses soubrettes que j'ai croisé ce matin-là lors de mon périple vers le cabinet de mon cher Dr Watson. Il m'a reçut un peu surpris et assez hilare, puis je lui ait narré les faits et là il à moins rit. L'auteur du fameux détective Sherlock Holmes, m'a remis des affaires que je lui avait laissé la dernière fois qu'une enquête avait exigée que je me daguise. Puis il m'a confié ses inquiétudes face à ce nouveau produit qui faisait des ravages dans les rues de Londres.


Moi je lui expliquait que tout avait commencé avec un monsieur Williams qui, sous les conseils de Miss Hudson dont il était un cousin, était venu m'exposer ses craintes quant au sort de sa fille, jeune enfant de 21 ans, qui venait de décrocher deux semaines plus tôt un poste de secrétaire comptable dans une grosse entreprise d'import-export.


Ce qui l'avait inquiété c'est qu'il n'avait plus de nouvelles de sa fille depuis une semaine, car il ne se passait un jour sans qu'au moins un télégramme soit envoyé à ce père aimant par cette fille adorable. J'acceptais le dossier et commençais mon enquête par le siège londonien de la société employeuse de cette jeune disparue. Là, un gros bras, d'ascendance trolle visiblement (et odoremment) me regarda avec morgue et mépris, me demandant sèchement ce que je désirais. Je lui demandais si Miss Ethel Williams pouvait venir me parler ou tout du moins si je pouvais lui parler. Le cerbère de la porte, compulsa un livre de cuir noir, faisant glisser un doigt à l'ongle sale sur une liste de noms, puis ne trouvant visiblement pas le nom demandé il me dis que personne s'appelant Williams, ne travaillait en ces lieux. Je m'étonnais, insistant sur le fait que la jeune fille travaillait là depuis deux semaines, que pas plus tard que le lundi précédent je l'avais vu sortir d'ici avant de la conduire au théatre. Il n'en voulut rien savoir et même menaça de me transformer en descente de lit.


Gardant mon calme je suis repartit, mais plus tard cette nuit-là je suis revenu pour fouiller plus à mon aise, j'ai trouvé deux ou trois indices qui m'ont conduits à une autre adresse près des docks, et à un entrepôt fort fréquenté pour une heure aussi tardive. J'étais en plein espionnage quand un coup sur le crâne me fit perdre conscience. Je me suis réveillé enchainé, la tête à l'envers face à un homme en costume blanc, il se présenta comme étant le Professeur Mortinetti, chimiste amateur et entrepreneur ambitieux, il me demanda ce qui me conduisait à trainer mes poils en ces lieux forts humides. Je lui répondit que je cherchais ma fiancée et qu'il serait fort aimable s'il pouvait m'aider dans cette recherche.


Il déclina la proposition mais voulant montrer qu'il n'était pas un vilain personnage, il m'offrit de goûter son nouveau produit, destinée à révolutionner le monde des drogues récréatives. N'acceptant pas mon refus, il me fit respirer une poudre étrange et bien vite je sombrais dans un délire cauchemardesque, dont grâce au ciel, je ne garde aucun souvenir. Et donc je me retrouvais chez mon ami, en train de frapper à sa porte, couvert de mes seuls poils personnels. Watson me conseilla de rentrer chez moi, car cette drogue chez les humains normaux conduisait à la folie et à la mort. Il craignait que chez un loup, il s'opère un contrecoup à ne pas négliger. Il avait raison, à peine rentré chez ma bonne vieille logeuse, je ressentit une étrange apathie, et voilà deux jours que je suis exterminé par la fatigue, assaillit par les sons de la ville. Cela vient de cesser je suis encore nauséeux, mais j'ai hâte de retourner voir Watson, il m'a promit de me faire lire son dernier récit des aventures de Holmes, il a inclut ce Professeur du crime dans son histoire et voudrait mon avis pour son nom, il hésite entre Moriety ou Morary, je penses qu'il devrait mélanger les deux, Morierty ou Moriarty, mais pour l'heure je suis fatigué, je dois aller me coucher. j'espères au moins que cette fois-ci je ferais des rêves plus agréables. Bon, au revoir cher journal, on se revoit après ma sieste.


Londres, 221 B Baker Street, 10 Aoùt 1890, Victoria Regio, Ère 10 du Great Change_


Finalement mon cher journal, je me suis repris, et donc ce soir, je pars sur les lieux de ma capture. Watson à demandé à en être mais je ne veux pas lui faire courir de risques outranciers par goût de l'aventure. Vu les effets de sa drogue sur moi, je n'ose imaginer combien il serait fatal pour un simple humain d'inhaler cette mixture chimique ! Toujours est-il que vers 20 h et demie, je me suis retrouvé sur les docks embrumés. J'avais revêtu pour l'occasion une tenue sombre dans un tweed de grosse laine : l'inconvénient des poils immaculés est l'inévitable manque de discrétion que cela entraine en pleine nuit. Donc me voilà à l'affut, les oreilles en alerte, la truffe sensible. Je remonte bientôt une piste odorante de ce tabac que semble affectionner certains acolytes de mon adversaire. La piste me conduisit à un entrepôt abandonné qui fleurait bon le poisson pourrit et les ballots de laine poussiéreux. 


L'intérieur de l'établissement était sombre, froid et humide. Mes yeux s'habituèrent à l'obscurité et mon flair parvint à remonter une piste odorante qui me rappela le chimiste qui m'avait coincé. La piste aboutir à un mur couvert par une grande affiche : celle d'un chapiteau  de cirque ouvert sur un triangle noire. Mais la piste n'allait pas plus loin, j'allais faire demi-tour quand je remarquai des traces de pas dont une partie semblaient disparaitre derrière le mur. Par acquit de conscience, je suis sortit, ai fait le tour du bâtiment mais j'ai dû m'arrêter sur le bord du quai : l'entrepôt donnait sur la Tamise donc à moins que mon marcheur passe-muraille, tel un nouveau Jesus-Christ, ne sache, en plus marcher sur l'eau, il y avait là un soupçon de sorcellerie.


J'ai déjà eut l'occasion de voir des portails magiques, une fois au moins j'ai visité le pays du Roi Obéron et de la Reine Titania, j'ai même pu affronter des démons et me rendre dans une dimension infernale pour les chasser. Il pourrait bien s'agir de la même sorte de pratique bien que différente : pas de poudre de fées, pas d'odeur de soufre et pas de parfums enivrants accompagnés de musiques célestes ! Je suis retourné à l'intérieur, tâter le mur, rien ! Puis j'ai insisté et ... je me suis retrouvé le nez parterre dans une ruelle sombre. J'ai levé le regard vers le ciel, il faisait nuit mais les étoiles étaient moins nombreuses que ce que j'aurais pu m'y attendre, et pour ce que j'en voyais, les constellations m'étaient inconnues. Je remarquai aussi que cet endroit était bruyant pour une heure si tardive, si mon horaire était valable ici. Des bruits de moteurs, de trompes et d'avertisseurs de toutes sortes. Des voix aussi, des cris, fort heureusement pour moi, ils parlaient anglais, l'accent me sembla étrange mais restait compréhensible. C'est alors que je fis quelques constatations physiques : il me semblait que mes pantalons couvraient plus de mon corps qu'a mon départ, je griffai le sol mais n'obtins qu'une gêne un peu douloureuse. Je voulus remuer ma queue comme il m'arrive quand je suis circonspect, mais à part remuer mon postérieur, je ne ressentais plus la présence de mon appendice caudale. Je fouillais mes poches, mes mains semblaient flotter dans cet espace (ou bien mes poches avaient grandies), je pris l'un des osselets que je mâchouilles pour réfléchir, je me fis mal aux dents et recrachait le bout d'os qui n'avait qu'un fort goût de charogne. Mais que m'arrivait-il ? Je me levait, et faillis retombé, je ne pouvais plus faire autrement que poser totalement mes pieds. 


J'avisais un point de lumière un peu plus loin, le temps de m'habituer a mon nouveau mode de déplacement bipède, je rasais les murs. Arrivé sous un lampadaire, qui n'était visiblement pas un gazogène, je faillis m'évanouir : mes pieds ! J'avais des pieds d'humain ! Je sortis le petit miroir que j'utilise habituellement quand je vérifie qu'un corps est bien décédé. Mon visage ! Celui d'un homme de soixante ans en très belle forme, avec cheveux et favoris blancs, yeux verts clairs, dentition parfaite, malgré l'incident de l'os. Le reste était à l'avenant, j'étais devenu, par un étrange miracle, un humain de près d'1m90, mes vêtements étaient certes un peu court et j'avais les pieds nus mais dans l'ensemble je pouvais passer pour un honnête gentleman de la bonne société. Excepté que j'étais à des lieux de mon domicile et de ma zone de protection. Je saignais un peu et j'avais les vêtements couverts de terre, mais j'entendis soudain sonner Big Ben, j'étais toujours à Londres ! 


Un Londres étranger et effrayant mais Londres cependant. Je trouvais un agent de police, lui sortant une histoire d'agression quelconque et une amnésie partielle qui ne me faisait garder que mon nom en mémoire. C'est en automobile, à pétrole je dirais, que je fus conduit à l'hôpital. On m'observa sous toutes les coutures, avec des engins et des ustensiles que je n'avais jamais vu utiliser en aucune façon par le Docteur Watson ! Puis une fois dans ma chambre deux hommes en costumes sombres se présentèrent à moi. Il me dirent travailler pour les services secrets, que j'étais recherché par leurs services, car l'agent Herbert Doyle était porté disparu depuis des mois, et que mes empreintes digitales avaient déclenché l'alerte générale a leur QG. Au cours des jours qui suivirent j'appris qu'ici un autre Herbert H.Doyle  (ou peut-être est-ce bien moi ?) enquêtait sur des disparitions et un trafic de drogue expérimentale. Il avait contacté sa hierarchie six mois plus tôt avant de devenir muet et disparaître des "radars" du service ! 


Tous les tests subis par moi conduisaient tous à la même conclusion : ce type c'était moi ! Je fus "réintégré" mais convié à rester sous couverture. J'ouvris donc un cabinet de détective privé comme on appelle ici les détectives consultants. Il se trouve que les pièces de monnaies que j'avais en poches en arrivant, avaient ici une valeur monétaire assez conséquentes pour certaines d'entre elles. Ceci plus le retard de salaire qu'on me versa, me permit d'acheter mon cabinet et l'appartement juste au-dessus. Je suis libre de mes activités mais si les services secrets m'appellent je dois répondre présent. J'ai vécu ainsi depuis 5 ans, j'ai mes papiers en règle, des amis, un revenu régulier et j'ai eu la surprise de découvrir que mon ami Watson ou du moins son alias de plume, ont fait fortune avec des récits policiers. Ici tout le monde connait Sherlock Holmes et ses enquêtes; Mais ces histoires ce sont mes enquêtes à moi qu'elles racontent ! Enfin pour les premiers écrits car à un moment Watson/Conan Doyle, écrit des récits qui me sont inconnus, comme cette histoire de chien fantôme ou cet affrontement avec Moriarty, aux chutes de reichenbach. J'ai bien l'impression que mon alter ego est partit comme moi dans un autre monde. On m'a donné les clés de "mon" ancien domicile et j'ai encore des choses à apprendre mais je sais une chose : des gens voyages entre les mondes, et ici ces mondes sont issus de l'imaginaire. J'en serait aussi un ! Je suis un personnage fictif, des humains le savent, des personnages de romans ou, plus largement, d'œuvres de fiction, peuvent aussi voyager et que des tas de gens voudraient connaitre le secret des portails. Pas tous forcément animés des meilleures attentions.


J'ai moins de pouvoirs ici que chez moi, mais je reste un homme entrainé et de grande forme physique Je continuerais à lutter contre le crimes et ferais tout mon possible pour éliminer les renégats qui espèrent exploiter les portails. Celui que je connais m'est désormais accessible, je peux retourner chez moi quand l'envie m'en prend. il me faut cependant user de trésors de discrétion, je veux bien aider les autorités mais nul besoin de laisser ce pouvoir entre des mains peu expertes.
*****************************************************************************



Vous


Pseudo/nom: Aiden Ford ou Herbert ou Christophe 

Age: 45

Avez vous lu le règlement ? : oui

Comment avez vous connu le forum ?: Par mon amie Garance et indirectement par Blanche

Que pensez vous de celui ci ? J'aimes bien le genre, je crois que ça se voit à mon perso ^^



Dernière édition par Herbert H.Doyle le Ven 1 Sep - 18:31, édité 6 fois
avatar
Herbert H.Doyle
Sherlock Holmes avec des crocs et des griffes

Messages : 32
Date d'inscription : 15/07/2017
Age : 46
Localisation : 221B Baker Street

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Garance Albrech le Sam 22 Juil - 20:47

Tapote la tête du Loulou !!!

"Bienvenu mon grand !"
avatar
Garance Albrech
Médium

Messages : 40
Date d'inscription : 06/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Anubis le Dim 30 Juil - 21:14

Bienvenu parmi nous^^
C'est un plaisir de rencontrer un nouveau compagon canin Wink

_________________
ANUBIS

 

 

©️ HANSKA.

avatar
Anubis
Gardien des Portails d'Egype antique

Messages : 54
Date d'inscription : 16/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Herbert H.Doyle le Mar 1 Aoû - 4:15

Merci beaucoup de cet accueil chers camarades !

Tu peux me gratter entre les yeux, c'est pas facile avec les griffes sans se blesser le museau, merci, chère Garance !

Oui, moi aussi j'apprécie d'avoir un congénère !^^

_________________
A gentleman is just à patient wolf !
avatar
Herbert H.Doyle
Sherlock Holmes avec des crocs et des griffes

Messages : 32
Date d'inscription : 15/07/2017
Age : 46
Localisation : 221B Baker Street

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Blanche-Neige le Mar 1 Aoû - 21:01

Une nouvelle fois, bienvenu sur le forum =) N'hésite pas à mp le staff si tu as des questions ou à up le sujet si tu as terminé ta fiche.
avatar
Blanche-Neige
Princesse héritière en cavale

Messages : 396
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Herbert H.Doyle le Mer 2 Aoû - 17:52

Je n'y manquerais pas Blanche ! Je suis surtout ennuyé par mon ordi qui me cherche et ma connexion qui me lâche quand ça lui chante ^^

Je bosse ma partie histoire, faut être patient ^^

_________________
A gentleman is just à patient wolf !
avatar
Herbert H.Doyle
Sherlock Holmes avec des crocs et des griffes

Messages : 32
Date d'inscription : 15/07/2017
Age : 46
Localisation : 221B Baker Street

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Herbert H.Doyle le Ven 1 Sep - 18:33

Mise à jour et fiche terminée ! Si ça vous intéresse ^^

_________________
A gentleman is just à patient wolf !
avatar
Herbert H.Doyle
Sherlock Holmes avec des crocs et des griffes

Messages : 32
Date d'inscription : 15/07/2017
Age : 46
Localisation : 221B Baker Street

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Darren Fost le Lun 4 Sep - 21:15

J'ai l'honneur de te valider. Bienvenue et bon jeu ! Smile
avatar
Darren Fost

Messages : 38
Date d'inscription : 21/07/2015
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Herbert H.Doyle le Lun 4 Sep - 23:13

Yeeeeeessssssss !!!!!!!

_________________
A gentleman is just à patient wolf !
avatar
Herbert H.Doyle
Sherlock Holmes avec des crocs et des griffes

Messages : 32
Date d'inscription : 15/07/2017
Age : 46
Localisation : 221B Baker Street

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Herbert H.Doyle : Gardien de troupeau, loup et détective conseil (Fini !)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum