Un monde foisonnant et stérile

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Sam 13 Aoû - 11:24

Jack écouta attentivement toute l'histoire de Jace, ne l'interrompant pas une seule fois, essayant d'y voir une chose qui ne collerait pas, ce qui était totalement impossible car il ne connaissait aucunement la "véritable histoire" de Jace. Ce pendant tout ce que Jace leur dit avait l'air si réel, et si abracadabrant à la fois. 

Pour l'aider à y croire, Jack buvait gorgée après gorgée, réfléchissant à la raison qui avait fait que cet homme, cette carte, se retrouve au beau milieu de leur monde. L'enquête de Jack paraissait déjà incroyablement étrange mais elle battait, depuis quelques minutes, sans doute toutes les affaires connues.

Son esprit se perdit au bout d'un moment, réfléchissant à un grand crime qui demeurait encore inconnu aujourd'hui : Le mystère du grand Jack l'Eventreur. Peut-être était-ce un homme d'un autre monde après tout ? Ou peut-être avait-il trouvé un moyen d'accéder à un autre monde, expliquant pourquoi il n'avait jamais été retrouvé. 

La fin de l'histoire de Jace était beaucoup plus dramatique. Visiblement on avait besoin de lui et de sa magie afin de bloquer une créature ayant la possibilité de tout détruire sur son passage. Remarquons qu'il aurait pu être intéressant de la confronter aux armes "évoluées" de leur monde. Un affrontement de titan... Mais cette perspective emporterait bon nombre d'innocent vers une mort affreuse. Avant même que Jack n'ait pu s'exprimer sur l'urgence de renvoyer Jace, Kate émit plus ou moins la même idée.

En récapitulant la situation, Kate se mit à insinuer que Blanche serait la princesse Blanche-Neige, poursuivit par sa Belle-Mère, et qu'un certain gentleman cambrioleur lui tenait lieu de garde du coeur... Corps d'après la dernière chose que lui avait lancé la jeune femme... 

-Je crois que nous en saurons plus en parlant avec Arsène et Blanche. Tu peux nous amener à eux jack ?


Le sang de Jack ne fit qu'un tour dans son corps. On admettait bizarrement, depuis quelques minutes, que ce Arsène Lupin était en réalité le personnage de fiction. Que savaient-ils de lui ? Premièrement c'était un gentleman connu dans son univers mais surtout, deuxièmement, c'était un cambrioleur de génie qui finissait toujours par échapper à la justice, du moins c'était ce que pensait Jack sans avoir lu ne serait-ce qu'un roman traitant de lui. On parlait donc d'un homme sans doute capable de pouvoir se tirer de bien des situations, notamment lorsqu'il se retrouve attaché dans une simple maison avec une main de libre. 

Jack se leva en trombe et chercha à la va-vite son téléphone qu'il empoigna avec virulence avant de chercher un numéro de téléphone. Il porta l'appareil à son oreille, priant pour entendre la voix de Dean lui assurait que tout se passait bien. Malheureusement pour lui, la tonalité persista, jusqu'à ce qu'il tombe sur la messagerie du mafieux. Certes il pouvait très bien être simplement dans une situation où répondre n'était pas la meilleure chose à faire mais... Quelque chose dans l'esprit de Jack l'alarmait.

Un excès de violence le conduit à lancer à travers la pièce le téléphone portable qu'il avait dans les mains. Celui-ci s'écrasa contre un mur en milles morceaux tandis que Jack proférait des insultes en allemand (que l'auteur se refuse à écrire, n'ayant pas un vocabulaire assez fournit en allemand pour tout retranscrire). Une chose était évidente : Jack était certain que Arsène venait de se faire la belle avec sa belle, peut-être en se servant du Zat qu'avait toujours Blanche sur elle. 

Après avoir abondamment hurlé sa rage, il se tourna vers Kate en soufflant pour tenter de se calmer, ce qui ne marcha évidemment pas. Il s'adressa à elle, non sans une certaine force dans la voix :

-Ils se sont tirés ! Arsène m'a filé entre les mains ! Mes témoins les plus importants se sont enfuis ! Si je les retrouve !!! Jack serrait les poings avec forces, s'imaginant le traitement qu'il pourrait leur faire subir pour cet affront. Faut que je retourne là où je les aient laissés. Venez avec, le tueur pourra peut-être révéler ce qu'il a dans la tête à Jace, et ainsi on remontra jusqu'à une façon de te renvoyer d'où tu viens. Peut-être même qu'on apprendra la destination des deux fuyards !
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Dim 14 Aoû - 18:52

-Donc si on ne vous renvoi pas chez vous on court le risque que ce monstre s’attaque à notre planète ?

Kate énonçait là une crainte tout à fait légitime, et Jace avait la même crainte pour des dizaines d'autres mondes, mais pas celui-ci. Il secoua doucement la tête en signe de dénégation.

- Non, je pense que la Terre est plus ou moins à l'abri de la menace des Eldrazi. J'ignore comment c'est possible, mais ce monde est totalement et absolument dépourvu de mana, ce qui accessoirement rendrais n'importe quel mage totalement impuissant, moi y compris. Ce que je vais dire n'est qu'une supposition, mais elle n'est pas fondée sur du vide : les titans Eldrazi semblent attirés par le mana, c'était particulièrement flagrant avec Ulamog, surnommé à juste titre La Voracité Insatiable, qui "dévorait" le mana des plans, leur destruction n'étant qu'un effet secondaire. C'est d'ailleurs grâce à cette attirance que Sorin et Ugin ont pu attirer les trois titans à la fois sur Zendikar pour les y emprisonner il y a dix-mille ans : parce que c'est un plan qui regorge de mana, et celui-ci est très vif, presque sauvage. Bref, tout cela pour dire que, même si les changes ne sont pas nulles, je pense que ce monde n'a pas grand chose à craindre des Eldrazi. Mais ce n'est pas le cas des autres plans, que j'ai juré de protéger.

Ulamog, la Voracité Insatiable:

Kate mentionna ensuite une chose qui portait effectivement à interrogation. Jace avait supposé que son histoire était parvenue jusqu'à ce monde, et que ses habitants s'en étaient inspirés pour créer une œuvre de fiction, un jeu de cartes en l’occurrence. Mais si ce jeu de cartes existait réellement depuis plus de 48 ans, alors effectivement, cela ne collait pas, car cela remontait à une période dont Jace n'avait aucun souvenir, et où il n'était pas encore adulte. Des évènements datant d'une année en arrière, pour lui, étaient racontés dans ce monde depuis près d'un demi-siècle, comment cela pouvait-il être possible ?

Un effet de dilatation du temps peut-être ? Si une année écoulée chez lui équivalait à un demi-siècle ici, c'était une excellente nouvelle ! Car alors, il ne perdait pas de temps en restant coincé ici : quand bien même cela lui prendrait un an pour trouver comment repartir, il ne se serait écoulé qu'une semaine sur les autres plans. Mais un différentiel d'une telle ampleur était-il seulement possible ? Les notions de temps et de distance n'étaient pas inexistantes dans les Éternités Aveugles, mais elle étaient plutôt relatives. Cependant, Jace n'avait encore jamais observé ce phénomène de décalage temporel entre les plans qu'il avait visité.

Mais il fallait bien admettre que ce monde était sensiblement différent de tous les autres, et l'absence totale de mana avait peut-être des conséquences étranges, distordant les règles qui s'appliquaient partout ailleurs.

Mais tout ceci n'était qu'hypothèses et conjectures, et pour le moment il n'avait aucun moyen d'infirmer ou confirmer aucune d'entre elles. Il valait donc peut-être mieux reporter cette explication à plus tard et concentrer sa réflexion sur le plus important : comment repartir.

Alors qu'il réfléchissait à tout cela, Jack se leva précipitamment et porta à son oreille son communicateur de poche, et le mage sursauta sur le canapé lorsque l'appareil heurta le mur et que Jack se retourna vers eux furibond.

Coupables ou non, s'ils étaient vraiment prisonniers du détective, Jace ne pouvait que comprendre leur désir de s'enfuir. Privé de ses pouvoir, il aurait lui-même préféré se trouver ailleurs que sous le regard fou de rage du bonhomme. Heureusement, celui-ci sembla se maîtriser un minimum et s'abstint de se défouler sur les premières personnes qui lui tomberaient sous la main, mais le Planeswalker était à présent plein appréhension.

Cet homme avait vraiment un problème ! Il était colérique et manifestement incapable de se contrôler, un dangereux mélange que Jace avait déjà vu à l’œuvre plus d'une fois et qui faisait du dégât. Suite à l'éclat du détective, et à son injonction à le suivre, Jace lança un regard interrogateur à Kate. Elle le connaissait bien, disait-elle, il préférait donc suivre ce qu'elle déciderait, pour le moment.


Dernière édition par Jace Beleren le Mar 16 Aoû - 9:04, édité 5 fois

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Mar 16 Aoû - 1:31

Jace entreprit de les rassurer quant au danger que représentaient les Eldrazis pour leur planète. Même si Kate avait l’impression de nager en pleine science-fiction, elle fut rassurée de savoir qu’une sorte de démon millénaire ne risquait pas de déverser sa haine sur Terre. Apparemment sa planète n’était pas un monde magique… quel dommage, tant de gens ici rêvaient de vivre une aventure exceptionnelle… Pour la première fois depuis la mort de Mathias, quelque chose arrivait à détourner son attention de l’enquête qu’elle menait. Elle brulait de rencontrer Arsène et Blanche et d’en savoir plus sur ces mystérieux autres mondes, probablement comme Jack qui… balança violemment son téléphone contre le mur sans se soucier de le casser ou d’abîmer la peinture. Le cellulaire s’explosa et le choc fit sursauter Kate, fort heureusement il ne heurta aucun objet sur sa route. La jeune femme lança un regard ahuri à Jack sans comprendre l’origine de ce déferlement de haine et d’injures. Il avait tenté d’appeler quelqu’un et cette personne n’avait visiblement pas décroché… c’était un peu extrême comme réaction non ?

-Ils se sont tirés ! Arsène m'a filé entre les mains ! Mes témoins les plus importants se sont enfuis ! Si je les retrouve !!! Faut que je retourne là où je les aient laissés.

Kate regarda Jack avec des yeux ronds. Comment était-il parvenu à cette conclusion à partir d’un simple appel dans le vide ? Et même en admettant qu’il s’agisse d’une sorte de code ou de signal… bon sang mais si Jack agissait avec autant d’agressivité avec les deux jeunes gens elle comprenait qu’ils aient fuit aussi vite que possible dès que Jack avait eu le dos tourné, en elle aurait fait de même !

-Venez avec moi, le tueur pourra peut-être révéler ce qu'il a dans la tête à Jace, et ainsi on remontra jusqu'à une façon de te renvoyer d'où tu viens. Peut-être même qu'on apprendra la destination des deux fuyards !

La jeune femme posa son verre sur la table basse. La possible fuite d’Arsène et Blanche était une très mauvaise nouvelle et elle comprenait le désir de son ami d’aller vérifier ça de ses propres yeux et d’interroger les témoins mais elle n’était pas sûre que laisser Jack aller là-bas dans cet état de nerfs était une bonne idée. Elle l’avait déjà vu faire des colères, ces dernières étaient parfois même dirigées contre elle, mais elles étaient généralement justifiées. Là… et bien à part lui conseiller un bon psychiatre elle ne voyait pas trop quoi faire. L’agressivité qu’il dégageait et la vitesse à laquelle elle était montée alors qu’il riait une minute plus tôt n’avait rien de sain. Cette fois ci, c’était à son tour de s’interroger sur les capacités de Jack à mener cette affaire correctement ; un bon enquêteur devait savoir garder la tête froide en toute circonstance. Kate eut un échange de regard avec Jace alors qu’elle hésitait encore sur la conduite à tenir avec Jack. En temps normal elle aurait peut-être envisagé de renvoyer Jack et pour continuer seule de peur que l’agressivité de son ami ne se retourne contre elle à un moment ou un autre. Il avait changé en quelques années et les mails qu’ils avaient échangé pour garder un contact à distance ne lui avait pas permis de suivre l’évolution de son état psychologique ; maintenant qu’elle le voyait de ses propres yeux c’était flagrant, il avait viré du côté obscur de la force… à l’évidence, quitter la police ne lui avait pas fait que du bien.
La jeune femme se leva et se baissa pour ramasser un morceau du téléphone complètement défoncé. Elle vint se poster face à Jack non sans ressentir une pointe d’anxiété face aux réactions que pouvaient avoir son interlocuteur. Cela dit, Kate avait trop de personnalité pour simplement s’écraser devant lui.

-Bravo tu viens d’éclater ton téléphone. Tu te sens mieux ?

Elle laissa tomber le morceau de téléphone par terre et croisa les bras d’un air mécontent. De toute façon il n’y avait plus grand-chose à tirer de l’objet.

-Sérieusement Jack c’était quoi ça ? D’abord tu n’as aucune preuve que tes témoins se soient enfuis et même si c’est le cas, tu crois que ça va changer quelque chose de défoncer ton seul moyen de communication et de saccager mon appartement au passage ? Mais merde quoi ! Où est l’enquêteur brillant que j’ai connu il y a dix ans ?! Actuellement je ne vois qu’un type bouffé par ses émotions ! Tu es hyper agressif, tu me fais peur et je déteste ça !

C’était la pure vérité, ce Jack l’effrayait. Les hommes impulsifs étaient imprévisibles et dangereux pour leur entourage. Kate se radoucit toutefois, l’intention n’était pas de taper sur Jack mais d’essayer de l’aider.

-Ecoute… Je ne peux pas imaginer ce qu’on ressent en perdant trois collègues de travail, on a tous des manières différentes de vivre son deuil et à l’évidence tu prends cette affaire très à cœur. Mais c’est sans aucuns doutes l’enquête la plus complexe de nos carrières respectives et on arrivera à rien si tu es incapable de te contrôler. Tu sais que je suis là si tu as besoin de parler…

Elle espéra qu’il avait compris le message. Dans le cas contraire la suite des évènements promettait une collaboration laborieuse et qui ne manquerait pas d’être rapidement écourtée.

-Bon… on reprend calmement. Qu’est-ce qui te fait croire qu’ils se sont enfuis et qu’ils aient abandonné le tueur derrière eux ? On va prendre quelques minutes pour démêler les choses si tu permets, de toute façon s’ils sont partis on ne rentrera jamais à temps pour les rattraper. Et si tu commençais par nous raconter en détail ce qu’il s’est passé quand tu as trouvé Blanche sur ce ferry en partance pour l’Angleterre ?
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Jeu 18 Aoû - 9:47

Le lancé de téléphone de Jack, qui aurait pu facilement devenir une discipline olympique vue la vitesse et la force du jet, sembla soudain électriser la tension dans la pièce. Tout le monde le regardait succomber à la rage qui lui tenaillait les organes. Lorsqu'il laissa éclater sa colère en insulte puis en disant aux autres de le suivre, tout le monde l'écouta sans bouger d'un pouce. Avaient-ils peur de lui ? Dans le cas de Kate, cette peur était absurde puisqu'elle restait sa partenaire, quant à Jace soit il était fou mais croyait réellement à ce qu'il disait, et on évitait généralement de frapper un fou, soit il était vraiment un être d'une autre dimension aux grands pouvoirs et il valait mieux l'avoir dans la poche. En bref aucun d'entre eux n'avait de crainte à avoir vis à vis de lui.

Kate alla ramasser un bout de téléphone et l'apporta près de Jack, lui demandant s'il était fier d'avoir réduit à néant son seul moyen de communication. Très sincèrement, il fut à deux doigts de lui dire qu'effectivement il se sentait mieux d'avoir fait cela. Dans un sens cela calmait toujours les hommes de casser des choses. Il inspira, voulant retrouver son calme avant le futur sermon de Kate. Il voyait bien que celle-ci était en mode reproche et que ça n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Elle lâcha le bout de téléphone et ce fut comme le coup de cloche des westerns avant le duel. Aussitôt elle l'assaillit verbalement :

-Sérieusement Jack c’était quoi ça ? D’abord tu n’as aucune preuve que tes témoins se soient enfuis et même si c’est le cas, tu crois que ça va changer quelque chose de défoncer ton seul moyen de communication et de saccager mon appartement au passage ? Mais merde quoi ! Où est l’enquêteur brillant que j’ai connu il y a dix ans ?! Actuellement je ne vois qu’un type bouffé par ses émotions ! Tu es hyper agressif, tu me fais peur et je déteste ça !


Jack pensa soudainement que dire à une personne supposément "hyper agressive" que celle-ci était effectivement hyper agressive était quelque chose soit de très couillus soit de très stupide. Dans l'immédiat, il songea que Kate se situait à l'extrême centre entre ces deux propositions. Elle avait peur de lui mais à la manière dont elle lui parlait, elle semblait l'attaquer. Kate aussi avait changée, dans sa logique des situations en tout cas.

-Ecoute… Je ne peux pas imaginer ce qu’on ressent en perdant trois collègues de travail, on a tous des manières différentes de vivre son deuil et à l’évidence tu prends cette affaire très à cœur. Mais c’est sans aucuns doutes l’enquête la plus complexe de nos carrières respectives et on arrivera à rien si tu es incapable de te contrôler. Tu sais que je suis là si tu as besoin de parler…


Jack accueillit à plaisir le changement de ton qu'employait la jeune journaliste. Elle s'était radoucit et semblait essayer de rassurer Jack. Néanmoins elle ne semblait pas comprendre qu'il se fichait éperdument des trois grattes papiers qui avaient trouvés la mort. Effectivement ça le désolait qu'ils aient succombé ainsi mais il ne les connaissait pas. Ces hommes étaient simplement des hommes qui étaient morts en faisant leur boulot et méritaient justices, certes, mais Jack n'avait jamais eu d'affinité avec eux. De plus l'enquête la plus importante de la vie de Jack demeurait celle du tueur d'enfant qui sévissait en France depuis l'époque où Jack était dans la police. Eux étaient à plaindre car les parents n'avaient rien pu faire.

Voulant montrer néanmoins qu'il comprenait le discours de Kate, mais aussi pour ne plus avoir à subir des remontrances à outrance, Jack hocha de la tête et posa une main sur l'épaule de Kate en lui disant simplement : "Je le sais, pareil pour toi."


Visiblement légèrement rassurée par la situation, Kate commença à demander des explications à Jack :

-Bon… on reprend calmement. Qu’est-ce qui te fait croire qu’ils se sont enfuis et qu’ils aient abandonné le tueur derrière eux ? On va prendre quelques minutes pour démêler les choses si tu permets, de toute façon s’ils sont partis on ne rentrera jamais à temps pour les rattraper. Et si tu commençais par nous raconter en détail ce qu’il s’est passé quand tu as trouvé Blanche sur ce ferry en partance pour l’Angleterre ?


-Garcin, un commissaire français, m'a contacté au sujet d'une affaire de triple homicide au domicile de Blanche Doll, tu as du en entendre parler. Elle avait appelé pour dire qu'un homme s'était introduit chez elle et l'avait importuné, un certain Arsène Lupin. Elle a appelé la police qui est venu chez elle sans détour, visite de routine en somme mais en repartant, quelqu'un les a tué avec du poison d'après les examens et a prit une des tenues pour rejoindre Blanche et la tuer. Le reste n'est qu'histoire racontée par Blanche. Il s'arrêta pour remettre ses pensées en ordre, L'homme est parvenu à la droguer à l'aide d'une pomme. Il venait de la part de cette Catherine et a tenté de la faire taire pour toujours. Lupin est intervenue et est parvenu à maîtriser le suspect avant qu'ils ne s'enfuient. L'appartement était clean mais dans la ruelle j'ai trouvé des traces de sang. J'ai remonté jusqu'au bus qu'ils ont prit jusqu'à la frontière espagnol dans un hôtel. De là, Lupin m'a laissé un message dans lequel, réfléchissant, j'ai déduit qu'il me lançait un défi, les retrouver sur le ferry. On a retrouvé ensuite la trace du signal du pc de Blanche, alors portée disparue. J'ai embarqué sur un ferry et y ai trouvé Blanche en véritable touriste, son complice envolé. Je l'ai mise aux arrêts le temps d'en apprendre plus sur cette histoire mais Lupin m'a tendu un piège dans lequel j'ai sauté à pied joint. Je me suis retrouvé enfermé mais j'ai pu appelé la police française. On m'a envoyé un bateau et deux hommes qui semblaient tout à fait normaux. Il s'agissait de deux assassins ayant pour but de supprimer Blanche mais je suis monté à bord et j'ai empêché la mort de cette dernière en tuant l'un d'entre eux et en ligotant l'autre. Lupin était, quant à lui, monté à bord par je ne sais quel moyen. Il a était blessé dans l'action à l'épaule gauche et il perdait du sang. Jugeant que j'étais un allié, Blanche m'a fait confiance pour que je les emmène chez un médecin. Je les aient laissé chez une connaissance qui devait garder un oeil sur eux. 


Jack tournait comme un lion en cage, ne voulant que rattraper ses fuyards mais, puisque Kate voulait à tout prix prendre connaissance des détails, il décida de les livrer de manière factuelle. Il avait par ailleurs évité de mentionner le fait qu'il soit prisonnier ainsi qu'il s'était porté en héros et sauveur.

-J'ai pu interroger le prisonnier qui m'a dit que Blanche était poursuivi par "sa reine" et qu'elle venait d'une autre planète. Je ne comprenais rien alors je l'ai un peu bousculé mais il n'a rien dit de plus. Au vue de l'intelligence du bonhomme, il ne fait aucun doute que ce Arsène n'est pas un pseudonyme, c'est le véritable Arsène Lupin et, pour le peu que je connais de lui, il est un expert du cambriolage et de l'évasion. Que crois-tu qu'il a fait dans une chambre, attaché que par une main ? Il cherche à protéger Blanche pour je ne sais quel raison et je ne pense pas qu'il se sera encombré du prisonnier pour cela. Il est déjà blessé, ce n'est pas pour se ralentir d'avantage. 


Un point demeurait cependant encore aujourd'hui atrocement sombre : La raison qui les avaient poussés à retraverser toute la France pour se rendre en Angleterre via le ferry. De plus, et malgré la blessure d'Arsène, ils avaient pilotés le navire bien loin du premier point de chute venu. Il se mit alors à songer à une chose complètement folle mais, au vue de tout le reste, plausible :

-Kate, réfléchis une seconde. Ils étaient en fuite après la mort des trois policiers, ils avaient l'Espagne qui leur tendait les bras pour s'y réfugier. Au lieu de cela, ils ont fait demi-tour, remonté toute la France, monté à bord d'un ferry et, à la première occasion venue, on prit le contrôle d'un bateau pour atterrir le long de la côte mais bien plus loin que prévu et, ceci, malgré la blessure relativement grave de notre gentleman. La grande question c'est pourquoi spécialement ici ? Et pourquoi, s'ils se sont barrés, l'ont-ils fait sans l'allié de poids que j'étais ? Trouve moi la réponse, qu'on puisse voir si on pense à la même chose.
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Dim 21 Aoû - 1:53

Si le détective s’était apaisé, Kate doutait qu’elle l’avait vraiment fait réfléchir quant à la démonstration de violence qui venait d’avoir eu lieu. Jack était un homme têtu qui avait l’habitude de n’en faire qu’à sa tête, elle aimait bien ce trait de personnalité chez lui quand il n’agissait pas stupidement… en défonçant son téléphone par exemple. Bref, l’essentiel c’était qu’il se soit calmé. Il lui rappelait une bouteille de soda gazeuse qu’on avait trop secoué et dont on venait de retirer le bouchon : tout sortait d’un coup puis finissait par revenir à la normale. Jusqu’à ce que l’on secoue à nouveau la bouteille. C’était peut-être ça le truc chez Jack : il était toujours sur pression et il suffisait d’un rien pour le faire exploser. En tout cas il accepta de prendre le temps d’expliquer les choses de manière factuelle même s’il semblait le faire à contrecœur, ce qu’il ne s’était pas donné la peine de faire par téléphone. Elle prit soin d’écouter attentivement ce que lui disais Jack, reliant les faits avec les suppositions qu’elle avait faites un peu plus tôt.

-…Le reste n'est qu'histoire racontée par Blanche. L'homme est parvenu à la droguer à l'aide d'une pomme.

Une pomme, sérieusement ? La jeune femme eut un sourire amusé. Elle n’avait fait que supposer un lien possible entre Blanche Doll et Blanche-Neige mais là ça sautait carrément aux yeux.
… elle n’arrivait tout simplement pas à croire qu’elle était en train de chercher un rapport entre une personne de chair et de sang et un personnage de fiction ! S’il n’y avait pas Jace elle n’en serait jamais venue à ce genre de conclusion. Mais même en admettant leur existence, cela ne signifiait pas pour autant qu’elle pouvait l’expliquer. Ces gens-là n’étaient pas censés exister et la fuite supposée du voleur et de la princesse allait retarder l’heure des explications. Ne restait plus qu’à entendre les explications du prisonnier. D’ailleurs, pourquoi Jack ne l’avait pas encore livré aux autorités ?

-...De là, Lupin m'a laissé un message dans lequel, réfléchissant, j'ai déduit qu'il me lançait un défi, les retrouver sur le ferry. On a retrouvé ensuite la trace du signal du pc de Blanche, alors portée disparue.


Ca ressemblait bien au personnage. Arsène était un joueur qui aimait par-dessus tout défier la Sureté, l’équivalent de la police d’aujourd’hui. Si Blanche-Neige était réputée pour sa beauté surnaturelle, Arsène, lui, était connu pour son intelligence hors du commun et sa capacité à se déguiser en tout ce qu’il voulait. Si Jack avait pu remonter jusqu’à lui une première fois c’était certainement à cause de la maladresse de Blanche. Grâce à cela, elle pouvait supposer qu’Arsène n’était pas présent depuis très longtemps dans ce monde, pas assez en tout cas pour maitriser parfaitement les rouages de la surveillance informatique. Jack expliqua ensuite comment il s’était fait avoir par des faux policiers et comment il s’était comporté héroïquement pour maitriser les assaillants et sauver leur peau. Cela dit il y avait tout de même un mort dans l’équation et, si elle se rappelait bien ce que lui avait dit Jack au téléphone, la police n’était pas au courant. Sans compter le fait qu’il y avait bien une taupe dans les forces de l’ordre françaises. Elle était si puissante que ça cette Catherine ? C’était rassurant de savoir que la « méchante belle-mère » s’était à ce point implantée sur Terre.

-…Que crois-tu qu'il a fait dans une chambre, attaché que par une main ? Il cherche à protéger Blanche pour je ne sais quel raison et je ne pense pas qu'il se sera encombré du prisonnie pour cela. Il est déjà blessé, ce n'est pas pour se ralentir d'avantage.

« Tiens, il a arrêté de croire qu’Arsène cherchait à éliminer Blanche ? »

Elle acquiesça. Que pouvait bien gagner Arsène à protéger Blanche ? Il pouvait être poussé par l’appât du gain, après tout Blanche-Neige était de sang royal et pouvait offrir une position sociale très confortable au voleur ainsi qu’une fortune non négligeable. Mais Arsène était aussi un gentleman et un cœur d’artichaut qui tombait amoureux environs une fois par livre à chaque fois qu’il croisait une femme en détresse ou assez intéressante à ses yeux. Quelle était la réelle motivation qui le poussait à agir ? Un élan de curiosité poussa soudain Kate à sa saisir de son ordinateur et à entamer une recherche. Elle avait envie de voir si la beauté de Blanche-Neige était aussi exceptionnelle que ce voulait bien en dire le conte de fées.

-Kate, réfléchis une seconde. Ils étaient en fuite après la mort des trois policiers, ils avaient l'Espagne qui leur tendait les bras pour s'y réfugier. Au lieu de cela, ils ont fait demi-tour, remonté toute la France, monté à bord d'un ferry et, à la première occasion venue, on prit le contrôle d'un bateau pour atterrir le long de la côte mais bien plus loin que prévu et, ceci, malgré la blessure relativement grave de notre gentleman. La grande question c'est pourquoi spécialement ici ? Et pourquoi, s'ils se sont barrés, l'ont-ils fait sans l'allié de poids que j'étais ? Trouve-moi la réponse, qu'on puisse voir si on pense à la même chose.

Kate leva les yeux de son écran. Oh bien sur elle avait quelques hypothèses sur le sujet.

-Et bien… la police et les assassins savaient qu’ils étaient à bord de ce ferry donc ils ont certainement fait un large détour pour semer leurs poursuivants. S’ils sont partis sans toi c’est qu’ils ne te faisaient pas aussi confiance que tu le pensais. As-tu été brutal avec eux ?

Elle se remit à taper sur son clavier.

-Arsène et Blanche sont coincés sur Terre comme Jace. Pourquoi Blanche aurait elle subit deux tentatives de meurtre consécutives si elle avait pu se téléporter comme bon lui semblait ? Jace est un planeswalker mais les histoires d’Arsène et de Blanche-Neige n’ont rien à voir avec ça, d’ailleurs ils ne sont pas censés avoir de pouvoir ni l’un ni l’autre… enfin, si on s’en tient au conte de Blanche-Neige et aux romans policiers d’Arsène Lupin. Donc ils ont dû utiliser un autre moyen pour venir sur Terre.

La jeune femme s’arrêta de parler un instant pour lire quelque chose sur son écran, puis se remit à taper

quelque chose. Elle leva ensuite les yeux vers Jack.

-Sachant qu’ils ne viennent pas du même monde et qu’ils ne se connaissaient pas avant, on peut logiquement penser qu’Arsène a des relations avec quelqu’un du monde de Blanche ou connait quelqu’un qui en a. Il est fort probable qu’Arsène ait décidé d’entrainer Blanche en Angleterre pour rejoindre cette personne ou parce qu’il y a un accès vers son monde ou celui de Blanche ici. Moi je penche pour l’allié. Arsène est tombé du ciel au moment où l’assassin a frappé, ça ne peut pas être un hasard. En tout cas je sais de source sure que Blanche était sur Terre le 3 juin (elle fit basculer une photo de Blanche Doll issu d’un photoshooting sur le mur à la place du planisphère), elle a bossé comme mannequin pour une grande marque de vêtements françaises à Paris et…


Elle marqua une pause et fit une grimace devant son écran en découvrant la photo d’Aidoneus Klymenos et de Blanche prise pendant la soirée post-défilé. Naturellement, elle reconnut l’homme qu’elle avait rencontré par hasard en Grèce, « Athanasios Kronopoulos » soit disant !

-L’enfoiré !

Il l’avait bien mené en bateau le con ! Elle avait donc rencontré le PDG des banques Utopia à Olympie, rien que ça… et d’après l’article de presse il était plutôt proche de Blanche.

-… mh… d’après un journal people Blanche à des liens avec Aidoneus Klymenos qui est juste… et bien, le milliardaire et PDG des banques Utopia. On en revient toujours à la même entreprise on dirait.

Elle fit basculer l’article people au titre très subjectif : « la liaison secrète entre Aidoneus Klymenos et une jeune top-modèle » sur l'écran.

-Tu le savais ça ? Demanda t-elle à Jack. Elle n’avait pas fait de très longues recherches avant de tomber dessus, à la base elle voulait juste trouver une photo de la fille pour satisfaire sa curiosité. C’est peut-être lui le bienfaiteur secret de Blanche qui a envoyé Arsène. En tout cas… Blanche correspond parfaitement à la description de Blanche-Neige : pâle, joues rouges, vraiment très belle… Ce visage vous est familier Jace ? Bon et sinon c’était quoi ta théorie Jack ?
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mar 23 Aoû - 0:35

Assis sur le canapé de Kate, Jace ne disait rien mais écoutait attentivement, une qualité fort utile qui n'était pas donnée à tout le monde, tandis que les deux autres se parlaient debout face à face. Une chose en particulier retint l'attention du mage, et pas en bien.

Si Arsène et Blanche n'avaient rien à voir des Planeswalkers, et n'étaient même pas des mages, alors ils ne pourraient absolument pas aider Jace et il ne servirait à rien pour lui d'aller les retrouver. Mais le problème était que cela ne collait pas avec le reste. S'ils n'avaient pas l'étincelle de Planeswalker, alors il leur aurait été impossible d'arriver sur Terre depuis leur monde respectif. Jace étant lui-même privé de ses pouvoirs en ce monde, il n'était pas choqué qu'un autre mage y apparaisse comme tout à fait dénué de facultés, à plus forte raison si ces mages ne disposaient pas, comme Jace, d'un talent inné ne nécessitant aucun mana. Et alors, il devenait fort probable qu'ils soient effectivement des Planeswalkers, mais privés de leur facultés comme l'était le mage de l'esprit. Auquel cas, l'aide qu'il espérait obtenir d'eux ne serait pas forcément significative.

Les affirmations des deux autres semblaient donc sans fondement au regard de la froide logique. Cependant, Jace était bien conscient qu'il se trompait peut-être, car ce monde violait, par bien des aspects, certains principes qu'il croyais inébranlables, tels que l'absence totale de mana, en premier lieu, ou la perte quasi totale de ses facultés télépathiques.

Mais en revanche... comment expliquer alors que les histoires à leur sujet, telles qu'elles étaient arrivées de leurs mondes vers celui-ci, à l'instar de celle de Jace, ne semblaient selon Kate leur prêter aucune faculté magique ou voyage à travers les plans ? il ne connaissait rien d'eux, de leurs histoires ou de leurs mondes, mais s'il y étaient là-bas aussi dénués de pouvoir, alors comment auraient-ils pu arriver jusqu'ici ?

Sans parler du décalage temporel. Tout ceci devenait de plus en plus compliqué, et dérangeant. Alors que la conversation dérivait sur quelque chose de plus mondain, Jace s'enferma dans sa réflexion.

Quelque soit le fin mot de cet imbroglio, un fait demeurait : ils venaient, peu importait comment, d'un autre monde. C'était déjà en soit un indice important et une première piste d'investigation. Et pour les retrouver, les deux limiers en sa compagnie étaient manifestement ses meilleurs atouts. Il ferait mieux de ne pas les lâcher jusqu'à plus ample informé. A plus forte raison Kate, qui ne lui était pas hostile et représentait donc un allié de poids dans un monde inconnu rejetant les étrangers et où il était démuni.

Tiré de sa réflexion par la question de la journaliste, il jeta un coup d'oeil à la photo qu'elle lui montrait.

- Non, rien du tout, répondit-il laconiquement.

Puis, il reporta son attention sur la suite de la conversation pour ne pas manquer d’éléments possiblement importants.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Jeu 25 Aoû - 23:11

La question de Kate piqua au vif l'ego de Jack. Non mais pour qui le prenait-elle pour oser penser qu'il pouvait se montrer brutal sans aucune raison apparente. Bon certes il avait un peu poussé Blanche pour récolter quelques aveux mais rien de plus, rien en comparaison de ce qui pouvait bien attendre Lupin au détour d'un chemin s'il tombait à nouveau sur Jack. Il préféra donc ne pas répondre à cette question, ne faisant que gonfler sa poitrine en signe de mécontentement en joignant cela d'une grimace.

La suite vue Kate exposer sa théorie sur le détour qu'avaient effectués Blanche et Arsène à travers toute la France et désormais l'Angleterre. Jack l'écouta attentivement, son mécontentement se transformant peu à peu en un sourire de satisfaction. C'était bien la Kate qu'il connaissait depuis tant de temps. Au vue de ce qu'elle lui disait, Kate était sur la même longueur d'onde que Jack, la possibilité d'un bienfaiteur caché, d'un moyen de regagner son monde depuis l'Angleterre mais elle ne sembla pas évoquer le fait qu'Arsène traînait la jeune femme dans un traquenard. Cette proposition avait pourtant tout pour être censée puisqu'elle semblait le suivre sans discuter et lui accorder une grande confiance. Etait-il le seul à penser que le hasard faisait tout de même extrêmement bien les choses en faisant intervenir un homme, d'un autre monde et pas n'importe lequel qui plus est, pour sauver une princesse d'un autre monde là aussi d'une attaque immédiate et, le tout, orchestrait par un dirigeant d'un autre monde impliquait dans les hautes sphères de celui-ci. Non c'était beaucoup trop gros pour être vrai, au moins Kate était-elle d'accord sur ce point avec lui. Jack se jura de le prouver la culpabilité de Lupin, peut-être pouvait-il même le livrer aux autorités de son propre monde et récupérer la récompense...


Soudain, Kate sembla s'emporter, proférant une injure qui résonna dans la pièce et dans les oreilles de Jack. Il ne connaissait pas à la petite dame un langage aussi édulcoré. Il n'eut pas le droit à l'explication de cette profération néanmoins, Kate afficha une page d'un magazine people traitant de la relation entre un milliardaire du groupe Utopia et la jeune Blanche. L"article était assez explicite sur la relation qu'entretiendrais la belle avec lui. Jack n'était pas très ragots people, raison pour laquelle il était passé totalement à côté de ceci jusqu'à maintenant. Il s'approcha pour regarder attentivement la page en répondant par un hochement négatif à la question sur la connaissance de l'article.

Ce "Aidoneus" pouvait effectivement, comme le soulevait Kate, être le bienfaiteur de Blanche, celui ayant envoyé Arsène cependant il était important de réfléchir à ses motivations : D'après la relation que semblait entretenir Arsène et Blanche, raison de l'énervement de Blanche, les deux semblaient très proches. Cette relation tenait plus de l'ange gardien que du simple garde du corps. Arsène pouvait très bien jouer la comédie, certes, mais il pouvait tout autant agir de son propre chef. Tellement de possibilité différentes s'ouvraient dans son esprit, tellement qu'il en eu le vertige. Toujours était-il qu'Utopia se retrouvait encore une fois en haut de l'affiche. Après tout, une question semblait logique :

-Et si ce mec là... Aidoneus... S'il était lui aussi un visiteur d'un autre monde ? Si toutes les personnes les plus influentes n'étaient autres que des... Personnages, et pas forcément les héros de l'histoire ? Si c'est le cas, alors on toucherait du doigts un bon gros complot. Le problème c'est que ça va se transformer en chasse aux sorcières dans laquelle on pourra avoir confiance que l'un dans l'autre Kate. Je sais, ou plutôt je crois savoir, que t'es de mon monde et j'ai confiance en ta parole.  Ma théorie était sensiblement la même que la tienne mais j'ai encore beaucoup de doutes au sujet de ce Arsène. Qui sait s'il n'est pas du côté obscur de la force ? 


Il se souvenait d'un jeu auquel il jouait étant enfant : Le jeu du Loup Garou. Le but était simple : Découvrir l'identité des autres avant de se faire bouffer par les autres loups ou bien tuer les villageois en étant un loup-garou. Ici il était clair qu'il n'était rien d'autre qu'un villageois, de même que Kate tandis que les... Personnages, comment pouvait-on les nommer autrement ?.... Etaient les loups-garous gonflés de pouvoirs pouvant s'en prendre aux simples citoyens. Il se souvenait avoir été assez doué à ce jeu, à tel point que les autres en venaient à le tuer quasi-immédiatement ou, au contraire, lui accorder une confiance aveugle pour le meilleur comme le pire. 

Sur cette pensée, Jack se tourna vers Jace qui continuait à les écouter attentivement. Si cette... carte... était un loup-garou connu, Jack se devait d'obtenir au plus vite le plus d'informations au sujet de ce qu'il savait. Il l'interrogea alors :

-Jace, je ne te demande pas ce que tu es capable de faire dans ton monde, je pourrais à mon avis à peine l'imaginer, mais précisément ici, sur Terre, qu'es-tu capable de faire par rapport à avant, je veux tout savoir. Une chose est sûr : Ton don de télépathie viole une bonne partie des Droits de L'Homme, c'est pourquoi je ne te demanderais de ne plus l'utiliser que dans le cadre de notre enquête. Si tu outre-passe ceci, je me verrai dans l'obligation de te contraindre à ne plus l'utiliser et crois moi que je n'en ai pas envie tant il peut nous être utile. Et attention n'oublie rien, j'ai moi aussi un pouvoir qui s'appelle l'intuition de flic qui détecte les bobards.


Jack tentait de reprendre les choses en main, comme lors de ces parties où il devenait soudainement maire pour mieux maîtriser la partie. Il se resservit un whisky et s'assit de nouveau, dans l'optique d'être pleinement dans l'écoute de ce que pouvait lui apprendre Jace. Il tandis même la bouteille avec le reste du liquide ambré en direction de Jace pour lui en proposer, il paraissait que l'alcool permettait de débrider et ouvrir à toutes les conversations, même les plus gênantes.
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Mar 30 Aoû - 1:41

-Et si ce mec là... Aidoneus... S'il était lui aussi un visiteur d'un autre monde ?

Effectivement, c’était une éventualité. Sans tomber dans la supposition hasardeuse excessive, il semblait qu’il y avait un lien étrange entre la puissante multinationale et les autres mondes. A moins que le cas de Catherine de Lystera ne soit isolé… en tout cas, à la différence de Jace, Aidoneus lui avait parut totalement humain et intégré quand elle l'avait rencontré.


-Si toutes les personnes les plus influentes n'étaient autres que des... Personnages, et pas forcément les héros de l'histoire ? Si c'est le cas, alors on toucherait du doigt un bon gros complot.

Des personnages ? Elle avait un peu de mal à le suivre là. Des personnages secondaires voulait-il peut-être dire ?

-Le problème c'est que ça va se transformer en chasse aux sorcières dans laquelle on pourra avoir confiance que l'un dans l'autre Kate. Je sais, ou plutôt je crois savoir, que t'es de mon monde et j'ai confiance en ta parole.

-Jusqu’à preuve du contraire je ne suis pas une martienne oui.

De là à imaginer que le monde entier était corrompu par des personnages de fictions envahisseurs… enfin, il n’avait pas tort dans le fond, n’importe qui pouvait venir d’ailleurs. Cela dit, ce n’était pas très correct de parler de confiance mutuelle en éjectant délibérément Jace de la conversation. Mais bon… Jack disait peut-être tout haut ce qu’il pensait en partant de l’idée que le planeswalker pouvait, de toute façon lire dans son esprit.

-Ma théorie était sensiblement la même que la tienne mais j'ai encore beaucoup de doutes au sujet de ce Arsène. Qui sait s'il n'est pas du côté obscur de la force ? 

-Techniquement on ne sait pas s’il y a un côté obscur de la force. On ne sait même pas si les personnages « fictifs »  sont vraiment semblables à ceux de nos histoires ni s’ils suivent la même logique psychologique.

Peut-être que la méchante belle-mère de Blanche-Neige n’était pas si méchante que ça… peut-être qu’Arsène Lupin n’était pas le gentleman dépeint par Maurice Leblanc… la vrai question qu’il fallait se poser c’était comment et pourquoi tous ces gens étrangers venaient sur Terre. Jace leur avait-il dit la vérité en prétendant être arrivé ici par accident ?

-Jace, je ne te demande pas ce que tu es capable de faire dans ton monde, je pourrais à mon avis à peine l'imaginer, mais précisément ici, sur Terre, qu'es-tu capable de faire par rapport à avant, je veux tout savoir. Une chose est sure : Ton don de télépathie viole une bonne partie des Droits de L'Homme, c'est pourquoi je ne te demanderais de ne plus l'utiliser que dans le cadre de notre enquête. Si tu outrepasse ceci, je me verrai dans l'obligation de te contraindre à ne plus l'utiliser et crois moi que je n'en ai pas envie tant il peut nous être utile. Et attention n'oublie rien, j'ai moi aussi un pouvoir qui s'appelle l'intuition de flic qui détecte les bobards.

Kate se retint de rire et se mordit la lèvre pour éviter de se faire remarquer. Jack venait-il de menacer une « créature fantastique » en exigeant d’elle qu’elle se plie à ses quatre volontés en utilisant ses pouvoirs uniquement quand il le voudrait bien ? Entendre le détective évoquer la loi alors que lui-même ne la respectait que quand cela l’arrangeait était certainement le plus risible. « Les droits de l’homme », sérieusement… c’était grotesque et risqué. Ils ne connaissaient pas assez Jace pour savoir si une telle attitude pouvait le soumettre. Dans le cas contraire, le planeswalker risquait de se braquer et tenter de leur fausser compagnie ou pire… qui sait ce qu’il était capable de faire avec ses pouvoirs ? Sans compter que Jace était, visiblement, une personne importante dans son monde. Il était le premier représentant extra-terrestre qu’elle rencontrait et Jack était en train de le traiter comme… et bien comme les autres humains lambda, avec brusquerie comme il savait si bien le faire. Entre ça et son attitude agressive un peu plus tôt, elle se doutait que Jace devait avoir une piètre opinion de lui. Cela dit, Jack n’avait pas tort en lui demandant de ne plus utiliser ses pouvoirs sur eux sans autorisations, elle lui avait formulé la même demande un peu plus tôt – d’une manière un peu plus douce certes.
La jeune femme se contenta de lever les yeux au ciel et entreprit de ranger son matériel dans un sac de voyage en prévision de leur départ imminent tout en prêtant une oreille attentive à l’échange entre les deux hommes. Il y avait déjà un sac contenant des vêtements de rechange et quelques produits d’hygiène dans sa voiture. Vu le métier qu’elle exerçait, elle était plutôt prévoyante ; il lui était déjà arrivé de prolonger ses voyages de plusieurs jours à l’improviste selon les besoins du moment. Ne sachant pas combien de temps elle partait cette fois non plus, elle préféra emporter un certain nombre d’outils lui permettant de mener ses recherches n’importe où.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mer 31 Aoû - 14:54

Le détective parla comme si Jace n'existait plus, ou comme s'il le considérait comme une créature inférieure, incapable de comprendre ce que les gens disaient tant qu'ils ne s'adressaient pas directement à lui. Ce qui laissa le mage très partagé. C'était une attitude très vexante pour quiconque, mais d'un autre côté, les gens se mettaient à révéler une quantité étonnante d'informations cruciales lorsqu'ils croyaient pouvoir parler en toute liberté.

Puis, soudainement, Jack s'adressa au mage, pour lui demander, ou plutôt l'interroger, sur l'étendue de ses capacités et... l'intimer de ne plus les utiliser, sauf au bon vouloir du détective.

Jace vit son opinion sur cet homme renforcée : ce personnage lui déplaisait souverainement. Tout en muscles et en passion, et rien d'autre dans la caboche qu'un ego sur-dimensionné. Ce qui n'était pas peu dire de la part d'un Planeswalker, car ceux-ci, de par leurs grand pouvoirs, étaient facilement sujets à la mégalomanie. Il n'y avait qu'à voir le cas de Tezzeret, qui pensait pouvoir jouer jeu égale avec un dragon-planeswalker de plus de 25 millénaires, ou celui de Liliana, qui avait pour ambition de vaincre la mort elle-même.

Mais pour qui le prenait-il ? Jace n'était pas un petit chien perdu qu'il pourrait apprivoiser pour utiliser le flair à l'envie. Et puis c'était cette histoire de droits de l'Homme ? Le nom était plutôt explicite, mais si c'était quelque chose de si sacré, il ne lui demanderait pas de les bafouer jusque quand ça l'arrangerait. C'était un exemple typique de bi-standard : "faites ce que je dis, pas ce que je fais". Une contradiction bien pratique dont beaucoup de personnes à la moralité quelque peu élastique n'avaient même pas conscience.

Pourtant, dans la situation présente, il était bel et bien perdu, et ne disposait d'aucun moyen pour s'opposer à cette montagne de muscles et de hargne latente, et s'ils en venaient à un rapport de force, alors le mage serait forcément dominé. C'était extrêmement déplaisant de se retrouver à la merci d'une personne intellectuellement limitée. Non pas que Jack soit un imbécile, mais sa propension à l'emportement l'empêchait fatalement de réfléchir correctement et rendait son cerveau inefficient. Et pour ne rien arranger, la contrepartie à ce désagrément, à savoir les deux autres personnes venues d'autres mondes, étaient à présent hors de portée, ce qui rendait inutile cet encombrant compagnon.

Mais Jace était impuissant, il venait de constater de visu qu'il valait mieux éviter de mettre Jack en colère. Il prit donc le parti de montrer patte blanche en attendant la première occasion de se débarrasser et cette ennuyeuse escorte.

- Ce dont je suis capable ici, vous en avez déjà constaté toute l'étendue. Je peux juste écouter les pensées de surfaces des gens autour de moi, et une seule personne à la fois.

C'était pénible à dire, mais il ne pouvait concrètement rien "faire". Il n'avait aucun levier sur les esprits qu'il écoutait, aucun moyen de les influencer, aucune action réelle qu'il puisse entreprendre. La seule petite capacité qu'il lui restait était passive.

- Il se peut qu'en me concentrant suffisamment, je sois capable d'examiner les pensées plus profondes, peut-être même des souvenirs récents, mais cela serait dans garantie de résultat, et pourrait causer des dommages à l'esprit que j'examine comme au mien propre.

Au vu des propos de Jack, il avait très bien fait de ne jamais mentionner la véritable étendue de ses capacités. L'expérience lui avait appris que les mages de l'esprit étaient souvent mal vus, même sur les plans où ils étaient un peu plus courants qu'ailleurs, alors dans un monde où la magie elle-même était une fantasmagorie... Il préférait ne pas en faire l'expérience.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Mer 31 Aoû - 23:52

Le peu de choses que put lui dire Jace n'aida pas spécialement Jack à voir le grand sorcier, mage, qu'avait dépeint son interlocuteur un peu plus tôt. Ce fut très difficile soudainement de croire qu'il avait bien, en face de lui, un homme... Une entité disons plutôt... Capable de combattre un titan. Cet homme venait de déclarer pouvoir seulement lire dans l'esprit des personnes, encore que ce n'était qu'une à la fois, sinon cela pouvait devenir dangereux pour lui et sa cible. Tu parle d'un pouvoir de merde...

Néanmoins cela lui permit de mettre le doigts sur une chose qu'il se pria de faire part à la totalité des gens qui se trouvaient dans la pièce. Réfléchissant, et tournant sept fois sa langue dans sa bouche afin de bien penser à ce qu'il allait dire, Jack inspira et se lança :

-Si effectivement tu ne mens pas, ce que je ne pense pas rassure toi, ça voudrait dire que plus une personne a de pouvoirs SURnaturel dans l'autre monde et moins il sera puissant ici. Cependant, des personnes comme Arsène qui ne doivent leur célébrité et popularité qu'à leur compétence disons moins magique conservent, lors de leur passage sur notre Terre, ces compétences qui leurs sont plutôt utiles. En gros les personnes les plus fortes deviennent soudain les plus faibles car privée de leur pouvoir... Désolé pour toi Jace, ça doit te faire bizarre d'être littéralement vulnérable ici.


Non, Jack ne pensait pas à mal en disant cela, il n'avait fait que relever une chose qui lui était simplement venu à l'esprit. Toutefois, on aurait largement put prendre ce qu'il venait de dire assez mal, presque comme une menace. Regardant son auditoire, Jack frappa dans ses mains pour "motiver les troupes à lever le camp" et les interpella :

-Allez, tirons nous d'ici. Après tout si j'ai tort Arsène et Blanche sont toujours chez Dean et toi Jace tu pourras peut-être en apprendre plus sur un moyen de repartir. Dans le cas inverse... On avisera une fois sur place.


Jack venait de prendre le contrôle de la situation, imposant aux autres sa vision des choses et de ce qu'il convenait de faire à ce moment. Cette façon de fonctionner avait déjà beaucoup fait grincer des dents lorsque Jack était encore dans la police, chose qui faisait qu'il changeait fréquemment de partenaire, pourtant Jack ne s'était jamais départit de cette habitude. 

Alors qu'il était sur le départ, Kate arrêta Jack pour lui demander l'adresse exacte du contact. Elle voulait, en effet, prendre sa voiture afin d'aviser et se déplacer plus facilement en fonction de ce qui se déroulerait par la suite. Jack n'y vit aucun inconvénient et la lui donna. Elle nota cependant que Kate s'éloignait ainsi de lui. Perdait-elle la confiance qu'elle avait mise en lui ? Quel culot ! Elle l'appelait puis elle décidait de l'éjecter doucement, non sans lui soutirer des informations ? Il garda ces pensées pour lui, se demandant s'il ne devenait pas parano. Il lui donna finalement l'adresse sans rouspéter.

Enfin, Kate pria Jack de prendre un téléphone ayant appartenu au frère de cette dernière. En effet cela pouvait servir au cas où la gente dame ne trouverait pas l'endroit. Comptait-elle aussi prendre par une autre route ? En théorie elle n'aurait qu'à suivre Jack. Enfin bon, il ne chercha pas de logique dans un cerveau féminin et décida de l'accepter sans protester. Avant de le lâcher, elle spécifia l'état intact dans lequel elle voulait le retrouver à la fin de la journée... Pour qui le prenait elle ?! Lassé, Jack lâcha un :

-Promis Q, vous récupérerez vos gadgets en état. Toutefois on est jamais à l'abri en mission.


Kate comprendrait-elle la référence ? Elle était si jeune... Il considéra que oui et ne s'attarda pas une minute de plus. Sans attendre plus que cela, il alla se mettre au volant de la belle voiture que lui avait prêté, avec beaucoup de gentillesse, ce cher Dean et serra le volant comme s'il symbolisait la situation qui lui échappait. C'était sans doute la première fois qu'il se sentait vieux. En quelques heures, il avait due courir à la poursuite d'un couple de tueur dont l'une d'entre eux s'est retrouvée innocenté, faillit se faire tuer, sauver un homme d'une balle, avait tabassé un homme à mort, s'était retrouvé dans un complot de grande envergure et finalement due admettre que les "personnages" pouvaient exister. Cela faisait beaucoup en si peu de temps et pourtant, quelque chose lui soufflait que ce n'était pas fini.

Il mit le contact et le bruit de l'engin le ramena sur terre. Très bonne voiture. Il démarra, sans plus de regard vers les deux autres qui prenait l'autre voiture et pris la route direction chez son contact. En chemin, il eut le temps de réfléchir à autre chose : L'enquête de Kate. En effet si celle-ci l'oubliait pour cause d'importun d'un autre monde, Jack ne l'oubliait pas. Si sa mort état liée à un réseau de drogue, et si celui-ci avait réellement fait des recherches sur ce réseau, des choses se trouvaient peut-être dans la pièce à conviction que venait de lui donner Kate. Ayant pris un peu d'avance, Jack roulait un peu vite, il chercha une boutique de téléphone dans laquelle il acheta le même modèle que celui du frère de Kate. Ainsi il pourrait peut-être enquêter sans souci.

Après avoir reprit la route, il ne lui fallut que peu de temps pour atteindre la destination voulut. S'étant séparé de Kate pendant un temps, il arriva quasiment en même temps qu'eux, Jack les précédents légèrement. Garant la voiture à proximité, il découvrit un Dean couché à terre, paralysé. Ces pensées s'élevèrent à voix haute soudainement :

-L'enfoiré, il avait le Zat ! Il s'approcha de Dean et tenta de le pousser du pied tout en l'interpellant. Oh ça va ? Tu m'entend ? Tu peux te lever ?


Jack poussait passer pour quelqu'un d'inhumain mais Dean ayant été percuté par un rayon chargé d'électricité, ou en tout cas d'énergie, il n'avait aucun envie de ne pas pouvoir être protégé par le caoutchouc de ses chaussures pour le toucher. Au vue du manque de réponse de Dean, il considéra qu'il était HS pour un certain temps. Il se retourna vers Jace et demanda :

-Tu crois que tu pourrais scanner ses pensées pour savoir ce qui s'est produit et si il a des indices de la prochaine destination d'Arsène ?


Il ne savait pas si Jace en serait capable, ça serait aussi une façon de, possiblement, découvrir, plus précisément, une utilité à ses pouvoirs. Il n'attendit pas sa réponse ni qu'il s'exécute et entra par la porte entre-ouverte. La maison était silencieuse à l'exception de râles venus de la pièce du haut. N'ayant pas d'arme, il se saisit d'une lampe traînant dans un coin et monta les marches silencieusement, enfin autant qu'on pouvait le faire quand on était lui et poussa la porte de la pièce dans laquelle devait être Arsène. Elle était enfoncée et ne résista aucunement, révélant des gardes sous le choc dont deux qui étaient déjà debout, peinant. C'était eux qui râlaient. Sans surprise, le gentleman avait disparu. Il lâcha son arme de fortune et s'en alla vers l'autre chambre où il avait laissé le prisonnier, dans l'espoir que celui-ci n'ai pas bougé pendant son absence, bien qu'il s'en doutait déjà sérieusement. 

Jack le découvrit toujours dans son coin, faisant peine à voir attaché à son radiateur... Si seulement Jack était doué d'empathie ça se saurait. Il s'approcha, véritable fléau du prisonnier, et s'adressa à lui en lui relevant la tête pour qu'il le regarda dans les yeux. Il lui parla toujours en allemand, par habitude avec lui probablement :

-On se retrouve mon bonhomme... Et j'ai l'impression que ta cible s'est tirée. Faisons un marché. Je sais déjà qu'il existe un autre monde, j'en ai des preuves. Déballe ton sac et tu pourras rentrer chez toi pour l'instant. Le menu fretin ça m'intéresse pas, je recherche les gros poissons comme les commanditaires d'assassinats. Comment on voyage de monde en monde ? Pourquoi et comment vous êtes venus et surtout, bon dieu, mais qu'est-ce que vous voulez à notre monde pour l'envahir comme ça ? Jack le regarda et s'empressa d'ajouter. Au fait, un conseil d'ami, ne nous ment pas. J'ai un instinct qui est très bon pour découvrir les mensonges et je serai très déçu si tu mens. Tu n'as pas envie que je le sois d'accord ?


C'était maintenant à Jace de trouver ce qu'il cherchait, il lui laissait désormais le champ libre pour inspecter le prisonnier, voir même tester l'étendu de ses pouvoirs sur lui s'il le voulait, Jack s'en fichait. Il voulut tout du moins signifier à Jace qu'il l'autorisait à se servir de ses pouvoirs, c'est pourquoi il lui fit un hochement de tête et lui lança un :

-Il est à toi Jace, on t'autorise à utiliser ton pouvoir ici. De toute façon cette baraque et ses occupants mérite déjà la prison alors ce qui est fait ici restera ici.
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Jeu 1 Sep - 4:20

-Si effectivement tu ne mens pas, ce que je ne pense pas rassure toi, ça voudrait dire que plus une personne a de pouvoirs SURnaturel dans l'autre monde et moins il sera puissant ici. Cependant, des personnes comme Arsène qui ne doivent leur célébrité et popularité qu'à leur compétence disons moins magique conservent, lors de leur passage sur notre Terre, ces compétences qui leurs sont plutôt utiles. En gros les personnes les plus fortes deviennent soudain les plus faibles car privée de leur pouvoir... Désolé pour toi Jace, ça doit te faire bizarre d'être littéralement vulnérable ici.

Jace venait d’énumérer ses capacités ce qui semblait être à dix mille lieux de ce qu’il pouvait faire dans son monde d’origine. Elle admira son self contrôle mais nota qu’il n’avait pas répondu quant au fait d’utiliser ses pouvoirs quand il le voulait ou non…
La théorie énoncée par Jack était tout à fait intéressante et plausible mais manquait d’études de cas pour comparer. Actuellement il était impossible de savoir si la baisse de puissance de Jace était un cas isolé ou non. Et puis… était-ce une pointe de sollicitude qu’elle crut entendre dans cette dernière phrase ? Comment quoi tout pouvait arriver ! Bien que modérément, Jack faisait parfois preuve de sentimentalisme. Un bon point pour lui. Elle s’arrêta un instant dans son rangement et regarda l’ancien flic avec un brin de surprise avant qu’il ne tape dans ses mains.

-Allez, tirons nous d'ici. Après tout si j'ai tort Arsène et Blanche sont toujours chez Dean et toi Jace tu pourras peut-être en apprendre plus sur un moyen de repartir. Dans le cas inverse... On avisera une fois sur place.

En voilà une chose censée, heureusement qu’elle n’y avait pas pensé avant ! Avec un léger sourire, elle finit de boucler son sac et le jeta sur son épaule. Tant pis pour le repas qu’elle avait préparé, ils s’achèteraient des sandwichs sur la route.

-Donne-moi l’adresse, je vais prendre ma voiture. On gagnera du temps si on a besoin de se séparer à un moment ou un autre.

Avant de partir, elle ouvrit un tiroir et en extirpa un téléphone qu’elle tandis à Jack avec son chargeur.

-C’est le téléphone de mon frère, prend le. On sait jamais si on se perd sur la route. Je le récupère ce soir et en un seul morceau, ok ? Insista-t-elle.

-Promis Q, vous récupérerez vos gadgets en état. Toutefois on est jamais à l'abri en mission.

Kate leva un sourcil interrogateur et ne répondit pas, ne reconnaissant pas la référence. Au final, tout ce petit monde finit par se mettre en route et deux groupes se composèrent. Elle se doutait que Jace monterait avec elle et c’était en parti pour cela qu’elle avait décidé de prendre sa voiture, pour lui parler en apparté. La seconde raison c’est qu’elle savait à quelle vitesse roulait Jack... d’ailleurs elle constata rapidement qu’il ne l’avait pas attendu. Elle soupira. Heureusement qu’elle avait un GPS. La voiture s’engagea dans la ville et entreprit de suivre l’itinéraire. Ils en avaient pour plus de deux heures de trajets, sans compter sur les possibles embouteillages.

-Je suis désolée pour l’attitude de Jack, lança Kate à son passager. Il a toujours été très impulsif mais là… c’est peut-être à cause de la fatigue des derniers jours, il a échappé de peu à la mort.

« Et il a commis un meurtre », songea-t-elle. C’était le genre de chose qui pouvait détruire un homme, même un type costaud comme Jack qui semblait tout faire pour cacher sa vulnérabilité.

-Ne prenez pas les menaces de Jack au sérieux, il aime intimider les gens. Je ne sais pas trop ce qu’il cherche à se prouver…  de toute façon vous êtes sous ma protection, je ne le laisserai pas vous nuire. Votre aide nous est précieuse Jace.

Ce serait vrai aussi longtemps que le planeswalker serait dans son camp. Elle le protégerait comme elle le lui avait promis et il faudrait lui passer sur le corps pour l’atteindre. Quoi que l’idée de passer sous le corps de Jack ne la dérangeait pas forcément non plus, ce gars-là était cinglé dans son genre mais il avait un certain charme. Pas pour une relation sérieuse bien sûr, d’une part il était beaucoup trop violent et, d’autres part,  elle fuyait les relations amoureuses pour une bonne raison : son boulot ne lui permettait pas de se poser suffisamment longtemps à un endroit pour construire quelque chose de sérieux avec quelqu’un. La journaliste se dit qu’elle n’avait pas cotoyé d’hommes depuis trop longtemps pour laisser son cerveau digresser sur ce genre de sujet dans un moment pareil et elle espéra que Jace n’était pas en train de lire en elle… ça aurait été gênant. Enfin bon…. les pensées n’étaient pas privées pour rien, elles reflétaient des états d’esprit d’un moment sans forcément être la réelle expression de ce qu’était la personne. En soi, si Jace ne respectait pas son intimité c’était son problème à lui, elle n’avait pas à se sentir mal.

« J’aurai du me faire un thermos de café avant de partir… »

Oh fatigue, joyeuse fatigue… la faute aux insomnies récurrentes qu’elle se tapait depuis un mois. Depuis l’overdose de Mathias. Elle avait mal au crâne et ses yeux la brulaient mais ce n’était certainement pas ce qui allait l’empêcher de conduire. De fait, deux bonnes heures plus tard ils finirent par arriver à l’adresse indiquée. Kate fut étonnée de ne pas trouver la voiture de Jack et se demanda si elle ne s’était pas trompée de domicile mais un véhicule surgit brusquement au détour de la rue et se gara à côté. Comment Jack pouvait-il être derrière alors qu’il était parti devant ? Bizarre… elle sorti de sa voiture et aperçu enfin le corps inconscient près de la porte d’entrée. A l’instar de Jack elle se précipita vers lui.

-L'enfoiré, il avait le Zat ! Il s'approcha de l’individu et tenta de le pousser du pied tout en l'interpellant. Oh ça va ? Tu m’entends ? Tu peux te lever ?

Aucune réponse. Kate s’agenouilla et attrapa le poignet de l’homme pour prendre son pouls. Il battait faiblement mais il battait… ouf ! Elle se pencha et approcha son oreille de la bouche de la victime pour s’assurer qu’il respirait correctement, puis elle tenta un stimuli en lui prenant la main et en lui conseillant de la serrer s’il l’entendait. Pas de réaction.


-Il faut appeler une ambulance Jack.

Mais le détective semblait penser le contraire. A l’évidence il préférait ne pas attirer l’attention sur cette maison… en plus le zat ne tuait pas avec un seul coup…
Soit.

-Tu crois que tu pourrais scanner ses pensées pour savoir ce qui s'est produit et s’il a des indices de la prochaine destination d'Arsène ?

Pour quelqu’un qui avait un « ami » inconscient sous les yeux, Jack ne faisait pas montre de beaucoup d’inquiétude…surtout que Jace lui avait bien dit que lire dans les souvenirs d’une personne pouvait se révéler dangereux pour cette dernière. Il avait raison sur l’importance de comprendre rapidement ce qui s’était passé ici mais il y avait une, voir plusieurs victimes à prendre en charge s’il y avait d’autres gens dans la maison et c’était le plus important actuellement. Mais Jack avait d’autres priorités en tête ; d’ailleurs il n’attendit pas la réponse de Jace et se précipita dans la maison. Elle soupira.

- Jace, pourriez-vous m’aider à porter cet homme à l’intérieur ?

Elle attrapa Dean sous les bras et entreprit de le porter jusqu’au canapé sur lequel elle l’allongea. Porter un homme blessé n’était pas forcément recommandé, mais dans la mesure où ils ne pouvaient pas appeler de médecin elle n’allait tout de même pas le laisser sur le pas de la porte. S’il avait été mis à terre par une décharge électrique comme le pensait Jack, le déplacer ne devrait pas empirer son état. A moins qu’il se soit blessé en tombant, elle espéra que ce ne soit pas le cas. Comment diable Arsène – puisque c’était lui que Jack semblait accuser- avait-il pu entrer en possession du zat ? Elle croyait que Jack maitrisait la situation ! Son premier réflexe aurait dû être de désarmer le voleur ! Mais bon… elle ne voulait pas faire de suppositions hasardeuses. Jack avait peut-être confié l’arme à quelqu’un dans la maison et Arsène pouvait très bien s’en être emparé d’une manière ou d’une autre. Elle se tourna vers Jace.

-Je vais m’occuper de lui, dit elle en désignant Dean. Vous devriez aller rejoindre Jack, votre don nous permettra peut-être de comprendre ce qui est arrivé.

Elle se détourna de lui et entreprit d’installer Dean en position latérale de sécurité puis de fouiller le rez-de-chaussé à la recherche d’une couverture. Elle finit par trouver son bonheur dans une chambre et parti recouvrir le chef de bande pour lui éviter une possible hypothermie liée à un état de choc à son réveil. Estimant qu’elle ne pouvait pas faire grand-chose de plus, la journaliste se dépêcha de monter à la recherche de Jack. Elle eut la surprise de voir une porte défoncé et plusieurs hommes en état de choc mais conscients. Du bruit plus loin attira son attention. Jack avait-il retrouvé son prisonnier ? Il lui sembla percevoir de l’allemand… une langue qu’elle maitrisait fort mal. Songeant que le détective avait surement les choses en mains, elle se rapprocha du groupe d’hommes.

-Est-ce que ça va ?

Son attention se porta alors sur le chevet près du lit et sur le mot qui s’y trouvait accompagné d’un téléphone portable.

-Tiens donc…
***
 
 Orderic Tornas avait entendu le bordel commis par la fuite de la traitresse. Il n’avait pas mis longtemps à comprendre ce qui était en train de se produire, c’était tellement évident… Se savoir menotté à ce foutu… machin ( ?) qui dépassait du mur alors que la femme qu’il avait pour mission d’assassiner s’enfuyait pratiquement sous ses yeux l’emplis d’une rage folle et il tenta de s’extirper à ses liens, d’arracher cette saloperie quitte à y perdre ses mains. S’il réussit effectivement à démonter en parti le radiateur, cela ne suffit guère à l’en libérer et il s’écorcha les poignets qui se mirent à dégouliner de sang. Cela ne faisait qu’ajouter à sa piètre allure générale. Non content de l’avoir dépouillé de ses vêtements pour ne lui laisser que son caleçon, ce ver de terre l’avait roué de coup et déboité deux de ses doigts... à moins qu’ils ne soient brisés ? Orderic poussa un hurlement de frustration. La souffrance irradiait dans chacun de ses membres et tout particulièrement dans ses mains.
Son avenir semblait bien sombre.
Dire qu’il avait été choisi parmi des tas d’orphelins pour avoir l’honneur d’être formé et d’intégrer, à terme, la garde personnelle de sa magnificence la reine Catherine de Lystera ! Elle l’avait sorti de la misère, elle avait donné un sens à sa vie, il s’était entrainé très dur pour être à la hauteur. Son dévouement avait été remarqué par les instructeurs et il avait eu l’honneur d’être initié au secret des mondes, de servir sa majesté plus que n’importe quel autre homme. Il aurait donné sa vie pour avoir la chance de se faire remarquer par elle juste un instant… mais l’escorte de la princesse avait ruiné ses rêves, ils l’avaient enchainé comme un esclave et il ne se faisait pas d’illusion quant au sort qu’on lui réservait…

Orderic s’affaissa contre l’objet qu’il avait endommagé en tentant de s’extraire de ses liens. Il commençait tout juste à se familiariser avec la technologie de ce monde étrange mais il était encore incapable de nommer un tas de choses. Tout était tellement différent ici ! Malgré lui, le jeune homme laissa la peur s’insinuer lentement dans son coeur. Il aurait dû fêter ses dix-huit printemps dans quelques jours… vivrait-il assez longtemps pour passer ce cap ?
Un moment s’écoula et il aurait été bien incapable de savoir combien de temps, puis le tortionnaire déboula dans la chambre. Orderic ne se donna même pas la peine de se redresser. Au point où il en était… mais l’homme lui saisit la tête et le força à le regarder.

-On se retrouve mon bonhomme... Et j'ai l'impression que ta cible s'est tirée. Faisons un marché. Je sais déjà qu'il existe un autre monde, j'en ai des preuves. Déballe ton sac et tu pourras rentrer chez toi pour l'instant. Le menu fretin ça m'intéresse pas, je recherche les gros poissons comme les commanditaires d'assassinats. Comment on voyage de monde en monde ? Pourquoi et comment vous êtes venus et surtout, bon dieu, mais qu'est-ce que vous voulez à notre monde pour l'envahir comme ça ? Au fait, un conseil d'ami, ne nous ment pas. J'ai un instinct qui est très bon pour découvrir les mensonges et je serai très déçu si tu mens. Tu n'as pas envie que je le sois d'accord ?

Orderic regarda le détective lui parler dans son dérivé de langue lysteran avant d’éclater de rire. Quel délice de savoir que la princesse avait également échappé à cet homme ! Il devait tellement enrager… Oh il savait d’avance qu’il allait souffrir à cause de ça, l’homme allait passer ses nerfs sur lui. Il l’avait déjà fait pour le plaisir sur le bateau, qu’est-ce qui l’empêcherait de recommencer ? Mais il ne pouvait s’empêcher de rire de cet être inférieur qui croyait pouvoir lui arracher la vérité et l’obliger à trahir sa reine. La princesse maudite lui avait parlé des autres mondes et était parvenu à lui faire accepter la chose ? A l’évidence le détective avait découvert de nouvelles choses ces dernières heures, il avait revu son jugement… ô stupide, stupide terrien, s’il croyait pouvoir l’obliger à lui faire parler des portails ou même des missions qu’il menait pour le compte de la reine… bien entendu il était loin de tout savoir, il n’était qu’un novice en formation et on ne lui confiait pas les secrets du royaume. Pour autant, il en savait dix fois plus que Jack et il n’avait pas l’intention de lui dire quoi que ce soit. Le rire cessa et il le regarda d’un air moqueur.

-Va au diable, répondit-il en vieux germanique.

-Il est à toi Jace, on t'autorise à utiliser ton pouvoir ici. De toute façon cette baraque et ses occupants mérite déjà la prison alors ce qui est fait ici restera ici.


Un air ahuri puis inquiet se peignirent aussitôt sur le visage d’orderic alors qu’il prenait enfin conscience de la présence de Jace. Son « pouvoir » ?! C’était quoi cette histoire ?! Cet esprit inférieur avait rencontré une autre légende que la princesse et son protecteur de voleur ? Se désintéressant totalement de Jack, Orderic soutint le regard de Jace en tentant de percer à jour les secrets que cachait cet homme. Jamais, non jamais il ne trahirait sa reine ! Si cet homme pouvait vraiment le contraindre par la magie… une vision fugace de lui s’éclatant la tête contre un mur pour briser la capsule de poison dans sa bouche traversa son esprit. Mieux valait se donner la mort que de trahir la confiance de sa reine, au moins il mourrait avec honneur.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Jeu 1 Sep - 15:10

La bon côté fut qu'au moins, le détective sembla se contenter de l'explication que Jace venait de lui fournir. Mais le détective tirait des conclusions qui semblaient un peu hâtives au mage de l'esprit. Même s'il y avait parfaite coïncidence, rien n'indiquait formellement que la perte du pouvoir inné de Jace était liée à sa venue dans ce monde, les deux évènements pouvant avoir une cause commune n'obligeant pas à les mettre en rapport. La seule chose certaine était que son incapacité à lancer des sorts était due à l'absence de mana.

Et... Cet homme venait-il vraiment de mélanger un peu de menace avec un peu de compassion ? Voilà une prouesse bien peu commune, et pour le moins incongrue ! Toujours est-il qu'il donna le signal du départ et que tout le monde suivit. Jace monta dans la voiture de Kate, sans oublier d'emporter sa tenue normale, plus rassuré par la compagnie de la jeune femme calme et réfléchie que par celle du malabar impulsif. Celle-ci en profita d'ailleurs pour s'excuser en lieu et place de son ami de longue date.

- Je peux comprendre qu'on puisse vouloir intimider les gens pour garder un certain contrôle, c'est une technique que j'utilise moi-même assez souvent, mais je trouve qu'il s'y prend d'une bien mauvaise manière. Pour intimider quelqu'un, il faut lui faire la démonstration d'une large supériorité, et paradoxalement, il faut lui faire croire qu'on contrôle totalement la situation et chacun des paramètres qui peuvent la modifier, alors que c'est qu'on cherche à obtenir par cette manœuvre. Jack roule des mécaniques pour bien montrer qu'il est le plus fort, mais comment pourrait-il faire croire à qui que ce soit qu'il a le contrôle de la situation alors qu'il semble incapable de se contrôler lui-même ?

C'était une question rhétorique, bien entendu.

- Même impuissant devant la brute, je crains bien davantage le sage mal intentionné.

La route se déroula à bonne vitesse sous leur véhicule pendant deux heures, puis il finirent par arriver au lieu qu'indiquait le plan sur l'appareil de Kate (une petite merveille de carte interactive, indiquant en temps réel la position de l'utilisateur et l'itinéraire qu'il devait suivre jusqu'à sa destination, estimant même le temps de trajet prévu, et Jace avait passé une bonne partie du trajet à interroger Kate sur son fonctionnement). Il s'agissait d'un hangar de taille modeste.

Rejoints par Jack, ils approchèrent du bâtiment et trouvèrent un homme étendu au sol, ce qui mécontenta le détective. Sans considération, celui-ci asticota l'inconscient du bout de sa chaussure pour constater qu'il était bel et bien dans les vapes. Alors il suggéra au mage de lire ses pensées, puis tourna les talons aussi sec pour entrer dans le bâtiment, sans même laisser au mage de l'esprit le temps d'ouvrir la bouche.

- Je ne peux pas faire ça, dit-il à mi-voix à la porte que venait de franchir le détective.

En effet, pour écouter un esprit, il fallait que celui-ci soit actif. Une personne inconsciente ne générais aucune pensée de surface et il n'y avait donc rien à écouter.

Kate se montra beaucoup plus inquiète du sort de cet inconnu que Jack pour une connaissance de longue date. Cela dit, c'était grâce à ce trait de caractère de la jeune femme que Jace n'était plus seul en pleine forêt et avait maintenant une meilleure idée de sa situation. Il aida la journaliste à transporter l'homme inconscient.

"Je vais m’occuper de lui. Vous devriez aller rejoindre Jack, votre don nous permettra peut-être de comprendre ce qui est arrivé."

D'un certain côté, c'était amusant, et même ironique, de constater à quel point tous deux se reposaient à présent presque entièrement sur ses facultés télépathiques après que Jack ait interdit au mage de s'en servir. Encore une belle contradiction.

- Je vais faire ça, mais d'abord, je me change.

Et sur ces mots, Jace s'isola un peu et se délesta du pantalon et de la chemise qu'il portait pour remettre ses vêtements habituels, y compris la cape à capuche décorée de lignes reflétant celles courant sur sa peau. Il se sentait vraiment mieux dans cette tenue. Lorsqu'il repassa devant kate, il lui adressa un petit sourire entendu.

- Le décorum joue aussi un grand rôle dans l'intimidation, expliqua-t-il en relevant sa capuche sur sa tête.

Puis il monta l'escalier et tâcha de retrouver Jack, déjà au chevet de son prisonnier. Il l'entendit un peu plus loin en train de poser des questions dans une autre langue que celle qu'il utilisait jusqu'à présent et s'arrêta avant de se montrer. Jace eut la double surprise de constater qu'il parvenait à identifier l'usage d'une langue différente, et plus incroyable encore, qu'il la comprenait sans l'avoir jamais apprise ! Encore une étrange énigme allongeant encore la liste des mystères qui s'enchaînaient par wagons depuis son arrivée. Quel était donc ce prodige ? La question était d'autant plus importante pour lui que l'introduction de connaissances touchait à l'esprit. A son esprit.

Mais ce qu'il avait à faire maintenant, si ce n'était pas nécessairement plus important, était toutefois plus urgent. Aussi, lorsque le détective lui signifia que c'était à lui de jouer (grimaçant de consternation en l'entendant révéler son principal atout au prisonnier - ce "flic" n'avait donc aucune jugeote ?), Jace apparu dans l'embrasure de la porte, vêtu de sa tenue à cape bleue habituelle, et embrassa la scène du regard. Le prisonnier était dévêtu, attaché à un objet ancré au mur près du sol, et Jack était penché au dessus de lui.

Le mage approcha d'un pas mesuré, presque lent, bien droit, sa capuche relevée sur sa tête, ses mains gantées disparaissant dans les plis de sa cape. De la pure mise en scène, mais qui pouvait avoir un certain effet sur un esprit faible, dans un monde où cette tenue était considérée comme très inhabituelle. Il se pencha légèrement au dessus du prisonnier, le toisant de toute sa hauteur, et laissa filer quelque seconde de silence dans le but de le rendre pesant. Ce faisant, son esprit s'activait déjà à tracer différents cheminements possibles des questions qu'il allait poser les unes à la suite des autres, en fonctions des informations qu'il en tirerait, dessinant mentalement une sorte d'arbre des possibles.

Et alors, il commença à écouter l'esprit de l'homme au sol tout en choisissant ses mots.

- Vous venez d'un autre monde, n'est-ce pas ? Avez-vous déjà entendu parler de Planeswalker ? Demanda-t-il d'un ton froid dans un allemand parfait (à sa propre surprise).

Game on.

* D’où sort ce type ? *

Ce costume ne lui évoquait strictement rien. Ce n’était pas prévu ! D’abord cet Arsène Lupin puis ensuite ce gars… on lui avait dit que la princesse était démunie et seule... ou presque (elle ne bénéficiait que de l’aide de ce voleur qui était apparu brusquement et dont ils ne savaient rien). Son supérieur avait fait une terrible erreur de jugement.

-Vous venez d'un autre monde, n'est-ce pas ?  Avez-vous déjà entendu parler de Planeswalker ?

Cet homme ne venait pas de Lystera, c'était une évidence vu le langage qu'il employait. A l'instar de Jack il tentait de s'adapter à sa langue sans en maitriser toute la subtilité.

Orderic fronça les sourcils et lança un regard interrogateur à Jace. Plane-quoi ?


L'effet d'intimidation obtenu n'avait rien de mirobolant, mais c'était à prévoir sur un homme envoyé pour tuer quelqu'un, cependant, la surprise que Jace lut dans esprit était plutôt satisfaisante et il pourrait s'en servir à son avantage. En revanche, à voir l'expression sur son visage, nul besoin d'être télépathe pour comprendre que c'était bel et bien ce que le mage redoutait : cet homme venait d'un autre monde mais était pourtant totalement étranger à la notion de Planeswalkers. Ce qui était véritablement dérangeant, car cela remettait en question presque tout ce que Jace savait de sa propre nature.

La deuxième question coulait presque de source, et Jack l'avait d’ailleurs déjà formulée. Jace s'accroupit pour se mettre à la hauteur de l'homme et le regarder en face.

- Comment donc êtes-vous venu dans ce monde ?

* Un grand portail apparu dans son esprit. Une chose circulaire renvoyant une petite lueur blanche… La première fois on le lui avait fait traversé de force car il était bien incapable de le visualiser. Puis ensuite… la chose était apparue tout naturellement, comme s’il avait soudain obtenue une seconde vue.
Orderic se sentit soudain rassuré. Si ce type ne savait pas comment on traversait alors il ne pouvait pas venir de là-bas. Ce costume, cette histoire de pouvoir, c’était forcément une mise en scène du détective pour lui tirer les vers du nez. Ca ne prenait pas.*


-J’ai pris le train, répondit-il sarcastique.

Jace perçut l'image floue d'un portail lumineux que l'homme avait traversé, pas nécessairement de son propre fait. Voilà donc une partie de la clé du mystère, il était arrivé non pas par ses propres moyens mais via une sorte de dispositif magique permettant à quiconque le traversait de voyager entre les mondes.

Si une telle chose existait dans le multivers, nul doute qu'il en aurait déjà entendu parler, tant cela avait de potentiel pour provoquer le chaos. Cela ne pouvait signifier que deux possiblités : soit le bonhomme se fourvoyait complètement et avait été trompé, croyant à une illusion, soit Jace ne se trouvait plus dans le multivers. Les implications de cette dernière hypothèse lui donnèrent le vertige, et il préféra privilégier la première jusqu'à plus ample informé.

Il hochât brièvement la tête, comme s'il acceptait sans broncher la réponse du prisonnier... dans le seul but de le déstabiliser un peu plus. Question suivante.

- Qui a commandité l'assassinat de Blanche ?

La formulation était soigneusement choisie. Ses question devaient avoir l'air de n'avoir aucun rapport entre elles, et surtout, devaient sembler ne pas s'appuyer du tout sur autre chose que ce que le mage lisait dans l'esprit du prisonnier.

* Qui ? C’était son maitre qui était venu lui expliquer la mission, celui que le détective avait tué… Lui-même l’avait certainement reçue d’un autre commanditaire, il n’en savait rien. De toute façon il ne fallait pas être stupide pour savoir qui commandait. La reine bien sûr.
Une vision fugace de sa première rencontre avec sa majesté traversa ses pensées. Il avait été littéralement subjugué par son charisme et sa beauté envoutante. *


Les questions se suivaient sans logiques et c’était déstabilisant. Comme il s’y attendait, ce type, malgré ses airs d’étrangers, ne semblait disposer d’aucun don capable de le contraindre à parler. Il se contenta donc de se taire, s’imaginant déjà les coups que n’allait pas manquer de lui infliger le détective pour cet entêtement. Il se rémora les sévices qu’il lui avait infligé sur le bateau et se crispa malgré lui.

Difficile de ne pas percevoir l'image de la reine, tant elle hantait l'esprit de l'homme attaché. Jace avait maintenant une image très claire d'elle et saurait la reconnaître, bien que ce ne soit pas à lui que cela servirait. Il perçu également la crainte que lui inspirait le détective, et eu un vague aperçu du souvenir des évènements sur un bateau.

Jace en épprouva presque - presque ! - une pointe de pitié pour ce jeune garçon, embrigadé pour une mission qu'il comprenait à peine, pour y perdre son mentor et échouer dans la seule chose qui importait pour lui avant de se faire maltrairer par l'ennemi. Triste destin. Et si les méthodes de Jack ne lui inspiraient que mépris, ne serait-ce que par leur manque de résultat, elle ne le surprenaient pas outre mesure, après ce qu'il avait vu du bonhomme.

- Pour quelle raison quelqu'un voudrait tuer Blanche ? Qui est-elle ?

A nouveau il changea de question sans s’attarder sur l’absence de réponse de la dernière. C’était ça sa manière de gérer un interrogatoire ? Il ne risquait pas d’obtenir beaucoup de résultats ! Il consentit toutefois à répondre cette fois ci ; après tout il avait déjà plus ou moins avoué la vérité au détective.

-La princesse Blanche-Neige Emiliana Valerya Alaïne de Lystera, fille du roi Charles II le Bon, première héritière de la couronne de  Lystera… accusée de haute trahison envers le royaume et sa majesté la reine et condamnée à mort pour ses crimes. Mais elle s’est échappée et s’est réfugiée ici. En l’aidant vous devenez les ennemis du royaume, j'espère que vous en êtes conscient.

- Et quels sont ces crimes ?

Pas de réponse.

Jace imaginait bien l'histoire, plutôt classique au demeurant. Blanche-neige, légitime héritière du défunt roi, accusée de haute trahison à l'encontre de la reine nouvellement couronnée. "Accusée", pas "coupable". Un détail qui pouvait faire une énorme différence. De là à imaginer que lesdits crimes soient imaginaires, il n'y avait qu'un pas. Mais un pas que la prudence enjoignait à ne pas franchir sans plus d'informations.

Il était temps pour une petite diversion, histoire d'ébranler le bonhomme sur ses fondations.

- Le train était-il confortable ?

Jace ne savait pas vraiment ce qu'était un train, mais il pouvait facilement imaginer qu'il devait s'agir d'un véhicule de ce monde, peut-être semblable à la voiture de Kate.

De l'extérieur, Jace donnait l'impression de poser des questions au hasard jusqu'à tomber sur une à laquelle le prisonnier voulait bien répondre. Et c'était précisément le but recherché. En les enchaînant à un rythme rapide et sans logique apparente, il pouvait désamorcer toute tentative d'anticipation de la part du prisonnier et rendre beaucoup plus difficile toute tentative de dissimulation mentale.

Orderic regarda l'homme, complètement décontenancé.

- Le monde d'où vous venez est-il du même niveau technologique que celui-ci ?

Il ne répondit pas. Ces deux mondes étaient tout simplement incomparables, tant culturellement que technologiquement. Ils étaient trop différents. Les terriens disposaient de l'électricité et toute leurs connaissances scientifiques quasi divine... mais les Terres Enchantées avait la magie.

Cela eveillait un vif echo dans l'esprit du mage. La différence entre la Terre et Lystera était semblable à la différence qui distinguait la Terre de la plupart des mondes qu'il avait visité. Il n'était donc pas dans une impasse.

- Combien y a-t-il de personnes de Lystera sur Terre ? Qui sont-ils ?

A nouveau, le soldat se tût. A vrai dire il n’en savait rien. Il en avait rencontré plusieurs sans vraiment se lier à eux. Il n’était pas mis au courant de ce genre de chose, il n’était qu’un élève après tout. Son mentor était mort, cela faisait une personne de moins… Orderic savait que la reine employait un certain nombre de personnes et toutes ne venaient pas de Lystera. Les terriens étaient si corruptibles…
Il soupira. Ce type comptait lui poser des questions toutes la journée et écouter les mouches voler ? Au moins il ne le frappait pas… mais il avait l’impression de perdre son temps.


-La princesse s’enfuit pendant que vous perdez votre temps ici. Vous avez découvert pour qui travaille Lupin ?

Il n'était donc pas le seul envoyé de Lystera sur Terre, et il semblait même que cette reine avait tout un réseau dans ce monde. Imperturbable, Jace ignora totalement la question du prisonnier et continua à poser les siennes.

Naturellement ils ne répondirent pas. Il s’y attendait. L’homme à l’allure bizarre enchaina alors sur une… un milliard de questions.

- Depuis combien de temps êtes-vous sur Terre ?

Une courte pause.
Sa première visite datait de plusieurs mois mais il lui arrivait des faire des aller-retour entre Lystera et la Terre.

- Il vous plait ce monde ?

Nouvelle pause.
Sérieusement, c’était quoi ces questions ?! Où était le piège ? Et puis il ne lui laissait même pas le temps de répondre !

- C'était long pour venir ? Vous avez été secoué ?

Encore une pause.
La traversée d’un portail se faisait en douceur, on ne se rendait même pas compte de changer de monde. C’était extrêmement perturbant les premières fois… après on finissait pas s’y habituer.

- Vous aviez prévu de repartir ensuite ? De rentrer chez vous ?

Cette question lui serra le cœur, c’était sadique de sa part de lui demander ça alors qu’ils savaient tous très bien qu’il ne sortirait pas d’ici vivant.

-Allez-vous faire foutre, répondit-il.

Jace enchaînait les questions les unes après les autres, de plus en plus rapidement, laissant à chaque fois un peu moins de temps au prisonnier pour répondre. Après tout, il pouvait lire en un quart de seconde tout ce qui surgissait instantanément à la surface de son esprit, et tout cela constituait une stratégie bien définie. Il continua à bombarder le prisonnier de question, accélérant toujours le rythme, à tel point qu'à la fin, il n'y avait même plus une seconde entre chacune et le prisonnier n'avait plus le temps d'ouvrir la bouche pour y répondre. Mais les informations continuaient à surgir dans son esprit, car la succession rapide d'éléments disparates forçait l'attention de son cerveau.

C'était l'heure de la moisson.

- Il fait quel temps à Lystera ? Depuis combien de temps le roi est mort ? Il est mort comment ? Quelle est votre couleur préférée ? Où etes-vous logé dans ce monde ? Vous avez déjà goûté du pan-cake ? Cela prend combien de temps pour faire le voyage ?

Il n’avait aucune idée du temps qu’il faisait à Lystera. Ca devait être le début du printemps en ce moment. Une image traversa son esprit, les magnifiques montagnes verdoyantes du royaume… il n’aurait pas cru que son pays lui manquerait tant.

Le roi… des années. Orderic était jeune et il avait encore une famille, la politique ne l’intéressait pas. Aucune idée de la manière dont il était mort.

Rouge sombre, comme les feuilles des arbres des forêts entourant la capitale, lui donnant cette impression d’être embrasée la moitié de l’année. Terreflamme.

Angleterre. Mais il se déplaçait souvent.

Mais ça rimait à quoi toutes ces questions sans queue ni tête ?!!


On y était presque, le terrain était fertile, les graînes semées, il ne restait qu'à arroser pour récolter. Jace continua à bombarder le prisonnier de questions.

- Pourquoi vous êtes déshabillé ? Qui vous attaché ? Vous avez faim ? Où est le portail ? (Il marqua une très courte pause, trop courte pour laisser le prisonnier réagir, mais suffisamment longue pour isoler et lire l'information pertinente dans son esprit).

Nacht Nacht et Nacht !!! Oui il crevait de faim, mais encore plus de soif. Et il souffrait terriblement.

« ASSEZ !!! » Cria t-il dans sa tête. Une image de lieu clos avait toutefois eut le temps de se former dans son esprit. Une sorte de hangar.


- Un verre d'eau peut-être ? Pourquoi ce machin est à moitié détaché du mur ? Cela a du faire mal. Vous n'avez pas froid ? Et la reine, où est-elle ?

Le prisonnier laissa aller sa tête contre le radiateur. Il ne comprenait pas le sens de ces questions.

Ici. L’Angleterre.


- Quand avez-vous dormi pour la dernière fois ? Comment contiez-vous tuer Blanche ? Y a-t-il d'autres portails ?

Image de couteau, torture pour  lui arracher des informations, disparition du corps au zat…

-Y a-t-il d'autres portails ?

Evidemment ! Quel crétin !


- C'est Lupin qui vous a malmené ? Est-ce que Blanche est belle ? Comment est-elle habillée ? Lystera est-elle en paix ? Vous voulez d'autres vêtements ? Il allait vite ce train ? N'importe qui peut franchir le portail ?

Juste assommé.

Incroyablement. Il se remémora vaguement son allure sur le bateau.

« Pas des gens comme toi » Les terriens ne passaient pas les portails. Pas seuls.


- Vous êtes resté attaché ici longtemps ? Comment la princesse s'est-elle enfuie ?

Attaché d’abord sur le bateau puis ici quand ils étaient arrivés la veille…

Cet abruti de sous-détective lui avait laissé le zat, il n’y avait pas d’autres explication.


-LA FERME !!! Hurla-t-il. Arrêtez ça suffit !

Jace esquissa un sourire et se releva. Un sourire de satisfaction. Il avait atteind son objectif. Tout ce tombereau de questions inutiles avait remplis son office : le prisonnier n'avait pas encore remarqué qu'au milieu se trouvaient certaines question utilisant des éléments dont il n'avait jamais parlé et que le mage avait tiré directement de son esprit.

L'interrogatoire n'était pas terminé, le Planeswalker avait encore bien des question sur ces portails, leur origine et leur fonctionnement. Il se doutait qu'il n'obtiendrait pas les réponse de cet homme, mais cela ne coûtait rien de poser la question.

En se relevant, il ressentit toutefois une véritable touche de compassion pour le jeune garçon. Il avait été embrigadé dans un combat qui n'était pas vraiment le siens, comme une victime supplémentaire des jeux du pouvoir arrachée à sa terre natale et aux gens qu'il aimait, non pas par la force mais par une persuasion insidieuse semblable à ce qu'il pouvait obtenir par télépathie. Une victime transformée en bourreau à force de conditionnement et de discours fallacieux matraqués ad nauseam.

Etait-il encore possible de le sauver ? S'il avait ses pouvoirs, il lui servait facile d'effacer cette stupide dévotion à sa reine, voire d'en effacer jusqu'au moindre souvenir, puis de le renvoyer chez lui où, peut-être, quelqu'un serait content de le revoir. Dans le cas contraire, quel autre choix pour Jack et Kate que de le tuer ou le laisser moisir ici pour ne pas l'avoir sur le dos en permanence ? C'était le genre de choix difficiles qui rappelaient les temps de guerre.

A chaque fois qu'il s'était retrouvé dans une situation semblable, le pouvoir de Jace lui avait évité d'avoir à faire ce choix. Il se dit amèrement que Gidéon pourrait peut-être même parvenir à défaire le conditionnement avec quelques phrases bien choisies et son simple charisme, et nul besoin de télépathie pour le guerrier qui avait commandé les forces alliées de Zendikar.

Toujours était-il que des décisions devaient être prises, et il fut quelque peu soulagé que celles-ci ne lui reviennent pas.

- Reposez-vous un peu, dit-il au prisonnier sur le même ton monocorde que toutes les question qui avaient précédé. Vous avez l'air éreinté.

Puis il fit signe à Jack de le suivre, et entreprit de redescendre pour aller trouver Kate et leur livrer les informations qu'il avait obtenu.


Dernière édition par Jace Beleren le Lun 5 Sep - 11:32, édité 1 fois

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Dim 4 Sep - 22:25

Lorsque Jack avait demandé à Jace de se servir de son pouvoir, il n'avait pas vraiment fait attention à lui. Son attention était purement et simplement focalisée sur l'homme attaché qui avait vraisemblablement tenté de s'enfuir sans succès. Pas de bol pour lui finalement. Jack s'écarta pour laisser la place à Jace, tourna son visage dans sa direction et sa première réaction fut de retenir un violent fou-rire en le voyant, songeant simplement que carnaval était encore loin. 

Ce ne fut qu'après une seconde qu'il reprit son sérieux, se remémorant l'incroyable vérité : Cet homme était, d'après les renseignements qu'ils avaient, un homme d'un autre monde alors sa tenue était appropriée... Mais pas pour ici. Toujours était-il que le mage avancé d'un pas calme, presque au ralenti. Essayait-il réellement d'impressionner de cette façon ? Jack garda au plus profond de lui ce genre de pensées, songeant que le mage pourrait très mal le prendre. Au lieu de cela, il regarda la scène en spectateur.

Soudainement, il se revu travaillant en temps que policier et participant à un interrogatoire. Beaucoup de choses y faisaient penser, principalement les questions que posaient Jace. Le souci était qu'il ne laissait même pas le temps à l'homme de répondre et son incrédulité se lisait sur son visage. Il laissa le mage faire, ne voulant pas l'interrompre, mais certaines questions eurent le don de l'exaspérer. Qu'est-ce qu'on en avait à faire de la vitesse ou de l'attrait confortable du train qu'avait prit cet homme ? Surtout si on considérait qu'il mentait surement ! En fait c'était ce qui lui faisait le plus penser à un interrogatoire de la police : Jack était l'incarnation du méchant flic qui fait bien mal et Jace, celui qui caresse l'homme. Jack se dit soudain que si Jace obtenait des résultats avec sa méthodes, c'était tout aussi par crainte d'un nouveau traitement sévère de la part de l'enquêteur.

Ne souhaitant pas spécialement écouter les questions sans queue ni tête de Jace ni le reprendre sur ses méthodes qui semblaient peu efficace, Jack s'éclipsa discrètement afin de ne pas perturber la mission de Jace. Il regagna la porte puis s'en alla dans le couloir. Il trouva alors Kate qui semblait écouter ce qui se disait dans la pièce. Lorsqu'elle le vit, elle lui fit part de sa découverte et lui demanda si le prisonnier ne parlait qu'allemand. Jack la gratifia d'un hochement de tête et lui répondit que c'était ainsi que l'homme s'était adressé pour la première fois à Blanche mais qu'il semblait pouvoir parler d'autres langues comme le français. Puis il se mit à lire la note calligraphiée à voix haute. L'écriture était plutôt belle à première vue et une analyse poussée aurait sans doute put prouver avec évidence qu'il s'agissait de celle d'une certaine princesse en fuite plutôt que celle d'un gentleman. Il massa sa barbe de plusieurs jours en réfléchissant à la meilleure chose à faire vis à vis de ce qu'il pouvait bien lire. Il parla alors à voix basse à la jeune journaliste :

-Si ce qui est écrit est vrai, ça vaut sans doute le coup de sauver cette Ruby. Si cet homme est vraiment le tueur de flic, je dois intervenir et retourner en France. En plus cet assassin vient probablement de l'autre monde lui aussi donc on aura plus de renseignement.


Jack n'avait pas vraiment envie de lâcher la traque d'Arsène et Blanche mais il avait là la seule et unique occasion pour lui de trouver l'assassin et de le livrer. Qui pouvait bien savoir où le tueur serait dans le futur. De plus, même en partant sur l'instant, les chances de l'intercepter était réduite. 
Qui plus est, Jack s'apprêtait à aller attaquer un homme, quoique peut-être plus qu'un homme, qui était parvenu sans mal à tuer trois policiers et blessé Arsène après avoir drogué Blanche. Ca n'allait pas être une mince affaire. 

Jack s'en retourna dans la pièce dans laquelle il avait laissé Jace, bien décidait à mettre fin à l'interrompre afin de lui signifier sa volonté de dissoudre ce trio nouvellement formé pour rejoindre le tueur avant qu'il ne s'échappe et que Ruby ne meurt. Lorsqu'il arriva, il découvrit que l'expression du jeune prisonnier avait changé. Il semblait fatigué. L'interrogatoire de Jace était-il à ce point difficile à supporter pour ceux qui en faisaient les frais ?

Jace adressa encore quelques mots gentils à l'attention du jeune garçon, lui conseillant de se reposer. Jack se demanda soudain ce qu'il pouvait bien faire de cet homme. Le plus sage était de le ramener à Montpellier mais cela ralentirait sa course. Le choix semblait ardu. Finalement Jace le tira de ses pensées en lui adressant un regard puis un geste afin qu'il le suive. Ensemble, ils rejoignirent Kate puis descendirent ensemble jusqu'au salon, sans doute pour écouter ce que Jace avait pu tirer du jeune garçon. 

Avant même que le mage ne puisse ouvrir la bouche, Jack prit la parole pour énoncer le problème qui s'ouvrait à lui et lui brûlait l'esprit à force de cogiter :

-Qu'est-ce qu'on fait du gosse ? Sa vie n'est pas assurée, surtout s'il t'as révélé quelque chose. Si je le laisse partir, il y a des chances pour que la reine le tue pour avoir faillit à sa mission mais si je décide de le faire arrêter, je vais devoir le ramener en France et j'ai pas le temps pour ça à cause de Ruby. Je ne peux pas non plus appeler la police anglaise pour le faire arrêter ici pendant que je part car ça condamnera Dean en même temps... On peut quand même pas buter un gosse ? Il remit en place ses cheveux, préoccupé par cette grande question puis il songea à quelque chose. Dean a foiré son coup avec Lupin et Blanche, c'est une certitude mais si je lui demande de garder le prisonnier, quand il sera remit bien entendu, il n'osera pas s'opposer à moi. Il me doit quelques services. On serait débarrassé de lui pour l'instant et il resterait en vie. Qu'est-ce que vous en pensez ?


Jack prit soudain conscience que Jace n'était pas au courant de la note qu'avait put trouver Kate dans la chambre c'est pourquoi il décida de lui montrer :

-Blanche est partie mais elle nous a indiqué le nom du tueur. Il est en France en ce moment d'après elle et tout porte à croire que cette personne connait l'existence de l'autre monde. En plus une personne est en danger. Je vais y aller le plus vite possible en me mettant en contact avec les autorités française. Je te tiendrai au courant de ce que j'apprendrai. Et toi qu'est-ce que tu as à nous révéler sur l'esprit du jeune ?
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Lun 5 Sep - 11:31

Avant que Jace puisse dire quoi que ce soit, Jack interrogea le groupe sur ce qu'il convenait de faire du prisonnier. Cet homme avait la désagréable habitude de le couper et de se comporter comme en terrain conquis. Il jeta un coup d'oeil au mot que lui montra le détective, mais cela ne lui parlait pas. C'était une autre affaire  à laquelle il était étranger.

- Rien ne nous indique que sa reine soit à ce point cruelle, objecta Jace. Elle en veut à la vie de Blanche pour assoir son pouvoir, cela ne signifie pas nécessairement qu'elle tue tous ceux qui lui déplaisent. Stratégiquement parlant, elle aurait même tout intérêt à la garder en vie car, vu sa dévotion pour elle, il n'en serait que plus zélé dans sa tâche pour tenter de se racheter. Le libérer ne ferait que retarder le problème en l'aggravant, selon moi. Je ne vois que deux options raisonnables : le tuer ou le garder prisonnier. Et je préfère la seconde solution, car j'ai encore des questions à lui poser.

Jace marqua une pause pour rassembler ses idées, comme il s’apprêtait à livrer ce qu'il avait obtenu.

- Concernant ce que j'ai appris, en voici le récapitulatif : ce garçon est un soldat de la reine du royaume de Lystera, qui a pris le trône à la mort du roi Charles II le Bon. La fille du roi, Blanche-Neige Emiliana Valerya Alaïne de Lystera, a été accusée de trahison envers la reine et est à présent traquée par cette dernière, mais elle a réussi à s'enfuir jusqu'à la Terre. Ce royaume ce situe dans un autre monde et tous ces gens, Blanche-neige, la reine et ses soldats, sont venu sur Terre par une sorte de portail, comme un grand disque lumineux qu'il suffit de traverser pour passer d'un monde à l'autre.

Il marqua une pause pour leur laisser le temps de digérer les informations.

- D'après ce que j'ai compris, la reine a fait venir un certain nombre de ses hommes sur Terre et essaie d'y étendre son influence, engageant même des natifs de se monde. On peut donc en conclure que ses objectifs vont bien au-delà de la seule traque d'une fugitive. Ah, et elle se trouve ici, en Angleterre. C'est à peut près tout pour ce qui concerne votre affaire en particulier, mais il y a bien plus que cela : ce portail n'est apparemment pas le seul qui existe, loin de là, mais ce soldat ne pouvait pas le voir avant de l'avoir lui-même traversé. Il semble également que les natifs de la Terre ne puissent pas les traverser sans aide. Je n'ai pas la localisation du portail, mais je sais qu'il est dans une sorte de hangar.

Ces informations avaient des implications assez colossales, et chaque réponse soulevait de nouvelles question. Il existait un autre moyen que l'étincelle de planeswalker pour voyager entre les mondes. Mais pourquoi Jace n'en avait jamais entendu parler avant dans le multivers ? Certes, il devait garder sa nature de Planeswalker secrète pour les autochtones qu'il visitait, mais les nouvelles voyageaient entre les Planeswalkers, et si de tels portails existaient dans le multivers, il y avait de fortes chances qu'ils soient de notoriété publique. A moins qu'il n'y en ait aucun ?

A l'exception de celui qui avait probablement mené le mage sur Terre. Bon sang, c'était ça ! S'il avait accidentellement traversé un portail le menant ici, alors il lui suffisait pour rentrer de retrouver ce même portail pour le retraverser dans l'autre sens ! Il lui fallait donc retourner à l'endroit où Kate l'avait trouvé la première fois.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Mar 6 Sep - 17:27

 Kate avait souri en voyant Jace avec son costume mais c’était abstenu de commentaire, se contentant d’un « bonne chance » sincère. Pourquoi pas après tout, si ses vêtements pouvaient lui donner plus de poids pendant l’interrogatoire. A ses yeux il lui faisait plus penser à un cosplayeur – charismatique certes, mais cosplayeur quand même- mais elle était mal placée pour juger ce genre de chose. Elle n’était qu’une pauvre terrienne après tout. Se désintéressant rapidement de l’aspect vestimentaire du planeswalker qui était tout à fait secondaire de son point de vue et à ce moment-là, elle était retournée auprès de Dean en réfléchissant à la conversation qu’ils avaient eu dans la voiture. Les propos de Jace était mesurés et sages. Il n’avait pas paru en colère ni vexé par l’attitude de Jack, se contentant de porter un regard distant sur la situation. Au final, la journaliste en avait retiré une chose : Jack, malgré ses démonstrations de force, n’impressionnait pas Jace. Le recul dont il faisait preuve n’avait rien de surprenant vu l’histoire qu’il leur avait servi un peu plus tôt… à l’évidence il avait mis sa vie plus d’une fois en danger… et pas contre des humains. Se demandant s’il était possible pour un terrien de se lier à un tel homme, elle finit par grimper l’escalier pour constater les dégâts en haut.

***

La chambre de l’étage était dans un état chaotique. La porte était en partie arrachée de ses gonds, la vitre était brisée et quelque chose y pendait, le lit était défait, le sol trempé et plusieurs hommes gisaient. Elle fut rassurée en constatant que plusieurs d’entre-eux étaient déjà en train de se réveiller et s’assura rapidement que le pouls des autres battait encore. La jeune femme renouvela les gestes de premier secours qu’elle avait appliqué à Dean, avant de s’accorder un temps d’inspection de la pièce pour tenter de comprendre quel genre de tornade avait pu dévaster les lieux. C’est alors qu’elle était tombée sur le mot et le téléphone… voulant partager sa découverte avec Jack, elle s’éclipsa de la chambre et se dirigea vers l’autre pièce où elle entendait des voix. De l’allemand… pourquoi diable cet interrogatoire se faisait-il en allemand ? Fichtre, elle parlait plusieurs langues mais pas celle-là… Quel lien logique y avait-il entre le conte de Blanche-Neige et l’allemand ? Kate réfléchit plusieurs minutes dans le couloir sans oser pénétrer dans la pièce, malgré sa curiosité, de peur de perturber l’interrogatoire. De quelle origine était ce conte ?

« Grimm… Grimm… Grimm »

Bien que la conclusion sonne comme quasi évidente, Kate fit une recherche sur internet à l’aide de son téléphone portable. Les frères Grimm étaient allemands. Voilà qui était intéressant ! L’auteur d’une histoire inspirait-il la langue de ses créations ? Cela pouvait justifier que Jace parle anglais. Mais elle ne se souvenait pas que Jack lui ait dit que Blanche-Neige ait communiqué avec lui en germanique du début du XIXème siècle, d’ailleurs la jeune femme vivait en France jusqu’à il y a peu. Sans compter qu’elle entendait clairement Jace mener l’interrogatoire et s’exprimer dans ce qui lui semblait être la même langue que le prisonnier.

« C’est dingue ça ! Personne ne peut apprendre autant de langues aussi vite… »

Elle avait beau réfléchir, aucune explication logique ne lui venait. Il faudrait qu’elle pose la question à Jace quand il serait disponible. Elle attendit patiemment dans le couloir que l’interrogatoire se finisse, hésitant à entrer dans la pièce. Au final, la voix du planeswalker raisonnait encore alors que Jack sortait. Tant mieux, c’était justement lui qu’elle tenait à voir. Elle lui fit un signe de la main pour l’inviter à la suivre un peu plus loin dans le couloir et lui montra le message de Blanche-Neige ainsi que le téléphone qu’elle lui avait laissé :


« Votre assassin se nomme Lestat Addison
La Rochelle, quartier des Minimes, 2 rue des Cyprès. France.
Sauvez Ruby Isocrates-Poe si ce n’est pas trop tard. Elle saura vous offrir toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin sur le marionnettiste. 
Je vous laisse le téléphone de l’un des hommes qui nous a attaqué sur le bateau, peut-être pourrez-vous en tirer quelque chose.
Bonne chance Jack. »
 
-Si ce qui est écrit est vrai, ça vaut sans doute le coup de sauver cette Ruby. Si cet homme est vraiment le tueur de flic, je dois intervenir et retourner en France. En plus cet assassin vient probablement de l'autre monde lui aussi donc on aura plus de renseignements.

-Effectivement. Tu as un nom et une adresse, tu devrais demander à tes collègues de vérifier que cette Ruby existe et vit bien là-bas. On ne sait jamais, Blanche-Neige t’as peut-être envoyé sur une fausse piste pour gagner du temps. C'est quand même bizarre qu'elle te lâche d'un coup le nom du meurtrier non ? Au fait, pourquoi vous menez l’interrogatoire en allemand ? Le prisonnier ne parle pas anglais ?

Alors que Jack était en train de retourner dans la chambre, elle entendit soudain le prisonnier hurler quelque chose et elle crut reconnaitre une grossièreté, l’équivalent de « shut up ». Peu après nos deux compères sortirent de la pièce et ils décidèrent de descendre tous les trois pour parler plus librement.  Allaient-ils enfin lui traduire la teneur de l’interrogatoire ? A ce propos, elle était d’ailleurs étonnée que Jack ait accepté de laisser Jace gérer la chose seul, sans intervenir. C’était une bonne chose, au moins le mage pouvait adapter les questions selon ce qu’il arrivait à lire dans l’esprit du prisonnier. Dans le salon, Kate constata que l’homme qu’ils avaient allongé sur le canapé était toujours inconscient. Jack prit alors la parole :


-Qu'est-ce qu'on fait du gosse ? Sa vie n'est pas assurée, surtout s'il t’a révélé quelque chose. Si je le laisse partir, il y a des chances pour que la reine le tue pour avoir failli à sa mission…

« Si la reine est aussi clichée que les méchants des films d’aventure c’est fort possible. Mais si elle a une réaction de personne « normale » il y a peu de chance qu’elle agisse aussi impulsivement. »


-…mais si je décide de le faire arrêter, je vais devoir le ramener en France et j'ai pas le temps pour ça à cause de Ruby. Je ne peux pas non plus appeler la police anglaise pour le faire arrêter ici pendant que je pars car ça condamnera Dean en même temps...

« Tiens donc, ce Dean est un fugitif ? »


-On peut quand même pas buter un gosse ?

C’était une question ?!
Un gosse ? Quel âge avait le prisonnier de Jack ? Elle regretta soudain de ne pas être entré dans la pièce pour étudier l'apparence du criminel. Ce n'était peut-être pas plus mal, si elle avait vu ce que Jack lui avait fait elle aurait surement grincé des dents.


-Dean a foiré son coup avec Lupin et Blanche, c'est une certitude mais si je lui demande de garder le prisonnier, quand il sera remis bien entendu, il n'osera pas s'opposer à moi. Il me doit quelques services. On serait débarrassé de lui pour l'instant et il resterait en vie. Qu'est-ce que vous en pensez ?

Kate avait un avis assez tranché sur la question mais elle décida de tester Jace pour cerner un peu mieux sa personnalité et se tût pour le laisser prendre la parole le premier. Jack lui montra la note de Blanche et lui expliqua ses intentions futures.
 
- Rien ne nous indique que sa reine soit à ce point cruelle. Elle en veut à la vie de Blanche pour assoir son pouvoir, cela ne signifie pas nécessairement qu'elle tue tous ceux qui lui déplaisent. Stratégiquement parlant, elle aurait même tout intérêt à la garder en vie car, vu sa dévotion pour elle, il n'en serait que plus zélé dans sa tâche pour tenter de se racheter.

Un bon point pour lui.


-Le libérer ne ferait que retarder le problème en l'aggravant, selon moi. Je ne vois que deux options raisonnables : le tuer ou le garder prisonnier. Et je préfère la seconde solution, car j'ai encore des questions à lui poser.

C’était ça la raison qui l’empêchait d’exécuter froidement une personne, le fait d’avoir encore des questions à lui poser ?! Kate considéra ses deux voisins, choquée. Passons pour Jace et sa morale particulière, il ne venait pas de la Terre et les lois étaient peut-être différentes dans sa dimension parallèle, mais que Jack, un ancien flic, ne fasse ne serais-ce qu’évoquer la possibilité de tuer quelqu’un la choquait profondément. Elle avait fermé les yeux sur le premier meurtre qu’il lui avait rapporté, c’était un cas de légitime défense, mais là c’était d’un meurtre avec préméditation dont on parlait ! Kate se mordit la langue et se força à écouter le rapport de Jace.


- Concernant ce que j'ai appris, en voici le récapitulatif : ce garçon est un soldat de la reine du royaume de Lystera, qui a pris le trône à la mort du roi Charles II le Bon. La fille du roi, Blanche-Neige Emiliana Valerya Alaïne de Lystera, a été accusée de trahison envers la reine et est à présent traquée par cette dernière, mais elle a réussi à s'enfuir jusqu'à la Terre. Ce royaume ce situe dans un autre monde et tous ces gens, Blanche-neige, la reine et ses soldats, sont venu sur Terre par une sorte de portail, comme un grand disque lumineux qu'il suffit de traverser pour passer d'un monde à l'autre.

Donc il s’agissait bien de Blanche-Neige comme elle l’avait supposée, cela dit la tournure que prenait son histoire n’avait plus rien à voir avec le conte d’origine. Quant à l’existence d’un portail, cela collait avec son hypothèse.
Cela dit… La marâtre ne s’était quand même pas donnée la peine d’entrer dans l’une des plus grosses multinationale et de s’offrir le luxe d’une position sociale sur Terre simplement pour rechercher sa belle-fille si ? Cela semblait quelque peu démesuré.


-D'après ce que j'ai compris, la reine a fait venir un certain nombre de ses hommes sur Terre et essaie d'y étendre son influence, engageant même des natifs de ce monde. On peut donc en conclure que ses objectifs vont bien au-delà de la seule traque d'une fugitive. Ah, et elle se trouve ici, en Angleterre. C'est à peu près tout pour ce qui concerne votre affaire en particulier, mais il y a bien plus que cela : ce portail n'est apparemment pas le seul qui existe, loin de là, mais ce soldat ne pouvait pas le voir avant de l'avoir lui-même traversé. Il semble également que les natifs de la Terre ne puissent pas les traverser sans aide. Je n'ai pas la localisation du portail, mais je sais qu'il est dans une sorte de hangar.
 
Kate rassembla mentalement les informations dont elle disposait à présent sur cette Catherine : une appartenance au groupe Utopia, un statut social élevé (ou tout du moins une fortune colossale) qui lui permettait d’employer un grand nombre de personnes et de leur offrir un équipement couteux et la possibilité de voyager sans être inquiétés des forces de l’ordre… (ça c’était un point à vérifier, peut-être que ces tueurs étaient clandestins mais si c’était le cas cela devait bien leur compliquer la tâche pour passer les frontières. Elle savait toutefois qu’elle disposait au moins d’un contact qui la renseignait dans la police française), et elle résidait en Angleterre… dommage qu’elle n’ait pas sa description physique, ça aurait accéléré les choses. Cela dit, elle ne doutait pas d’être déjà capable de dresser une liste de suspectes potentielles avec toutes les informations dont elle disposait à présent, surtout si Jack la laissait travailler pendant quelque jours en allant enquêter de son propre côté. En tout cas il n’y avait pas à dire : c’était vraiment pratique de mener un interrogatoire avec un télépathe.


-Ca fait pas mal d’informations… Vous pensez pouvoir obtenir du prisonnier une description physique de Catherine ? Demanda t-elle à Jace avant de se tourner vers le détective. En tout cas... il n’est pas question de tuer qui que ce soit. Que Jace ne connaisse pas nos lois, ok, mais toi Jack ?! ... Quant au fait de l’enfermer ici ça s'appelle de la séquestration et ce genre de pratique peut se retourner contre nous s’il porte plainte. Pire que ça, s’il a un bon avocat il pourrait peut-être même être relâché pour vice de procédure. Soit tu le livres aux flics avant de partir, quitte à le conduire toi-même au commissariat pour éviter à Dean d’être inquiété soit tu le laisses partir. Si tu décides de le faire arrêter tu vas perdre du temps avec ton témoignage, c’est sûr, mais rien ne t’empêche de mettre tes collègues français sur la piste de Ruby en attendant que tu puisses les rejoindre. L’autre solution c’est de le laisser partir… et de le prendre en filature. Il peut peut-être nous conduire droit vers la ou les personnes qui le commandent ou vers le portail. C’est une opération audacieuse mais qui peut porter ses fruits, surtout si tu demandes l’assistance de la police.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mer 7 Sep - 14:49

C'était un rapport plus ou moins concis, et Jace pourrait fournir davantage de détails si on les lui demandait. Et c'était justement le cas.

- C'est déjà fait, dit-il à Kate avec un petit sourire. Ce soldat a déjà rencontré sa reine et j'ai une image mentale d'elle, je saurais donc la reconnaître si d'aventure je la rencontrait. En revanche, dans l'état actuel des choses, je ne peux pas vous partager ce souvenir, ce qui aurait pourtant été beaucoup plus simple.

Le mage comprenait bien les réticences de Kate. Il était même le mieux placé pour comprendre ce qui signifiaient des lois, puisque sur Ravnica, il était l'incarnation de ces lois. Mais il était certaines situations extrêmes où les lois devenaient un dangereux carcan, et où il était nécessaire de s'en affranchir, ce qui ne semblait pas être le cas dans leur situation présente. Il considéra donc que se fier à l'opinion de Kate et Jack, qui connaissaient les règles en vigueur dans leur monde, était l'option la plus raisonnable. Seulement s'il n'étaient pas d'accord entre eux, cela n'allait pas leur simplifier la tâche.

- Vous êtes mieux placés que moi pour juger ce qu'il convient d'en faire, puisque je serait bien incapable d'imaginer les implications des choix possibles. Mais on peut sans aucun doute en tirer encore beaucoup d'informations. Je n'ai mené là qu'un interrogatoire plutôt superficiel afin d'éviter qu'il élève des défenses, et il est certainement possible de lui arracher des confidences plus précises. Pour ce qui est de votre affaire, il faut simplement que l'un de vous dirige l'interrogatoire, car je ne suis pas au fait des détails et vous serez plus à même de poser les bonnes questions correctement ciblées.

Jace se passa une main dans les cheveux, les rendant encore plus hirsutes, en réfléchissant aux informations qu'il avait obtenues et à la façon adéquate de demander celles qu'il lui manquait encore.

- D'après ce que j'ai vu de ce que lui inspire Jack, il vaudrait mieux que Kate s'en occupe, tu serait possiblement plus à même de jouer sur la corde sensible. C'est un soldat entraîné à torturer et à tuer, mais c'est aussi un jeune homme avec une famille est venant d'un pays qui lui manque, il y a peut-être moyen d'utiliser cela à notre avantage.

Jace hésitait encore à faire part de ses conclusions concernant sa façon de repartir chez lui. D'abord, elles demandaient à être confirmées, car il n'était pas certain qu'elles soient bonne. Ensuite, il n'avait pas encore assez d'informations sur leur fonctionnement pour s'aventurer à les emprunter, ne voulant pas recourir à un remède pire que le mal.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Jeu 8 Sep - 23:19

Jace prit la parole afin d'expliquer ce que lui avait révélé son interrogatoire. Jack se tut immédiatement en entendant la masse d'information que pouvait sortir Jace. Bien que jamais il n'aurait pu le dire ouvertement, il était impressionné de la performance du médium, surtout en considérant le fait que quelques minutes précédemment, il supposait que l'interrogatoire était un échec. L'instant d'après, il se força à s'extirper de la tête les performances de Jace, supposant que celui-ci pouvait être en ce moment en train de lire dans son esprit. Il était hors de question qu'il puisse savoir ça.

Il écouta tout ce que pouvait dire Jace à propos de l'histoire de Blanche ainsi que les renseignements sur les portails et sur Catherine. Pour un peu, Jack se serait cru dans l'un de ces films au scénario rocambolesque. C'était insensé et pourtant, jusqu'à présent, rien ne semblait pouvoir lui faire penser que ceci était faux.

Durant toute la durée des explications, l'attention de Jack était uniquement tourné vers Jace. A aucun moment il ne regarda Kate afin de savoir sa réaction à propos des différentes révélations. Dans le cas inverse, il aurait peut-être pu voir la désapprobation totale de Kate quant au sort du prisonnier. Lorsque celle-ci prit la parole, elle s'en prit à Jack avec virulence à propos de ces méthodes, l'accusant même de vouloir tuer le prisonnier. Une petite mise au clair s'imposait avec elle. Jack n'avait jamais pensé que tuer le prisonnier était une solution, dans le cas inverse il ne se serait pas gêné pour le faire. Néanmoins la petite n'avait pas tort sur un point : Jack devait s'assurer que cette Ruby existait, il n'était pas question de faire le chemin pour que dalle.

Avant qu'il ne prit la parole pour faire taire Kate, Jace la reprit en précisant qu'il savait à quoi ressemblait cette Catherine. Il ne pouvait malheureusement pas propager ce souvenir dans leur mémoire à eux, ce qui était fort dommage mais cependant pas non plus un problème. Tout comme on faisait une reconnaissance de témoin, il suffisait de montrer à Jace des gens d'influence au sein d'Utopia, probablement la filiale anglaise puisqu'il avait précisé que Catherine se trouvait en Angleterre. Il ne doutait pas que tout ceci serait facile pour Kate.

Jace continua ensuite en évoquant le fait de poursuivre l'interrogatoire mais cette fois-ci de manière plus ciblée en prenant part à celui-ci. En effet, il n'avait pas assez d'information au sujet de l'enquête afin de le mener lui-même. Il proposa ensuite, au vue de ce que ressentait le prisonnier pour Jack, que celui-ci soit finalement mené par Kate. Jace eut même l'idée de jouer sur la corde sensible en évoquant la famille de cet homme. Par chez nous, on appelait ça de la torture mentale... Et après on prenait Jack pour un monstre... Néanmoins une idée lui vint à l'esprit, idée qu'il s'empressa de dévoiler :

-Jace tu n'es pas au fait de l'enquête pour l'instant mais si tu fouillais dans la tête de Kate ou la mienne, tu trouverais ce dont tu as besoin. Tu semble plus à même de réussir que nous à première vue.


A vrai dire l'idée se tenait, même s'il n'avait pas vraiment l'envie que quelqu'un vienne fouiner dans son crâne. Il jugea que le mage préférerait sans doute l'esprit de la jeune journaliste pour cela. D'ailleurs en parlant de la journaliste, une chose était à mettre au clair. Il se tourna vers elle et s'expliqua calmement :

-Et pour ce qui est du prisonnier, crois bien que si je jugeait que le tuer était la meilleure des choses à faire pour qu'il évite, à son tour, de tuer quelqu'un je l'aurais déjà fait. Comment tu peux oser que je tuerais de sang-froid quelqu'un ! Et pour ce qui est de la procédure et du fait qu'il nous file un procès, j'aimerais te rappeler qu'il a une tentative de meurtre sur le dos et qu'il vient d'un autre monde, ce qui fait de lui jusqu'à nouvel ordre une sorte de clandestin. Crois-tu réellement que je risque quelque chose de lui juridiquement parlant ?!


Puisque ceci était mit au clair, il se permit de mettre au courant Kate sur ce qu'il comptait faire :

-Je vais contacter Garcin pour qu'il me renseigne sur cette Ruby, voir si elle existe réellement et pour qu'il commence les opérations sans moi. Le temps que j'arrive ça risque d'être long et possiblement dangereux pour elle. En attendant tu pourrais faire une reconnaissance à Jace à propos de cette Catherine. S'il l'a vu, il devrait pouvoir la reconnaître sur des photos de membres d'Utopia. Ca nous donnera déjà quelques pistes à explorer.


Entendant gémir non loin de là, Jack se dirigea vers la source des gémissements et découvrit un Dean qui commençait à se remettre progressivement du coup de Zat qu'il avait reçu. Il demeurait pourtant dans une semi-inconscience. 

Jack s'approcha alors de lui et lui donna de légère tape sur les joues afin qu'il puisse reprendre conscience plus vite. Il avait vu cela dans des films et ça semblait fonctionner. Dean gémit de plus et ses yeux papillonnèrent dans le vide devant Jack. Celui-ci poursuivit et lorsqu'il jugea Dean assez conscient, il faut comprendre qu'il l'était à peine, il s'adressa à lui :

-T'as laissé se tirer Blanche et Lupin... Il me semblait que t'étais une plus forte tête que cela mais bon. Je t'ai ramené deux autres personnes. Je te demande pas de me les surveiller ; On rentre et on sort d'ici avec une facilité déconcertante pour un repaire de trafiquant et de voleur ; Je te demande simplement de les laisser faire ce qu'ils veulent et, s'il le souhaite, leur trouver un coin où dormir. C'est des amis donc tu  sais comment les traiter. Pour ce qui est de mon prisonnier, pour l'instant je te le confie mais s'il s'échappe je boucle ton palace, vu ?


Oui, ceci était une menace sur une personne à peine consciente mais Jack avait au moins eu la décence de rester calme et stoïque lorsqu'il avait évoqué la fuite d'Arsène et de Blanche, comme quoi il savait se contrôler, un peu. Il retourna auprès de Kate, songeant à lui confier une mission puisqu'il devait rejoindre la France dans les plus bref délai. 

-C'est réglé, Dean s'occupera de vous quand il en aura la force et le prisonnier pourra rester là. Si tu as peur de son traitement, sache qu'ici il sera dans une chambre fermée à clef, ce qui en fait une cellule plutôt pas mal pour un tueur. Maintenant j'aurais un service à te demander. Je voudrais que tu me tienne au courant de l'avancée de tes recherches sur Catherine et principalement l'endroit où elle se trouve et qui sont ses contacts. Je me pose la question si Blanche ne serait pas venu en Angleterre pour s'en prendre à elle à son tour. Ca ne serait que retour des choses après tout. De là on pourrait les intercepter, elle et Lupin, arrêter Catherine et peut-être trouver des informations sur le portail de Jace. Dans le même cas, dis moi ce que t'as trouvé dans ton enquête sur la mort de ton frère, que je puisse y jeter un coup d'oeil. Je te dois bien ça après tout.


Même si cela lui déplaisait, il ne pouvait décemment s'attribuer les informations de Jace sans reconnaître l'utilité de son travail. Au prix d'un énorme effort intérieur, une sorte de bataille féroce, un peu comme une bataille de deux camps dans une partie de Magic, Jack, fixant Jace, soupira et lui dit :

-Jace... Bon travail pour l'interrogatoire. Merci de ton aide, on avance grâce à toi.


A la manière d'un Ash dans Evil Dead 3, Jack considéra que "Je l'ai dit !" et décida qu'il était bien temps de se remettre au boulot car la police de France ne serait pas prévenu s'il ne les appelaient pas. Il sortit alors de la maison, le portable du frère de Kate dans les mains, et commença à appeler le commissaire Garcin
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Ven 9 Sep - 12:23

Jace proposa à Kate de mener l'interrogatoire.  Peut-être qu'en sa qualité de femme et d'inconnue il espérait qu'elle serait capable de percer les défenses de leur prisonnier. Pourquoi pas, elle savait poser des questions et tirer les vers du nez des gens, c'était son métier. S'il fallait jouer à la gentille fille pour s'attirer la sympathie de cet homme ce n'était pas vraiment un problème.

-Pourquoi pas ? Il faudrait convenir d'un signe entre nous pour que vous me confirmiez que vous avez pu lire la réponse à notre question dans l'esprit du prisonnier et m'éviter de passer inutilement une heure sur quelque chose que vous savez déjà. Un contact physique discret peut-être ?

-Jace tu n'es pas au fait de l'enquête pour l'instant mais si tu fouillais dans la tête de Kate ou la mienne, tu trouverais ce dont tu as besoin. Tu semblez plus à même de réussir que nous à première vue.


Euh… pourquoi cette proposition aussi soudaine qu’incongru ? Jace n’avait qu’à poser des questions s’il avait besoin d’un complément d’information, Kate n’avait pas du tout envie qu’il vienne fouiller dans sa tête. Et puis de toute façon il n’en était pas capable, il leur avait bien dit qu’il ne pouvait lire que les pensées de surface. La jeune femme se contenta de faire la moue pour faire comprendre que cette idée ne lui plaisait pas beaucoup.
Jack s’emporta ensuite à l’idée qu’elle ait pu « oser penser » qu’il envisage le fait de tuer quelqu’un de sang-froid. La journaliste le laissa parler mais n’en pensa pas forcément moins : ce n’était pas sa faute s’il tenait des propos qui portaient à confusion.

-Et pour ce qui est de la procédure et du fait qu'il nous file un procès, j'aimerais te rappeler qu'il a une tentative de meurtre sur le dos et qu'il vient d'un autre monde, ce qui fait de lui jusqu'à nouvel ordre une sorte de clandestin. Crois-tu réellement que je risque quelque chose de lui juridiquement parlant ?!

-Il a quand même des droits… et la présomption d'innocence tant qu'il n'a pas été jugé.


Surtout si Catherine s’était débrouillée pour lui coller une fausse identité. Ils ne savaient pas ce que la magie permettait de faire, en revanche elle savait ce que l’argent pouvait acheter. Mais Jack était déjà passé à autre chose.

-Je vais contacter Garcin pour qu'il me renseigne sur cette Ruby, voir si elle existe réellement et pour qu'il commence les opérations sans moi. (…) En attendant tu pourrais faire une reconnaissance à Jace à propos de cette Catherine. S'il l'a vu, il devrait pouvoir la reconnaître sur des photos de membres d'Utopia. Ca nous donnera déjà quelques pistes à explorer.

-C’est prévu oui.

Un gémissement non loin laissa entendre qu’un des « amis » de Jack venait de se réveiller. Le détective se dirigea vers lui et, sans s’inquiéter pour lui ou son état, entreprit de lui passer un petit savon pour avoir laissé échapper deux prisonniers et lui demanda de prendre soin de Jace et elle. Dans la foulée elle apprit que cette maison servait de repère à des voleurs et des trafiquants. Voilà donc pourquoi Jack ne voulait pas faire venir la police ici…
Trafiquants… mais de quoi ? S’ils dealaient de l’Ambroisie ils n’allaient pas très bien s’entendre…
Jack avait finalement tranché : une fois de plus il n’en faisait qu’à sa tête sans s’intéresser le moins du monde à ses propositions. Indirectement elle se rendait complice de séquestration et, sachant qu’ils finiraient par livrer le prisonnier à la police un jour ou l’autre, cette idée ne lui plaisait qu’à moitié.

-C'est réglé, Dean s'occupera de vous quand il en aura la force et le prisonnier pourra rester là.

Pas si sûr que le fameux Dean soit très content de cet arrangement. Etait-il seulement en état de comprendre ce que lui avait dit Jack ? De ce qu’elle voyait, l’homme n’avait pas l’air en très bon état.

-Si tu as peur de son traitement, sache qu'ici il sera dans une chambre fermée à clef, ce qui en fait une cellule plutôt pas mal pour un tueur. Maintenant j'aurais un service à te demander. Je voudrais que tu me tiennes au courant de l'avancée de tes recherches sur Catherine et principalement l'endroit où elle se trouve et qui sont ses contacts. Je me pose la question si Blanche ne serait pas venu en Angleterre pour s'en prendre à elle à son tour. Ca ne serait que retour des choses après tout. De là on pourrait les intercepter, elle et Lupin, arrêter Catherine et peut-être trouver des informations sur le portail de Jace.

-Je t’appelle si je trouve quelque chose.

- Dans le même cas, dis-moi ce que t'as trouvé dans ton enquête sur la mort de ton frère, que je puisse y jeter un coup d'œil. Je te dois bien ça après tout.

Elle acquiesça.

-Je t’enverrai le dossier par mail. Fait attention à toi Jack, le gars que tu poursuis n’est peut-être pas humain.

Pas plus que ceux après lesquels elle courrait d’ailleurs… car elle se souvenait très bien qu’il apparaissait un certain « Jim Moriarty » dans la liste de personnes sur lesquelles elle enquêtait. Un nom qui était passé inaperçu jusqu’à présent mais qui prenait une toute nouvelle signification depuis quelques heures. Peut-être que Jack avait raison tout compte fait, il était possible que le trafic de drogue et l’affaire Blanche Doll soient liés d’une manière ou d’une autre.
Kate fut particulièrement étonnée et agréablement surprise d’entendre Jack complimenter Jace. Dis donc, il y avait du progrès ! Elle regarda Jack partir en le traitant intérieurement de tête de mule. Il ne s’était même pas donné la peine de considérer ses propositions, pourtant la filature lui apparaissait comme une bonne idée… tant pis, il serait toujours temps de mettre cette idée en pratique quand il reviendrait… si toutefois monsieur était décidé à ne pas en faire qu’à sa tête. Sortant à son tour, elle passa près de Jack qui était occupé à passer un coup de fil avec le téléphone de son frère et poursuivit son chemin jusqu’au coffre de sa voiture pour en sortir le sac contenant le matériel qu’elle avait emporté et son appareil photo. Les occupants de la maison risquaient de ne pas beaucoup apprécier l’usage de ce dernier, surtout s’ils comprenaient qu’elle était journaliste. Cela dit, Jack les faisait chanter et elle comptait là-dessus pour qu’ils se tiennent à carreau avec elle. Verrouillant sa voiture, la jeune femme rentra dans la maison et se dirigea vers Jace. De loin, elle nota que Dean était en train de reprendre des couleurs. Est-ce que Jack lui avait parlé de l’incroyable secret que cachait Arsène, Blanche, et le prisonnier toujours présent à l’étage ? Dans le cas contraire il risquait d’être choqué en surprenant des éléments de conversations qu’elle n’allait pas manquer d’avoir avec le prisonnier et Jace. Elle se dirigea justement vers ce dernier.

-Vous vouliez que je mène l’interrogatoire ? Je vous écoute, qu’avez-vous en tête ?
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Lun 12 Sep - 17:29

Jace resta interloqué par le compliment de jack, même si "compliment" était un mot un peu fort pour désigner une simple appréciation positive. Sans surprise, le détective menait sa barque comme il l'entendait sans tenir compte des autres personnes présentes. Il avait eu ce qu'il voulait et il filait maintenant vers son prochain objectif.

Le Planeswalker était tenté de faire de même, mais pour cela il avait besoin de Kate car, à imaginer qu'il trouve un moyen de transport qu'il soit capable d'utiliser seul, il serait bien incapable de retrouver de lui-même l'endroit où ils s'étaient rencontrés. Si elle prenait conscience de cela, elle risquait de vouloir en tirer avantage car elle tiendrait alors le mage dans le creux de sa main. Kate n'était certes pas Liliana, loin de là, mais la probabilité, bien que faible, n'était pas nulle. Son idylle avec la nécromancienne plusieurs fois centenaire avait été une période agréable de sa vie, mais il l'avait payée cher : manipulé par celle qu'il considérait comme sa compagne et livré à Tezzeret.

A présent qu'il avait une piste sérieuse, il préférait rester prudent et prendre son temps pour mettre toutes les chances de son côté, anticiper les possibles écueils et s'assurer que tout irait pour le mieux. Et pour cela, il valait mieux donner à Kate toutes les raisons de lui faire confiance, et se rendre utile sans devenir indispensable.

En parlant de Kate, elle revenait justement de dehors.

"-Vous vouliez que je mène l’interrogatoire ? Je vous écoute, qu’avez-vous en tête ?"

Il semblait qu'elle n'avait pas tout à fait compris ce que Jace avait voulu dire.

- Je n'ai rien de précis à l'esprit, simplement comme je le disais il y a quelques minutes, je n'ai posé que des questions d'ordre général en faisant en sorte qu'il ne se rende pas compte que je lisais dans son esprit. Maintenant, je ne connais pas les tenants et aboutissants de votre affaire, et peut-être avez-vous besoin d'autre réponses plus précises, auquel-cas vous êtes la seule à pouvoir poser des questions plus ciblées. Et je suggérait éventuellement de jouer sur la corde sensible de ce jeune tueur embrigadé par la reine : il vient d'un lieu appelé Terreflamme, et il a un peu le mal du pays. Il a aussi une famille, autant de leviers qu'il est possible d'actionner pour réveiller son humanité et obtenir des réponses sans avoir à lui arracher les ongles.

C'était là la méthode la plus prudente, et aussi la moins sûre, car il n'y avait aucune garantie de résultat.

- Sinon, je peux simplement continuer à poser des questions, beaucoup plus directes, en abandonnant toute subtilité, ce qui a plus de chances de fonctionner, mais avec des conséquence imprévisibles puisqu'il se rendra nécessairement compte de ce que je fais.

Jace n'aimait pas beaucoup ce qui était imprévisible. Il aimait les énigmes, mais seulement lorsqu'il perçait leurs secrets, et sans ses pouvoirs, les humains étaient une énigme insoluble.

- D'ailleurs, si je dois vous aider, peut-être devriez-vous m'expliquer un peu plus en détails les dessous de cette affaire.

Mais pourquoi don s'en souciait-il ? Il ferait mieux de simplement demander à la jeune femme de bien vouloir le ramener là où elle avait failli le renverser, plutôt que de faire tant de tours et de détours pour qu'elle se sente redevable envers lui et donc dans l'incapacité de lui refuser cette requête plus tard.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Mar 13 Sep - 16:03

Jace lui recommanda de poser les questions qui l’intéressait, prétextant à raison ne pas suffisamment maitriser l’affaire Blanche Doll. Le truc c’est qu’elle non plus, Jack l’avait briefé brièvement plus ou moins en même temps que Jace. Cela dit, elle au moins connaissait ce monde et pouvait creuser des pistes auxquelles le planeswalker ne pouvait avoir pensé.


- Sinon, je peux simplement continuer à poser des questions, beaucoup plus directes, en abandonnant toute subtilité, ce qui a plus de chances de fonctionner, mais avec des conséquences imprévisibles puisqu'il se rendra nécessairement compte de ce que je fais.

Kate se demanda en quoi cela pouvait changer quelque chose de savoir, après tout ce n’était pas comme si on pouvait s’empêcher de penser. A moins qu’il y ait une technique pour bloquer les intrusions mentales ? Si c’était le cas elle était curieuse de savoir laquelle.

-Je vais tenter une approche, vous pourrez toujours repasser derrière.

- D'ailleurs, si je dois vous aider, peut-être devriez-vous m'expliquer un peu plus en détails les dessous de cette affaire
.
-Et bien… c’est surtout l’affaire de Jack en fait, moi je suis là parce que vous avez réussi à piquer ma curiosité tous les deux.

Et depuis peu parce qu’elle commençait à tisser des liens entre cette enquête et le meurtre de Mathias. Elle lui fit signe de la suivre dans la chambre en bas, préférant éviter de parler devant Dean ou ses hommes.

-Commençons par le début. Utopia est une multinationale. C’est une entreprise implantée un peu partout dans le monde dans différents secteurs : culture, médias, finances, nouvelles technologies, ingénierie spatiale… parfois il s’agit de sous-traitances, parfois ce sont justes des noms d’investisseurs qui reviennent… mais il y a toujours un lien avec Utopia. J’exagère à peine en disant que les actionnaires et les PDGs de cette multinationale tiennent le monde entre leurs mains. En tout cas ils ont un pouvoir économique et une influence politique considérable. Hors il se trouve que nous savons depuis peu que Catherine de Lystera fait partie des hauts placés d’Utopia… donc on commence à s’interroger sur le rapport entre les autres têtes de la multinationale et les autres mondes. Si Catherine n’est pas un cas isolé alors cette affaire prend des proportions considérables.

L’idée que des extra-terrestre gouvernent dans l’ombre n’avaient rien de très rassurant ni d’agréable.

-Jack et moi enquêtions tous les deux sur deux affaires liées à Utopia, c’est ce qui nous a motivé à travailler ensemble ; lui par rapport au triple homicide et moi parce que je soupçonne la multinationale d’avoir commandité le meurtre de mon frère il y un peu plus d’un mois. A la différence de Jack je ne suis pas payée pour trouver le ou les coupables, c’est une initiative personnelle.

Annoncé de but en blanc l’information avait de quoi jeter un froid mais peut-être que Jace était déjà au courant puisqu’il s’était donné le luxe d’avoir lu à plusieurs reprises dans son esprit. Après tout, ce n’était pas comme si la mort de Mathias dictait chacun de ses faits et geste en ce moment… ni le rythme chaotique de ses nuits.

Elle laissa ses pensées aller et venir selon leur bon vouloir. Quelque chose lui revenait en mémoire par rapport à leur conversation précédente.

-D’après ce que nous savons les portails sont des points fixes dans l’espace, réfléchit-elle à voix haute, une habitude chez elle. Et ils sont invisibles lors de la première traversée…

Elle n’y avait pas prêté attention sur le moment car il y avait eu beaucoup trop d’informations échangées mais maintenant qu’elle s’accordait le temps d’analyser elle pouvait émettre une hypothèse tout à fait logique.

-Se pourrait-il que vous en ayiez traversé un sans le savoir ? Si c’est le cas le portail menant chez vous se trouve peut-être à proximité de l’endroit où nous nous sommes rencontrés. Vous aviez beaucoup marché avant qu’on se croise ?

Cette conclusion ne lui plaisait pas beaucoup. Elle qui avait espéré pouvoir bénéficier du soutien de Jace au bal de Buckingham Palace… Enfin, il n’était pas question de lui forcer la main non plus ; si son  aide était la bienvenu, Kate pouvait toujours se débrouiller seule.

-Ca va être difficile de vérifier cette hypothèse dans l’immédiat. Dans trois jours la reine d’Angleterre fête son anniversaire et il y a de fortes chances que plusieurs personnalités d’Utopia, y compris Catherine, assistent aux festivités. J’avais déjà prévu d’y aller avant de vous rencontrer et de parler à Jack pour faire progresser ma propre enquête… bref, avec toutes les nouvelles informations qui me sont tombées dessus j’ai une montagne de recherches à faire avant la date fatidique et trop peu de temps. Je peux toujours vous donner approximativement les coordonnées GPS du coin où on s’est croisé si vous tenez à aller là-bas par vos propres moyens. Sinon patientez quelques jours et je vous conduirai moi-même là-bas. Je ne vais pas vous mentir, j’aimerai que vous assistiez à ce bal et j’ai les moyens de vous y faire inviter. Elle sourit. Ce n'est pas un ultimatum hein, je ne vous jetterai pas dehors même si vous refusez de vous confronter à la haute société de ce monde. Vous êtes le bienvenu chez moi.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Ven 16 Sep - 17:52

Se prêtant à l'exercice de bonne grâce, Kate fit à Jace un résumé de l'affaire qui l'occupait et l'avait menée dans cette planque. Ce qu'il en retint principalement, c'était que ce monde était peut-être dirigé dans l'ombre par une ses plus grosses sociétés, et que l'une des dirigeante de cette société était une reine d'un autre monde...

Si ces informations s'avéraient exactes, les implications pour la Terre pourraient être colossales... ou insignifiantes. Car si le système fonctionnait ainsi depuis longtemps, le fait que quelques personnes de plus soient au courant ne changerait pas grand chose à un agencement à l'échelle mondiale. De plus, de la façon dont Kate en parlait, cette société semblait organisée en différentes branches, chacune gérant sa propre zone d'influence, et chacune pouvant être pratiquement indépendante les unes des autres, ce qui ne simplifiait pas son enquête.

Ensuite, la journaliste embraya sur le sujet et portail, et énonça tout haut les même conclusions auxquelles Jace était arrivé en son fort intérieur. Il l'avait jugée avec justesse : cette femme était loin d'être une imbécile. Ce qui le surprit davantage, c'est qu'elle ne sembla pas avoir l'intention de tirer avantage de la situation et lui proposa même de lui fournir dans l'instant des informations lui permettant de retourner seul à l'endroit du supposé portail. Il avait déjà pu constater l'altruisme désintéressé de Kate, mais cela continuait de le prendre au dépourvu tant il y était peu coutumier, plus habitué aux complots, manipulations politiques et trafics d'influence. Sans parler des batailles désespérées où il était parfois nécessaire de jeter la morale aux orties pour tirer chaque avantage possible afin d'assurer la survie de ses troupes.

Mais si ce monde n'était probablement pas exempt d'intrigues politiques, il semblait relativement en paix, ce qui expliquait peut-être cette attitude qui surprenait un peu le mage.

- C'est aussi l'hypothèse à laquelle je suis arrivé, concéda Jace. Et je suis vraiment pressé de retourner sur place pour la vérifier par moi-même si, comme le dit le prisonnier, je devrait à présent être capable de voir le portail. Mais, toujours en imaginant qu'il soit bien là, je préfère en apprendre un peu plus sur son fonctionnement avant de l'emprunter.

Kate venait également de lui promettre de le ramener elle-même directement s'il pouvait attendre quelques jours, et en profita pour lui demander son aide dans la poursuite de son affaire. Il n'avait pas toute la vie devant lui, mais il estimait qu'il y avait peu de chances qu'Emrakul réapparaisse aussi vite après s'être échappée de Zendikar, il pouvait donc prendre le temps d'apporter son soutient à Kate sans mettre en péril sa mission. Il était beaucoup plus facile de rester serein quand on connaissait la porte de sortie.

- Vous m'avez vraiment bien aidé, je pense donc que je peux faire cela pour vous. Et puis cela me donnera l'occasion d'en connaître un peu plus sur le monde qui est le vôtre. En attendant, interrogeons donc ce prisonnier et essayons d'obtenir des réponses un peu plus précises.

Il joignit le geste à la parole et monta les escaliers pour retourner auprès du prisonnier. Il s'accroupit devant lui, le regardant droit dans les yeux.

- On va passer aux choses sérieuses, et cette fois tu vas nous livrer tous ce que tu as à nous donner.

Puis il étendit son propre esprit pour écouter celui du prisonnier.


Dernière édition par Jace Beleren le Sam 24 Sep - 14:30, édité 1 fois

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Dim 18 Sep - 22:23

La tonalité commença à émerger du téléphone que tenait Jack dans les mains, le confirmant dans son idée qu'il ne s'était pas trompé de numéro. Ou tout du moins que le numéro existait bel et bien. L'intérêt d'exploser un téléphone contre un mur en deux points : Tout d'abord ça évite d'être tracé en cas de fuite dans la police mais surtout que ça fait du bien quand on est énervé. Petit inconvénient : On perd littéralement tous les numéros et les dossiers se trouvant à l'intérieur. 

Intérieurement, Jack se glissa un mémo dans son cerveau : Note à moi-même : Penser à faire des sauvegardes du contenu de mon téléphone plus souvent. Ses pensées pour l'avenir furent stoppés par le bruit correspondant à l'interlocuteur venant de décrocher. S'en suivit une voix que reconnut Jack. Il se félicita de se mémoire intérieurement lorsqu'il entendit à l'autre bout du téléphone le commissaire Garcin dire son nom.

-Ici Jack Nacht à l'appareil. Le détective privée en charge de l'affaire du triple homicide des flics. J'ai des nouvelles pour vous.

-Nacht ! Justement je pensais à vous ! On peut savoir ce que c'est que ce numéro de téléphone ?

-Mon téléphone a eu quelques ennuis mais là n'est pas le problème.

-Non effectivement le problème vient plutôt de ce que vous avez fait sur le ferry ! Vous vous rendez compte du nombre de plainte à votre égard ?! Vous avez séquestré un membre d'équipage et je n'évoque pas vos excès de violence. Vous savez qu'il existe un manuel de police et qu'en tant qu'ancien policier vous devriez le connaître !

Certes les accusations à l'encontre de Jack n'étaient pas tout à fait fausses. En fait, pour parler franchement il avait espérer avoir un peu plus de temps avant que les plaintes ne commencent à s'amasser à son encontre. Jack souffla, il entendait ce genre de plainte très souvent et il savait que ça ne pouvait rester impuni éternellement. Toutefois il avait souvent des traitements de faveurs soit grâce à des pots de vin soit grâce à ses résultats qui étaient, quant à eux, incontestable habituellement. A bout de patience, Jack reprit la parole :

-C'est en suivant le manuel de police que tant de personnes sont mortes avant qu'ont aient levé le petit doigts. Je vais les voir parfois, ils aiment les fleurs. Quoiqu'il en soit j'ai besoin de vous, j'ai peut-être un truc sur le tueur si ça vous intéresse toujours plutôt que de me balancer vos manuels dans la gueule pendant que je m'occupe de venger la mort de vos hommes, chef.


Ce dernier mot était plein du dédain qu'il avait pour Garcin de le traiter comme il l'avait fait. De plus, il tentait de ferrer son attention en balançant littéralement une bombe sur la conversation. N'entendant pas répondre le commissaire, Jack continua :

-Ecoutez, je vous propose un petit marché : Je vous livre les informations que j'ai au sujet de l'enquête et vous, vous vous débrouillez pour que toutes les plaintes contre moi soient sans suite. En échange de quoi, le reste de mes honoraires ne vous seront pas déduits. Ça vous va ?

-Jack vous savez tout comme moi que ça n'est pas de mon ressort. Dit Garcin d'une voix fatigué par Jack. Qu'est-ce que vous voulez que j'y fasse. Par contre si vous ne me dîtes pas ce que vous savez c'est une entrave à...

-Une enquête de police ouais ouais je sais. C'était juste pour savoir c'est tout... Bon Blanche m'a transmis l'adresse de l'assassin. Un certain Lestat Addison résidant à la Rochelle, 2 rue des Cyprès. D'après elle, une certaine Ruby Isocrates-Poe est en danger. Faîtes toutes les recherches que vous pouvez sur ces deux personnes et intervenez. Je fais au plus vite pour vous rejoindre.

-Vous êtes sûr de vous cette fois-ci ? 

-Je suis sûr de rien, elle a pu dire ça pour m'emmener sur une fausse piste mais si c'est la vérité, l'individu est sans doute dangereux alors faîtes gaffe à vous. J'arrive.

-Jack attendez, il y a une chose : Le tueur aux origamis à frappé à nouveau pendant votre enquête. Je pensais que vous voudriez le savoir.

Jack bloqua à l'évocation du surnom du tueur qu'il recherchait depuis tant de temps. Il avait entendu, alors qu'il se trouvait sur la route, le décès d'un jeune garçon par noyade dans une canalisation, ressemblant au mode opératoire de ce tueur et il avait fait le rapprochement mais là c'était du concret. Il ne sut que répondre à part : Merci avant de raccrocher le téléphone.

Jack resta dehors, à regarder l'heure sur le téléphone en se demandant s'il aurait le temps d'intervenir avant que le suspect ne s'échappe. Ne souhaitant pas partir comme un voleur, il regagna l'intérieur de la maison. Il chercha du regard Kate et Jace et, ne les trouvant pas, supposa qu'ils devaient se trouver au premier avec le prisonnier. Il alla donc à leur rencontre, prêt à les interrompre si nécessaire.
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Kate Wase le Sam 24 Sep - 11:52

Comme elle s’y attendait, Jace accepta de rester quelques jours de plus en sa compagnie pour l’accompagner à Buckingham Palace. Ce n’était pas très honnête de sa part mais elle avait volontairement orienté son discours pour l’inciter à faire ce choix. En lui laissant la possibilité de partir et en lui proposant son aide ultérieurement elle passait pour la gentille et lui faisait comprendre qu’il aurait plus de chance de trouver l’objet de sa recherche avec elle. Cela dit, les arguments qu’elle avait évoqué étaient vrai ; elle avait du pain sur la planche et elle aurait, de toute façon, eut du mal à perdre une journée ou deux pour conduire Jace dans la forêt et chercher avec lui le fameux portail. Elle était toutefois heureuse qu’il ait choisi de rester. Son enquête piétinait et elle ne doutait pas que celle-ci allait faire un bond en avant avec son pouvoir de télépathie. Il fallait maintenant trouver le moyen de le faire inviter au bal… elle-même avait choisi d’y venir en qualité de noble cette fois ci et non pas avec une accréditation presse comme elle le faisait la plupart du temps dans les évènements mondain. Ainsi, elle affirmait son statut et se tiendrait sur un pied d’égalité avec ses interlocuteurs. Elle n’aimait pas cela, d’où le fait qu’elle utilisait généralement le nom de famille de sa mère dans la vie courante pour ne pas avoir de passe-droit. Kate Wase avait construit sa réputation professionnelle par son travail acharné et son mérite et non grâce à son nom de famille. Cela dit, cette fois ci elle accompagnerait ses parents et il allait donc falloir trouver une justification quant à la présence de Jace… peut-être en le faisant passer pour son compagnon ? Elle avait quelques heures pour y penser.
D’ici là, il allait falloir interroger ce prisonnier et elle suivi donc le planeswalker jusqu’à l’étage. Avant d’entrer, la jeune femme paramétra son téléphone pour enregistrer la conversation qui allait suivre puis glissa l’appareil dans sa poche l’air de rien. Dès qu’elle aperçut le garçon, elle comprit ce que Jack voulait dire en parlant d’un gamin. Quant à l’état dans lequel il se trouvait… Kate ne put s’empêcher de grimacer. Pourquoi était-il à moitié nue ? Et ces bleus sur son corps, les meurtrissures de ses mains et de ses poignets... A l’évidence il n’avait reçue aucuns soins. Avait-il été seulement hydraté ou nourrit depuis sa capture ? Ah décidément, ce cher Jack n’en loupait pas une. Jace vint se planter devant lui et tenta de l’intimider, ce qui surprit un peu Kate. Ne voulait-il pas qu’elle gère la suite ? A moins qu’il veuille jouer au gentil et au méchant flic…
Posant son sac et son appareil photo dans un coin de la pièce, la jeune femme récupéra une petite bouteille d’eau dans ses affaires et se rapprocha des deux hommes. Elle vint s’assoir à côté de Jace, face au prisonnier.

-Bonjour.

Pas de réponse. Bon, elle ne s’attendait pas non plus à un déferlement de joie de la part du garçon.

Après l’échec cuisant des deux autres, ces abrutis étaient désespérés au point de lui envoyer une femme ?

-Je m’appelle Mélodie. Et toi ?


Il n’était pas question qu’elle lui donne son vrai prénom au risque que ce dernier remonte à de mauvaises oreilles. A nouveau, pas de réponse, juste un regard blasé.

-La reine envoie vraiment de très jeunes garçons aux combats. Es-tu majeur ?

Il avait largement l’âge d’aller au combat. Orderic avait désespérément besoin de se défouler, d’évacuer cette rage et cette frustration qui s’était accumulé en lui depuis sa capture. Ces enflures avaient tué son maitre et tentaient de lui arracher des informations en le battant sans lui laisser la possibilité de rendre les coups... Il s’imagina en train d’arracher les vêtements de cette coureuse de remparts après lui avoir collé son poing dans la figure. Les femmes étaient tellement plus faciles à humilier et à soumettre… Mais il était attaché et il devait subir les paroles de la fille sans pouvoir la faire taire. Il se consolait au moins en imaginait le plaisir qu’il aurait à la briser. Qui sait, il en aurait peut-être bientôt l’occasion. Et ce type à la capuche aussi… il l’insupportait. Mais c’était de loin le détective qu’Orderic tenait le plus à massacrer, l’assassin de son maitre… il le ferait payer cher.

- Détache-moi et je te montrerai si je suis un homme.

Si le sous-entendu n’échappa pas à Kate, cette dernière ne sembla pas affectée par ce qu’il venait de dire et but une gorgée d’eau. Elle montra ensuite la bouteille au garçon.

-Tu as soif ? Il n’y a pas de piège et elle n’est pas empoisonnée comme tu peux le voir, ajouta-t-elle en voyant le regard méfiant de son voisin.

Orderic hésita un instant sans comprendre ce soudain élan de générosité. S’il était tenté de rejeter l’offre par orgueil, sa gorge asséchée, elle, réclamait avec violence le précieux liquide. Il accepta donc d’entrouvrir les lèvres pour boire ce que la femme lui offrait. Ses mains toujours attachées, il devait compter sur elle pour tenir la bouteille et cette situation était comme un coup d’épée dans sa fierté. Quelques instants plus tard, il avait toujours soif mais sa gorge le brulait moins. Tant pis pour la fierté, ça faisait du bien.


-Comment t’appelles-tu ?
-Orderic, lâcha le garçon après un instant d’hésitation.

S’il ne pensait plus à torturer Kate, il avait du mal à soutenir son regard après ce moment de faiblesse. Et puis il n’avait pas non plus oublié la présence fort désagréable du type bizarre à la capuche.

-Orderic comment ?
-Tornas.

De toute façon ce nom ne risquait pas de les mener où que ce soit. Ici il avait une fausse identité pour ne pas être inquiété par les forces de l’ordre.

-Dis-moi Orderic, à quoi ressemble ton monde ? Il doit être très différent du mien.
-Il l’est.
-Par quels aspects ? Est-ce que vous vivez dans de grands châteaux ?
-Les nobles gens, oui.
-Y a-t-il vraiment des fées là-bas, et de la magie ?
-Des enchanteresses oui, et beaucoup d’autres choses.
-Comme ta reine, elle a de grands pouvoirs.
-C’est une déesse.

Kate considéra le garçon un instant, réalisant à quel point il avait été endoctriné. A moins que la méchante belle-mère soit vraiment si puissante que ça, dans ce cas-là la suite risquait de devenir dangereuse.

-Tu l’a déjà vu utiliser sa magie ?

Certes dans le conte elle était qualifiée de sorcière mais rien n’indiquait qu’elle ne se contentait pas d’empoisonner des fruits et des objets et de faire la conversation à des miroirs.

Orderic acquiesça. Il revoyait ce moment où elle avait attrapé cet homme à la gorge, sa peau s’était flétrie comme une fleur fanée… spectacle abominable qui faisait froid dans le dos.

-Il faut être stupide pour la défier. Stupide ou complètement fou.
-Mais si elle est si puissante pourquoi n’est-elle pas encore venue te sauver ?

Silence.

-A tout hasard… est-ce que ses grands pouvoirs seraient limités sur Terre ?
-Même limitée elle reste plus puissante que n’importe qui ici ! S’exclama-t-il avant de réaliser brusquement qu’il en avait peut-être un peu trop dit.

Son maitre lui avait expliqué que cette planète était capable d’altérer les capacités de certains, notamment ceux qui pratiquaient la magie. Enfin bon, de toute façon sa reine n’était pas omnisciente, même dans son monde, sinon elle aurait permis la capture de Blanche-Neige depuis longtemps. Mais ça n’enlevait rien à ses grands pouvoirs, son talent d’oratrice et sa capacité à gagner les guerres qu’elle entreprenait. Si cette femme n’était pas une déesse, elle était au moins une grande conquérante.

-Je n’en doute pas. Mais du coup elle a eu besoin d’un petit coup de pouce pour envahir ce monde. C’était plutôt habile de se lier à des protagonistes issus d’autres mondes.

Pur coup de bluff de la part de Kate qui se révéla pourtant payant. Orederic écarquilla les yeux, ne sachant pas quoi répondre. A l’évidence elle venait de taper juste.

Mince alors, elle était au courant ? A l’évidence cette femme en savait nettement plus que ce qu’elle voulait bien l’admettre. Etait-elle au fait pour Utopia ? Lui-même avait des connaissances assez limitées sur le sujet naturellement, il n’était pas dans les petits papiers de la reine, mais il avait accompli quelques missions qui l’avait amené à établir des contacts avec des terriens mais aussi avec des étrangers à ce monde et au sien. Il avait entendu dire que la reine était forcée de coopérer avec des gens issus d’univers lointains pour assoir doucement son autorité sur ce monde.

-Utopia c’est ça ? J’ai hâte de rencontrer la reine à Buckingham Palace. Je ne doute pas qu’une personnalité anglaise comme elle sera présente aux réjouissances. Quel est son nom d’emprunt en Angleterre déjà ? Catherine… ?

Elle n’avait fait que relier les éléments de réponses et les spéculations qu’ils avaient pu faire et avoir depuis le matin même, en tirant des conclusions et les présentant comme des évidences à Orderic en espérant le faire réagir. Ce n’était que du bluff bien sûr, mais ça ne marchait pas trop mal.

-Je ne sais pas de quoi vous parlez, bredouilla Orderic.

Il ne savait pas de quel bal il s’agissait et ne connaissait pas le nom de la reine ici, sur Terre. En revanche il était sidéré et commençait à angoisser devant la somme de connaissance de cette femme. A sa manière, elle était pire que le détective ou que le type à la capuche : elle ne cognait pas mais elle faisait preuve de beaucoup plus de lucidité.

-Vraiment ? Et ce qui vous sert à voyager d’un monde à l’autre, les portails, est-ce vous qui les faites apparaitre momentanément pour permettre un voyage ? Vous utilisez la magie ? La science ?

Orderic plissa des yeux en cherchant le piège. S’agissait-il une fois encore de questions rhétoriques ou elle essayait vraiment de lui extirper des informations ? Tant mieux. Si elle ignorait que les portails étaient des points fixes et fermes dans l’espace et apparaissaient indépendamment de leur volonté c’était toujours ça de gagné. Autant lui mentir pour lui faire croire que son camp avait l’avantage.

-Ma reine contrôle les passages, répondit-il évasivement.

Ce n’était pas tout à fait faux, sa majesté faisait étroitement surveiller les portails qu’elle avait découverts.

-Que cherche-t-elle ici au juste ?

La première Terre, point de convergence de tous les mondes. Celui qui la contrôlait obtenait un pouvoir colossal. Dire que les habitants de cette planète n’avaient même pas conscience de ce trésor… Cette femme voulait savoir si son monde était envahi et il allait avoir intérêt à être prudent. Qui sait pour qui elle travaillait ? Peut-être que l’armée de ce pays risquait de se soulever contre sa reine ou ses complices s’il en disait trop. Mieux valait lui donner de faux renseignements plutôt que de se contenter de se taire.

-Notre monde est très différent du votre et sa majesté à espoir d’importer vos technologies pour améliorer le bien-être de ses sujets. L’eau courante par exemple, ou encore l’électricité… mais cela nécessite de l’argent terrien et un réseau de contacts qu’elle n’était pas en mesure d’avoir sans s’investir un tant soit peu dans votre économie.

Si ce que ce garçon dépeignait, la méchante belle-mère n’était peut-être pas une si mauvaise personne. Kate avait toutefois l’impression que ce récit n’était pas complet. Jace pourrait le lui confirmer plus tard. En attendant elle allait devoir faire selon son instinct.

-Et Blanche-Neige dans tout ça ?
-Elle a tenté plusieurs fois de rassembler des rebelles pour nuire à la paix établie par sa majesté. Comment appelez-vous cela dans votre monde ? Ah oui… du « terrorisme ». Pour le bien de tous il faut l’arrêter avant que la rébellion ne prenne trop d’ampleur.
-Donc ta reine subtilise nos technologies pour le « bien de ton peuple ».
-Elle les achète. Il n’y a rien d’illégal.
-Et ses complices des autres mondes aussi ?
-Je… ne sais pas.
-Est-ce que tu as déjà entendu parler d’un certain Jan Kerr ? … Jim Moriarty ?
-Non.

Ces noms lui évoquaient vaguement quelque chose mais il ne se souvenait pas avoir jamais traité directement avec eux.

-Et l’ambroisie, ça te parle ?
-Non.
-Est-ce que le trafic de drogue permet à Utopia de blanchir de l’argent ?
-Je ne sais pas.

Ca ne l’aurait pas surpris outre mesure.

-Est-ce que ton pays te manque ? Et ta famille ?

Le garçon regarda son interlocutrice, déconcerté. Elle avait le don de passer du coq à l’âne.

-Non.

Son pays lui manquait terriblement. Quant aux membres de sa famille… ils étaient tous morts et enterrés depuis de nombreuses années.

-Les gens de ce monde peuvent-ils traverser un portail sans danger ?
-Non.

Il le pouvait oui, avec l’assistance d’un habitant des autres mondes. A priori c’était sans danger. Mais contrairement à eux, jamais ils ne voyaient le portail, même après un premier passage.

-Est-ce que des hommes et femmes natifs de la Terre sont impliqués dans le trafic entre les mondes ?

Oui.

-Pour qui travaillez-vous ?

Cette fois ce fut au tour de Kate d’être décontenancée. Elle se reprit rapidement.

-La police.
-Toi je veux bien le croire, mais lui… non, dit-il en désignant Jace.

Il était peut-être épuisé, blessé et affamé mais il n’était pas totalement débile. Un flic anglais ne s’habillait pas comme ça, même quand ils portaient des vêtements de civils. Kate lança un regard à Jace pour lui faire comprendre qu’elle en avait fini. S’il voulait intervenir c’était l’occasion.
avatar
Kate Wase
Enchanteresse

Messages : 137
Date d'inscription : 15/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jace Beleren le Mar 27 Sep - 15:08

Kate rejoignit Jace pour commencer à poser ses questions, et le mage estima qu'il avait eu raison de lui laisser la main avant de tenter l'invasion brute. La journaliste menait son interrogatoire d'une main experte de qui a l'habitude de se plier à ce genre d'exercice. Dépourvu de la plupart de ses pouvoirs télépathiques, il avait choisi la ruse et l'intimidation pour obtenir ce qu'il voulait, mais Kate s'en sortait tout aussi bien, sinon mieux, dans un tout autre registre.

A mesure qu'elle posait les questions et que le garçon livrait les réponses qu'il voulait bien livrer, Jace percevait dans son esprit ce qu'il désirait cacher. Il fut tout particulièrement intéressé par les pouvoirs de la reine, et par leur diminution. Si vraiment, comme il le pensait, c'était ce monde lui-même qui altérait les capacités magiques de tous ses visiteurs, cela expliquait peut-être ce qui arrivait à l'étincelle de Planeswalker de Jace. Et peut-être aussi à sa télépathie, bien que celle-ci ne soit pas à proprement une capacité magique, car il pouvait s'en servir sans utiliser de mana.

Il avait donc bon espoir de voir tout ceci rentrer dans l'ordre aussi-tôt qu'il aurait quitté ce monde. Ce n'était qu'une hypothèse, mais elle faisait naître un grand espoir en lui.

Il laissa Kate terminer son interrogatoire sans l'interrompre, laissant à plus tard le soin de corriger les mensonges et révéler les secrets. Et ne tarda pas à arriver au bout, et lorsque ce fut le cas, Jace entreprit de poser ses propres questions avant d'analyser le tout.

- Tu as parfaitement raison, intervint-il. Je ne travaille pour personne d'autre que moi-même, bien qu'il m'arrive parfois de rendre quelques services ici et là. Et justement, pendant mon séjour sur Terre, j'en profite pour aider Mélodie ici présente, car elle m'a rendu un grand service par le passé.

Jace n'utilisait pas des mots au hasard, et chacun avait un sens et un but précis. Par cette simple phrase, il indiquait qu'il n'était pas natif de la Terre, qu'il n'avait de compte à rendre à personne et pouvait donc agir comme il l’endentait, et qu'il était redevable à Kate et ne laisserait pas Orderic lui nuire sans rien faire. Une petite mise en garde, dissimulée mais pas trop. Il avait également formulé cela de façon à laisser croire que se présence ici était tout à fait volontaire et maîtrisée, ce qui était un gros mensonge, mais à défaut de contrôler la situation, il fallait au moins en donner l'impression. De plus, la formulation "par le passé" pouvait laisser croire qu'il ne s'agissait pas de sa première venue. Cela dit, cela entrait en contradiction avec certaines questions qu'il avait posées précédemment et qui trahissaient sa méconnaissance des portails. Orderic pouvait donc très bien, selon son état de fatigue et d'attention, flairer l'arnaque, ne rien remarquer, ou même ne plus rien comprendre face à une telle contradiction, ce qui laissait deux chances sur trois de prendre encore un peu plus d'ascendant sur lui.

- Il y a encore plusieurs choses que j'aimerais savoir. En premier lieu, combien de portail son sous le contrôle de la Reine ? Et est-ce qu'ils mènent tous vers des mondes différents ?

Orderic plissa des yeux sans s'intéresser aux questions que lui posait Jace. Autre chose le préoccupait d'avantage.

-Pourquoi m'interroger sur les portails si tu es déjà au courant ?

Peut-être cherchait-il à donner le change devant le détective qui semblait ignorant mais ça n'avait pas une grande logique puisque ces trois protagonistes semblaient agir de concert.


- Quelle importance puisque tu va me donner ce que tu sais de toute façon ? Alors, combien ?
- Combien de quoi ?
- De portails.
- Je ne sais pas... Surement beaucoup.

A ce moment là, Orderic commença à penser qu'il se sentait vraiment mal a cause du manque de nourriture et que c'était plus difficile de maintenir sa concentration et donc sa méfiance. Il vaudrait peut-être mieux arrêter de parler avant de faire une erreur qu'il pourrait regretter.

Une indication vague, qui n'avançait pas beaucoup Jace, mais qui donnait toutefois une idée du pouvoir de la reine. Si vraiment la Terre était le point de convergence de tous les mondes, alors chaque portail sous son contrôle augmentait son influence à la fois sur Terre et dans ces mondes, puisque chacun où elle pouvait se rendre était susceptible de lui procurer des ressources supplémentaire.

- Grande conquérante et fine stratège que cette reine. Si je résume la situation, dit-il pour Kate sans se soucier d'Orderic, elle est venue sur Terre, point de convergence de tous les autres mondes, pour y installer les racines de son futur empire et faire croitre ses ramures au travers des nombreux portails qu'elle surveille. C'est futé, elle peut utiliser ses ressources sur Terre pour conquérir les autres mondes via les portail, et aussi utiliser les ressources des autres mondes pour étendre son influence sur Terre. (Il se tourna à nouveau vers le prisonnier). Mais ces portail ne peuvent pas être contrôlés directement, ni déplacés, ils ressemblent davantage à des phénomènes naturel. Pour les surveiller, il faut donc disposer de personnel et d'infrastructures, surtout si le but est d'en contrôler strictement l'accès. (Il examina attentivement le prisonnier, puis se tourna vers Kate). Il y a donc de bonnes chances de trouver des portails en cherchant les différents lieux dans le mondes appartenant à la reine, ou à Utopia.

Il revint à nouveau sur le prisonnier, tout en continuant à parler à Kate.

- Et il ment, au fait. Les terriens ne peuvent jamais voir les portails, mais ils peuvent les traverser s'ils ont l'aide d'un non-terrien. Ce qui signifie qu'elle peut aussi envoyer des agents natifs de la Terre dans les autres mondes. En plus de cela, il semblerait qu'elle ait effectivement certains pouvoirs, qui ressemblent assez à de la nécromancie, d'après ce que j'ai pu voir, ce qui la rendrait particulièrement dangereuse. Mais vu que ce monde altère toutes les capacités magiques de ceux qui y pénètrent, elle a compensé cette faiblesse d'une autre manière, en gagnant une position de grande influence dans ce monde. Son objectif est clairement de gagner le plus de pouvoir possible, et c'est en utilisant la position centrale de la Terre dans la structure des mondes qu'elle compte y parvenir.

Orderic regarda Jace avec des yeux ronds.

-Qu'est-ce donc que cette magie là ?

Kate acquiesça, un peu chamboulée par ces informations.

- Effectivement, il doit être plus aisé de conquérir des mondes moins évolués quand on a mit la main sur des technologies plus puissantes et plus destructrices. Mais si je me souviens bien, dans l'histoire, la reine est obsédée par le fait d'être la plus belle femme au monde et elle décide de tuer sa belle-fille, Blanche-Neige, quand son miroir magique lui dit que celle ci est plus belle qu'elle. Est-ce que ces conquêtes ne seraient pas également motivées par la recherche d'une technologie qui permettrait à cette femme de s'embellir un peu plus ou bien peut-être de garder sa jeunesse sur le long terme ?

- C'est bien possible également. Je connais une nécromancienne qui a passé pas moins de quatre pactes démoniaque pour acquérir l'immortalité. Cependant, le pouvoir appelle le pouvoir, et j'ai été témoin de cette soif plus souvent qu'à mon tour. C'est un cercle vicieux, plus on en a, plus on en convoite davantage. Ce n'est pas pour rien que la plupart des planeswalkers plus anciens sont mégalomanes.

- Il y a une chose que je ne comprends pas. Pourquoi la Terre est si spéciale ? C'est quoi cette histoire de convergence des mondes ?

Là, Orderic se dit que ça craignait et qu'il avait merdé et Jace le faisait grave flipper parce qu'il commençait à penser au fait que ce dernier était peut-être capable de fouiller son esprit.

- Je dirais que, puisque les portails sont des phénomènes fixés, ils créent des connexions entre les mondes, comme un pont reliant les deux berges d'une rivière infranchissable. J'imagine que cela signifie que tous les mondes ne sont pas nécessairement reliés entre eux, mais que chaque monde existant dispose d'un portail menant vers la Terre, plaçant cette dernière au cœur de tout le système. Comme un gigantesque carrefour à partir duquel il est possible d'aller partout. (Il s'adressa à Orderic) C'est bien cela ?

Orderic fixait le sol.

* Ils savent, ils savent... non ! Ils n'ont pas comprit l'essentiel ! Et merde, Orderic arrête de penser ! Regarde plutôt le sol, arrête de penser ! *

Il fixa le sol en essayant de faire le vide dans sa tête.

Jace remarqua bien entendu son petit manège et s'en amusa intérieurement. Si son but était de protéger son esprit, il faisait exactement ce qu'il ne fallait pas, ce qui faciliterait encore la lecture pour le mage.

- J'aimerai bien savoir ce que la Terre a de si spécial. Vous n'avez jamais rien entendu de tel auparavant ? Demande t-elle à Jace.

- Absolument pas, répondit-il du tac-au-tac. Jusqu'à ce matin, je ne connaissait pas l’existence de la Terre, et je n'avais encore jamais entendu parler de ces portail, nulle part dans tout le multivers. Cela dit, le simple fait d'être relié à tout les autres monde suffit largement, selon moi, à la rendre exceptionnelle, voire unique.

- Vous n'avez pas perdu votre journée finalement, lança Kate avec un sourire un peu forcé. Mais il y a deux choses qui m'interpellent : premièrement pourquoi les miens ne sont pas capables de voir les fameux portails alors que vous tous le pouvez. Deuxièmement pourquoi les histoires de certains, euh, "extra-terrestre"?, sont écrites noir sur blanc dans mon monde, comme des fables... ?

Orderic est actuellement en train de chantonner une chanson qui passe en boucle à la radio, dans sa tête, en essayant de ne pas se focaliser sur ce que disent les deux zozos.

- L'explication la plus simple serait que, tout comme les personnes et les biens, les histoires voyagent, souvent bien plus vite et facilement que le reste d'ailleurs.

- Et comment expliquer le décalage temporels entre l'édition de ces histoires et la réalité ?


* Bande d'ignorants ! * Pensa Orderic. * Vous prenez le problèmes à l'envers ! ........... Merde! *

Il se remit à chanter dans sa tête.


- Cela, je dois bien admettre que je l'ignore. Mais... (Il se tourna vers le prisonnier) Notre ami semble penser que nous faisons fausse route sur toute la ligne. (Il se replaça face à lui) Il va donc nous expliquer tout cela, n'est-ce pas Orderic ?

Orderic soupire, résigné.

- Et qu'ais-je à gagner à coopérer ?


- Probablement rien, mais on ne te demande pas ton avis. Alors explique, en quoi avons-nous tord ?

S'il parlait, il serait supprimé une fois qu'ils en auraient finit par obtenir ce qu'ils voulaient ou livré à la police qui en feraient peut-être autant. A moins que ce ne soit la garde noire qui abrège ses souffrances pour avoir trahit la cause. S'il se taisait, ce type allait lui soutirer de force la vérité et la logique suivrait quand même son court. Orderic commença à penser qu'il était temps de puiser le courage nécessaire pour faire ce qu'il aurait du faire depuis le moment ou il avait été capturé...


Manifestement, il avait encore un atout dans sa manche, et Jace eut l'intuition que cela ne lui plairait pas du tout. Il devait capter toute attention.

- Tu n'aimerais pas revoir Terreflamme ? Ce serait dommage qu'elle brûle pour de bon, pas vrai ? Figure-toi que je connais une pyromancienne très douée. Une fois, je l'ai vu mettre le feu à une armée entière d'engeances Eldrazi.

Ce n'était que du bluff, bien entendu. Jace n'était pas homme à sacrifier toute une contrée aussi facilement. Et quand bien même ce serait le cas, Chandra refuserait catégoriquement de commettre une telle horreur. Mais cela, Orderic n'en savait rien.

Il regarde Jace dans les yeux en essayant de se réjouir des conséquences de ce qu'il s'apprête à lui dire tout en songeant avec désespoir au suicide qu'il s'apprête à commettre. Il y a un mur derrière lui... un seul coup un peu fort contre une surface dure et la capsule de poison mettre fin à son existence.

-...Tu te crois fort ? Mais toi et tes copains n'êtes rien du tout. Tu es né d'une pensée. Regarde cette femme, ce sont les gens de son espèce qui t'ont crée. Qui nous on tous crée. Ils nous ont tricoté une histoire, un destin. Et le pire dans tous ça ? C'est qu'ils n'en ont même pas conscience !

- Il a une capsule de poison, éloigne-le du mur ! S'écria Jace.

Et ce disant, il se précipita sur le prisonnier pour l'empêcher de commettre l'irréparable. Ce type était carrément prêt à se suicider ! Il avait sous-estimé la profondeur de sa dévotion à la cause de sa reine.

_________________
avatar
Jace Beleren

Messages : 64
Date d'inscription : 15/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Jack Nacht le Mer 28 Sep - 13:04

Jack monta silencieusement les quelques marches menant au premier étage de la maison. Pendant ces quelques heures de "détention" par Dean, il y avait toujours eu, ou quasiment des bruits dans cette maison et là, pour une fois, le silence se faisait. L'atmosphère était pesante, comme dans une scène de crime. Passant devant la porte menant à l'individu qu'on interrogeait, il entendit plusieurs personnes parler. Il tenta d'écouter mais ne comprenait pas ce qui se disait. Ne voulant interrompre une interrogatoire sans doute productif, Jack s'éclipsa en direction de la chambre dans laquelle Arsène avait séjourné et s'était enfuis. 

Il pénétra à l'intérieur et vit les quelques hommes en train de se relever à la suite du tir de Zat. Il avait, dans un sens, pitié de ces hommes. Il savait comme la douleur de cette arme était perçante. Il s'avança vers l'un d'entre eux qui avait visiblement du mal à se relever et lui offrit de l'aide. Il le porta depuis le dessous de son épaule et l'aida à s'asseoir sur le lit. L'homme regardait Jack et lui adressa un hochement de tête, signifiant qu'il appréciait son geste. 

Jack se désintéressa immédiatement des différents hommes dans la pièce et observa la scène. Il tenta, mentalement, de retracer ce qui s'était produit à ce moment là. Premièrement, il nota la porte enfoncée et la fenêtre défoncée. Autant ne doutait-il pas que la porte était le fait des gardes du corps mais la fenêtre, ce n'était pas logique. C'était donc Arsène. Il s'approcha alors de celle-ci et porta son regard vers le tissu tombant du toit. Une corde pour s'enfuir ? Peu probable vu l'état dans lequel se trouvait Arsène au moment où il était parti. Forcer sur son épaule l'aurait fait souffrir et il n'aurait pas tenu. C'était donc une diversion évidente. 

Il tenta de s'éloigner un peu pour avoir une vision d'ensemble lorsqu'il nota le bruit bizarre que faisait ses pas à cet endroit. Il leva un pied et découvrit que le sol était mouillé. Le plancher avait déjà absorbé un peu de liquide, prouvant par là qu'il y en avait plus à la base. Jack s'agenouilla alors et passa une main sur le liquide et le sentit. Ce n'était pas une odeur très marquée, c'est pourquoi Jack ne la reconnut pas. Il chercha alors d'où venait ce liquide, regardant près du sol. Il découvrit, sous le lit, la poche de solution qui se trouvait reliée à Arsène la dernière fois que Jack l'avait vu. Celle-ci était éventrée et on pouvait aisément penser que c'était ce qui se trouvait sur le sol. 

Il s'approcha et observa ce qui se trouvait sous le lit. C'était une bonne cachette à priori mais avec un défaut majeur : La poussière. Sur le sol se trouvait une fine couche de poussière en dessous du lit, endroit qu'on a généralement plus de mal à faire. On pouvait noter que celle-ci avait été essuyé ou repoussé à cet endroit. Il frotta sa barbe de quelques jours et réfléchit. Les pièces commençait à s'imbriquer. Sans doute Arsène avait-il brisé la fenêtre et fait diversion avec cette corde, signifiant qu'il était sur le toit. Les hommes avaient due forcer la porte et foncer vers la fenêtre. La solution avait alors servit de conducteur au tir du Zat, électrocutant tous les mafieux en même temps. Ce plan était très élaboré pour quelque chose qu'on avait fait à la va-vite.

Jack se releva, il avait réellement affaire à Arsène Lupin, résidant d'un autre monde, ce qui s'était produit en était une preuve flagrante. Une question demeurait : Pourquoi tentait-il de protéger Blanche, sans doute étant la princesse Blanche-Neige ? Comment s'était-il retrouvé impliqué à ça ? Il ne comprenait pas et ça l'agaçait passablement.

C'est alors qu'il entendit soudain un éclat de voix de Jace qui lui glaça le sang.

- Il a une capsule de poison, éloigne-le du mur !


Aussitôt Jack s'élança dans le couloir et ouvrit la porte à la volée, la défonçant presque. Il posa immédiatement ses yeux sur le prisonnier dont la bouche écoulait d'un liquide qui ne laissait pas place au doute. Il était mort ou en train de mourir. Dans un sens ça réglait le problème de "qu'est-ce qu'on fait de lui" mais dans un autre, on se retrouvait avec un cadavre sur les bras. Jack regarda, hagard, tour à tour Kate puis Jace qui se trouvait dans la pièce :


-Bon dieu mais qu'est-ce que s'est passé ici ?! Vous étiez censé lui soutirer des infos, pas le buter ! Jack tenta de se calmer immédiatement, s'emporter n'apporterait rien. Je vais dire à Dean de cacher le cadavre le temps qu'on trouve comment le renvoyer dans son monde et l'enterrer avec les siens, ce petit était courageux pour avoir fait ça pour la protéger.


Jack s'approcha de Kate, il voulait lui parler avant de s'en aller en direction de la France :

-Ecoute, je sais que tu fais de ton mieux et je suis désolé de m'emporter comme ça. Je suis sur les nerfs en ce moment. Tu te souviens de la personne que je traquais à l'époque, le tueur aux origamis, il a refait surface en France. Disons que c'est assez personnel pour m'atteindre. Fugacement, une image traversa la tête de Jack, l'image d'un origami de chien assit. Cette image s'en alla aussi vite qu'il était arrivée. Je vais aller jeter un coup d'oeil en France pour trouver ce "Lestat". Faut que je parte tout de suite alors je te confie la suite de l'affaire. N'en fais pas trop et te fais pas tuer, d'accords ? On a pas assez de personne comme toi dans ce monde. Jack se rappela d'une autre journaliste l'ayant aidé par le passé. Elle avait des qualités qu'avait Kate, indéniablement. Il regarda ensuite Jace avec un sourire sévère. Je te confie la petite dame. Si t'es aussi fort que tu le prétend Jace, veille sur elle sinon aucun monde pourra te protéger de ma vengeance, ok ? Dans mon genre, je suis pire qu'un titan !


Et Jack s'en alla sans rien ajouter d'autre. Il avait de la route et plus de temps à perdre. Il avait rendez-vous avec les légendes et avec des portails...
avatar
Jack Nacht

Messages : 87
Date d'inscription : 03/03/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un monde foisonnant et stérile

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum