Salissures et meurtrissures

Aller en bas

Salissures et meurtrissures

Message par Alexandrov Kalistarine le Mar 6 Fév - 23:55

Pour une fois, Alex était tombé sur quelque chose de prometteur, et il avait des indices sur la localisation d’un portail dans les rues de Montpellier. Seulement en l’absence de soutien, il n’avait aucun moyen de localiser précisément et encore moins de franchir ce portail, il ne pouvait donc pas pousser plus loin son investigation sur cette affaire. Il revint donc rapidement à la raison première de sa présence dans le sud de la France.

Les dossiers de police lui avaient donné quelques informations supplémentaires mais rien de suffisant pour avoir une piste à suivre, en l’état actuel des choses. La piste de Jack Natch restait la plus prometteuse, il décida donc de se rendre directement à la source. Son dossier de police contenait, entre autres informations, l’adresse de son bureau à Nîmes. Par chance, c’était une ville proche. Alex se rendit donc sur place et, avec un peu d’astuce et de matériel adéquat pour forcer la serrure, pénétra dans le bureau. Il passa plusieurs heures à fouiller dans les papiers, dossiers, et à prendre des photos des documents qu’il pouvait y trouver. Et enfin, un début de piste s’offrit à lui. Un contact de Jack, du nom de Dean, au Royaume Unis. C’était une faible piste, mais Jack avait été vu pour la dernière fois sur un ferry à destination du Royaume-Unis, alors cela valait la peine d’essayer.

Il passa donc les quelques heures suivantes, une fois revenu à son hôtel, à numériser les dossiers de police dont il disposait, pour ne pas avoir à trimbaler quelques kilos de papier à travers toute l’europe, pris grimpa dans un avion pour Londres.

Le lendemain, en milieu d’après-midi, il frappait à la porte d’une maison d’aspect ordinaire. C’était la troisième planque potentielle qu’il fouillait de la journée, et les deux précédentes n’avaient rien donné.

Mais cette fois, la porte s’entrouvrit, et un gaillard à la mine peu engageante lui demanda avec rudesse qui il était.

- Je viens voir Dean. De la part de Jack. C’est urgent.

La porte se referma brusquement dans un claquement, sans un mot, et Alex fut planté là. Puis le battant s’ouvrit à la volée quelques secondes plus tard, et le gaillard était accompagné d’un type plus petit, mais encore moins engageant, qui pestait dans sa barbe, manifestement de très méchante humeur.

- Qu’est-ce qu’il me veut encore, ce fils de chienne ? Je lui avais pourtant bien fait comprendre que je ne voulais plus avoir affaire à lui !

 - Parfait ! Répliqua Alex avec un léger sourire. Il m’a chargé de vous remettre un petit cadeau. Une sorte de dédommagement.


Tout en prononçant ces mots, Alex piocha dans son petit sac et en sortit son sonic gun, clairement trop gros pour tenir dans un si petit contenant, et tira en direction des deux malfrats avant qu’ils aient eu le temps de réagir. La déflagration sonique les projeta en arrière et ils furent tous deux sonnés sur le coup. Alex entra, puis ferma la porte derrière lui pour être tranquille. Puis, piochant à nouveau dans son sac, il en sortit cette fois le pistolet équipé d’un silencieux pour éliminer le garde qui lui avait ouvert la porte.

Il ligota soigneusement Dean, puis fit prendre son envol à Flybot pour vérifer que la maison était bien vide. Aidé de son petit espion robotique, il localisa et élimina sans difficulté les deux derniers hommes de main qui occupaient l’étage. Quelques minutes plus tard, Dean se réveillait enchaîné à un radiateur. Alex avait rangé son pistolet et son sonic gun mais tenait dans sa main ce qui ressemblait à une matraque électrique.

 - Je suis navré de faire ainsi irruption chez vous, mais ma situation exige des mesures exceptionnelles, donc allons-y sans perdre de temps. Quand avez-vous rencontré
Jack pour la dernière fois, d’où venait-il et où est-il allé ensuite ?
 - J’ai bien dit à Jack que je voulais pas le revoir, c’était pas pour le suivre à la trace ! Si c’est ici que vous êtes venus chercher des renseignements tu peux courir mon pote !


    Dean vérifia son entrave et n’hésita pas, devant son ravisseur, à tenter de tirer sur ses liens pour vérifier de la solidité du radiateur. Malheureusement pour lui, celui-ci était clairement visé contre le mur avec impossibilité technique qu’il ne bouge. Il bougea plus encore, se contusionna de toutes ses forces jusqu’à se faire mal mais rien n’y fit. Il ne pouvait bouger et restait à la merci de l’homme qui le menaçait. Il dévisagea la personne qui le menaçait avec une sorte de matraque électrique. Dean l’observa d’un air de défi. Il venait de la rue et des coups il en avait pris. Son vis à vis pouvait-il en dire autant ?

 - Tu crois me faire peur ? Tu viens t’en prendre à des trafiquants et tu crois t’en sortir sans bobos ? Tu ne sais pas à qui t’as à faire. Quand je serai détaché tu vas morfler !


Alex ne répondit pas à la menace, futile et sans effet, et se contenta de se redresser, dominant Dean de toute sa hauteur. Il reposa les mêmes question, absolument à l’identique, et sur le même ton, que précédemment. N’obtenant pas de réaction, il fit un pas de côté pour se placer sur le côté de Dean et ne pas rester devant lui. Puis il toucha ce dernier avec le bout de sa matraque, et s’assurant de demeurer loin de ce qui allait se produire, appuya sur le petit bouton pour l’activer. L’objet généra bien une impulsion électrique, mais certainement rien de comparable à ce à quoi devait s’attendre le trafiquant. Au lieu de ressentir la douleur d’un choc électrique, le truant sentit son estomac se contracter violemment et expulser tout son contenu qui se déversa sur le sol, avec tout l’inconfort que cela impliquait.

 - Quand avez-vous rencontré Jack pour la dernière fois ?


Dean n’avait pas comprit ce qui venait de ce produire. Lui qui croyait avoir l’ascendant et l’expérience de la rue pour lui, il se retrouvait avec une douleur atroce à l’estomac et un vomissement compulsif. Clairement ça n’avait rien à voir avec les matraques électriques conventionnel. Des larmes coulèrent le long de ses yeux pendant que se déversait au sol le contenu de son estomac. Lorsqu’enfin cela fut terminé, il tenta de retrouver son souffle qu’il avait précédemment perdu.

 - Je vais te crever ! Et si je ne le fais pas personnellement quelqu’un s’en chargera pour moi, ragea Dean. Les mecs comme toi se croient toujours plus malins que les autres mais ils finissent par crever comme des loques dans le caniveau.


    Une nouvelle nausée l’assaillit à cause de l’odeur de vomi qui s’échappait du sol et de ses habits. Il se retint à grand peine, le coeur aux bords des lèvres. Il tenta à nouveau de tirer sur ses liens mais il n’arriva à rien. Il était bloqué, son repas prédigéré gisait sur lui, répandant son odeur pestilentielle.

 - Viens ici ! Viens voir papa, qu’il puisse te dire à l’oreille où se trouve tonton Jack !

 - Vous semblez tout-à-fait à même d’utiliser votre voix normalement, je préfère donc ne pas trop m’approcher. Voyez-vous, vous puez.

 - Si tu veux ton information alors ramène ton cul ici ! Jack est un mec imprévisible et tu le trouvera jamais sans mon aide.


Avec un soupir, Alex frappa Dean au visage avec la matraque, mais sans l’activer. Un simple coup de semonce.

- Vous n’êtes pas vraiment en position d’exiger. Et pour votre information, si vous avez trouvé l’effet de mon outil désagréable la première fois, sachez que ça l’est beaucoup plus lorsque l’estomac est déjà vide. Quand l’avez rencontré pour la dernière fois, et où ?
 - Mais qu’est-ce que tu lui veux à Jack Nacht ! Ce n’est qu’un policier raté qui ne vaut pas la peine qu’on se préoccupe de lui. Il n’amène que des emmerdes et je sais de quoi je parle !


Du sang commençait à s’écouler dans la bouche de Dean. Un rapide coup de langue lui fit remarquer qu’une de ses molaires bougeait suite au coup de son ravisseur. Il força légèrement dessus et celle-ci s’extirpa dans un craquement. Il la cracha en visant, du moins il essaya, l’homme qui le torturait.

 - Tu sais quoi ? Je viens de réaliser que ce fils de pute mérite pas que je taise ce que je sais à son sujet ! C’est un ripoux violent et alcoolique. Un bon à rien qui s’est fait dégager de la police pour son comportement. Mais crois moi que si tu le cherche, tu finira dans un état pire que moi et j’espère être là ce jour là pour te cracher à la gueule en souriant.

 - A la bonne heure ! Quand donc l’avez-vous vu pour la dernière fois ?

 - Je l’ai vu dans un bistrot de Londres il y a déjà quelques jours. J’avais quelque chose à lui donner avant de mettre définitivement fin à mes embrouilles avec lui. Visiblement, même loin de lui il continue à m’attirer des emmerdes ! Si tu veux le trouver c’est pas moi qui fallait faire chier. Maintenant que tu as ce que tu voulais relâche moi. Dépêche toi, avant que les autres gars qui étaient dehors ne reviennent et ne nous trouve comme ça. Ils risqueraient de pas apprécier.


Du bluff pur et dur, Dean n’avait pas d’hommes qui attendait à l’extérieur mais il espérait que son ravisseur ne le remarquerait pas. Il avait de toute façon perdu son sang-froid depuis longtemps alors ce n’était pas ça qui allait le trahir. Dean espérait que les renseignements fournis calmerait les ardeurs de son bourreau. Il ne bougeait plus, ne se débattait plus toutefois il fixait l’homme avec la rage dans les yeux.


C’était une information prometteuse pour Alex. Il avait de la chance. Si Dean avait vu Jack il y a seulement quelques jours, alors il savait peut-être quelque chose à propos de ses véritables cibles. Il y avait peut-être même une chance que Jack ait fait appel à Dean précisément dans le cadre de cette traque, laissant une piste plus aisée à suivre. Et si des hommes se pointaient, il saurait quoi faire. Remerciant intérieurement le criminel pour le conseil, il se contenta d’envoyer son flybot se poser à l’extérieur de la maison, caché à un endroit d’où il pouvait surveiller l’entrée, tout en continuant à interroger son captif.

 - Bon ! On avance ! Que deviez-vous lui donner ? C’était pour une affaire en cours ?


    Dean suait à l’idée que son stratagème puisse être découvert. Il craignait que son ravisseur ne puisse se réjouir plus encore de savoir Dean sans défense. Il ne remarqua même pas que les questions avaient déviés, se centrant désormais sur les affaires de Jack.

    -Mais je ne sais plus bordel ! Il m’avait fait faire des fausses cartes d’identités. C’est bon t’es content ! Il m’a payé et et il s’est barré, fin de l’histoire !

    Dean commençait à sérieusement s’énerver et cela se ressentait dans son flot de parole, son agitation ou dans son ton. Tout trahissait d’une réelle violence qu’il ne pouvait mettre à profit.

    -Tu me détache ! Tu as eu ce que tu voulais !
    - Non, pas encore… Ce n’est pas suffisant, il va falloir vous creuser un peu plus la mémoire, rétorqua Alex en jetant un coup d’œil régulier sur sa montre pour surveiller les images que lui envoyait sa libellule mécanique de l’extérieur de la maison. La dernière trace que j’ai de lui, c’était sur un ferry en provenance de la France, sur lequel il avait embarqué à la poursuite de deux fugitifs, une jolie jeune femme et un homme du genre élégant. Seulement après cela, plus aucune trace, ni de lui ni des deux autres. Alors éclaire-moi un peu !

    A l’évocation de la description, Dean eut un suspend. Bien entendu il savait pertinemment de qui voulait parler son tortionnaire. Il se rappelait de la jeune femme et de l’homme. C’était pour eux qu’il avait fait des faux papiers. Il se mit à réfléchir à toute vitesse. Jack lui avait fournis des noms alors il ne s’était pas embêté à les retenir… Mais c’était sans doute la seule façon qu’avait l’homme de retrouver Jack rapidement. Décidément rien ne lui revenait.

 - Jack avait rendez-vous avec ces personnes. C’était pour eux les faux papiers, pour la demoiselle et le blessé. Il m’a juste fournis des photos et des noms mais je m’en rappelle plus…


    Soudain un plan vint à son esprit. Il avait une idée de la façon de s’en sortir. Il tenta le tout pour le tout.

 - Je crois avoir un double de cette liste dans mon bureau, je peux te la trouver. Avec cette liste, tu retrouves ces personnes. Ce sont les derniers à avoir vu Jack à ma connaissance. Tu pourrais la chercher seul mais tu va perdre un temps fou, temps qu’il te manquera pour rattraper notre cher détective ! Alors, marché conclu ?


Enfin une information intéressante ! Et une piste prometteuse ! Inutile de préciser à ce criminel de bas-étage que sa véritable cible était la jeune femme et que Jack n’était qu’un moyen d’arriver jusqu’à elle. Qu’il pense le contraire, cela ne changeait rien.

 - Ne vous occupez donc pas de la façon dont je gère mon temps ! Dites-moi simplement où est rangée cette liste.


Jack et sa cible avaient déjà plusieurs semaines d’avance sur Alex. Quelques heures de plus n’y changeraient rien du tout. Par contre, c’était là quelque chose d’intéressant : il semblait que Jack ait retourné sa veste ! Partit à la poursuite des deux fugitifs, probablement pour les arrêter, il les avait carrément aidé, en contactant Dean pour leur fournir de faux papiers ! Que s’était-il passé qui puisse justifier un tel revirement ?

La question était intéressante, mais finalement, cela ne changeait rien à la mission d’Alex. Et s’il pouvait mettre la main sur ces fausses identités… Il connaissait un ou deux hackers qui faciliteraient grandement sa traque.

 - Et tant que vous y êtes, vous pouvez aussi me dire où et quand avait lieu ce rendez-vous.

 - Je ne sais pas quelle jour avait lieu le rendez-vous mais certains de mes hommes ont croisés Jack dans un parc de Londres quelques jours plus tard. Si tu le cherche, j’imagine qu’il faudra commencer par là. Pour ce qui est des noms des personnes que Jack recherche, tu sauras ça qu’à condition que tu me détache et que tu dégage d’ici bien sagement !


    Il commençait sincèrement à se dire que son ravisseur allait le laisser crever contre ce radiateur. Il savait qu’il n’était pas vraiment en position de négocier toutefois si l’homme voulait vraiment avoir des informations, il n’aurait pas le choix.

 - Et oubliez cette liste, elle n’a jamais existé !


Alex n’était pas vraiment ravi de la situation. Il ne s’attendait pas à de la résistance de la part du truant, mais cela le contrariait tout de même. Et l’odeur de vomi qui baignait la pièce n'arrangeait rien. D’ailleurs…

 - J’ai horreur qu’on me mente, dit-il en actionnant son sick stick sur Dean pour provoquer une nouvelle crise de vomissement.


Avec l’estomac déjà vide, cela devait être particulièrement désagréable. Et cela permettait aussi de l’affaiblir un peu plus. Alex rangea son bâton dans sa bourse et y attrapa son pistolet équipé d’un silencieux, ainsi que son couteau de chasse. Il coupa les liens de Dean tant que celui-ci était encore sous le choc et recula de deux pas pour le tenir à la merci de son arme, tout en gardant le couteau en ergot dans sa main stabilisatrice.

 - Après vous !


    Dean commençait sincèrement à avoir des vertiges suite aux vomissements provoquées par l’arme. Il tentait d’accrocher son regard à ce qu’il pouvait dans la pièce, tant bien que mal, en s’efforçant de calmer ses tremblements. S’il s’était déjà imaginer subir quelques tortures, ce supplice était impitoyablement persuasif. Il commençait à se dire qu’il fallait qu’il tente quelque chose pour s’enfuir.

    C’est alors que son bourreau lui donna une chance de tenter une sortie. Après le coup de bâton vomisseur, il le détacha de ses liens et l’intima d’avancer vers le couloir. Dean s'exécuta, avec beaucoup de mal, et se remit sur ses pieds, réfléchissant. Finalement, titubant vers la porte, il décida de tout dire. Avec un peu de chance, on le laisserait vivre.

- Jack m’a demandé de faire des cartes d’identités avec des noms particulier. Jade et Daniel O’Neill si ma mémoire est bonne. Et pour ce qui est de Jack, si tu tiens tant à le retrouver, essaye de trouver son amie, une journaliste qui s’appelle Kate. Il est pas le seul à savoir des choses… Je n’en sais pas plus je suis désolé...

    Dean s’était approché de la porte entre temps. Il était prêt à tenter quelque chose. Avec le peu de force qui lui restait, il s’élança dans l’encadrement de la porte. Il était aussi désespéré que ne l’était son plan. Il tenta de fermer la porte pour mettre de la distance entre lui et son ravisseur, sachant toutefois que sa vie était en jeu.

Alex s’était préparé à l’éventualité d’une tentative de ce genre, et il n’eut pas de mal à réagir rapidement. Il poursuivit Dean dans la maison jusqu’à l'extérieur, et, s’arrêtant sur le pas de la porte tandis que le criminel courait dans la rue, il se mit en joue et pris le temps de viser. Affaiblit par ce qu’il venait de subir, Dean ne courrait pas très vite, et il s’effondra lorsqu’une balle lui traversa un poumon.

Alex décrocha son téléphone, tout en s’approchant du moribond.

 - Geremy, contacte Anna pour moi, j’ai deux identités à traquer. Jade et Daniel O’Neill, partis d’Angleterre. Forte probabilité qu’ils paient tout en liquide, mais ils ont des faux papiers à ces noms, cela ne devrait donc pas être trop difficile. Et rajoute 50% au tarif habituel, c’est urgent.

Puis il raccrocha, et d’un tir au coeur, acheva l’homme qui venait de lui donner sa meilleure piste.

Tandis qu’il se rendait à Londres, il consulta à nouveau de le dossier de Jack qu’il avait numérisé. Cette Kate y était effectivement mentionnée. Trois fois rien, mais ce serait suffisant pour la retrouver. Si Dean avait dit vrai, la rencontrer pouvait peut-être s’avérer intéressant, en attendant d’avoir les infos sur ses véritables proies. Il ne s’intéressait plus vraiment à Jack maintenant qu’il avait une piste solide pour Blanche et Arsène, mais autant s’assurer qu’il ne manquait aucun élément important. Et puis même Anna mettrait au moins une, voire deux, journée pour les retrouver.

Arrivé à Londre, il commença donc à fouiller un peu la vie de cette Kate Wase, journaliste de son état. Il passa à nouveau par Anna pour avoir des informations au sujet de la jeune femme, et ce fut presque immédiat. La journaliste carriériste semblait faire une pause car elle n’avait rien publié depuis un certain temps. En réalité, depuis la mort de son frère, dont elle avait hérité l’appartement à Londres. Et puisque celui-ci était plus proche que le domicile principal, Alex décida d’aller y faire un tour par aquis de conscience.

Malheureusement, le verrou de la porte de l’appartement était un peu trop sophistiqué et solide pour ses maigres compétences de crochetage. Il se dit qu’il aurait bien besoin d’un outil quelconque pour pallier ce genre de problème incroyablement trivial et qu’il devrait mettre ses ingénieurs sur le coup quand il en aurait le temps.

En attendant, il se retrouvait coincé devant une bête porte. Il pourrait certes utiliser son sonic gun pour défoncer l’ouverture, mais il préférait ne pas faire de vagues avec cette Kate pour ne pas avoir à la tuer elle aussi. Dean était un cas extrême, et il finirait par se faire repérer s’il semait les cadavres derrière lui.

Dans l’impossibilité d’entrer, Alex ressortit du bâtiment et envoya son Flybot en éclaireur pour regarder à l’intérieur par la fenêtre. Heureusement, il n’y avait pas de rideaux. L’appartement semblait avoir été occupé très récemment, malgré la mort de son ancien propriétaire, et Alex cru même distinguer une paire de chaussures de femmes. Il semblerait qu’il ait fait bonne pioche. Il ne restait donc qu’à se poster dans les environs et à attendre la nouvelle occupante des lieux. Il savait quel modèle de voiture elle conduisait et le numéro de la plaque était indiqué dans le dossier qu’Anna lui avait transmis.

Lorsqu’elle arriva, il lui laissa le temps de monter jusqu’à l’appartement et fit de même pour sonner à la porte. Sa fausse identité d’agent de l’IGPN allait lui servir à nouveau.
avatar
Alexandrov Kalistarine

Messages : 43
Date d'inscription : 05/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum