Eclairsissements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eclairsissements

Message par Alexandrov Kalistarine le Mar 24 Oct - 18:18

Avant de partir à la poursuite de fantômes des traces depuis longtemps effacées, la première chose à faire en débutant une enquête était de se renseigner sur les évènements passés et leurs protagonistes, et Alexandrov s’attela à cette tâche depuis sa « résidence secondaire », lieu de retraite caché aux yeux du mondes acquis sous un nom d’emprunt.

Il commença donc par se renseigner sur ses deux cibles, toutes deux aussi difficiles à cerner, mais pour des raisons différentes. Il consulta les contes et récits relatifs à Blanche-Neige, depuis le conte des frères Grimm de 1812 jusqu’aux plus récentes productions cinématographiques. La difficulté à cerner de personnage venait notablement du fait que les différentes version du récit pouvaient radicalement varier les unes par rapport aux autres, et il était impossible de deviner de laquelle provenait la jeune femme qu’il était supposer retrouver. Si elle avait été la gourde ahurie de la version Disney, la reine n’aurait pas besoin de lui pour la retrouver, même chose si elle était la princesse naïve du conte des frère Grimm.

Il enchaîna ensuite en se renseignant sur le personnage de James Moriarty. Pour lui, peu de divergences entre les différentes versions, et pour cause. Le mystère qui entoure ce personnage dans les œuvres originales de Doyle le rend intrinsèquement difficile à cerner, seulement évoqué par les protagonistes de l’histoire et n’apparaissant que dans une seule nouvelle. Les œuvres parues par la suite lui dessinent des contours plus nets, quoique pas tous d’accord sur bien des points, mais respectent l’œuvre originale en lui gardant cette aura de mystère constituant comme un bouclier face aux investigations le concernant.

Ces éléments en tête, et résumés sur le papier, il était ensuite temps revenir sur Terre, afin de fouiller dans les vies qu’y menaient ces deux personnages de fiction depuis un certain temps.

Il n’avait que très peu d’informations sur la vie terrienne de Moriarty. On pouvait trouver quelques renseignements le concernant dans les administrations et les sites catalogues des grosses entreprises, ainsi que sur le site internet du pôle pharmaceutique d’Utopia dont il était à la tête, naturellement. Mais connaissant le personnage, il y avait très fort à parier que la plupart de ces informations étaient fausses. Son adresse principale par exemple, très difficile à trouver, ne menait qu’à un bâtiment abandonné.

Grâce à ses contacts, Alex parvint à obtenir le dossier administratif de Blanche Doll, identité qu’elle revêtait sur Terre. Sans avoir la moindre idée que ce n’était pas la sienne, d’après la Reine. Jusqu’au jour où un incident, une tentative de meurtre à son encontre, débouchant sur trois policiers morts et la disparition de la jeune fille, allait faire basculer sa vie terrienne. Réunir les articles de presse relatant l’évènement était facile, mais obtenir une copie du dossier de police sur cette affaire risquait d’être moins aisé et de prendre plus de temps. Aucune idée, jusqu’à présent, de l’identité du meurtrier, à moins d’avoir un éventuel accès à se dossier.

Et c’est à ce moment de l’enquête qu’arrivent les deux derniers protagonistes : le mystérieux complice de la jeune fille, lui ayant permit d’échapper à son agresseur, nul autre que le célèbre Arsène Lupin, ainsi qu’un détective privé chargé par la police française d’enquêter sur l’affaire. Enfin tout ceci à condition d’en croire les informations fournies par la Reine car, en l’absence du dossier d’enquête de la police, impossible de les corroborer. Il allait vraiment falloir qu’il trouve un moyen de mettre la main sur ce dossier.

En attendant, une fois encore, Alex allait devoir prendre le temps d’ingurgiter une partie de la littérature concernant ce Lupin afin de cerner cet autre personnage. Le moins qu’il pouvait constater était que toute cette affaire s’annonçait particulièrement difficile, entre un génie du crime et un génie de la cambriole. Finalement, la rétribution qu’il avait réussi à négocier, qu’il croyait trop importante pour une simple traque, n’était peut-être même pas à la hauteur des efforts et du temps qu’il allait devoir investir dans cette mission, et il commençait à se demander s’il ne s’était pas fait avoir.

Le cas de Jack Natch était bien différent. Policier efficace mais trop violent, il est devenu détective privé après avoir été viré de la police, il était chargé d’aider la police sur cette affaire de triple homicide et, à en croire les informations dont disposait Alex, la subtilité n’était pas son fort. Il n’y aurait qu’à suivre les bleus et les hématomes pour le retrouver. Cette brute était la piste la piste la plus prometteuse.

Enfin, Aïdoneus Klymenos, qu’Alex connaissait, était peut-être également impliqué dans l’affaire, d’après la Reine, bien que le jeune homme ait du mal à voir quel intérêt il aurait pu en retirer. Cette suspicion était née d’une simple photo de lui dans un magazine accompagné de Blanche. Seulement les date ne collaient pas pour Alex car cette photo avait été prise avant les évènements de Montpellier, alors que Blanche menait encore sa vie d’étudiante ordinaire.

Alors, la Reine était-elle paranoïaque à voir des ennemi parmi tous ses confrères ? Ou bien toute cette histoire autour de Blanche-Neige était-elle bien plus énorme qu’une simple histoire de succession au trône dans un monde parallèle ? Quoi qu’il en soit, Alex avait encore trop peu d’éléments pour le moment. Il venait de passer trois semaines à rechercher des informations et lire des livre écrits deux siècles plus tôt. Mais il avait bien avancé.

Déjà, élément important, Lupin et Moriarty venaient du même univers alors qu’ils étaient issus de deux œuvres distinctes. Cela signifiait qu’un même univers pouvait réunir plusieurs œuvres différentes, pour peu qu’elles aient suffisamment de points communs (en l’occurrence, le contexte temporel et culturel). Ensuite, Lupin était apparu de nulle part pour sauver Blanche-Neige d’une tentative de meurtre, et ils avaient disparu ensemble. Leur localisation étant inconnue, si véritablement Moriarty s’était venté de détenir Blanche, à un moment où elle était encore en mouvement avec Arsène, alors considérant que celui-ci venait du même univers que Moriarty, il y avait toutes les chances qu’il travaille pour ce dernier. Ou que Moriarty n’ait bluffé dans le seul but d’énerver la Reine, ce qui était plausible également.

Mais le baron du crime étant introuvable, et Lupin expert pour se fondre dans le décors, Jack qui leur courait après était sa meilleur piste, car il était plus facile à suivre, ayant une identité véritable sur Terre (celle de Blanche Doll ne servant plus à rien maintenant qu’elle était en cavale).

Il allait donc falloir passer à la vitesse supérieure et commencer la traque proprement dite. Et cela commençait à Montpellier, afin d’obtenir le dossier de l’enquête et celui de Jack Natch.

Alex réserva une chambre dans un hôtel quelconque de la ville, sous un faux nom bien entendu. Avec quelques recherches, il dénicha l’identité d’un officier de l’IGPN, il lui fut donc facile de fabriquer une fausse carte en remplaçant simplement la photo.

Tôt le lendemain matin, ll appela le service de l’IGPN en demandant à parler à l’agent Dureau afin de s’assurer que M. Dureau était en mission à l’extérieur des bureaux en ce moment, puis il se présenta donc au commissariat de Montpellier sous cette fausse identité. Tout se passa presque trop facilement. Il se présenta comme agent de l’IGPN, qu’il était chargé d’enquêter sur cette affaire de triple meurtre et que Jack Natch, ancien policier devenu privé et mandaté par un officier comme soutient sur l’enquête était suspect dans cette affaire. Il demanda donc une copie des dossiers de l’enquête ainsi que le dossier complet de Jack et, pour faire bonne mesure afin de ne pas éveiller les soupçons, le dossier de l’officier qui avait fait appel à ce dernier. On avait vérifié son identité, puis on avait accédé à sa demande et il était repartit tranquillement avec le carton sous le bras.

De retour à son hôtel, il commença à examiner tout cela, à savoir le dossier de l’enquête sur le meurtre des trois policiers. Deux heures plus tard, il passa au dossier de Jack Natch. Le moins qu’on pouvait dire, c’est que ce n’était pas un tendre.

Après une heure de lecture, il décida de faire une pause dans ce fastidieux travail pour consulter les infos locales. Enfin pas tout-à-fait les infos. Il s’intéressait surtout aux sites véhiculant des évènements étranges et inexpliqués pouvant le mettre sur la trace d’éventuels portails. Si 99,9 % de ces « évènements » étaient de pures inventions ou banales sur-interprétations de la part d’illuminés prêts à croire tout ce qui sortait un peu de l’ordinaire, il arrivait parfois que l’une d’elles le mène à une piste prometteuse.

Et en quelques minutes, il tomba sur l’une de ces infos insolites : plusieurs témoins rapportant avoir aperçu des arc électriques dans une ruelle proche d’une des places de la ville, dans la soirée de la veille. Les autorités ont conclu à un simple effet d’optique provoqué par les reflets sur les vitres des bâtiments alentour d’explosions de pétards. Cependant, le site montrait des photos de légères traces de brûlure au sol qu’il considérait comme suspectes car ne correspondant pas à des explosions de pétards.

Alex ne se faisait pas d’illusions, ce genre de pistes trouvées sur des sites complotistes ne l’avaient jamais menées nulle part, mais il gardait l’espoir de tomber un jour sur quelque chose de concret. Et cette fois-ci, cela semblait un peu moins bancal que d’ordinaire. Il décida donc, pour se changer un peu les idées, et se faire une meilleure idée de ce qui avait bien pu se passer.

L’endroit était une ruelle partant d’une petite place en plein cœur du centre historique de la ville, quartier aux rues pavées, essentiellement piétonnes, cis sur une colline. Et lorsqu’il trouva le lieu indiqué, repérant enfin, après plusieurs minutes, les traces de brûlure au sol correspondant aux photos, il remarqua aussi quelque chose de plus intriguant encore : des feuilles d’arbre, brûlées mais non consumées, dont deux arboraient en leur centre un trous aux contours calcinés, mais n’ayant pas brûlé les reste de la feuille. Très curieux. Comme si ces feuilles avaient effectivement été traversées par un arc électrique, ou quoi que ce soit d’autre de très énergétique capable de voyager dans l’air de façon très localisée.

Voilà qui était bien singulier. Alex prit deux ou trois photos des feuilles incriminées, avant de remarquer qu’elles ne ressemblaient pas à celles de l’arbre qui agrémentait la place en bas de la ruelle. Il en conclut qu’elle devaient provenir d’en haut et remonta donc l’étroit passage. Chose curieuse, il n’y avait pas d’autre feuilles d’arbres le long de cette ruelle, pas plus que dans les rues qu’elle croisait. Et aucun autre arbre dans les environs. D’où venaient donc ces feuilles ? Très étrange.

Cette fois, il avait de bonnes raisons de penser qu’il avait mis la main sur quelque chose de solide.
avatar
Alexandrov Kalistarine

Messages : 38
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum