Un monde foisonnant et stérile

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Dim 29 Mai - 14:20

Quelque chose n'allait pas. Mais alors vraiment pas du tout.

Après avoir pris un peu de repos et s'être entretenu avec Nissa à propos de Sorin Markov, car elle l'avait brièvement rencontré peu avant la libération des Eldrazi, Jace avait transplané pour se rendre sur Innistrad, le plan d'origine du Planeswalker vampire plusieurs fois millénaire. Il espérait le retrouver et le questionner afin d’en apprendre un peu plus les Eldrazi, leur prison et d’éventuels autres moyens de les arrêter. Mais quelque chose clochait.

Cela prenait du temps, ce n’était pas normal. La traversée des Éternités Aveugles se faisait normalement instantanément, comme si le Planeswalker sortait du temps lui-même pour passer d’un plan à l’autre, mais cette fois ce n’était pas le cas. Jace avait quitté Zendikar, mais il n’était pas arrivé sur Innistrad. Pour ce qu’il pouvait croire de sa conscience altérée, il lui semblait flotter quelque part où rien n’existait. Pas de lumière ni d’obscurité, pas de chaud, ni de froid, pas de haut ni bas, comme si tous ses sens étaient endormis. Rien que lui et un vide absolu sans limites.

Puis une vive douleur fleurit dans son torse et se rependit dans tout son corps, le long de ses membres jusqu’à leurs extrémités et envahit son crâne. Chaque petite cellule de son être le mettait à la torture. Il voulu hurler, mais aucun son ne sortit de sa bouche, car cela n’existait pas ici. Et Jace perdit connaissance.

Un son. Un bruit. Ce fut la première chose qui parvint à son esprit alors que sa conscience commençait à lui revenir. Qu’était-ce donc ? Une sorte de murmure, ou de gargouillis. Un clapotement. De l’eau ! Puis le toucher. Une sensation familière. Comme un tapis épais lui chatouillant le visage. De l’herbe !

Lentement, petit à petit, Jace Beleren revint à lui, puis il ouvrit les yeux. Il était dans une forêt, le soleil traversant sans peine les frondaisons pour nourrir de sa lumière nourricière les sous-bois touffus. Le murmure clapoteux qui emplissait l’atmosphère indiquait qu’un ruisseau devait couler non loin de là, l’eau bondissant de quelque degré de faible hauteur.

Le Planeswalker s’assit péniblement, tous les muscles endoloris et une migraine atroce lui martelant la tête. Il lui semblait que cela durait depuis une éternité. Une main sur le front, il attendit un moment que cela passe, immobile, essayant de rassembler ses pensées.

Mais que c’était-il donc passé ?

Jace avait transplané des dizaines, des centaines de fois sans aucun incident. Il n’imaginait même pas qu’un transplanage puisse mal se passer. A vrai dire, il avait rencontré bien des Planeswalkers au cours de sa vie, et il n’avait jamais entendu dire nulle part que cela puisse mal se passer. Il regarda un peu plus attentivement autour de lui. Heureusement, il semblait être arrivé à destination, et indemne. Restait maintenant à trouver le manoir Markov.

Sa migraine n’était pas encore passée, mais elle se faisait moins insistante, il se releva donc en chancelant un peu, les jambes faiblardes. C’était la première fois qu’un transplanage lui infligeait une telle souffrance et le mettait dans un tel état de faiblesse. Mais devant l’impossibilité de comprendre ce qu’il s’était passé, il valait mieux ne pas perdre de temps et remplir la mission pour  laquelle il était venu.

Il n’était pas rassuré, cependant. Il sentait que quelque chose n’allait pas dans son être, qu’il lui manquait quelque chose, sans pouvoir explicitement mettre le doigt dessus. Il ressentait tantôt comme un vide intérieur tantôt comme s’il était devenu plus petit que son enveloppe, et la combinaison de ces deux sensations paradoxales était pour le moins dérangeante.

Le mage marcha une dizaine de minutes sous le couvert des arbres, sa progression ralentie par l'épaisseur du sous-bois, tentant de comprendre l’origine de son malaise et ruminant l’épreuve des plus désagréables qui l’attendait. Afin de trouver Markov, il devait demander son aide à une de ses connaissances qui avait élu domicile sur ce plan, mais ironiquement, c’était probablement la dernière chose qu’elle aurait envie de faire. Néanmoins, le mage de l’esprit n’avait pas vraiment d’autre choix, car c’était sa meilleure piste. Il devait donc trouver une monture et un guide, qui le conduirait jusqu’à la demeure de Liliana Vess.

Lorsque Jace parvint au bout d'un moment à une trouée dans les arbres, le soleil se cachait derrière des nuages moutonneux qui le masquaient par intermittence au gré de leur errance céleste. Au sortir du sous-bois, le mage se figea soudain en contemplant ce qui se trouvait devant lui, et qui n'avait rien à y faire. Après quelques secondes de stupeur, il regarda au loin à sa gauche puis à sa droite et, ne constatant aucun signe de danger ou de présence étrangère, examina l'étrange artefact sur lequel il venait de poser le pied. Il avait arpenté d'innombrables routes et chemins de toutes sortes au cours de ses pérégrinations, mais il n'en avait encore jamais vu qui ressemble à cela, sur aucun plan. Il s'avança au milieu et s'accroupit pour tâter du bout des doigts cette étrange piste.

Elle avait la couleur de la pierre, mais à y regarder de plus près, elle semblait en fait constituée d'innombrables cailloux minuscules agglomérés et figés dans de la roche fondue, donnant à ce chemin son aspect plat, presque lisse. S'étandant à gauche et à droite, cet étrange chemin traversait la forêt en semblant creuser sa route au milieu des arbres, ceux-ci s'arrêtant pile au bord du chemin de largeur uniforme.

Alors qu'il se demandait quel genre de peuple avait pu construire une telle piste, une terrible évidence se fit jour dans son esprit : ce chemin ne ressemblait à rien de ce qui pouvait se trouver sur Innistrad. Le Planeswalker avait parcouru des plans de niveaux technologiques très variés et différents, des tribus arboricoles des jungles de Zendikar aux machines autonomes de Ghirapur. Cette piste parfaitement inadaptée aux montures indiquait que celui-ci était beaucoup plus avancé que ce qu'il savait d'Innistrad, dont le principal moyen de locomotion était le cheval, avec ou sans charrette.

La terrible conclusion explosa dans son esprit : il n’était pas arrivé sur le bon plan ! Preuve de plus, s'il en fallait, que quelque chose était allé de travers durant son transplanage. Le Planeswalker réfléchit un moment. Cela ne pouvait pas être une « erreur de pilotage », car transplaner faisait partie de la nature de son être et était aussi naturel que tendre le bras, la cause était donc extérieure. Aurait-il croisé le chemin d’Emrakul ? La présence du troisième Eldrazi dans les Éternités Aveugles pouvait-elle l’avoir fait dévier de sa route ?

Non, cela ne fonctionnait pas ainsi. Pour ce qu’il en savait, les notions de temps et d’espace, et par conséquent de « route », n’avaient aucune valeur, aucun sens, dans les Éternités Aveugles. Ce devait être autre chose, mais quoi ? Après un moment, Jace se secoua mentalement. Le temps filait et il ne servait à rien de s’attarder ici, il aurait tout le loisir de résoudre cette nouvelle énigme une fois son travail accompli.

Il transplana vers Ravnica.

Du moins essaya-t-il, mais rien ne se produisit. Il essaya à nouveau, puis encore une fois. Jace sentit l’angoisse monter en lui et sa respiration s’accéléra. Il ne parvenait pas à transplaner ! Il sentait son étincelle, elle était toujours là, comme un noyau de pouvoir spécifique tapis au fond de lui, prêt à le servir. Mais à chaque fois qu’il essayait de transplaner, c’était comme si son étincelle de dérobait à lui, l’esquivait pour l’empêcher de la saisir. C’était une situation inédite, et pour le moins stressante.

C'était donc là la cause du malaise qui l'assaillait depuis son arrivée sur ce plan. Essayant de se calmer, bien que ce fut difficile, il réfléchit un moment, essayant de rassembler les pièces du puzzle. Un souvenir qu'il croyait avoir imaginé lui revint en mémoire : une intense douleur dans tout son être alors qu'il transplanait, comme si son lui arrachait chaque cellule de son être. Puis il fit les liens : le fait qu'il était arrivé inconscient, ce qui était absolument anormal, sa douleur résiduelle en se réveillant, et sa migraine, qui avait mis plusieurs minutes à s'estomper.

Son cœur fit un bon dans sa poitrine alors que lui vint à l'esprit un effroyable soupçon. Afin de le vérifier, il tenta d'invoquer une flamme de poing illusoire. Avec horreur, il constata que rien ne se produisit, aucune lueur bleue n'apparut dans sa paume.

Cette fois, il commença carrément à paniquer. Il tenta une nouvelle fois d’invoquer une flamme de poing illusoire, mais la source de sa magie était tarie. Haletant, debout au milieu de cette étrange piste, il regarda un peu partout autour de lui, comme si une réponse pouvait se cacher dans les sous-bois. Ou une menace. N’importe quelle créature pouvait se tapir dans ces fourrés, l’épiant et attendant le moment de bondir sur sa proie, et Jace était complètement sans défense.

Son esprit comme embourbé dans les affres de la panique, le mage se sentait oppressé, compressé. Coupé du reste du multivers, il se sentait comme prisonnier d’une petite boîte, sans défense, sans aucun moyen d’agir sur le monde autour de lui. Il regardait partout autour de lui. Chaque arbre pouvait dissimuler un danger mortel, chaque buisson masquer une menace immédiate, et il n’avait rien d’autre pour se protéger que ses bras bras, et rien d’autre pour s’enfuir que ses jambes. Comment le commun des mortels, les milliards d’habitants du multivers sans pouvoirs, pouvaient-ils supporter toute leur vie cet impossible sentiment d’impuissance absolue ? C’était inconcevable !

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Lun 30 Mai - 17:48

C’était une perte de temps. C’est ce qu’elle s’était dit dès qu’elle avait entendu l’homme ouvrir la bouche. Vraisemblablement adepte des théories du complot les plus farfelues, il ne lui avait pas fallu plus de cinq minutes pour se décrédibiliser aux yeux de la journaliste. Que faisait-elle ici, un lundi matin d’aussi bonne heure ? Le soleil s’était levé depuis deux heures environ et brillait déjà haut dans le ciel. Pas de nuages ou de pluie, ce qui était exceptionnel dans ce pays, même en plein mois de juin. La journée aurait pu être parfaite si elle n’avait pas été coincée depuis une heure avec cet excentrique.
Lorsque Kate avait décidé de reprendre l’affaire du trafic de drogue de l’ambroisie, ce même trafic sur lequel son frère enquêtait jadis avant d’être assassiné, elle avait commencé à faire jouer son réseau étendu pour récolter des informations. L’un de ses contacts l’avait dirigé vers l’un de ses amis qui l’avait lui-même renvoyé vers une tierce personne. Cette dernière aurait visiblement travaillé quelques temps comme agent d’entretien dans les laboratoires pharmaceutiques qui avaient développé l’Onirine, la molécule à la base du célèbre antidépresseur et, d’après son frère, de l’ambroisie. Cette fameuse personne, après de nombreuses relances, avait fini par accepter de lui donner rendez-vous loin de la ville et des potentiels micros qui pourraient capter leur discussion – on était jamais trop prudent ! La rencontre s’était donc faite dans la forêt, dans la banlieue de Londres et avait été loin d’être à la hauteur de ses espérances. L’homme n’avait travaillé pour les laboratoires qu’une quinzaine de jour et ne semblait avoir rien d’intéressant à lui dire. Kate n’était pas psychologue mais elle avait rapidement conclu que son interlocuteur présentait toutes les formes apparentes d’une paranoïa sévère. Il lui avait parlé de toutes sortes de choses mais la seule qui avait retenu son attention était un nom : Jan Kerr, et de son lien avec un certain parc d’attraction… Fantasme ou réalité ? Au moins avait-elle une piste à creuser. Si le responsable des laboratoires passait vraiment une grande partie de son temps dans un parc d’attraction ce n’était certainement pas pour ses manèges.
Confortablement installée dans sa voiture, Kate pianota sur son téléphone portable pour chercher l’adresse du fameux parc d’attraction. Quelle approche devait-elle tenter ? Une filature ? Se faire engager comme employée pour tenter d’espionner de l’intérieur ? Non, il fallait  d’abord vérifier le lien entre Jan Kerr et le parc, ensuite elle aviserait. Perdu dans ses pensées, elle démarra sa voiture et prit le chemin de Londres. A cet instant, elle rêvait d’un bon petit déjeuner et d’un café bien chaud. Il était quoi, 8h30 du matin ? Peut-être qu’elle prendrait le temps de s’arrêter dans un village en banlieue pour s’offrir de quoi remplir son estomac. Perdue dans ses pensées et profitant de l’air frais qui fouettait son visage à travers sa fenêtre ouverte ainsi que de l’odeur que dégageait la forêt humide, elle appréhenda un virage un peu serré et sans visibilité… et du piler net en voyant un obstacle surgir soudainement. Les pneus de la voiture émirent une plainte aigue devant l’agression dont ils étaient victimes et firent de leur mieux pour répondre à l’attente de leur propriétaire. Le véhicule s’immobilisa à moins d’un mètre de Jace et Kate loua ses réflexes qui avaient, sans l’ombre d’un doute, évités un terrible accident. Il fallut quelques instants à la jeune femme pour reprendre ses esprits et décrisper ses mains de son volant. Son cœur battait follement vite et elle sentit la peur céder doucement la place à la colère. Ce type était fou de rester au milieu de la route comme ça ! Elle tira son frein à main et éteignit son moteur avant d’allumer ses feux d’avertissements, puis se détacha et sorti de sa voiture.

-Qu’est-ce qui vous prend de rester au milieu de la route comme ça ? C’est dangereux !

La colère laissa alors place à de la curiosité. Le look de l’homme qu’elle avait failli renverser était tout à fait étonnant. Etais-ce un cosplayeur ? Pourquoi ce regard ? Il lui semblait totalement… perdu.


-Vous allez bien monsieur ? Demanda-t-elle, toute trace d’énervement dans sa voix disparue.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Lun 30 Mai - 22:33

Il fallait à tout prix qu’il se calme !

La panique qui affluait en lui comme des vagues montant à l’assaut d’une grève ne faisait que lui embrouiller l’esprit et obscurcir son jugement, ce qui était tout simplement désastreux pour quelqu’un dont l’intellect était quasiment la seule arme. Il devait forcément y avoir une explication rationnelle, et donc également une solution, à sa situation catastrophique.

Jace Beleren, le Pacte des Guildes vivant, avait arpenté des dizaines de plans aux innombrables dangers et il s’en était toujours tiré, même face au terrifiant Bolas. Il avait affronté les Eldrazi, bon sang ! Des êtres plus anciens que les mondes eux-mêmes, capables d’engloutir des plans entiers, et il avait fait face ! Alors ce n’était pas la perte temporaire, espérait-il, de ses pouvoirs dans un monde inconnu qui allait le faire flancher. Il lui fallait se reprendre, et vite.

Il s’efforça de maîtriser sa respiration et son mental, tentant de les mettre au diapason pour les calmer tous les deux, mais l’exercice était loin d’être facile. Il avait certes affronté d’innombrables dangers, mais il avait toujours bénéficié pour cela d’un impressionnant arsenal de sorts. Et face aux Eldrazi, il n’était pas seul comme c’était le cas ici. En fait, c’était plutôt les trois autres qui avaient mené les combats, la contribution du mage de l’esprit consistant surtout à l’établissement des plans pour les défaire. Non, ce genre de considérations ne l’aiderait pas ! Même privé de sorts, il ne restait pas sans ressources, il y avait encore des choses à faire.

Concentré qu’il était sur son souffle et ses pensées, il n’entendit que trop tard le grondement qui approchait. Soudainement tiré de sa concentration, il tourna vivement la tête dans la direction d’où provenait ce bruit étrange et vit un monstre de métal surgir à toute vitesse du tournant de la piste au milieu de laquelle il se tenait.

Cette chose arrivait vite. Terriblement vite. Trop vite pour que Jace puisse ne serait-ce que tenter d’éviter sa charge furieuse, il ne put qu’écarquiller les yeux en voyant sa dernière heure arriver. Il allait donc finir ainsi ? Après tout ce qu’il avait traversé, il allait mourir aussi bêtement sous la charge d’un monstre mécanique sans visage dans un monde inconnu et coupé de tout ?

Et malgré la terreur, de façon tout à fait saugrenue, une partie de son esprit s’interrogeait froidement sur la nature de cette créature qui lui fonçait dessus pour le tuer, car elle ne ressemblait ni aux drones de Kaladesh ni aux monstres de métal de Mirrodin. A rien de ce qu’il ait vu dans sa vie, en réalité.

Il y avait encore tellement de choses à voir, tellement de mondes à visiter. Et tellement de responsabilités maintenant qu’il avait prêté serment de se faire Sentinelle, tellement de destins qui dépendaient de la réussite de sa quête. Il ne pouvait pas simplement baisser les bras et tout abandonner ici et maintenant. Il n’avait pas fuis face aux Eldrazi, alors qu’il avait pu, et envie de le faire, alors que tout le monde croyait Zendikar perdu pour de bon. Il était resté, et il avait lutté aux côtés de ses compagnons. Ce n’était pas le moment d’abandonner.

Gagné par un sursaut de détermination et d’instinct de survie, Jace leva une main devant lui par réflexe et lança un sort de protection… qui ne vint jamais. Et pourtant, le monstre ralentit brusquement en poussant un cri suraigu, et s’arrêta à moins d’un mètre de Jace qui en tomba de stupeur sur son séant. La créature émit un bruit étrange, une sorte de craquement, et ce fut une voix de femme qui tira le Planeswalker de sa tétanie, le ramenant à cette étrange réalité.

-Qu’est-ce qui vous prend de rester au milieu de la route comme ça ? C’est dangereux !

Détachant ses yeux du monstre devant lequel il était tombé assit, il regarda la femme qui venait de l’admonester. Elle était sortie du monstre, qui était en fait un véhicule ! Quoi de plus logique sur une piste impropre aux montures ? En regardant un peu plus attentivement, il constata que la face avant du véhicule était en fait une grande vitre, qui avait été cachée à sa vue par un reflet du soleil sur cette surface polie.

-Vous allez bien monsieur ?

La seconde suivante, Jace était allongé sur la route, les bras étendus, et il riait à gorge déployée, ce qui aurait grandement surpris Gidéon s’il avait pu le voir ainsi. Un véhicule ! Il se sentait parfaitement idiot, et pour la première fois de sa vie, ce sentiment lui procurait un immense soulagement. Ou peut-être était-ce le fait qu’il venait d’échapper de peu à une mort stupide, et si peu glorieuse.

Calmant son hilarité un brin nerveuse, Jace se releva et regarda la femme qui venait de lui parler. Une humaine, à première vue. Le mage reprit très vite son sérieux habituel, car s’il était heureux d’être toujours vivant, il n’en était pas moins dans une situation tout aussi calamiteuse que cinq minutes auparavant, sans aucune idée d’où il se trouvait ni de comment en partir.

- J’ai connu des jours meilleurs. Et des pires, aussi.

Encore que, sur ce dernier point, il faudrait peut-être attendre d’en savoir un peu plus avant d’en juger.

Mû par son incorrigible curiosité, Jace jeta un rapide coup d’œil au véhicule. Celui-ci était constitué d’une carlingue de métal fin, se mouvait sur quatre roues et des sièges étaient installés à l’intérieur pour accueillir plusieurs passagers. Le mage ne se souvenait pas avoir déjà vu une machine d’une telle envergure se déplacer aussi vite. Pas au sol en tout cas, mais les machines volantes étaient une autre histoire. C’était donc pour cette raison que cette piste était si soigneusement aplanie. Un véhicule se déplaçant à cette vitesse aurait bien du mal sur une voie pavée ou parsemée d’irrégularités trop importantes.

Après une courte seconde d’examen de la machine, Jace se rendit compte qu’il se laissait entraîner par ses réflexions et revint à ce qui l’occupait, et à la pilote du véhicule. Elle ne semblait pas avoir d’intentions hostiles, mais il sonda tout de même brièvement son esprit pour s’en assurer.

Mais une fois de plus, il ne parvint pas à atteindre son but, et l’inquiétude le gagna de nouveau. Il avait bel et bien sondé l’esprit de la jeune femme, mais son emprise mentale lui semblait hasardeuse, hésitante et maladroite, et il ne parvint qu’à percevoir ses pensées de surface, ce qui n’était pas suffisant.

Tâchant tant bien que mal de réprimer son angoisse, il préféra ne pas tenter d’investiguer plus avant dans l’esprit de la jeune femme. A voir l’instabilité actuelle de sa télépathie, il craignait qu’elle ne détecte son intrusion s’il allait trop profondément.

Sa télépathie, instable ! Alors que c’était une faculté innée qu’il avait toujours manié plus aisément et naturellement que ses propres membres. A présent, il se sentait impuissant ET handicapé. Finalement, c’était peut-être bien le pire jour de sa vie.

Jace fit un gros effort mental pour ne pas baisser les épaules et tâcha de garder contenance. Il ne devait pas perdre de vue son objectif : comprendre où il était, comment il y était arrivé et comment en partir. Il devait garder la tête froide pour obtenir des réponses à ces question le plus vite possible.

- Sur quel plan sommes-nous ? Demanda-t-il à la jeune pilote.

Il avait hésité à poser la question, car elle comprendrait immédiatement qu’il était un Planeswalker, et un mauvais pour ne pas savoir où il débarquait, et certaines personnes pouvaient se montrer hostiles à ses semblables, sans doute par craintes de leurs grands pouvoirs.

Il rit intérieurement à cette pensée, devant l’ironie cynique de la situation. Si cette femme était de ceux-là, et qu’elle se rendait compte qu’il n’avait plus accès à aucun de ses pouvoir, alors il serait dans une bien mauvaise situation.

Mais puisqu’il ne pouvait pas aller chercher les informations directement dans son esprit sous peine de provoquer son ire (les gens prenant généralement très mal ce genre d’intrusion), il n’avait pas vraiment d’autre choix que de demander.


Dernière édition par Jace Beleren le Mar 31 Mai - 15:59, édité 1 fois

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Mar 31 Mai - 15:20

Il lui semblait être en état de choc, profondément ébranlé par l’accident qui avait failli survenir. Bon, d’accord, c’était surement normal, après tout il était passé très près du choc et peut-être même de la mort. Elle compatissait. Un peu. Il était tout de même particulièrement impressionnable non ? Vu le regard qu’il adressait à sa voiture… ah, maintenant il riait à gorge déployée en s’allongeant sur la route.

« Il est fou », songea Kate en le regardant, consternée.

Etait-elle tombée sur l’un de ces détraqués dont les journaux faisaient l’apologie ? Bon, elle-même était journaliste et savait comment cela fonctionnait. Les articles à sensations traitant de meurtres sanglants faisaient vendre et tourner la baraque, et, irrémédiablement, entretenaient un climat de peur permanent sur la population. Un cercle vicieux un peu trop bien ficelé dont abusaient les politiques encore et encore. Cela dit, sans forcément être un cruel assassin, ce type avait quand même l’air d’en tenir une bonne couche. Décidément, entre son premier rendez-vous et lui, c’était la matinée des rencontres farfelues. La belle regarda donc son interlocuteur au sol, profitant du moment pour l’examiner. Y avait pas à dire, son style vestimentaire était franchement décalé. Quant à sa peau… s’était-il peint des symboles sur le visage ?
Retrouvant enfin son calme, l’homme se releva pour lui faire face et lui répondit enfin, lui montrant par là même qu’il avait bien entendu la question qu’elle lui avait posé et qu’il était capable d’y répondre.

- J’ai connu des jours meilleurs. Et des pires, aussi.

Un poil théâtral mais Kate était rassurée de sa réponse. L’état de choc était visiblement passé et il avait repris le contrôle de ses nerfs, elle allait pouvoir retourner dans sa voiture et reprendre sa route. Elle ne pouvait pourtant nier que cet homme l’intriguait et elle sentit qu’elle aurait du mal à repartir sans avoir eu un élément de réponse quant à la raison qui le poussait à porter un tel déguisement. Encore une fois, son insatiable curiosité reprenait le dessus. Et puis, cette manière de regarder sa voiture comme s’il n’avait jamais rien vu de semblable…
Deux hypothèses : soit il s’agissait d’un homme souffrant d’une psychopathologie sévère soit c’était un comédien. La seconde solution lui semblait un poil plus logique car elle justifiait le costume et le maquillage mais quelque chose la dérangeait dans ce raisonnement : pourquoi se déguiser ici, au milieu de nulle part ?


« Y a-t-il une caméra cachée ? Un complice se cache-t-il dans les bois ? », S’interrogea-t-elle en regardant de part et d’autre de la route dans l’espoir d’y trouver un élément de compréhension.


L’inconnu avait délaissé la voiture et la regardait depuis quelques instants. Kate senti un pic douloureux dans sa tête et elle maudit le début de migraine qui commençait à poindre. Malheureusement, cela n’avait rien de surprenant avec les nuits qu’elle passait ces derniers temps. Depuis la mort de son frère, son sommeil était devenu agité et perturbé et elle savait bien que le deuil en était responsable. Quant à l’enquête qu’elle menait et l’acharnement qu’elle mettait à l’ouvrage, elle se doutait fort que cela ne l’aidait pas à apaiser son esprit et prendre du recul avec la situation. Si cela ne passait pas d’ici un moment, elle prendrait un doliprane. Quant à la fatigue, elle la chasserait avec un café et un bon déjeuner, comme d’habitude. Cela dit, la douleur s’estompa doucement, contrairement à la fatigue nerveuse. C’était toujours ça. L’homme l’observait toujours et elle soutint son regard, légèrement blasée. Elle sentait qu’il avait quelque chose à lui demander et cette hypothèse se vérifia bien rapidement :


- Sur quel plan sommes-nous ?

-Je vous demande pardon ? Quel "plan" ?

Kate le regarda sans comprendre sa question. Si c’était un comédien il allait vraiment chercher loin ses idées. Sinon… est-ce qu’il cherchait à lui faire comprendre qu’il était perdu et qu’il avait besoin d’aide pour savoir où il était ? Sans comprendre la nature du quiproco qui était en train de naitre, la jeune femme voulu se faire compréhensive.

-Vous êtes perdu ? Je dois avoir une vieille carte qui traine dans ma boite à gants.

Elle l’observa un instant en silence, puis se décida à lui poser la question qui lui brulait les lèvres.

-Vous êtes un cosplayeur ? Il y a un GN dans les parages ?

C’était peut-être ça, il avait perdu son groupe et il cherchait à le retrouver. D’où sa présence sur la route, il devait longer la forêt pour chercher un parking où ses collègues s’étaient garés ou bien un village, un campement, bref un signe d’activité. C’était du moins l’explication la plus logique et rationnelle qui lui venait à l’esprit.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mar 31 Mai - 16:48

-Je vous demande pardon ? Quel "plan" ?

La jeune femme sembla ne pas comprendre la question, et Jace s'admonesta intérieurement de son étourderie. Après toutes ces années, il avait tendance à oublier qu'une grande part des gens ordinaires n'avaient aucune conscience de la réalité du multivers et pensaient que leur monde natal était le seul qui existait. Un concept qui lui semblait absurde, à lui qui avait voyagé d'un plan à l'autre depuis aussi loin qu'il puisse se souvenir, c'est à dire jusqu'au gouffre dans sa mémoire où avait été engloutie toute son enfance. Mais c'était la seule et unique réalité pour beaucoup de gens.

-Vous êtes perdu ? Je dois avoir une vieille carte qui traine dans ma boite à gants.

Il était perdu, oui. Et elle n'imaginait certainement pas à quel point. Une carte risquait de ne pas lui être d'un grand secours, mais ce serait toujours un bon début. Si par chance il était sur un plan qu'il connaissait, un nom familier pourrait bien lui indiquer sa localisation. Il n'y croyait pas beaucoup cependant, la chance était une variable beaucoup trop capricieuse pour parier dessus.

-Vous êtes un cosplayeur ? Il y a un GN dans les parages ?

C'était Jace qui regardait à présent son interlocutrice sans comprendre. Elle utilisait des mot qui n'évoquaient aucun écho dans son esprit, mais cela ne l'inquiéta pas outre-mesure, car c'était récurrent lorsqu'on visitait de nombreux peuples au coutumes diverses. Plutôt que de se perdre dans des explications linguistiques qui pouvaient facilement dériver en un exposé détaillé de l'histoire culturelle de ce monde, il préféra se centrer sur l'essentiel.

- J'ignore de quoi vous parlez, mais je veux bien jeter un coup d’œil à cette carte.

Il fallait bien commencer quelque part, après tout.

Jace n'en menait toujours pas large, mais au moins avait-il tenu la panique à l'écart, et son esprit pouvait à nouveau fonctionner normalement. Si cette carte ne lui donnait aucune indication, il devrait trouver autre chose, et heureusement, il avait un esprit plein d'informations à sa disposition, qu'il doive les demander ou aller les chercher lui-même.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Jeu 2 Juin - 19:25

[C'est court, j'ai honte >_< mais je manquais de matière pour rédiger]



- J'ignore de quoi vous parlez, mais je veux bien jeter un coup d’œil à cette carte.


Bon… sa théorie s’effondrait. Cet homme n’était visiblement pas un amateur de jeu de rôles et de culture geek donc ce déguisement… et bien ce n’en était peut-être pas vraiment un. Kate se mordit la langue et n’osa pas poser plus de questions sur ce sujet-là de peur de vexer l’homme sans le vouloir. Quelle culture ou religion pouvait bien pousser ses membres à se maquiller et s’habiller de la sorte ? Elle n’avait jamais rien vu de tel et pourtant ce n’était pas faute d’avoir voyagé à l’étranger ! En tout cas, elle commençait à se demander s’il était vraiment anglais – quoi que sa maitrise de la langue était parfaite, pas une pointe d’accent…
Dans tous les cas il était perdu.

-Laissez-moi une minute, je vais garer ma voiture.

Ne voulant pas qu’un véhicule lui rentre dedans comme elle-même avait failli écraser l’homme au milieu de la chaussée, Kate entreprit de redémarrer sa voiture et de se garer sur le bas-côté après avoir éteint ses feux. Elle fouilla ensuite sa boite à gant pour retrouver le vieux plan usé dont elle ne s’était pas servie depuis fort fort longtemps et sorti de la voiture.

-Vous venez d’où au juste ? Demanda –elle en dépliant la carte. Comment vous êtes arrivés ici ? En stop ?

 Elle l’interrogea du regard.

-Nous sommes à moins d’une heure de Londres en voiture.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Dim 5 Juin - 15:02

-Laissez-moi une minute, je vais garer ma voiture.

Jace regarda la jeune femme remonter dans son véhicule et trouva que c’était une bonne idée de ne pas rester au milieu d’une route où ces engins ce déplaçaient à vitesse élevée, il la rejoignit donc sur le bord de la route. Inutile, après tout, de courir le risque de voir une autre des ces « voitures » débouler à son tour et le tuer pour de bon.

-Vous venez d’où au juste ? Comment vous êtes arrivés ici ? En stop ?

Voilà qui faisait beaucoup de questions auxquelles le mage voyait difficilement comment répondre de façon appropriée. S’il disait qu’il venait d’un autre monde, elle le prendrait pour un fou, ce qui était déjà plus ou moins le cas d’après ce qu’il avait put lire dans son esprit un peu plus tôt. Quant-à expliquer la façon dont il était arrivé ici… Il n’en savait pas assez lui-même à ce sujet, à vrai dire. Et s’il n’avait aucune idée de ce que signifiait « en stop », mais il ne voyait pas vraiment quoi répondre. Si la jeune femme avait proposé cette option comme réponse à sa propre question, c’est que cela devait lui sembler être la réponse la plus plausible. Les gens qui avaient l’habitude de faire à la fois les questions et les réponses étaient tellement pratiques ! Ils étaient si faciles à manipuler, et il n’y avait même pas besoin de lire leur esprit pour ça.

- En stop oui, exactement. Mais je viens de très loin, et le nom ne vous dirait probablement rien.

Il examina la carte de la jeune femme tandis qu’elle lui donnait une indication dont il ne savait que faire. N’était que le nom de Londres ne lui disait rien du tout, ce qui annonçait la tâche ardue pour se repérer. Comme il s’en doutait, aucun des noms inscrits sur cette carte ne lui semblait ne serait-ce que vaguement familier, il était donc sur un plan qu’il n’avait jamais visité, et dont il n’avait vraisemblablement même jamais entendu parler.

Cette carte était plutôt étrange, au demeurant. Pas de forêt ou de montagnes, aucune  indication pour repérer les cols ou les villages, elle n’était constituée que de lignes, de couleurs et de noms. De très très nombreuses lignes tortueuses, de  couleurs et d’épaisseurs différentes, qui parcouraient la carte d’un bout à l’autre et se croisaient en un véritable labyrinthe. Beaucoup de ces lignes convergeaient en différents points de la carte où étaient indiqués des mots plus ou moins gros. Et le point de convergence qui était de loin plus important que les autres était surmonté de l’indication « Londres ».

Observant la structure de la carte, Jace n’eut pas beaucoup de mal à deviner ce qu’elle représentait : les mots étaient les noms des villes, et les lignes devaient probablement représenter les pistes telles que celle qu’il foulait une minute plus tôt. Et cette grosse ligne bleue, « La Tamise », qui traversait les terres d’ouest en est, s’épaississant jusqu’à une étendue de la même couleur, ce devait certainement être un cours d’eau.

Une indication, plus grosse que les autres, figurait en haut à droite de la carte.

- « Angleterre », lut Jace à voix haute. C’est le nom de ce monde ?

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Lun 13 Juin - 20:25

- En stop oui, exactement. Mais je viens de très loin, et le nom ne vous dirait probablement rien.

Ben voyons… c’était trop facile. Le sixième sens de Kate, celui qu’elle appelait « instinct », se mit en alerte. Il lui avait donné une réponse évasive dans l’espoir de noyer le poisson dans l’eau. En général, quand on s’y prenait de cette manière c’est qu’on ne voulait tout simplement pas répondre.
Pourquoi ?
La première hypothèse qui lui vint fut qu’il s’agissait d’un clandestin. Cet homme avait l’air perdu, il prétendait venir de loin sans vouloir lui dire d’où exactement. Peut-être était-ce l’un de ces réfugiés qui était venu en Angleterre pour fuir la misère. Il y en avait beaucoup des gens comme ça, certains arrivaient à passer, d’autres mourraient en essayant. Sa connaissance de la langue n’allait pas à l’encontre de cette théorie, il avait pu apprendre dans un autre Etat.
Elle songea ensuite qu’il s’agissait peut-être juste d’un touriste un peu zélé qui voyageait d’une ville à l’autre sans s’encombrer de bagages. Quant à son look, bah… c’était juste un original ?
La troisième théorie, beaucoup moins sympathique, était digne d’un polar. Cet homme trainait au milieu de la route pour arrêter les voitures puis il agressait les conducteurs. Un violeur ? Tueur en série ? Voleur ? Son imagination envisageait toutes les hypothèses possibles sans vraiment s’arrêter sur l’une d’entre elle.
L’homme se pencha pour examiner la carte et Kate s’écarta pour lui laisser la place. Ses yeux profitèrent de la distraction de l’inconnu pour le détailler un peu plus. Il portait des vêtements amples, il y avait largement de quoi cacher une arme.

- « Angleterre », c’est le nom de ce monde ?

Ce type était franchement bizarre. Elle se garda bien de le lui dire mais elle le pensa très fort. Mais le plus frustrant dans l’histoire c’est qu’elle n’arrivait pas à le comprendre. La logique aurait voulu qu’elle conclut à une forme de psychopathologie sévère : de la schizophrénie peut-être ? Se prenait-il pour un extra-terrestre ? S’il en était à se croire issu d’un autre monde, il était gravement atteint. Cela dit… il avait pourtant l’air sain d’esprit, rien à voir avec le type paranoïaque qu’elle avait rencontré un peu plus tôt. Enfin… l’apparence ne faisait pas le moine. Mieux valait être prudente.

-L’Angleterre c’est le pays où vous êtes en ce moment. La planète c’est la Terre. Dites, vous parlez plutôt bien anglais pour un extra-terrestre.

Elle n’avait pas pu s’empêcher de mettre une pointe de sarcasme dans sa réponse. Tant pis si elle le vexait, cette histoire de monde c’était un peu gros. Peut-être était-il vraiment étranger et confondait le mot « monde » avec « pays », si c’était le cas elle ne doutait pas qu’il allait réparer le quiproco très vite. Dans le cas contraire… Il était peut-être temps de prétexter une urgence et de repartir. L’image des pancakes et du café s’imposa dans son esprit et la firent saliver. Elle commençait à avoir faim.


-Enfin bon… reprit-elle. Je vous offre la carte, elle vous sera plus utile à vous qu’à moi. Sur ce, si vous n’avez plus besoin de moi je vais m’en aller.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mar 14 Juin - 11:05

" -L’Angleterre c’est le pays où vous êtes en ce moment. La planète c’est la Terre. Dites, vous parlez plutôt bien anglais pour un extra-terrestre. "

Jace n'avait jamais entendu parler de « planète », mais d'après le contexte, cela devait être le mot de ce peuple pour désigner les plans. Et ci celui-ci s’appelait Terre (quel nom étrange pour un monde), alors le terme extra-terrestre devait désigner tous ceux qui venaient d'autres plans. Voilà qui changeait tout ! La jeune femme semblait ne rien trouver d'étrange à l'évocation d'êtres venus d'autres mondes, et cela avait même l'air de l'amuser un peu, elle devait donc y être coutumière. Le mage ressentit une pointe de soulagement, car cela allait grandement faciliter les choses.

Si les habitants de ce monde avaient l'habitude de rencontrer des Planeswalkers, quelque soit le mot qu'ils utilisaient pour les désigner, alors peut-être pourraient-il lui venir en aide, ou au moins l'aider à comprendre un peu mieux sa situation. Et communiquer sans avoir besoin de dissimuler sa nature simplifierait également grandement la recherche d'informations.

Si un autre Planeswalker se trouvait sur ce plan, peut-être pourrait-il l'aider, ou lui expliquer ce qui lui arrivait. En espérant qu'il n'y en aurait pas d'hostile. Car si par malheur il rencontrait un de ses ennemis, Tezzeret par exemple, privé qu'il était de ses pouvoirs… L'idée lui fit froid dans le dos.

Tandis qu'il réfléchissait aux implications de ce qu'il venait d'entendre, et aux différentes façons d'en tirer partit, la jeune femme reprit :

" -Enfin bon… Je vous offre la carte, elle vous sera plus utile à vous qu’à moi. Sur ce, si vous n’avez plus besoin de moi je vais m’en aller. "

Si elle partait maintenant, il se retrouverait à nouveau seul au milieu de nulle part sans aucun sort pour se défendre contre les éventuelles créatures qui pouvaient rôder dans ces bois, et il n'aimerait pas se retrouver face à un baloth, ou même un gnarlide, démuni comme il l'était actuellement. Elle lui forçait un peu la main, mais il n'était plus temps de réfléchir.

Baloth:
Gnarlide:

- C'est dans ma nature de Planeswalker, ou « d'extra-terrestre » comme vous dites, de pouvoir communiquer avec les peuples des mondes que je visite. Mais vous devez déjà le savoir, puisqu'il semble que je ne soit pas le premier que vous rencontrez…

Jace se rendit compte trop tard de la bourde qu'il venait de faire, et son soulagement s'envola, laissant place à la crainte d'avoir provoqué quelque chose de mauvais.

Il parlais anglais ? Qu'est-ce que cela signifiait, à bien y réfléchir ? Cela désignait une langue, certainement, mais pas celle de ce monde, sans quoi la jeune femme aurait probablement parlé de « terrien » ou quelque chose du genre. Mais si ces « extra-terrestres » qu'elle avait mentionnés étaient bien des Planeswalkers, et si elle en avait vraiment rencontré, pourquoi supposer qu'ils emploient un langage différent du sien alors qu'il avaient la faculté naturelle de communiquer avec les peuples de chaque monde visité comme si c'était leur langue natale ?

« Anglais » était un mot qui semblait faire référence au pays plutôt qu'au monde tout entier, dont il n'était certainement qu'une partie. Il était donc possible que ce monde emploie des langues différentes, propres à chaque pays, ce qui était une première pour Jace car tous les mondes qu'il avait visités  jusqu'ici n'avaient chacun qu'une seule langue. Cela pouvait-il être à l'origine de ce quiproquos ? A bien y réfléchir, il y avait peu de chances que ce soit le cas. Même si vraiment ce monde comptait plusieurs pays avec chacun sa langue, cela ne faisait pas différence pour le Planeswalker.

Cela ne donnait lieu qu'à deux hypothèses : soit elle n'avait jamais rencontré ces « extra-terrestres » et en avait seulement entendu des histoires, soit ils n'avaient rien à voir avec des Planeswalkers. Dans les deux cas, cela ne jouait pas en la faveur de Jace, et ce qu'il venait de dire pouvait d'un coup avoir des conséquences désagréables… pour lui.

Décidément, pour un génie à l'esprit affûté dont l'intelligence était la meilleure arme, il était étonnamment peu perspicace sans ses facultés télépathiques. Il se trouvait vraiment pathétique. Certes, il se retrouvait seul, dans un monde inconnu, privé de tous ses pouvoir et sans moyen d'en repartir, ce qui était plus que suffisant pour déstabiliser n'importe qui. Mais cela ne l'empêchait pas de se fustiger intérieurement pour sa stupidité.

Le mage força un sourire à apparaître sur son visage, et laissa échapper ce qui était supposé être un petit rire d'auto-satisfaction, comme s'il était amusé par sa propre plaisanterie. En espérant que cela suffirait à faire croire à la jeune femme que tout ce qu'il venait de dire n'était qu'une farce.

- Je marche depuis un petit moment, vous m'emmèneriez jusqu'au prochain village ?

Il essayait de noyer le poisson, c'était trop évident, mais il ne voyait rien d'autre à faire. Il pourrait bien tenter de sonder l'esprit de la jeune femme pour en tirer les informations dont il avait besoin avant de lui effacer la mémoire, ce qui aurait été un jeu d'enfant en temps normal, mais avec sa maîtrise déstabilisée de sa télépathie, il craignait de détruire irrémédiablement son esprit dans la manœuvre, et pour un résultat médiocre.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Dim 26 Juin - 1:41

- C'est dans ma nature de Planeswalker, ou « d'extra-terrestre » comme vous dites, de pouvoir communiquer avec les peuples des mondes que je visite. Mais vous devez déjà le savoir, puisqu'il semble que je ne sois pas le premier que vous rencontrez…

Kate se figea. Elle s’était moquée de lui et il lui répondait sérieusement… Il y eut un temps d’arrêt où les protagonistes se regardèrent en silence. Ok… soit ce type était en train de lui faire une blague, une blague de très mauvais gout, soit il était complètement taré. Il parut réfléchir un moment avant de rire, comme s’il s’amusait de sa plaisanterie. En étais-ce une ? Ce rire lui semblait un peu trop jaune pour être naturel, cela dit il avait au moins eut le mérite de détendre un tout petit peu l’atmosphère. Soit, Kate voulait bien lui laisser le bénéfice du doute. Il s’habillait étrangement pour un anglais, prétendait venir d’ailleurs et faisait des blagues pourries mais elle se dit que c’était peut-être une approche de touriste étranger pour sympathiser. Il allait avoir intérêt à vite se renseigner sur les mœurs du coin s’il comptait s’intégrer auprès de la population locale parce que son comportement était carrément décalé. Elle esquissa un sourire polie, ne voulant pas le vexer. Il n’avait pas l’air bien méchant après tout, seulement zélé.

- Je marche depuis un petit moment, vous m'emmèneriez jusqu'au prochain village ?

La journaliste hésita. Une femme seule prenant un auto-stoppeur inconnu dans un coin de campagne perdue, c’était généralement comme cela que commençaient les faits divers. Elle savait se défendre mais s’il sortait un couteau dans la voiture pendant qu’elle conduisait elle aurait du mal à le désarmer… enfin, elle ne voulait pas jouer aux clichés en accusant ce pauvre type d’être un criminel alors qu’il était certainement innocent. Seulement elle en avait tellement vu dans au cours de sa carrière…
Elle posa ses yeux sur lui, le sondant du regard. Son instinct la trompait rarement, ce type-là ne lui voulait pas de mal. Elle le sentait juste… complètement paumé. Il lui faisait un peu pitié.
Sa réflexion ne dura pas longtemps, elle avait pris sa décision.

-Montez ! Et au passage vous m’en direz plus sur ce pays fort lointain d’où vous venez.


D’un geste, elle l’invita à monter côté passager, puis s’affaira à l’arrière de la voiture pour attraper son sac à main et son appareil photo qui ne la quittait jamais pour les ranger dans son coffre. Elle était compréhensive mais pas totalement dénué de bon sens. La portière du coffre claqua, puis se fut le tour de celle du côté conducteur après qu’elle se soit installée derrière son volant.

-Le village le plus proche alors ? Vous n’avez pas une destination précise en tête ?

Elle enclencha le moteur, abaissa son frein à main. La voiture regagna la route et prit doucement de la vitesse.

-Au fait, vous vous appelez comment ?
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mar 28 Juin - 21:21

Alors que la jeune femme semblait hésiter devant la requête de Jace, celui-ci prit une décision. Il devait comprendre où il était et comment en partir, et pour résoudre cette énigme, il avait un besoin vital d'obtenir des informations. Il se trouvait dans un lieu dont il ne savait rien, privé de la quasi totalité de ses facultés, et il était en train de pinailler comme un ambassadeur Gruul pris en faute par un diplomate d'Azorius. Cette personne rencontrée au hasard était très probablement insignifiante pour son peuple, et plus encore pour lui, et le risque de créer un incident diplomatique était si ridiculement petit qu'il ne justifiait pas tant de prudence de la part du mage.

Jace se rendit compte qu'il avait manqué de discernement en raison de son trouble provoqué par sa situation précaire si soudaine, mais il était temps de corriger cette erreur. Il déploya son esprit et entreprit de sonder celui de la jeune femme. Sa télépathie était amoindrie ? Il n'avait qu'à tenir compte de cette nouvelle donnée pour tirer le meilleur partit de ce qu'il avait à sa disposition, comme il le faisait toujours. Et si elle repérait son intrusion mentale ? La belle affaire ! Si elle devenait agressive, il réagirait en conséquence, quitte à détruire une conscience anonyme. De par son serment et le nombre de vies qui dépendaient de lui, il était bien plus précieux qu'elle.

Il écouta donc les pensées de surface de la jeune femme, avec toutefois davantage de prudence qu'à l’accoutumée afin de garder la maîtrise de son pouvoir. Il se sentait comme un athlète de haut niveau obligé de se concentrer sur chaque mouvement de ses membres pour réussir correctement une tache banale du quotidien. C'était très frustrant, mais au lieu de s’apitoyer, il fallait faire avec pour avancer. Son esprit effleura celui de la jeune femme, timidement. Un contact si léger était normalement aussi facile et naturel que de respirer, mais il s'efforça tout de même de se concentrer à la conservation de la stabilité de sa sonde mentale. Voilà, il y était. C'était superficiel, mais à ce niveau de contact, il avait suffisamment de maîtrise pour ne pas risquer de se faire repérer.

"-Montez ! Et au passage vous m’en direz plus sur ce pays fort lointain d’où vous venez."

De son esprit, le mage tira deux informations : son poissonicide par noyade n'avait pas vraiment fonctionné, rien de bien surprenant, et elle le prenait à présent pour un fou ou un paumé, potentiellement dangereux.

Et pourtant, elle venait d'accéder à sa requête et d'inviter Jace à monter dans son véhicule. Il dut bien admettre qu'il en fut surpris, au regard de ce qu'il venait de capter dans son esprit, et il la trouvait étrangement compatissante à l'égard d'un inconnu qu'elle trouvait si incongru.

Alors qu'elle rangeait des affaires à l'arrière, Jace ouvrit la portière et s'installa à la place à côté de celle d'où était sortie la jeune femme lorsqu'elle était descendue, et elle ne tarda pas à le rejoindre.

"-Le village le plus proche alors ? Vous n’avez pas une destination précise en tête ?"

Il avait effectivement une destination bien précise, mais il doutait que cette machine, aussi élaborée soit-elle, puisse l'emmener jusqu'à Innistrad.

- J'ai bien peur que non. Je suis arrivé ici par accident, et comme vous le savez maintenant, je ne sais pas vraiment où je suis.

Tandis que le moteur démarrait, Jace poussa un peu plus loin la réflexion qui avait commencé à germer dans esprit après avoir lu celui de la jeune femme.

Son histoire d'extra-terrestre était manifestement une plaisanterie. Et puisque le sérieux de sa réponse l'avait fait passer pour un fou, ce devait être une plaisanterie très convenue pour ce peuple, laissant planer l'hypothèse selon laquelle, non seulement aucun d'eux n'avait jamais rencontré d'êtres venus d'autres mondes, mais en plus que personne ne considérait cela comme possible, ou à tout le moins pas elle. Ce qui avait toujours été la réalité quotidienne du Planeswalker semblait être dans ce monde une simple fantasmagorie si improbable qu'elle en était un sujet de plaisanterie.

Ce qui était très loin d'être rassurant, voire même carrément inquiétant. Comment trouverait-il quelqu'un, ou quelque chose, qui l'aiderait à retourner sur un autre plan dans un monde où personne n'en imaginait la simple existence. Il restait la possibilité que quelque personnes seulement soient au fait de la réalité du multivers et des Planeswalker et gardent jalousement le secret pour d'obscures raisons. Il avait déjà vu cela, mais l'oppacité de ce secret de résistait jamais bien longtemps à la venue de Planeswalkers en chair et en os.

Sauf qu'en l'état, Jace n'était même plus, d'une certaine manière, un Planeswalker. Le véhicule démarra et la jeune femme interrompit Jace dans ses réflexions avant qu'elles ne commencent à tourner en rond.

"-Au fait, vous vous appelez comment ?"

- Jace. Je m'appelle Jace Beleren. Je viens d'une ville appelée Ravnica, très loin d'ici. (Un instant de silence). Et vous êtes ?

Jace sonda à nouveau l'esprit de la jeune femme pour découvrir la surface de ses pensées. Comme il était à présent assis et n'avait qu'à se laisser porter par le véhicule piloté par la jeune femme, il pouvait maintenant consacrer une bonne partie de sa concentration à maintenir sa sonde mentale en continu.

A Ravnica, il avait parfois passé des journées entières à sonder l'esprit d'une dizaine de diplomates et ambassadeurs, tous en même temps, et tous beaucoup plus profondément, et cela ne lui demandait que très peu d'effort (moins que pour écouter ce qu'ils disaient). Diminué comme il l'était, écouter les pensées de surface d'une seule personne lui demandait une partie non négligeable de son attention. Heureusement, il était coutumier de ce genre d'exercice, et à défaut de disposer de ses facultés à leur plein potentiel, il avait au moins pour lui l'expérience.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Mer 6 Juil - 1:16

Le mal de tête était revenu aussi vite qu’il était parti et Kate se dit qu’elle aurait vraiment du emporter un thermos de café avec elle. Ce n’était pas quelque chose d’inhabituel en ce moment vu les insomnies à répétition auxquelles elle avait droit depuis quelques semaines mais c’était toujours très désagréable. Ce n’est pas comme si elle pouvait se douter que son voisin était gentiment et sans la moindre gêne en train d’explorer ses pensées intimes… quoi de plus normal hein ? Heureusement que Jace ne pouvait pas creuser trop profondément d’ailleurs, car il serait tombé sur quelque chose de très inhabituel, quelque chose qu’il n’aurait probablement retrouvé dans l’esprit d’aucun habitant de cette planète…

- J'ai bien peur que non. Je suis arrivé ici par accident, et comme vous le savez maintenant, je ne sais pas vraiment où je suis.

« Par accident », ben voyons. Une belle manière de jouer avec les mots. Il ne lui faisait pas assez confiance pour lui révéler ce qu’elle voulait savoir. Soit il avait honte soit il se sentait menacé d’une manière ou d’une autre. Dans le cas contraire qu’est-ce qui l’aurait empêché de parler ? Elle songea qu’elle avait tout intérêt à le mettre en confiance si elle voulait le faire parler. Elle avait la fibre sociale et une certaine facilité à deviner les choses, cela ne devrait pas être trop compliqué.
Kate se demanda où elle devait le déposer. Si elle en avait su un peu plus sur lui elle aurait fait un effort pour le déposer à proximité d’un transport en commun capable de le conduire là où il souhaitait aller. Peut-être même aurait-elle poussé jusqu’à Londres où il avait nettement plus de chance de retrouver sa route et de trouver une correspondance vers le lieu de son choix. Mais le fait est qu’elle ne savait rien de lui et qu’elle ne risquait donc pas de l’aider. Tant pis, elle se contenterait de le déposer au premier village qu’elle croiserait comme il le lui avait demandé.

 - Jace. Je m'appelle Jace Beleren. Je viens d'une ville appelée Ravnica, très loin d'ici.

Elle s’étonna presque qu’il lui réponde franchement après tous les mystères qu’il lui avait fait. Jace, c’était un prénom du coin ça. Pourtant il n’avait pas vraiment l’air d’être anglais. Quant à Ravnica… elle avait beau avoir énormément voyagé dans sa vie elle n’avait pas le souvenir d’avoir croisé une ville de ce nom-là. La journaliste nota qu’il avait mentionné le nom de la ville mais pas du pays… Ravnica était-elle une bourgade anglaise, d’où le fait qu’elle n’en ait jamais entendu parler, ou bien une ville étrangère ? Elle songea qu’il lui suffirait de faire une recherche sur son téléphone une fois la voiture arrêtée, sur Ravnica et sur ce Jace Beleren. C’est fou le nombre d’informations que l’on pouvait récolter sur les autres juste en tapant leur nom sur un moteur de recherche. Les gens ne se donnaient pas la peine de protéger leur vie privée sur internet, c’était tout juste s’il bloquait l’accès à leur compte sur les réseaux sociaux.

- Et vous êtes ?

Kate tendit le bras vers la boite à côté du frein à main pour attraper ses lunettes de soleil qu’elle glissa sur ses yeux. Le soleil matinal commençait à devenir gênant.

-Kate Wase.

« Journaliste d’investigation », faillit-elle ajouter par réflexe. Elle avait trop l’habitude des présentations formelles liées à son travail. Le fait est qu’elle était justement en pleine enquête même si celle-ci était une initiative personnelle et non une commande de ses employeurs. Cela ne changeait rien à son professionnalisme, bien au contraire. Elle était plus déterminée que jamais à clore cette histoire et à faire tomber les coupables. Celui ou ceux qui avaient tué son frère finiraient par payer, elle se l’était promit. Jace n’était qu’une distraction dans ses recherches, elle allait le déposer et retourner dans l’appartement de son frère son nouvel appartement où elle aurait tout le loisir de réfléchir à la nouvelle piste que venait de lui offrir le contact qu’elle avait rencontré ce matin même.

-Dans quel pays se trouve Ravnica ? J’imagine que ce n’est pas en Europe si c’est si loin d’ici.

La vraie question que se posait Kate n’était pas d’où venait l’homme mais comment il était arrivé ici sans même savoir où il était. Un réfugié aurait su dans quel pays il accostait alors que lui semblait complètement perdue malgré sa très bonne connaissance de la langue anglaise. Il n’y avait pas à dire, cet homme était un véritable mystère.
La voiture croisa plusieurs panneaux d’indication, l’un d’eux indiquant la ville où se trouvait le fameux parc d’attraction… aussitôt les pensées de Kate se dirigèrent vers ce fameux lieu et elle songea qu’elle irait certainement y faire un tour dans les prochains jours. Si son contact paranoïaque lui avait dit la vérité sur le lien entre Jan Kerr et le parc, il était clair qu’elle allait devoir faire du repérage là-bas.  Elle regretta que Jack n’ait pas répondu à son coup de fil, son aide aurait été la bienvenue. Elle avait bien conscience d’avoir du mal à prendre le recul nécessaire pour appréhender l’enquête avec objectivité, son lien avec la victime et la rage qu’elle éprouvait était un frein à ses recherches. Avec un peu de chance le détective n’était pas sur une affaire trop importante et accepterait de travailler avec elle comme au bon vieux temps. Elle savait qu’il s’ennuyait en ce moment, il y avait donc toutes les chances pour qu’il s’intéresse à l’affaire. Mais enquêter sur un trafic de drogue était une chose sérieuse et très dangereuse et Jack n’était plus couvert par son statut de policier. Peut-être ne voudrait-il pas s’exposer à un risque mortel maintenant que sa carrière était finie…
Naturellement, elle ne suivit pas la route du parc et obliqua à droite vers le village le plus proche sur sa route. Elle avait promis à Jace de le déposer et elle allait tenir parole.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Jeu 7 Juil - 9:21

Les pensées de la jeune femme étaient une mine d'informations, pas tant sur le monde où ils se trouvaient, mais sur elle-même, ce qui facilitait grandement les choses pour Jace.

Il s'amusa notamment du fait qu'elle refusait de croire qu'il était arrivé par accident alors que c'était l'une des seules choses absolument véridiques qu'il avait dites. Cela dit, cette Kate Wase semblait de nature méfiante à propos d'à peu près tout, très certainement à cause de son métier qu'elle n'avait pas énoncé mais qui avait surgit si près des limites de son esprit que c'était comme si elle l'avait hurlé.

Il fut également particulièrement intéressé par cette chose nommée « Internet ». Jace n'avait aucune idée de ce dont il pouvait s'agir, mais Kate était persuadée qu'on pouvait y trouver à peu près n'importe quelles informations sur à peu près n'importe quoi. Probablement dans les limites de ce monde, naturellement, ce pourquoi elle ne trouverait certainement rien sur lui-même qui était originaire d'un autre plan dont ce monde semblait ne rien savoir. Cependant, si le mage pouvait y avoir accès, il pourrait y trouver toutes les réponses à ses questions concernant cette Terre.

Jace préférait toutefois se refuser à trop espérer de ce côté-là. Une chose capable de fournir toutes les informations possibles sur tous les sujets imaginables, c'était bien trop beau pour être vrai, et il ne pouvait croire que cela existe vraiment.

"-Dans quel pays se trouve Ravnica ? J’imagine que ce n’est pas en Europe si c’est si loin d’ici."

Voilà une question à laquelle il serait bien difficile de répondre à moins d'expliquer exactement la nature des plans et du multivers. Kate était manifestement une personne intelligente, difficile à enfumer, et à plus forte raison quand on avait aucune idée de la situation présente alors qu'elle était chez elle. Ne vaudrait-il pas mieux alors tout lui expliquer ? Certaines personnes n'étaient pas prêtes à encaisser ce genre de grandes révélations, mais la jeune femme semblait plutôt du genre à garder la tête sur les épaules en toutes circonstances.

Cependant, elle ne lui fournissait qu'une aide temporaire, il n 'était donc pas utile de perdre du temps à lui expliquer des choses qui risquaient de bouleverser sa vision du monde et de la hanter jusqu'à la fin de ses jours sans jamais lui servir à quoi que ce soit. Sans parler du fait que ça réaction pouvait aussi bien être de devenir agressive par crainte. Son objectif était de trouver un moyen de quitter ce monde, et ce n'était certainement pas elle qui allait l'y aider alors qu'elle n'avait clairement aucune idée de l'existence d'autres mondes que le sien. Il valait donc mieux éluder la question.

- Non, en effet, ce n'est pas en Europe, mais beaucoup plus loin que ça.

Quoi que pouvait être cette Europe, ce dont il n'avait aucune idée. Kate lui avait dit que ce pays s'appelait l'Angleterre, et que ce monde était la Terre, alors que venait encore faire là-dedans cette autre entité ?

Cependant, grâce à sa télépathie, Jace savait parfaitement où voulait en venir la jeune femme, percevant qu'elle s'interrogeait davantage sur la façon dont il était arrivé ici que d'où il venait vraiment. Tout comme lui, à vrai dire et résoudre ce mystère était même son premier et principal objectif.

Il regarda un instant le paysage défiler à toute vitesse de l'autre côté de la vitre, tout de même impressionné par la vitesse que pouvait atteindre ce véhicule. Avec un tel moyen de locomotion, il devait être possible de parcourir des distances faramineuses en très peu de temps, aussi loin que s'étendait ce chemin de pierre lisse. Et à ce qu'il avait pu voir sur la carte, il y en avait véritablement partout, de ces routes. Son regard survolant les arbres qui défilaient, il réfléchissait.

Si Kate n'était pas en mesure de l'aider, il lui fallait trouver quelqu'un capable de le faire. Son seul espoir, dans la situation actuelle, était que quelqu'un, quelque part dans ce monde, connaisse suffisamment de choses se rapprochant de la réalité du multivers pour l'aiguiller vers une piste viable, documents ou informateur. Il devait donc trouver ces quelques personnes, et la meilleure façon de commencer était les tenants des connaissances du monde, l'équivalent local des Sages de Porte des Mers sur Zendikar ou du Cérébropyre d'Izzet à Ravnica.

- Savez-vous où je peux trouver les personnes les plus érudites de ce pays ? Ou à défaut la bibliothèque la plus complète ?

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Jeu 7 Juil - 21:42

Ca avait été long, mais Jace lui confirmait enfin qu’il était étranger. Un étranger cultivé avec une maitrise impeccable de la langue anglaise cela dit, cet homme avait fait des études c’était certain. Mais tout de même, connaitre une langue mais pas le pays dont elle était originaire c’était étonnant… à moins qu’il ne se soit moqué d’elle en lui demandant ce qu’était l’Angleterre. Après tout il avait l’air d’avoir un humour bien à lui alors pourquoi pas.


- Savez-vous où je peux trouver les personnes les plus érudites de ce pays ? Ou à défaut la bibliothèque la plus complète ?

Kate ne put s’empêcher de sourire devant cette manière inhabituelle de s’exprimer. Il n’y avait pas à dire, cet homme lui faisait vraiment penser à un rôliste à fond dans la peau de son personnage. Entre le costume et le langage… Elle le regarda un instant avant de reporter son attention sur la route. On pouvait commencer à discerner quelques maisons de ci et là, à une large distance les unes des autres.

-Allez dans un cyber-café et faites une recherche sur internet, c’est clairement l’espace qui réunit le plus de connaissances à l’échelle mondiale. Quoi qu’il y circule aussi beaucoup de bêtises puisque n’importe qui peut y poster n’importe quoi. Il faut savoir vérifier ses sources.

Elle s’interrompit un instant en songeant qu’il n’avait peut-être pas d’argent.

-Si vous préférez les livres il y a la British Library à Londres. C’est la bibliothèque nationale, libre d’accès et gratuite. Quant aux penseurs du pays… dans quel domaine au juste ? Il va m’être difficile de vous orienter si vous ne m’en dites pas plus sur le sujet de votre recherche. Beaucoup de personnes font des études mais tout le monde se spécialise en arrivant dans l’enseignement supérieur.

La voiture de Kate se mit à ralentir tandis qu’ils entraient dans une zone urbaine à vitesse limitée. La journaliste roula quelques minutes avant d’aviser un café et plus loin encore un parking. A la bonne heure, il n’en fallait pas plus pour la mettre de bonne humeur ! Un moment plus tard, la voiture était garée.

-Et voilà, on est arrivé !

Elle se détacha et sortie de la voiture.

-Je ne repars pas sans un café et quelque chose à me mettre sous la dent. Si vous voulez continuer à discuter vous n’avez qu’à me suivre.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Lun 18 Juil - 15:00

Jace était de plus en plus intrigué par cet Internet, empli de tant de promesses. Le plus grand rassemblement de connaissances à l'échelle mondiale, dont n'importe qui pouvait avoir accès depuis un "cyber-café", quoi que cela puisse être. Cependant, ce devait être une bien étrange façon de fonctionner si tout un chacun pouvait y ajouter ce qu'il voulait sans vérification préalable.

La bibliothèque se rapprochait davantage de ce dont il avait l'habitude, mais Kate semblait penser qu'Internet serait bien plus rapide et efficace. Pour ce qui était des érudits, si tant de gens faisaient de la connaissance leur mode de vie, il ne devrait pas être difficile de trouver quelqu'un capable de le renseigner sur les us et coutumes de ce monde. Cependant, à bien y réfléchir, cette option ne l'avancerait à rien, car il aurait la même difficulté qui l'empêche déjà de poser toutes ces question à Kate. Il fallait faire prendre ses renseignements par lui-même.

Le véhicule ralentit en arrivant dans un lieu habité. Le style architectural des maisons qui bordaient la routes, entourées de jardins, ne ressemblait à rien de ce que le Planeswalker avait pu visiter. Tout, dans ce monde étrange, semblait radicalement différent de chacun des nombreux mondes variés qu'il avait déjà parcouru. La technologie y avait manifestement une place importante mais rien n'y faisait penser à Kaladesh, les campagnes ne ressemblaient pas du tout aux terres sauvages de Zendikar, ni cette ville aux quartiers grouillants de Ravnica ou à l'antique cité d'Arkos.

"-Et voilà, on est arrivé ! Je ne repars pas sans un café et quelque chose à me mettre sous la dent. Si vous voulez continuer à discuter vous n’avez qu’à me suivre."

Considérant la difficulté qu'il avait à mener conversation avec la jeune femme, ne sachant ce qu'il pouvait divulguer et ce qu'il devait taire, il était bien davantage tenté par une collation. Seulement il prit conscience qu'il y avait un écueil...

- Ce serait avec plaisir. Mais je n'ai aucune devise de ce pays à ma disposition, est-ce que vos établissements acceptent ce genre de monnaie ?

Ce disant, il sortit d'une poche trois pièces de cuivre frappées de l'emblème de d'Orzhov, une sorte de soleil stylisé, pour les montrer à Kate. A Ravnica, la guilde d'Orzhov passait avant tout pour une hiérarchie de cultistes aux yeux des habitants, mais elle était aussi une guilde de banquiers très dépendante des affaires, et c'était elle qui frappait une grande partie de la monnaie du plan.

En restant prudent, le mage aurait l'occasion d'étudier un peu la façon dont se comporte ce monde grâce à Kate, et cela ne pourrait que l'aider à mieux s'en sortir.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Lun 18 Juil - 18:17

Les réponses apportées à Jace durent lui suffire puisqu’il ne chercha pas à l’interroger d’avantage. Se présenta alors un nouveau problème attestant encore une fois de la méconnaissance culturelle du pays dans lequel se trouvait l’homme.

- Ce serait avec plaisir. Mais je n'ai aucune devise de ce pays à ma disposition, est-ce que vos établissements acceptent ce genre de monnaie ?

Il présenta alors à Kate trois pièces cuivrée.

-Puis-je ? Demanda la journaliste en s’emparant délicatement de l’une des pièces pour l’étudier de plus près.

Non, même après inspection cela ne lui disait rien. Elle n’avait jamais vu ce type de monnaie dans aucun pays qu’elle avait traversé. Elle lui rendit sa pièce.

-Non, je crains que non. Peut-être qu’une banque pourrait faire le change mais… mh…

La jeune femme hésita, un peu gênée par la question qu’elle s’apprêtait à lui poser. Elle ne voulait pas le

mettre mal à l’aise mais il lui semblait important d’être au clair sur ce point-là.

-Etes-vous en situation régulière ? Vous avez le droit de circuler sur le territoire ? Ca ne change pas grand-chose pour moi si c’est le cas mais vous risqueriez d’être expulsé si la police mettait la main sur vous. Enfin, j’imagine que je ne vous apprends rien. L’Angleterre n’est pas le pays le plus ouvert aux migrants, vive la monarchie, conclut-elle avec une pointe de cynisme dans la voix.

Elle n’avait rien contre la reine elle-même. Victoria II d’Angleterre avait su s’imposer en moment de crise et s’emparer du pouvoir ; c’était une femme forte et indépendante d’après ce qu’on disait, un modèle pour certain-es. Ses propres parents avaient été particulièrement heureux de la tournure des évènements, pour une fois que leur titre de noblesse allait servir à autre chose que se vanter et trainer dans quelques salons VIP… Mais si la reine avait su diminuer considérablement la pollution en Angleterre en interdisant les énergies sales et en investissant de très fortes sommes d’argent dans la recherche scientifique, elle n’avait pas cherché à réduire la misère des plus malchanceux. Ainsi les riches continuaient de s’enrichir et les pauvres s’appauvrissaient et n’avaient même plus le droit d’espérer une amélioration en élisant un nouveau dirigeant. Une reine c’était pour la vie. Enfin bref. La misère, Kate l’avait côtoyé à l’étranger, les anglais n’étaient pas les plus à plaindre. Les grecs eux en revanche…
Elle ressentit une pointe pitié pour l’homme qui lui faisait face. Depuis quand errait-il sans argent ?

-Rangez vos pièces, je vous invite. Je meurs de faim, pas vous ?

La jeune femme ponctua sa question d’un sourire puis elle entra dans le café. En fond sonore, une télévision diffusait une émission ayant pour thématique les préparatifs de l’anniversaire de la reine. Tout le monde n’avait que cela à la bouche en ce moment, à croire qu’il n’y avait rien de plus important. Dans quelques jours, Londres serait en fête et Buckingham Palace accueillerait plusieurs centaines d’invités, la crème de la crème anglaise et étrangère. Si elle n’appréciait pas forcément ce genre de mondanité – quoi qu’il n’y avait pas meilleur endroit pour se faire un réseau de contacts – elle s’était débrouillée pour obtenir son invitation. Elle ne doutait pas que les directeurs de la firme pharmaceutique sur lesquels elle enquêtait depuis plusieurs semaines seraient présents. Jim Moriarty comptait parmi les proches de la reine… quel meilleur moyen pour elle que de l’approcher durant cette soirée ?
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Jeu 21 Juil - 15:42

La jeune femme se saisit de l'une des pièces que Jace lui montrait pour l'examiner de plus près, avant de la lui rendre, lui confirmant qu'il ne pourrait rien acheter dans ce monde avec cela.

Il avait souvent été confronté à semblable situation lors de ses voyages, mais c'était la première fois qu'il n'avait aucun moyen de "contourner" cette difficulté. Il réfléchissait déjà aux différentes façons possibles de subvenir à ses besoins sans argent ni magie, que Kate coupa son élan mental par une question plutôt impromptue :

"-Etes-vous en situation régulière ? Vous avez le droit de circuler sur le territoire ? Ca ne change pas grand-chose pour moi si c’est le cas mais vous risqueriez d’être expulsé si la police mettait la main sur vous. Enfin, j’imagine que je ne vous apprends rien. L’Angleterre n’est pas le pays le plus ouvert aux migrants, vive la monarchie."

Que pouvait bien signifier "en situation régulière" ? Et quelle était cette histoire d'autorisation de circuler ? Ce pays avait donc des règles si strictes qu'il fallait une autorisation particulière pour le parcourir ? Le planeswalker avait visité bien des contrées qu'il était prudent pour le commun d'éviter, tant en raison de l'environnement hostile que des peuplades qui y vivaient. Sur Zendikar, par exemple, un kor n'aurait pas survécu longtemps sur le territoire des vampires, pour des raisons évidentes, et les tribus Joraga n'aimaient pas beaucoup voir des étrangers débarquer dans leurs forêts, mais tout cela tenait de la tradition implicite, souvent dictée par le bon sens. C'était la première fois que le mage rencontrait un peuple dont l'hostilité envers les étrangers était élevée au niveau de règle institutionnelle.

A moins que ce pays ne soit simplement en guerre avec ses voisins, auquel cas cela pouvait se comprendre, mais dans ce cas-là, les étrangers seraient faits prisonniers ou exécutés plutôt qu'expulsés. Ce monde était décidément bien étrange, et pourtant Jace en avait vu des étrangetés, et plus souvent qu'à son tour ! Mentir à la jeune femme ne semblait pas une très bonne idée, par sans pouvoir déterminer la justesse de l'impact de ses inventions, et aussi parce qu'elle connaissait déjà la réponse à cette question. Après tout, il lui avait dit un peu plus tôt qu'il ne savait pas où il se trouvait ni comment il y était arrivé. Comment donc, dans ce cas, aurait-il pu être en "situation régulière" ?

"-Rangez vos pièces, je vous invite. Je meurs de faim, pas vous ?"

Kate, en tout cas, ne semblait pas faire grand cas cette règle. Et ce disant, Jace se rendit compte qu'il avait effectivement très faim.

- C'est aussi mon cas. Merci beaucoup.

Il la suivit donc à l'intérieur de l'établissement, se laissant guider puisque désormais incapable de recueillir seul les informations dont il avait besoin. A l'intérieur, une très étrange objet attira son attention : une sorte de dalle sur laquelle bougeaient des images et des inscriptions qu'il était incapable de déchiffrer, et d'où émanait une voix commentant ce qui se passait. Sa curiosité vivement piquée, il s'approcha de l'artefact en oubliant de suivre Kate et l'observa de plus près. Sa surface où s'animaient les couleurs étaient parfaitement lisses, et il était relié au mur par un câble courant le long d'un bras métallique.

Le mage tendit la main pour effleurer la surface de l'objet, qui était bien tangible. Les images semblaient être non pas sur cette surface mais juste derrière. Voilà qui était plutôt singulier. La voix qui accompagnait les images mentionnaient les préparatif en cours pour célébrer l'anniversaire d'une reine, mais il pouvait s'agir aussi bien d'un sujet d'actualité que d'un vieux souvenir projeté par un mage doué. Jace n'était pas un débutant en matière de sorts d'illusion, il était même un expert comme il en existait peu dans ce domaine, mais il n'avait jamais vu ce genre de magie. Il était d'ailleurs incapable d'en déterminer la source, et il n'y détectait pas la moindre trace de mana. Mais peut-être était-ce une conséquence de l'amoindrissement drastique de ses capacités ?

Cependant, s'il y avait dans les environs un mage de l'esprit capable d'une telle prouesse, aussi petite que soit cette chance, il devait absolument s'entretenir avec lui. Peut-être ce dernier saurait aider Jace à retrouver au moins une partie de ses facultés, et il ne pouvait pas nier qu'il était aussi très curieux de savoir pourquoi et comment il générait ce sort sans qu'aucune trace n'en transparaisse.

Il regarda un peu autour de lui, mais ne perçu aucun indice visuel permettant de deviner qui avait lancé ce sort, et ses capacités télépathiques étaient tellement réduites qu'il ne parviendrait pas à sonder autant d'esprits en même temps. Il était aussi très possible, et même plus probable, qu'il s'agisse d'un artefact chargé de pouvoir, comme il en avait déjà vu tant, et qu'il n'ait besoin de personne pour s'activer. Mais même dans ce cas, cet objet restait intriguant, et le mage s'interrogeait sur son fonctionnement. Et sur son utilité, puisqu'il montrait des images dont personne n'avait rien à faire, à première vue. En réalité, tout le monde dans cette pièce semblait parfaitement indifférent à cette étrangeté, à l'exception d'une ou deux personne qui y jetaient de temps en temps un coup d'oeil morne avant de revenir à leur boisson ou leur conversation.

Jace revint donc vers Kate pour s'assoir en face d'elle à la table qu'elle avait choisie, avant de lui poser directement la question en désignant du pouce l'étrange artefact.

- Y a-t-il ici un mage de l'esprit qui maintient cette illusion, ou bien s'agit-il du pouvoir propre à cet artefact ?

La seconde hypothèse semblait la plus probable. Après tout, pourquoi projeter une illusion sur une surface plane alors que Jace pouvait créer une douzaine de clones illusoires partiellement tangibles de lui-même ? Mais Jace était un mage particulièrement doué, et peut-être cet artefact servait-il de catalyseur au pouvoir d'un mage de moindre talent ?

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Lun 25 Juil - 22:38

Alors que les pensées de Kate étaient dirigées vers le bal et les promesses qu’il lui réservait, Jace la ramena brusquement à la réalité en lui posant une question de plus étonnantes.


- Y a-t-il ici un mage de l'esprit qui maintient cette illusion, ou bien s'agit-il du pouvoir propre à cet artefact ?

Euh… quoi ?

-Pardon ? Demanda-t-elle poliment.

Elle crut avoir mal entendue et se repassa la dernière phrase de l’homme dans sa tête. Non, c’était bien ça… un mage de l’esprit ? Une illusion ? Un artefact ? Mais qu’est-ce qu’il lui chantait là ? … ah, ça devait être l’une de ses blagues tordues dont il avait le secret. Ou bien… il était vraiment sérieux ? Ses yeux passèrent de Jace à la télévision puis de nouveau à Jace. Elle avait effectivement noté que l’homme avait paru intéressé par l’écran mais elle avait cru qu’il écoutait le sujet du reportage et non qu’il étudiait l’objet en lui-même.

-Vous n’avez jamais vu de télévision ? S’exclama-t-elle, interloquée.

Voilà qui était assez inhabituel en 2058. Elle savait qu’il était étranger mais de là à prendre la technologie pour de la magie ! A bien y penser, elle se rappelait aussi de son comportement avec la voiture lorsqu’elle avait failli le renverser. Comment un homme pouvait-il ne pas connaitre ces choses-là ? Même les pays les plus pauvres en étaient équipés. Certes tout le monde n’y avait pas accès mais la connaissance de l’existence de la technologie était une chose communément partagée… sauf dans certaines communautés ou secte vivants en autarcie et refusant toute forme de modernité. En soi cette explication pouvait justifier le costume surprenant de Jace.

-Et bien… ça n’a rien à voir avec la magie, c’est de la technologie. La télévision est alimentée par l’électricité (il n’allait

pas lui demander ce qu’était l’électricité quand même ?) grâce au câble et elle capte des ondes, les images que vous voyez apparaitre à l’écran. En l’occurrence, la chaine qui diffuse ce reportage est nationale, elle appartient au royaume.

La serveuse choisie ce moment pour venir à leur table et prendre leur commande et jeta un coup d’œil curieux à Jace. Kate lui demanda un café et des pancakes et laissa à l’homme le temps de choisir ce qu’il voulait manger. Savait-il lire l’anglais au moins ? Soudain son téléphone sonna et un coup d’œil lui apprit que Jack s’était enfin décidé à la rappeler. D’habitude il n’était pas aussi long. Elle décrocha et fit un signe à Jace en chuchotant :

 -Je dois prendre cet appel, je reviens dans un instant.

Et elle se leva de table pour sortir du café, préférant garder la teneur de la conversation privée. Jack était

visiblement d’humeur à lui parler français et elle releva le défi. Elle maitrisait assez bien la langue de Molière.

[Voir : Conversation téléphonique devant le bar ]

Un certain temps s’écoula avant qu’elle ne revienne s’installer près de Jace et la serveuse était visiblement passée pour porter la commande. La belle regarda sa montre et en déduis qu’il lui faudrait partir dans une dizaine de minutes si elle voulait avoir le temps de rentrer à l’appartement de son fr…. son nouvel appartement et y remettre de l’ordre avant l’arrivée de Jack. Elle ne l’attendait pas si tôt, le pensant en

France et sa visite était un peu soudaine.

-Désolée, je mange en vitesse et je file, un ami m’attend, dit-elle à Jace.

L’affaire sur laquelle bossait Jack aurait pu la passionner en d’autres temps si elle ne consacrait pas déjà toute son énergie sur une enquête qui lui tenait plus à cœur. Mais Jack lui avait proposé son aide en échange de la sienne et lui avait arraché la promesse de faire quelques recherches pour lui. Elle était persuadée qu’il ne lui avait pas tout dit sur cette histoire de triple homicide et comptait bien lui tirer les vers du nez dans deux heures. La journaliste repensa à cette histoire de zat’ et de l’assassin qui avait prétendu venir d’un autre monde… dans quoi Jack avait bien pu mettre les pieds ? Ce type le menait en bateau c’était certain, il devait y avoir autre chose sous cette histoire. Cet autre monde qualifiait peut-être un autre continent ? Blanche Doll aurait-elle usurpé son identité pour fuir et se cacher d’un quelconque danger qui la rattrapait aujourd’hui ? Cela faisait un peu trop scénario de roman pour adolescents, et pourtant les crimes avaient bien eut lieu et la fille était poursuivie. Sans compter ce mystérieux ange gardien qui serait apparu tout à coup pour la sauver de la mort. Kate ne partageait pas le point de vue de Jack à ce sujet, elle doutait que cet Arsène Lupin en veuille à la vie de la dame, en revanche il avait forcément quelque chose derrière la tête puisqu’il était apparu précisément le soir où Blanche avait été agressée ; restait à savoir qui était son commanditaire. Elle se força à ramener son attention sur Jace. Qu’allait-il devenir si elle le laissait ici ? Elle n’était pas responsable de lui mais tout de même, le savoir seul et aussi démunis l’ennuyait. Et puis, il y avait ce brin de mystère chez lui qui l’intriguait.

-Vous aimez la nourriture locale ? Lança-t-elle pour faire la conversation en s’attaquant à ses propres pancakes qui menaçaient de refroidir.

Elle pouvait lancer sa petite recherche sur lui sur internet mais s’il venait d’une petite communauté étrangère – même si celle si était anglophone- phobique de toute forme de technologie, elle ne risquait pas de trouver grand-chose sur lui. Mais peut-être pouvait-elle trouver des informations sur Ravnica, le seul nom qu’il ait bien voulu lui donner – peut-être le nom de la communauté ?
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mar 26 Juil - 11:29

Kate sembla pour le moins interloquée par la question de Jace à propos de l'artefact aux images mouvantes. Il comprit pourquoi lorsqu'elle s'étonna ouvertement qu'il n'en ait jamais vu. Ce devait être un objet très ordinaire dans ce monde, et même très largement rependu, à voir la réaction de la jeune femme.

Il écouta son explication avec attention, et une certaine fascination également. Il savait ce qu'était l'électricité, mais il ne l'avait jamais vue employée de cette manière. Dans presque tous les plans du multivers, le mana était la principale ressource énergétique, et beaucoup de mondes avaient appris à le canaliser pour l'utiliser de différentes manières. Seulement ici, il semblait être totalement absent, et les habitants de ce monde avaient trouvé une autre solution, un substitut qui remplissait plus ou moins le même rôle. C'était ingénieux ! Et cela expliquait aussi pourquoi ce qu'il avait pris pour un sort pouvait se maintenir sans qu'il n'en détecte la moindre trace de mana.

A vrai dire, Jace, n'avait ressentit aucun mana nulle part depuis qu'il était arrivé dans ce monde. Certes, le mana bleu, provenant des cours et étendues d'eau était le seul qu'il pouvait manier, mes cela ne l'empêchait pas de sentir les autres à l’œuvre lorsqu'il y était confronté, mais dans ce monde, pas la moindre trace. Il avait espéré pendant un moment que c'était une anomalie localisée, une étrangeté associée au lieu où il était arrivé, mais c'était pareil ici aussi.

Une serveuse vint prendre leur commande. Jace regarda la carte, posée sur la table, et constata qu'il ne savait lire ce dialecte, il se contenta donc de commander la même chose que Kate.

Puis une musique provenant de Kate l'interloqua. Cela provenait en fait d'un objet qu'elle sortit d'une poche et regarda brièvement.

"-Je dois prendre cet appel, je reviens dans un instant."

Sur quoi elle s'éclipsa. Jace la suivit du regard, intrigué. Par la fenêtre, il put apercevoir qu'elle portait l'objet à son oreille et semblait... mener une conversation, seule. Nul besoin d'être un génie pour en déduire que ce petit appareil, sur le même principe que la dalle à images, la "télévision", devait lui servir à communiquer avec quelqu'un qui se trouvait ailleurs. Voilà une chose qui était tout à fait passionnante, et Jace ne put s'empêcher d'imaginer de nombreuses applications possibles d'une telle technologie. Si ces objets étaient très répandus dans ce monde, alors il devenait possible de transmettre des informations très rapidement, de diffuser annonces et alertes quasi instantanément. Il se demanda jusqu'à quelle distance pouvaient communiquer ces appareils. D'après Kate, cette télévision permettait de recevoir une même information dans tout le royaume. Si ces petits appareils de communication avaient une portée équivalente, alors ils étaient un véritable miracle.

Il devenait alors possible de transmettre des messages infiniment plus rapidement que par un cavalier ou même un mécanoptère, de coordonner des personnes à grande distance aussi facilement que s'il étaient dans la même pièce, et tout cela sans l'aide d'un Planeswalker. Les implications étaient... colossales.

Le Pacte des Guildes Vivant imaginait déjà des dizaines de façon d'utiliser efficacement un tel dispositif à l'échelle de Ravnica. Plus besoin d'attendre la visite d'un officier de Boros pour recevoir des rapports concernant le maintient de l'ordre, plus besoin de traverser les artères les plus encombrées ou les plus mal famées pour propager les décisions du Sénat d'Azorius...

Il fut coupé dans ses réflexions galopantes par la serveuse qui apportait leur commande, et le parfum qui se dégageait des assiettes lui mit l'eau à la bouche. Kate était encore dehors en train de discuter toute seule. Il se demandait bien ce qu'elle pouvait dire, et fut tenté de lire son esprit, mais cela aurait été terriblement impoli, dans la mesure où cela ne le concernait certainement en rien. Et ingrat, après ce qu'elle avait fait pour lui. Il s'abstint donc et commença à manger un pancake délicieusement chaud. Le café, au moins, était semblable à celui de Ravnica, celui-là même qui l'avait bien aidé à remplir sa fonction de Pacte des Guildes en lui servant de substitut au repos (ce qui avait agacé Lavinia, son assistante). Tout cela semblait bien loin, presque une autre vie. Il n'y avait pas de café sur Zendikar, et quand bien même il y en aurait eu, Jace et ses amis étaient alors trop occupés à combattre les titans et leurs hordes d'engeances monstrueuses pour apprécier une boisson chaude.

Ce monde était passé à un cheveux de l'anéantissement. Des peuples entiers décimés, des jungles luxuriantes transformées en étendues planes de poussière blanche, morte, des continents entiers rendus stériles, privés de toute trace de vie. Mais il en avaient réchappé ! Ulamog et Kozilek avaient été défaits grâces aux efforts concertés des quatre Planeswalkers et Zendikar avait survécu. Il faudrait un temps fou pour reconstruire ce monde, et il ne redeviendrait probablement jamais comme autrefois, mais la vie l'avait emporté.

Les mains serrées autour de sa tasse chaude, Jace eu un frisson en pensant que tout n'était pas encore terminé. Emrakul, le troisième titan, et le plus puissant, avait elle aussi été libérée de sa prison millénaire de Zendikar, et elle errait à présent quelque part, libre de ses mouvements dans les Eternités Aveugles, peut-être à la recherche d'un autre monde à dévorer. Tandis que lui était coincé ici.

Toutefois, le parfum et le goût du café chaud l’apaisaient un peu, et pendant un cours instant, une fraction de seconde, il oubliait la terrible menace Eldrazi qui pesait sur le multivers et le poids de l'énorme responsabilité sur ses épaules, pour se retrouver dans le Hall du Pacte, à une époque où son plus gros soucis était d'étouffer dans l’œuf les dissensions entre les guildes de Ravnica et ne pas s'endormir sous le coup de la fatigue accumulée pendant qu'un diplomate s'adressait à l'assemblée.

Kate revint à la table à ce moment-là.

"-Désolée, je mange en vitesse et je file, un ami m’attend."

Elle allait donc le laisser là. Quoi de plus normal, après tout ? C'était ce qu'il lui avait demandé, et elle lui avait en plus offert un repas fort bienvenu. Il trouverait bien à se débrouiller autrement pour la suite.

Cela confirmait également ses conclusions sur la fonction de cet appareil qu'elle venait d'utiliser. Il brûlait de lui poser toutes sortes de questions à propos de son fonctionnement et de son utilisation, autant d'informations qui raviraient les guildmages et inventeurs d'Izzet, mais il craignait un peu de trahir une fois de plus sa nature étrangère. D'ailleurs, il ne savait pas très bien pourquoi il tenait tant à la cacher. Peut-être pour épargner le confort mental de la jeune femme qui ne savait manifestement rien de tout cela. Ou plus probablement pour s'épargner à lui la réaction instinctive de la jeune femme si elle venait à le prendre pour un fou dangereux, la plupart des gens pouvant devenir agressifs ou violents lorsqu'ils se sentent menacés. Et quoi de plus menaçant qu'une personne qui n'a pas toute sa tête ?

"-Vous aimez la nourriture locale ?" demanda-t-elle sur le ton de la conversation.

Voilà au moins une question à laquelle il pouvait répondre sans peine. En fait, cela ressemblait un peu à un plat de Ravnica prisé par le commun du peuple.

- Oui, répondit-il simplement. Ces "pancake" sont délicieux, et ce café est infiniment appréciable, cela faisait un bon moment que je n'avait plus eu l'occasion d'en boire.

Il eu un petit sourire en repensant à Lavinia apportant une grande cruche de café chaud en salle du conseil, et lui-même se redressant sur son siège à cette vision tandis que l'émissaire de Selesnya en train de parler ne ralentissait même pas le rythme de son discours.

Ce café était indéniablement la chose la plus réconfortante qu'il avait vue depuis son arrivé dans ce monde.

"- Je vous remercie beaucoup pour votre aide. Et pour ce repas, j'avais beaucoup plus faim que je l'imaginais."

Qu'étaient devenues ses provisions d'ailleurs ? Il n'était pas partit de Zendikar les mains vides, il avait emporté de quoi se sustenter quelques jours, mais à son réveil dans ce monde, il n'avait plus rien avec lui. Fort étrange.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Mar 26 Juil - 16:21

Jace la remercia pour l’aide qu’elle lui avait apporté et le repas qu’elle lui avait offert, à l’évidence il n’avait pas mangé depuis un  bon bout de temps. Elle songea qu’elle lui laisserait peut-être un billet de vingt livres avant de le quitter, histoire qu’il ne soit pas complètement démuni. Ce n’était pas énorme mais cela lui paierait au moins de quoi manger ces deux prochains jours, le temps qu’il se trouve un refuge.


-Je vous en prie, répondit-elle avec un sourire polie.


Il avait raison, les pancakes ici étaient excellents et elle nota l’adresse du café dans un coin de sa tête dans le cas où elle reviendrait dans le coin. Le jeune homme n’étant pas très bavard, la journaliste décida de profiter de l’occasion pour prendre son téléphone et entreprendre une recherche. Ce n’était pas forcément très respectueux de fouiller la vie privée des gens dans leur dos... quoi qu’à vrai dire elle le faisait en face de lui même s’il n’en avait pas conscience. Les mains pratiquement posées sur ses genoux et l’écran penché vers elle, Kate tenta un premier mot clé dans le moteur de recherche.

« Ravnica »

Une série de sites s’affichèrent, tous traitant d’un jeu de cartes, les fameuses « magic ». Rien de bien choquant jusque-là, elle en déduit simplement qu’il s’agissait d’un homonyme.
Deuxième tentative de mot clé :

« Ravnica Jace Beleren »

Elle n’était pas sur de l’orthographe du prénom  mais le moteur de recherche avait d’office proposé une sélection, à croire que l’objet de sa recherche était connu. Effectivement, plusieurs sites traitaient d’un certain planeswalkers répondant au nom de Jace Beleren, un personnage de « Magic : the gathering ». A nouveau, la coïncidence ne la fit pas réagir… jusqu’à ce qu’elle tombe nez à nez avec une image représentant le fameux Jace du jeu. La ressemblance était bluffante, de l’expression du visage aux vêtements... Kate se surprit à observer Jace, puis les images sur son téléphone, une expression indéchiffrable sur le visage. Il s’était donc moqué d’elle, et royalement en  plus. Pour quelqu’un qui prétendait ne pas connaitre le cosplay, le jeu de rôle et le monde moderne…
La journaliste s’empara doucement de sa tasse de café et but une longue gorgée pour se laisser quelques secondes de réflexion. Comment réagir ? Elle pouvait faire comme si de rien était et retourner à Londres comme prévu en laissant ce type derrière elle mais cela signifiait se priver du fin mot de l’histoire et elle n’en avait pas envie. Cet homme lui avait menti et elle était tombée droit dans le panneau, pas question qu’elle laisse passer ça. Il lui restait cinq minutes environs avant de prendre du retard sur l’emploi du temps qu’elle s’était fixée, c’était bien assez. Elle posa son téléphone sur la table face à Jace pour qu’il puisse voir l’écran sur lequel se trouvait la fameuse recherche avec recherche avec l'image.


-Vous avez quelque chose à me dire à ce propos ?

Le ton de la jeune femme était calme mais elle ne souriait plus.

-Jace Beleren est un personnage de fiction. Allez-vous me dire qui vous êtes réellement ?
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mar 26 Juil - 17:32

Un silence presque tranquille s'installa quelques instants, Jace terminant ses pancakes et dégustant son café tandis que Kate triturait son appareil hors de la vue du mage. Le nez dans sons assiette et la tête dans ses réflexions sur la marche à suivre à présent, il ne remarqua pas immédiatement le changement d'attitude de Kate.

Lorsqu'elle posa l'appareil sur la table devant lui, il n'y prêta pas immédiatement attention car elle s'adressa à lui, et il la regarda, surpris par le soudain changement de ton.

"-Vous avez quelque chose à me dire à ce propos ?"

Et d'expression. Elle ne souriait plus, et ne semblait plus amicale du tout. Si devait parier, il dirait qu'elle avait l'air énervé, peut-être même... vexée ?

Alors il baissa les yeux sur ce qu'elle lui montrait. L'appareil affichait une image, à l'instar de cette télévision derrière eux, sauf que celle-ci ne bougeait pas. Mais ce n'était pas n'importe quelle image, il s'agissait d'un portrait de lui-même ! Comment était-ce possible s'il n'était jamais venu dans ce monde ? A plus forte raison si ce monde ne connaissait rien du multivers et des Planeswalkers.

Alors une touche d'espoir naquit en lui, et un sourire commença à se dessiner sur son visage. Il reconnaissait le décor devant lequel il était représenté, et il se souvenait de ce moment. C'était le Hall du Pacte, et ce portrait datait du jour où il était devenu l'incarnation vivante du Pacte des Guildes, quelques heures après être arrivé au bout du Labyrinthe Implicite. Ce dessin avait probablement été réalisé par un mage qui avait assisté à l'évènement et transposé l'illusion sur papier, et si un dessin avait pu voyager depuis Ravnica jusqu'à ce monde, alors il existait forcément un moyen pour Jace de faire trajet inverse. Il ne lui restait plus qu'à trouver la source de ceci pour comprendre comment faire.

"-Jace Beleren est un personnage de fiction. Allez-vous me dire qui vous êtes réellement ?"

Le mage se figea, et son demi-sourire s'effaça d'un coup comme son regard revenait soudainement à Kate.

- Pardon ? Demanda-t-il interloqué.

Avait-il bien compris ? Un personnage fictif ? Comment pouvait-elle dire une chose pareille ? Il était là, en face d'elle, en chair et en os. Se pouvait-il que le récit de son périple à Ravnica soit arrivé ici sous la forme d'une simple légende ? Après tout, c'était bien possible, voire même très probable si ce monde ne connaissait pas l'existence des autres monde, cela permettait de contenir efficacement d'éventuelles "fuites". Ce ne serait pas la première fois que les actes d'un planeswalker deviennent une histoire puis une légende au fil du temps, mais cela se faisait plutôt sur des siècles, alors que cet évènement datait d'à peine un an.

Et cela n'enlevait rien au fait que l'information était arrivée jusqu'ici et qu'il était donc forcément possible d'en partir.

Ne sachant pas comment fonctionnait l'appareil, Jace ne voyait que l'image à l'écran avec son nom en gros dessus et ne se doutait pas de ce qui était écrit dessous.

- Il semble que ce soit un portrait de moi, dit-il sans pouvoir empêcher la commissure de ses lèvres de remonter en un léger sourire d'excitation à la perspective de son échappatoire. Cela représente la cérémonie qui a suivit la restauration du Pacte des Guildes. Si je peux trouver comment il est arrivé jusqu'ici, je devrais pouvoir moi-même repartir !

La perspective était encourageante.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Ven 29 Juil - 3:15

La question de Kate sembla le prendre au dépourvu et le petit sourire qui s’était esquissé sur ses lèvres disparut aussi vite qu’il était apparu.

- Pardon ?

Ca y est, il comprenait enfin que son manège avait été percé à jour ? Il avait l’air vraiment surpris. Puis tout à coup, son expression changea à nouveau et l’étonnement céda au contentement. Kate ne put s’empêcher de se demander ce qui pouvait bien se passer dans sa tête. C’était rare qu’elle n’arrive pas à cerner une personne, mais alors lui il était vraiment spécial…

- Il semble que ce soit un portrait de moi. Cela représente la cérémonie qui a suivi la restauration du Pacte des Guildes. Si je peux trouver comment il est arrivé jusqu'ici, je devrais pouvoir moi-même repartir !

Mh, spécial n’était pas le mot ; il était juste complètement givré. Elle lui avait accordé le bénéfice du doute, étant même jusqu’à lui offrir à manger en pensant qu’il était un pauvre réfugié à la rue. Maintenant elle réalisait qu’il ne lui avait pas réellement menti, il se prenait vraiment pour ce personnage de jeu. Ce type était juste malade, ce n’était pas plus compliqué que ça. Fallait-il expliquer qu’il était dans l’erreur et le mettre devant le fait accomplit ou bien renoncer ? Le temps décida à sa place, les dix minutes étaient écoulées et elle n’avait plus de temps à perdre avec lui ; la vie réelle n’attendait pas, elle, et Jack non plus.

-Bien sur… le pacte des guildes…, répondit Kate en feignant l’enthousiasme.

Elle sortit un billet de sa poche et le posa sur le ticket de caisse qui servait d’addition avant de tendre le bras pour récupérer son téléphone.

-Bref, sur ce, il faut que j’y aille. Bonne continuation à vous et bon courage pour euh... rentrer chez vous.

Attrapant son sac, la belle se leva et se dirigea vers la sortie dans l’espoir de fausser compagnie à Jace.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Ven 29 Juil - 10:23

Kate sembla ne pas se satisfaire se la réponse de Jace, et cela pouvait se comprendre. Il avait réagi sous le coup de la surprise et de l’enthousiasme, et parlé sans prendre garde à ce qu'il disait. Sauf que si la jeune femme prenait ce qu'elle avait sur son appareil pour une légende totalement fictive, en plus du fait qu'elle l'avait pris pour un excentrique lorsqu'elle avait failli le renverser avec sa voiture, ce qu'il venait de dire n'avait rien pour la rassurer.

Mais il ne voyait pas du tout comment rattraper le coup, il allait certainement devoir trouver quelqu'un d'autre pour l'aider.

Elle récupéra rapidement l'appareil, posa un papier sur la table et entreprit de prendre congé. C'était trop précipité, il avait besoin de plus d'informations. Pour le moment, Kate Wase et ce dessin étaient sa seule piste, il devait l'exploiter car cela pouvait bien être sa seule chance de trouver une solution.

- Attendez ! Dit-il en se levant à son tour pour la suivre précipitamment. J'ai besoin de savoir, d'où vient ce dessin ? Où puis-je trouver l'original ?

* Comment est-il arrivé sur ce plan ? * Voulut-il demander, mais elle n'en saurait rien, car elle ne savait rien des plans et des Planeswalkers. Elle ne pouvait le renseigner que sur son propre monde, et ce dessin s'y trouvait justement, il en faisait partie, alors cela au moins, elle pouvait le comprendre.

Cette fois, afin d'être sûr d'obtenir ce dont il avait besoin il sonda son esprit pour écouter ses pensées de surface, mais sans avoir le luxe de prendre des précautions, cette fois-ci. Peut-être pourrait-elle repérer son intrusion si elle avait un esprit particulièrement fort, mais c'était peu probable, car cette méthode n'était pas à proprement parler une intrusion. Le mage ne s'insinuait pas à l'intérieur de l'esprit, il ne faisait que s'en approcher pour l'écouter, comme on approcherait son oreille de quelqu'un pour mieux entendre ses murmures.

De cette façon, il pourrait obtenir les réponses à ses questions, du moins les réponses qu'elles serait en mesure de lui fournir, même si elle n'était pas disposée à les lui donner. C'était une technique simple et efficace, éprouvée depuis toujours, le première qu'apprenait chaque mage de l'esprit du multivers. Parler de quelque chose à quelqu'un obligeait mécaniquement sont esprit à évoquer cette chose, afin que cette personne sache de quoi on lui parlait. C'est pourquoi, lorsqu'on nous dit de ne pas penser à quelque chose, il est absolument impossible d'obtempérer.

Mais lire simplement les pensées de surfaces serait-il suffisant pour accéder à cette information ? Là était la question et Jace ne connaissait pas la réponse. Il n'avait jamais été à ce point limité, et cela le frustrait énormément.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Ven 29 Juil - 21:06

Alors qu’elle s’apprêtait à franchir la porte du bar, des bruits de pas précipités suivi d’une voix qu’elle connaissait bien la firent s’arrêter net. Hélas, l’homme n’avait pas l’air de vouloir la laisser partir tranquillement comme elle l’avait espéré. Elle poursuivit sa lancée et sorti de l’établissement pour épargner la suite de la conversation aux quelques personnes présentes sur les lieux puis se retourna pour faire face à Jace.



-J'ai besoin de savoir, d'où vient ce dessin ? Où puis-je trouver l'original ?

Kate arqua légèrement sourcil sans comprendre ce qui motivait cette requête mais elle décida d’obtempérer et sorti le téléphone de sa poche pour jeter un coup d’œil à l’adresse où elle avait trouvé l’image.

-Sur le site internet officiel de Wizard, l’éditeur du jeu de carte dans lequel apparait Jace Belleren.

La jeune femme se massa les temps. A nouveau ce mal de crâne… elle se sentait nauséeuse. Quelque chose lui disait de s’éloigner de cet homme, il la mettait mal à l’aise. Pourquoi se sentait-elle en danger ? Elle ne pensait pas qu’il soit capable de lui faire du mal, non seulement elle savait se défendre mais en plus ils étaient en pleine rue avec témoins. Et pourtant, la sonnette d’alarme s’était déclenchée un peu plus tôt en même temps que cette migraine qui allait et venait selon son bon vouloir.


-Il faut que j’y aille, je suis attendue à Londres.

Ce n’était pas un mensonge, Jack allait arriver sous peu ; elle devait partir. Et surtout fausser compagnie à cet homme qui se prenait pour un personnage de Magic. Est-ce que les protégés de Jack qui prétendaient venir d’un autre monde étaient du même acabit ? Si oui elle le plaignait. Peut-être pouvait-elle simuler un nouvel appel pour avoir un prétexte pour partir sans se montrer trop impolie. Pourquoi son voisin voulait-il à ce point trouver l’origine des dessins ? Où voulait-il « rentrer » ? S’il pensait vraiment être ce personnage de jeu sa vie ne devait pas être toute rose. S’était-il échappé d’un hôpital psychiatrique ? En apparence, si l’on oubliait ce maquillage étrange et son costume, il semblait tout à fait normal et sain d’esprit. Comme quoi l’habit ne faisait pas le moine !
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 130
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Lun 1 Aoû - 11:52

La jeune femme n'était pas enchantée par l'insistance du mage, et il en avait pleinement conscience, d'autant qu'il pouvait lire dans son esprit sa volonté de se trouver loin de lui. Mais avec cette seule piste devant lui, ce seul indice pour résoudre cette énigme, il ne pouvait plus prendre le luxe de la laisser tranquille, au risque de se faire détester. Ce qu'elle pouvait penser de lui n'avait de toute façon aucune importance du moment qu'elle lui donnait les informations dont il avait besoin.

Elle lui donna toutefois la réponse à sa question. Et bien que cela ne l'avança pas beaucoup car cela ne lui évoquait rien, il prit soin de noter cela dans un coin de sa tête. Ainsi il pourrait plus tard demander de l'aide à quelqu'un de mieux disposé pour trouver ce dont elle parlait.

Cependant... Un jeu de cartes ? Le planeswalker se demanda à quel point son histoire avait du être déformée en arrivant dans ce monde pour en faire un jeu de carte. Où peut-être cela n'avait-il rien à voir avec son histoire ou ses exploits ? Peut-être que seul son portrait était arrivé ici, accompagné de son nom, et que les habitants de ce monde s'en étaient inspirés pour faire un peu tout et n'importe quoi.

Toujours était-il qu'il avait maintenant une piste pour débuter ses recherches. Et Kate n'étant plus disposé à l'aider, le prenant pour un fou potentiellement dangereux, il décida de la laisser partir, comprenant très bien qu'elle ne lui serait plus d'aucun secours. Il la remercia toutefois intérieurement pour l'aide qu'elle lui avait apporté jusqu'ici, et qui était loin d'être négligeable. Malgré la piètre opinion qu'elle avait de lui, et qu'il pouvait très bien comprendre, il lui était reconnaissant, et redevable.

Alors qu'elle prenait congé, il était sur le point de relâcher son écoute mentale lorsqu'il capta quelque chose qui accrocha son attention, et il écouta soudain encore plus attentivement : un autre monde ? Le coeur de Jace fit un bon dans sa poitrine, et accéléra légèrement son rythme.

Kate connaissait une personne qui était en contact avec des personnes venues d'un autre monde ! Apparemment, elle-même ne croyais pas un mot de tout ceci et prenait tout cela pour des élucubration insensées, mais pour Jace, c'était une piste cent fois plus tangible et prometteuse qu'un simple dessin, il devait absolument la suivre. C'était inespéré ! Dans un monde inconnu où la notions d'autres mondes était universellement reconnue comme élucubration ridicule, la probabilité qu'une chose pareille puisse se produire était infiniment plus ridicule encore ! Et pourtant, les fait étaient là.

La journaliste n'aimerait pas ça, mais Jace allait devoir s'accrocher à elle, quitte à l'y contraindre si nécessaire. Mais comment faire cela ?

Dans ce monde privé de tout mana, lancer des sorts était impossible, et ses facultés télépathiques était tellement amoindries, presque totalement anéanties, qu'il lui serait impossible d'imposer sa volonté à la jeune femme. Il allait être obligé de la convaincre, ou de la persuader, de l'emmener avec elle, mais considérant ce qu'elle pensait de lui, c'était loin d'être gagné d'avance. Faire appel à la ruse ou à la diplomatie pour lui faire entendre raison serait peine perdue dans la mesure où elle considérait que le mage l'avait perdu, la raison. Il ne restait donc qu'une seule chose à faire : jeter la prudence aux orties et mettre les pieds dans le plat sans aucune subtilité.

Tout en s'efforçant de conserver sa sonde mentale sur l'esprit de Kate qui lui tournait déjà le dos, il s'adressa à elle d'une voix parfaitement sûre.

- Emmenez-moi jusqu'à ce Jack ! Je dois absolument rencontrer ses protégés d'un autre monde.

Ce disant, Jace avait cessé de la suivre et restait immobile, ses mains gantées bien en vue, les bras le long du corps, pour réduire autant que possible le sentiment d'agression qu'elle risquait de ressentir en se rendant compte qu'il avait écouté ses pensées. Cinq bons mètres les séparaient, mais cela risquait de ne pas suffire si la jeune femme se sentait violée dans son intimité.

Il y avait une chance pour qu'elle prenne peur et s'enfuie le plus loin possible de Jace, mais cela était très peu probable d'après ce qu'il avait pu voir de son caractère de battante. Elle risquait plus probablement de réagir à l'instinct face à une agression et de s'en prendre à lui pour se défendre. Les mages de l'esprit étaient très souvent crains, et même détestés, dans tous les plans du multivers en raison de leurs pouvoirs mentaux qui avaient une prise directe sur l'esprit des gens autour d'eux. Mais c'était un risque qu'il était à présent obligé de prendre. Le temps n'était plus à la prudence.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum