Médusa, l'entrée d'une artiste (Fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Médusa, l'entrée d'une artiste (Fini)

Message par Médusa le Ven 7 Oct - 12:06



   
Votre Personnage

   

   
Fiche d'identité


   Nom/Prénom: Médusa alias Megara Ioannis

   Age: 30 sur Terre

   Sexe: Féminin

   Groupe : Légende

   Nationalité/Conte d'origine: Mythologie grecque

   Profession : Actrice

   Pays/Ville de résidence : Patras, en Grèce. Elle vit dans un somptueuse villa dans les montagnes. La demeure est de style grec ancien, ressemblant à un palais ancien fait de marbre blanc. On surnomme ce domaine "Le Palais aux statues", on bous laisse deviner pourquoi.

   Objectif de votre personnage: Blanchir son nom, montrer à tous que Médusa n'était qu'une victime et retrouver une vie normale.

   Signe distinctif : Une cicatrice autour du coup, à peine visible.

   Pouvoir/talent particulier : Sur Sempiternel, comme la légende, ses yeux sont mortels. Qui de chaire croise son regard est immédiatement changer en pierre. Elle possède aussi une très grande force, une régénration des membres, une grande rapidité et elle est très doué à l'arc.

Sur Terre, elle ne peut plus pétrifier. Mais elle peut paralyser juste une personne en face d'elle qui croise son regard. Quand cela se produit, ses cheveux s'agitent et sifflent comme des serpents, et ses yeux brillent. Contrairement sur Sempiternel, ce don ne s'active pas à chaque fois, mais seulement quand elle éprouve de fortes émotions. Elle reste encore forte et bonne à l'arc.

   
Description


   
Description mentale :

   
Médusa est quelqu’un d’assez lunatique. Elle peut passer d’un état doux et calme à colérique et violente. Cela est dû à des siècles de malédiction. Au départ, étant encore humaine, Médusa était connu pour son sourire, sa douceur, sa joie de vie et sa compassion. Il était rare de la voir en colère ou même pleurer. Tout le monde aimé, sa présence, ainsi que celle avec ses deux sœurs. Quand quelqu’un avait un problème ou avait besoin d’un conseil, c’était tout naturellement vers les trois sœurs gorgones qu’on se tournait pour recevoir de l’aide. De plus, elles savaient se montrer forte et déterminer quand il le fallait, des qualités qui leur ont permis d’atteindre de hauts rangs au temple d’Athéna.

Ce qui la fit changer fut, l’amour. La première fois qu’elle éprouva un tel sentiment, il fallait qu’elle découvre qu’elle fut trompée. Pire encore, elle était punie par jalousie, alors qu’elle n’était qu’une victime. Elle vit également ses deux sœurs tant aimées subir le même sort à cause de leur sang. Depuis, la joie qui l’habitait avait fui. Elle ne vivait plus que de tristesse et de colère. Depuis des siècles, elle ruminait sur son sort et celui de ses sœurs. Elles ne comprirent jamais pourquoi elles furent punies si injustement. Médusa dut apprendre à survivre, car contrairement à ses deux sœurs, elle était mortelle. Bien que la mort lui fût bien souvent plus attrayante, elle dut se battre pour sa survie, pétrifier tous ceux venus pour la tuer. Seule la compagnie de ses sœurs l’aida à ne pas perdre totalement la tête. Avec le temps, la gorgone finissait par perdre espoir. La vie normale qu’elle rêvait s’évanouissait peu à peu. Elle se voyait comme une bête, créer pour l’amusement des dieux.

Les choses changèrent une fois arrivé sur Terre. L’aide que lui apporta Hadès l’aida à avoir une meilleure opinion des dieux. Retrouvant sa forme humaine, même si ce n’est que partielle, elle retrouva également la joie de vivre. Son sourire et ses rires reprirent vie et son nouveau métier d’actrice l’aida à revivre pleinement. L’ancienne Médusa refit donc surface. Mais elle resta encore traumatiser par ses années de malédiction. Elle fit souvent des cauchemars qui la poussaient à hurler comme une damnée en pleine nuit, n’importe quoi pouvait lui rappeler un mauvais souvenir et la faire sortir de ses gonds, se montrant menaçante. Médusa retrouva son humanité oui, mais sa malédiction elle, demeurait encore.

   
Description physique :

   
Sur Sempiternel : Médusa est comme décrite dans la légende, une femme à la chevelure de serpent sifflant. Sa peau et recouverte d’écailles, ses yeux sont ceux d’un reptile de couleur jaune et ses jambes sont remplacées par une longue queue de serpent de dix mètres. Ses ongles sont devenus des griffes de bronzes pouvant trancher aisément la chaire. Sa taille est fine, rappelant sa beauté d’autre fois, tout comme son visage encore humain, dernier vestige d’une vie magnifique. Ses écailles sont vertes au niveau de la queue, mais prennent une couleur plus dorée en remontant jusqu’à la tête. Ses serpents sont quant à eux de couleur vert foncé.
Quand elle pétrifie quelqu’un ou quelque chose, son aspect physique change. Ses yeux devinrent lumineux, son magnifique visage devint monstrueux, il est plus animal, ses dents deviennent pointues, elle pourrait faire penser à un tigre à dent de sabre sans fourrure. Un visage monstrueux qui inflige la peur. On pourrait penser qu’il s’agirait de son véritable visage qui se dévoile.

Sur Terre : Elle est une magnifique jeune femme à la plastique superbe. Très fine, elle pourrait être considérée comme une statue de déesse grecque. Elle a de longs cheveux blonds qui brillent aux soleils, une peau claire comme le Crystal, des yeux d’un bleu brillant et des lèvres aussi belles et délicates qu’une rose le matin. Quand Médusa alias Megara entre dans une pièce, il est impossible de ne pas la remarquer. De plus, elle a une démarche si élégante qu’elle a un côté noble et un simple regard suffirait à faire tomber sous le charme. De plus, sa personnalité lui donne un vrai plus.

   
Histoire :


   
Si je vous demande de me citer le nom d’un monstre des plus terrible, qui nommeriez-vous ? Un dragon, puissant et crachant le feu ? Un minotaure, gardant un labyrinthe obscur et dévorant ceux qui s’y perdaient ? Une hydre qui peut attaquer de toute part avec ses nombreuses têtes ? Un cyclope possédant une force gigantesque pouvant déplacer des montagnes ? De bien redoutables monstres qui peuvent effrayer n’importe qui de par leur aspect que leur force. Mais il en existait un, une plutôt. Qui pouvait tuer rien qu’avec le regard. Vous l’aurez compris, il s’agit de Médusa. Mais avant de parler des ravages de cette gorgone, il serait bon de parler de qui elle était et de comment elle est devenue monstrueuse.

Nous remontons à l’époque de la Grèce antique, bien avant l’apogée d’Athènes. Les dieux venaient juste de prendre leur fonction et régnaient sur le monde des mortels. À cette époque, vivaient des héros qui affrontaient des tyrans et des monstres pour sauver les humains et qu’ils cherchaient également la gloire. Des temples furent érigés dans toute la Grèce avec des cités magnifiques, et des guerres avaient constamment lieu entre-elles. La Grèce était à la fois un joyau de culture, de philosophie et de science, mais également d’épopée épic. Ce fut dans cet univers que naquirent trois sœurs, Euryale, Sthéno et Médusa, qu’on connaissait mieux sous le nom de Gorgones. Trois magnifiques sœurs à la beauté incomparable. Elles étaient si belles qu’on leur attribua une ascendance divine.

Les gorgones furent à cette époque remplies de grâce et de bonté. Inséparables, elles accordaient de la compassion aux autres, un attachement à la nature et à la vie et elles aimaient le chant et la musique. Toutes ces qualités les firent passer pour des nymphes. D’ailleurs, nombres de poètes louèrent leur beauté, surtout celle de Médusa. Ils osèrent même la comparer à celle d’Athéna, déesse des arts et de la guerre. Pourquoi elle et non Aphrodite ? Les poètes étaient toujours incompréhensibles. Les gorgones grandirent et leur beauté et gentillesse en firent autant. Un jour, on leur offrit la possibilité de servir à l’un des temples d’Athéna. Possédant également un attachement à la spiritualité, elles acceptèrent, sans se douter du danger qu’il planait au-dessus d’elles.

Pendant des années, elles rendirent un service sacré sans faute. Mais leur maîtresse, bien qu’heureuse de leurs offrandes, se rendit malade de jalousie à cause d’elle. Beaucoup des fidèles qui se rendaient au temple, venaient spécialement pour admirer la beauté des trois sœurs. Elles se défendirent en voulant renvoyer les louanges à la déesse, mais cela ne suffisait pas à la calmer. Alors, elle chercha un moyen pour se débarrasser d’elles. L’occasion se présenta lorsque qu’un beau jeune homme, un marin vint faire la cour à Médusa. Cette dernière, fut attirée par les traits et l’esprit de son prétendant. Mais ce dernier ne voulut qu’une chose, coucher avec elle. Médusa s’y refusa, voulant rester vierge comme sa maîtresse. Le marin, après des mois à la harceler, dévoila son identité. Poséidon, dieu des mers en personnes. Médusa reconnu donc l’ennemi d’Athéna et se refusa définitivement à lui. De rage, le dieu des mers la pourchassa jusqu’au temple de sa nièce. Médusa supplia la déesse de lui venir en aide, mais cette dernière fit la sourde oreille. Seule, Médusa fut rattraper par Poséidon qui abusa d’elle, sans défense, sur le sol froid du temple en pleure. Poséidon eut à la fois la belle et aussi, la possibilité d’humilier sa rivale.

Médusa pleura toute la nuit sur le sol, demandant pourquoi. Ces deux sœurs vinrent la rejoindre et voulurent la réconforter. Écœurer par l’indifférence d’Athéna, Sthéno et Euryale se mirent à reprocher à la déesse ce qu’il venait d’arriver. Cette fois-ci, Athéna intervint. De colère, elle bâtit les trois sœurs pour leur impudence. Elle réprimanda aussi l’acte commis dans son temple à Médusa. Les tenants toutes trois responsables, elle les maudit. La magie de la déesse agit rapidement. Les trois sœurs, dans la douleur, virent leur corps se changer, les cheveux tombant au sol, remplacer par des serpents, la peau se recouvrir d’écailles et les jambes s’allonger et fusionnant pour devenir une queue de serpent. Les premières personnes qui vinrent au temple pour commencer les premiers rituels furent les premières victimes pétrifiées des sœurs. Horrifier, les gorgones s’enfuirent pour se cacher à l’autre bout du monde.
Les siècles passèrent, les gorgones restèrent isoler dans leur repère. Beaucoup d’aventuriers, de guerrier ou de simples passants succombèrent à leur regard mortel. Les trois sœurs durent ne compter que sur elles-mêmes pour survivre. Tantôt, elles restaient dans leur grotte, pleurant leur ancienne vie, tantôt, elles allèrent attaquer une ville pour se venger de cette injustice. Cela dura longtemps, une longue vie remplis de colère, de peur et de pierre….

Cela dura jusqu’au jour, où un héros, envoyer par Athéna vint affronter les trois sœurs. Ce jeune guerrier répondant du nom de Persée devait ramener la tête de Médusa pour sauver sa mère. Utilisant des objets magiques, il arriva invisible dans le repère des gorgones grâce au casque d’Hadès, donner par des nymphes. Il utilisa un bouclier poli d’Athéna pour trouver la gorgone sans risquer de se faire changer en pierre. Il retrouva Médusa endormi. Alors, avec prudence, tenant une faucille d’Hermès en mains, il trancha la tête de Médusa et prit la fuite avec. De son sang, naquit deux enfants, Pégase et Chrysaor. Fils de Poséidon, ils étaient enfermés dans le sein de Médusa à cause de la malédiction. On aurait pu croire que la mort libérerait la gorgone de son supplice, qu’elle pourrait profiter de la paix dans le royaume des morts. Il n’en fut rien.

La malédiction se poursuivit sur la gorgone, même après la mort. Arrivant aux enfers, elle garda son apparence hideuse. Elle devint à nouveau une bête effrayante pour tous, même pour les morts. De plus, elle n’avait connu les rites de passage et donc, on ne lui avait pas donné des pièces pour Charon. Elle fut condamnée à être une âme errante sur les berges du Styx, condamner à ne jamais trouver le repos. De rage, elle se vengea sur les âmes qui passaient près d’elle, leur faisant peur, les tourmentant. Elle faisait toujours peur, même si son pouvoir pétrifiant ne fut plus dans ce bas monde. Elle croisa même Héraclès qui n’eut le dessus sur elle, lors de sa dernière épreuve. Elle passa après le reste de son temps à pleurer et à se lamenter. Ses cris firent briser les os et fondre les chaires.

Le souverain des enfers vint finalement à sa rencontre. Ce dernier fut pris de pitié pour la pauvre créature et lui fit découvrir un secret. Hadès lui rendit la vie et lui expliqua qu’il avait trouvé des portails menant à notre monde. Il la fit découvrir alors un univers tout à fait différent du sien. En même temps, Médusa retrouva sa beauté perdue, redevant humaine, ou presque, puisqu’il y avait un reste dans ce monde de sa malédiction. Elle en fut heureuse. Hadès lui expliqua qu’il eut pitié d’elle à cause de ce que sa nièce et son frère lui ont fait subir et lui dévoila alors l’existence de ce monde pour qu’elle puisse avoir le libre-arbitre de son destin et commencer une nouvelle vie. Au départ, Médusa en fut choqué et très en colère. Mais très vite, elle apprit à saisir sa seconde chance en suivant les conseils de celui qui la sauver. Hadès parvint donc à calmer Médusa de sa colère envers les dieux.

Ce qui la choquait par contre, ce fut l’image générale que l’on se fit d’elle. La plupart de ses représentations, la montraient comme un monstres sanguinaire, sadique, parfois méritant ce qui lui était arrivé. Même dans les divertissements modernes, elle était devenue le monstre à abattre. Horrifiée, elle voulut changer cela. Grâce à l’aide d’Hadès qui était devenu une sorte de mécène, mais aussi un protecteur, elle entra dans un domaine qui lui plaisait, le cinéma. Tout le monde admirait son talent et sa beauté et très vite, on lui proposa des rôles dans des séries-télé et des films. Elle en profita, une fois ayant gagné assez de notoriété, pour lancer son propre film, un grand film basé sur sa vie, montrer au monde que Médusa n’était qu’une victime et qui aurait pour titre « Médusa : Le destin tragique ». Elle espérait ainsi faire changer la vision du monde sur elle. Mais son combat ne s’arrêta pas là. Toujours traumatisée par son vécu, elle s’engagea également dans des associations de lutte contre la violence faite en vers les femmes et se bat également pour leur droit. Elle avait eu droit à une seconde chance, elle comptait la tenir jusqu’au bout.


   
Test RP :


   
Il faisait nuit, et c’était calme. La lune éclairait de ses rayons la façade d’un temple en marbre qui trônait en haut d’une colline. Un paysage beau et rassurant, mais qui fut perturber par des pleurs. À l’intérieur de l’édifice, se tenait une pauvre jeune femme, éclairer par l’astre lunaire, se tenant aux pieds d’une statue en ivoire représentant une femme en armure, portant lance et bouclier. La jeune femme pleurait de tout son être, manquant plusieurs fois de s’étouffer. Ses vêtements datant d’une époque lointaine furent en lambeau. La femme pleurait demandant pourquoi. C’est alors que deux autres femmes firent leur entrée. Terrifier par ce spectacle. Elles coururent vers elle et la prirent dans leur bras. À leur tour, elles se mirent à pleurer. L’une d’elles leva la tête vers la statue, les yeux recouverts de larmes et les joues rouges. Elle cria :

Femme 1 : Pourquoi as-tu laisser cela Athéna ! Pourquoi ?!
Femme 2 : Nous sommes tes serviteurs, et tu nous ignores !!! Hurla la seconde.
Femme 1 : Nous te renions à ce jour déesse !
Femme 2 : Soit maudite !

À ces mots, une nouvelle femme fit son entrée. Elle sortait de l’ombre, dévoilant un corps superbe, une belle robe blanche, avec un plastron, un bouclier et un casque doré, tenant une lance. Elle fusilla des trois femmes du regard avec mépris et d’un air de dédain, leur répondit :

Athéna : Comment osez-vous… Mortelles.
Femme 2 : Tu as ignoré notre sœur qui te demandait de l’aide.
Athéna : Elle a commis une faute… Et je ne peux…

La première femme qui pleurait se redressa et cria de toute sa voix :

Megara : Couper !

Aussitôt, des spots lumineux s’allumèrent tout autour d’eux. La nuit étoilée dehors fut remplacer par une toile verte et le majestueux temple ne se révéla être qu’un simple morceau de décor. Pleins de gens s’agitaient au tour pour tout remettre en place. Un homme, assis sur une chaise pliable s’approcha de celle qui à demander de couper, avec un gobelet à café dans la main. Il enleva sa casquette et demanda ce qu’il allait :

Réalisateur – Que ce passe t’il Meg ?
Megara – Ca ne va pas du tout ! Cette Athéna ressemble plus à un robot qu’à une déesse. Elle doit limite se la jouer. Elle à la grosse tête et se croit meilleure que tout le monde.
Réalisateur – On peut toujours arranger pour que…
Megara -  Non Chris ! C’est mon scénario, mon film, on fait comme je l’ai demandé.

Voilà en gros la vie que Megara devait mener. Se tournant vers l’actrice jouant Athéna, elle voulu lui expliquer sa vision des choses :

Megara – Ecoutes, je sais, tu es fatigué, tu as pus souvent jouer des personnages assez effacer. Là c’est ta chance ma grande. Alors écoutes moi bien, tu es une reine qui à la grosse tête et quand elle pique une crise, elle le fait sentir. Un peu comme moi quoi.
Athéna – D’accord, je vais essayer.
Megara – Bien, on reprend alors depuis le début.

Et ainsi, le tournage pouvait reprendre. Megara espérait beaucoup de ce film, il représentait tellement de chose pour elle, enfin pour moi… Ce film devait rétablir la vérité et m’aider dans ma nouvelle vie.


   
*****************************************************************************


   
Vous

   Pseudo/nom: Iskaras

   Age: 24 ans

   Avez vous lu le règlement ? : Oui

   Comment avez vous connu le forum ?: On ma kidnapper

   Que pensez vous de celui ci ? Chouette Very Happy

   
avatar
Médusa
Artiste maudite

Messages : 30
Date d'inscription : 05/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Médusa, l'entrée d'une artiste (Fini)

Message par Blanche-Neige le Jeu 13 Oct - 18:17

Tu es validé ^^ amuse toi bien !
avatar
Blanche-Neige
Princesse héritière en cavale

Messages : 392
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum