[Libre] Lost in another world

Aller en bas

[Libre] Lost in another world

Message par Flora le Jeu 26 Juil - 12:56

  • Flora, the little fairy

La voiture du pseudo Général démarra en trombe à un feu. Ce dernier ôta sa veste militaire et entreprit de l’échanger contre un t-shirt à manches noires. Il mit le tout dans un sac et le balança sous le siège conducteur.

« - Tournes à gauche à la prochaine rue, John.
- Bien. »

La voiture tourna se retrouvant dans une ruelle, avança un peu et s’arrêta.

- John ?

Le conducteur se retourna et ôta ses lunettes de soleil avant de sourire d’un air malsain. Il avait les yeux d’un bleu profond et qui commencèrent à changer de couleur, virant sur un rouge-orangé sombre. Il coupa le contact et commença à rire, montrant quatre canines un peu plus pointues que la moyenne.

- Je ne m’appelle pas John.

Le pseudo général chercha un arme mais lorsqu’il la brandit, le dénommé « John » la lui arracha tout bonnement des mains pour la balancer par la fenêtre ouverte.

- Tu es censé le savoir… Cernunnos. Maintenant, tu as cinq secondes pour quitter cette voiture ; avant que je ne te troue comme une vulgaire passoire.
- Taranis… Comment c’est étrange de te voir ici. Quel bon vent t’amène ?

Le regard du dieu alla rapidement sur Flora avant de revenir vers Cernunnos.

- Cela ne te regarde absolument pas. Maintenant pars. Je ne veux plus te voir pour le moment.
- Soit, mais je ne partirais pas seul, tu t’en doutes bien.

Le regard du dieu-cerf se durcit.

- Elle reste avec moi !

Une lumière commença à irradier de Taranis. Au début, doucement, puis de plus en plus fort. Le dieu totémique plissa un peu plus les paupières, jusqu’à être propulsé à l’extérieur de la voiture par la vitre ouverte avec un grand bruit de tonnerre. Le Primordial sortit de la voiture visiblement en colère et s’approcha du dieu primordial rapidement. Attrapant le dieu-cerf à la gorge, il le plaqua contre le mur derrière lui.

- Tu ne t’approches plus d’elle. Pas un regard. Pas une envie. Rien du tout. Cette fille n’est pas à sa place dans ce monde.
- Bien sûr pourquoi crois-tu que je l’ai sorti de sa prison ? Je comptais la ramener chez nous. Loin de tous ces humains qui pourraient la corrompre. Elle a tenu jusqu’ici mais rien ne nous assure qu’elle tiendrait au-delà. Mais j’aimerais savoir de qui elle est la fille.

Flora ouvrit les yeux. Elle n’était pas dans sa cellule. Un rayon de soleil venait tranquillement se poser sur elle alors qu’elle se redressait en regardant devant dans un état second. Mais où pouvait-elle bien être ? La panique l’envahie. Alors c’était ça le monde extérieur ?! Elle s’extirpa de la voiture par la fenêtre ouverte et regarda autour d’elle. Les deux inconnus qui semblaient être en conflit tournèrent la tête vers elle et se lâchèrent avant de s’approcher doucement. Elle commença à reculer le long de la voiture pour s’éloigner d’eux.

- Tout va bien. Tu es en sécurité avec nous, dit Taranis d’un voix calme.
- Oui… on ne te fera aucun mal, renchérit Cernunnos en s’approchant d’un autre pas.

Alors que Flora reculait, un crépitement avec un lueur derrière apparut aux yeux des deux dieux, qui échangèrent un regard, soudainement tendu. Un Portail, ici ? Leur crainte fut confirmée lorsqu’un grand portail doré apparût derrière Flora qui eut un frisson dans toute l’échine. Un cri retentit dans la tête de Cernunnos et Taranis qui se précipitèrent tout deux vers la jeune fille alors qu’elle était happée en arrière, droit dans le portail. C’était un cri d’alerte, de peur, de terreur même. Les deux dieux Celtes n’urent que le temps de voir la gamine disparaître dans le portail avant que celui-ci ne se referme et qu’un rire se fasse entendre à une fenêtre, un étage plus haut. Un homme s’y tenait assit, sur le rebord et semblait très amusé par ce qu’il venait de voir. Les deux autres dieux, tournèrent la tête vers lui et se renfrognèrent.

- Esus… C’était donc toi.
- Bien sûr. Vous sembliez tellement attiré par cette gamine que j’ai voulu l’envoyer ailleurs pour voir si vous aviez raison.
- Et où est-elle ?
- Ailleurs, répondit le dieu des voyages en partant, souriant.

A vrai dire, il n'en menait pas large. Ce portail n'était pas le sien. Et la gamine avait tout bonnement disparu. Il attendrait que les autres s'en aille et passerait le portail, qu'il avait réussi à camoufler afin que les deux péquenots ne s'amusent pas à la suivre. Mais dès la nuit, tombée, il passerait le portail et la chercherait. Après tout, il avait sentis plusieurs fois comme une voix dans sa tête crier. Une voix qui n'était pas la sienne. C'était étrange mais cette gamine le fascinait.
Tandis qu'il réfléchissait, deux mains le saisirent. Cernunnos et Taranis se tenaient devant lui, l'air furieux.


- Qu'est-ce que tu as encore branlé ?!
- Putain ! Vous me faites mal les gars.

Taranis sortit une dague.

- C'est bon je me suis payée votre gueule. Pour le portail c'est pas moi. Je m'amuse juste à les camoufler. C'est compliqué mais drôle.
- Donc tu ne sais pas où elle est.
- Non... Je comptais y aller dès que vous n'auriez plus été dans le secteur.
- Connard, râla Taranis.



Flora se sentait attirée en arrière sans voir ce qu’il en était. Une sensation de chaleur se déposa sur sa peau alors qu’elle traversait le portail invisible à ses yeux. Elle resta quelques secondes avant de se dissiper. La jeune fille tomba en arrière et dévala une colline en roulée-boulé, une sensation étrange au niveau du dos. Elle s’écrasa contre le sol, sur un tapis de feuilles mortes en poussant un gémissement de douleur.
La ruelle avait laissé place à une forêt verdoyante et calme. Flora se redressa tant bien que mal en regardant autour d’elle et vit de chaque côté, des bouts d’ailes qui dépassaient. Elle fit un mouvement et les ailes suivirent. C’était SES ailes.

Elle passa ses mains sur son visage, rien ne semblait avoir changer à cet endroit. Mais quelque chose autour d’elle semblait flotter. Elle regarda autour d’elle et aperçut, provenant d’un arbre, un peu d’eau qui semblait passer au travers de son écorce et se rassembler à hauteur des mains de la jeune fille assoiffée. Elle commença à boire sans se poser de question et se passa de l’eau sur le visage et les bras, en soupirant de bien-être. Elle n’avait jamais été aussi bien depuis son installation dans cette cellule chauffée.
Aussi après quelques instants, elle commença à marcher sans savoir où elle se trouvait, ou même où elle allait.

  • At the world and beyond
avatar
Flora
Sujet FR-0013

Messages : 16
Date d'inscription : 22/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum