La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Mar 22 Aoû - 13:05

Arsène avait eu tout le temps possible pour se remettre de ses émotions dans son monde depuis sa dernière visite de Londres lors du bal de la Reine. La menace avait été tellement présente ce jour-là que Blanche et lui avait décidé d'un commun accord de prendre du recul dans le monde d'Arsène et disparaître pour mieux revenir. C'est ainsi qu'ils fuirent la capitale Londonienne afin de se cacher dans une des demeures d'Arsène se trouvant en France. 

Ce jour-là, Arsène s'était préparé rapidement pour son futur rendez-vous. Il savait qu'il pouvait avoir fort à faire mais ce qui le préoccupait surtout c'était la confrontation entre Jack et Blanche. Il avait encore en mémoire ce que le détective lui avait fait subir par le passé et, rien qu'à cette pensée, une bouffé de rage l'envahi. Toutefois il avait confiance en les capacités de sa femme.

C'est le coeur lourd qu'il avait décidé de n'être pas là pour couvrir les arrières de Blanche et de continuer ses recherches sur le propriétaire illégitime de la clé USB qu'il avait subtilisé lors du bal. Sa mission était claire : Savoir si son propriétaire, un certain Robin "Longhram", était un allié ou un ennemi dont il fallait se méfier. Il avait passé des jours à demander aux SDF autour du château s'il avait vu ou s'il reconnaissait un homme répondant à la description de cet homme. Si les recherches eurent du mal à avancer il parvint, petit à petit, à emmagasiner assez d'informations pour cibler un quartier éventuel de résidence ou tout du moins de passage fréquent. Après quoi il continua d'observer et à interroger. Il se laissait même volontairement apparaître au grand jour, espérant que ce Robin finisse par le retrouver. 
Par ailleurs, il avait pu discuter avec sa moitié de l'identité de ce Robin Longhram et une interrogation s'était alors présenté : Robin de Longhram pouvait-il être une Légendes comme eux ? Cela venait du prénom inchangé mais aussi de l'arbalète qu'il avait utilisé, arme fort peu commune à cette époque. 
Un jour, Arsène fit courir la rumeur parmi tout ceux qui acceptait de l'écouter qu'il souhaitait rencontrer Robin et qu'il avait en sa possession un objet de grande valeur qu'il convoitait. Bien entendu il conserva son identité empruntée lors du bal. Il fixa un jour et une heure, midi précise, et laissa la rumeur faire le reste comme une traînée de poudre.

Le jour J il se présenta au rendez-vous bien avant l'heure prévue afin de prendre ses marques. Il avait des habits grossiers, comme s'il s'agissait d'un des SDF qu'il avait pu interroger et tournait la tête de tous les côtés afin d'observer les alentours. Il espérait que son plan fonctionne et que Robin avait obtenu le message. Il se tenait au sol, dans un des parcs de Londres et attendait qu'on vienne lui faire la charité. Il n'avait pas l'impression d'être épié mais se sentait étrangement tendu. D'une main, il vérifia sa frappa en direction de sa poche intérieur et, satisfait, se remit en position, patientant jusqu'à l'arrivée de son interlocuteur.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Mer 23 Aoû - 9:42

Autant vous le dire, les choses n’allaient pas aussi bien depuis l’histoire du Palais de Buckingham. Ma mission fut un réel échec, car on m’avait volé la clef USB que désirait tant Marco. Ce dernier n’a pas manqué de me le reprocher pendant des heures. Il se permit même de se moquer comme quoi le « Célèbre Robin des bois, prince des voleurs, c’est fait voler facilement. » Le seul avantage que j’avais, qui pourrait arranger les choses, c’était le nom du prétendu voleur, mais cela ne suffisait pas à calmer Marco, et on a même failli en venir aux mains. Mais grâce au reste de la bande, cela n’était pas allé plus loin que des mots. Mais je fus si furieux, que j’avouais à Liz, mon désir de tout laisser tomber. Depuis mon arrivée dans ce monde, je ne ressentais qu’une envie de tout lâcher qui se renforçait de jour en jour. Je ne pouvais pas me prétendre comme le plus grand des voleurs, sachant que tout était manipulé par quelqu’un depuis le début. Issue d’une vieille série de ce monde qui à tout juste réussit à rester plus ou moins populaire. Mais Liz, parvint à trouver les mots justes pour me motiver à poursuivre, rien qu’un peu.

Les jours qui ont suivi, je fus laissé sur le « banc de touche » comme ils disaient par ici. Marco voulait m’humilier pour min échec, en m’écartant de gros coups et ne m’accordant que des tâches subalternes. Mais les choses changèrent quand Marco me convoqua dans son bureau. Croyant encore à des réprimandes, mais ce fut autre chose. Ce petit prétentieux me dévisageait toujours, son ressentiment n’avait pas changé, et le mien non plus. Mais tant qu’il ne m’envoyait pas au casse-pipe.

Marco - On a de la chance. D'après des informateurs, cet Eustache d'Aramitz te cherche. J'espère qu'il aura la clef sur lui, quand tu iras le rencontrer.
Robin - Ok, j'y vais, je récupère ta précieuse clef et je lui casse la figure.
Marco - Calmos. Inutile que tu gâche encore tout. J'enverrais quelqu'un vous surveillez.
Robin - Non, je réglerais ça moi-même, et je ne me ferais plus avoir.

C’était ma revanche, et je désirais la saisir. Cet Eustache, c’était bien fichu de moi, je m’étais laissé berner par son côté « Je dois sauver ma dame ». Mais bien que je fusse en colère contre lui, je me demandais pourquoi il désirait me rencontrer. Il avait le butin, que pouvait-il bien désirer de plus ? Mais je le serais en arrivant sur place. M’équipant, je pris comme tenu un de ces gilets à capuche vert foncé pour jouer sur la discrétion. On m’indiqua le lieu du rendez-vous et j’y fonçais. Le lieu était un endroit très fréquenté. Je jouais au trapéziste dans les spectacles de saltimbanques sur les toits et je restais percher sur l’un d’eux, surveillant de haut la grande place. Je ne vis aucun signe de lui, mais étant grand voleur, il devait faire attention à ne pas se faire remarquer aussi facilement.

Le mieux serait de descendre dans la rue et me baladait. Si Eustache désirait vraiment me contacter, il allait m’interpeller. Mais dans tous les cas, je surveillerais mes poches et la première main qui tenterait de s’y engouffrait sera trancher. Les larcineurs de ce genre ne pensaient qu’à eux, alors que moi, depuis longtemps je me dépensais pour les autres. Je descendis donc dans une ruelle et m’engouffrais dans la foule qui circulaient sur la grande place, espérant que ce que l’on m’a dit au sujet d’Eustache, ou quel que soit son vrai nom, soit vrai.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Jeu 24 Aoû - 12:08

Arsène se tenait toujours au sol, observant les environs tout en mendiant à la population un faible pécule. Bien entendu il n'avait que faire des pièces qu'on lui donnait par moment mais répondait toujours par un sourire lorsqu'il en recevait une. Tout autour de lui, il voyait pas mal de mouvements, raison pour laquelle il avait choisi précisément cet endroit. Il avait constaté la présence de quelques personnes âgées, dont un homme assis sur un banc lisant un roman, parfois il constatait la présence d'hommes d'affaire occupés au téléphone. Des touristes passaient devant lui, ne lui jetant qu'un regard distrait avant de repartir. Des enfants jouaient sur la pelouse assez proche, ne se souciant guère de la soi-disant précarité de l'homme qui mendiait.

Arsène se demandait s'il n'avait pas exagéré sur le déguisement. En effet l'heure du rendez-vous était légèrement dépassée et pourtant personne ne semblait s'intéresser à lui. Il réfléchit, vérifiant les habits déchirés et sales, puis repoussa cette idée. Robin avait largement eu le temps de le voir et si Arsène avait veillé à quelque chose c'était que son visage soi le même que le soir du bal -à quelques saletés près tout de même-. Il était impossible que Robin ne le reconnaisse pas, il ne devait donc pas encore être arrivé.

Le gentleman respira et attendit patiemment l'arrivée de son alter-ego. A chaque nouveau visage qui s'approchait dans les environs, il observait du coin de l'oeil et cherchait à retrouver des éléments du visage de Robin. Toutefois malheureusement pour lui il ne parvenait pas encore à le retrouver. 

C'est alors que, après plusieurs minutes à ne faire qu'observer, une forme entra dans son champ de vision. C'était un homme qui se tenait sous une capuche, son visage difficilement visible. S'il s'agissait bien de Robin, le cambrioleur ne le félicitait pas. Porter une capuche alors qu'il fait grand soleil c'est un bon moyen d'attirer l'attention. 

Le SDF se décala, espérant découvrir un visage qu'il connaissait. Avec quelques difficultés et après plusieurs secondes, il vit le visage et un sourire apparut sur le sien. Il tourna la tête en tout sens pour rechercher des personnes le suivant de loin, des renforts embusqués, mais rien ne le choqua. Il se décida alors à héler l'homme à la capuche :

"-Excusez-moi monsieur, l'aumône pour les pauvres..."

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Ven 25 Aoû - 10:03

Depuis un moment, je surveillais tout le monde. Mais, ce qui attirait parfois mon intention, fut ce mendiant, qui selon moi, faisait tâche dans le décor. Il semblait bien décaler à la société actuelle. Bien que je me considérais toujours comme un petit nouveau dans ce monde, j’apprenais vite les us et coutumes de cette époque. Liz me renseignait souvent sur son monde, m’expliquant sur la technologie, la nourriture ici et j’en passe, et souvent, elle se moquait de moi quand je me prenais les pieds dedans. Mais étant un maître voleur, je savais analyser un endroit, repérer les différents éléments pouvant servir à mon avantage et ceux, présentant un risque. Mais bien que je savais que cet Eustache était un imposteur, il pouvait soit me mentir et me conduire dans un piège ici, soit se déguiser comme il la fait en se faisant passer pour un homme de la haute.

Le SDF semblait me tourner au tour, et je me disais alors que soit c’était lui, soit c’était un pickpocket. Mais cet Eustache en était un aussi non ? Réussir à me voler comme ça, il fallait être très fort.

Arsène - Excusez-moi monsieur, l'aumône pour les pauvres...

Me retournant vers lui, je le dévisageais avec un visage bien sombre. J’avais une envie de lui coller mon poing dans la figure.

Robin - Et c'est quoi votre non à présent ? Car j'imagine qu'Eustache, ça n'irait pas à l'image d'un gueux.

Me retournant, je croisais les bras sur ma poitrine, montrant que je n’étais pas d’humeur à plaisanter et que son petit jeu ne faisait rire que lui. Mais qui sait, il devait être recherché par toutes les gardes du monde et ici, on désirait peut-être lui trancher la tête.

Robin – Voici donc le maroufle qui ma rapiner. J’espère pour vous, que vous êtes ici pour me rendre le bien desrober et que vous n’avez pas encore l’intention de jouer au bric encore.

Bon, mes connaissances sur la culture de ce monde s’améliorer, mais mon langage lui, c’était autre chose et je ne voyais aucune raison de le changer. Cette fois, je l’avais à l’œil, et j’espérais bien qu’il allait me rendre la clef, s’il ne voulait pas que je lui coupe la main et que je le pousse à tout me dire. Le gentil et juste Robin des bois n’existait plus depuis longtemps. En ce moment, j’étais perdu, énerver, fatiguer et humilier. Alors, s’il s’avisait à encore me prendre pour un idiot…

Que m’importais s’il y avait des gens autour, cela ne me dérangeait pas de faire un scandale. Et si la garde me tombait dessus, je n’aurais qu’à dire que ce maroufle à tenter de me voler en plus de s’être montrer désobligeant. Une nuit ou deux dans une geôle devrait le faire réfléchir. Au moins ici, il ne finira pas au bout d’une corde, cette société semblait moins sanguinaire que la mienne. Il finira peut-être juste ses jours en prison, ou bien sortira au bout de quelques jours. Mais si cela se trouvait, il pouvait fuir en sachant crocheter une serrure. Faudrait l’enchainer dans ce cas pour être tranquille. En attendant, j’écoutais ce qu’il avait à me dire, lui laisser une infime chance de s’expliquer et trouver les mots juste pour sauver sa misérable carcasse.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Dim 27 Aoû - 22:29

La réaction du jeune Robin ne se fit pas attendre et le moins que l'on pouvait dire c'était que la rancune lui collait à la peau. Avant même qu'il n'ouvre la bouche pour prendre la parole, son regard montrait son envie féroce d'en découdre avec Arsène. Le gentleman ne réagit pourtant et resta proche de son interlocuteur.

- Et c'est quoi votre non à présent ? Car j'imagine qu'Eustache, ça n'irait pas à l'image d'un gueux.

Le gentleman ne répondit pas à la provocation à peine camouflée. Il savait que si il énervait le poisson il serait beaucoup plus difficile à ferrer. Il avait un objectif en tête et se mettre Robin à dos n'en faisait pas partie. Au lieu de ça il se redressa afin de parler d'homme à homme et d'égal à égal. 

-Appelez moi comme bon vous semblera je n'en ai cure.


L'interlocuteur se tourna vers le gentleman, son regard toujours aussi noir et pénétrant et désormais son corps tout entier en opposition comme le prouvait les bras croisés sur la poitrine. D'un coup d'oeil le faux SDF comprit que Robin n'était pas là pour parlementer avec Arsène. Son but était précis, reprendre la clé et sans doute se venger. Autour d'eux l'agitation continuait selon la vie des différentes personnes. D'un regard, le gentleman vérifia à nouveau la présence d'importun mais personne ne lui sauta aux yeux.

Voici donc le maroufle qui m'a rapiner. J’espère pour vous, que vous êtes ici pour me rendre le bien desrober et que vous n’avez pas encore l’intention de jouer au bric encore.


Cette façon de parler agressa d'autant plus les oreilles d'Arsène que l'attitude de Robin. Ce n'était pas une façon classique de parler mais plutôt une sorte d'ancien dialecte à peine voilé. Ceci corroborait ce que pensait le gentleman cambrioleur. Il garda cette information dans sa tête. 

-Sachez que je ne suis pas ici pour chercher querelle, néanmoins je ne saurais trop vous conseillez de rester courtois. Réfléchissez, si j'ai été capable de vous retrouver vous vous doutez bien que des dispositions ont été prises. Tenez-vous le pour dit. Informa le gentleman d'une voix cordial en imitant le style de Robin, un sourire au lèvre.

Maintenant que les deux hommes étaient face à face et que l'avertissement avait été lancé, la discussion allait pouvoir réellement démarrer. Le gentleman s'était fendu d'un sourire qu'il ne quitta pas, au contraire. Il s'inclina légèrement pour saluer l'homme face à lui. Après quoi il dévisagea la tenue et questionna :

-Si vous êtes réellement un voleur, comment se fait-il que vous vous habillez de la sorte ? Ne vaut-il pas mieux se déguiser afin de prendre l'autre par surprise ? Je serai curieux d'entendre votre avis sur la question. 

L'intérêt soudain du gentleman était réel, si Robin était bien un voleur alors il devait avoir réponse à cette question. Cela permettrait dans le même cas de jauger son rival et évaluer la menace ou l'intérêt qu'il pourrait devenir. Toutes les informations étaient très bonnes à prendre.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Lun 28 Aoû - 13:16

Arsène - Sachez que je ne suis pas ici pour chercher querelle, néanmoins je ne saurais trop vous conseillez de rester courtois. Réfléchissez, si j'ai été capable de vous retrouver vous vous doutez bien que des dispositions ont été prises. Tenez-vous le pour dit.m

Disposition ? Il me faisait bien rire. Pour l’instant, il s’était surtout arrangé pour réussir à me voir, après, je doutais fort qu’il avait toute une bande derrière pour le seconder. Mais il était possible qu’il ait graissé quelques pattes. Un voleur sans honneur, un filou qui court après son avantage. Et dire que c’était moi, jadis, qu’on voulait pendre au bout d’une corde. Mais tant que je ne connaissais pas mon adversaire, je préférais rester prudent. Et au cas où, je comptais sur mon aptitude à me dissimuler pour fuir un éventuel danger.

Arsène - Si vous êtes réellement un voleur, comment se fait-il que vous vous habillez de la sorte ? Ne vaut-il pas mieux se déguiser afin de prendre l'autre par surprise ? Je serai curieux d'entendre votre avis sur la question.

Quoi ? Il était sérieux ? Voilà qu’il manifestait son envie de discuter directement de choses sérieuses, et d’un seul coup, il déviait sur un autre sujet. Cet homme était l’incarnation même de l’arrogance, de la suffisance. J’en connaissais plus d’un de chez mes anciens compagnons qui se serait fait un plaisir de lui coller un poing dans sa figure. Et ses manières de supérieur étaient fatiguant.

Robin - Ne me dites pas que vous êtes là, juste pour parler d'affublements.

Au final, je décidais de jouer le jeu, rien qu’un peu, histoire de lui donner l’impression qu’il maîtriser la situation. Car de toute manière, je savais que j’avais un avantage sur lui. S’il était venu à ma rencontre, c’était sans doute concernant le contenu de la clef. Qu’il est eu connaissance du savoir cacher ou non, il ignorait que je ne savais rien à son sujet, que ce n’était qu’une marchandise qui devait être livrée. Mais je pourrais jouer l’homme qui en savait beaucoup, et qui ne disait pas grand-chose, histoire de ne pas donner toute sa richesse.

Robin – J’aime cette couleur, c’est tout. Et puis, ici les gens aiment porter flashis, s’habiller comme eux sert aussi de camouflage, une technique comme une autre. Il faut être un fin voleur pour percevoir ça. Mais bon, je voulais peut-être vous faciliter la tâche de me retrouver pour votre rendez-vous. Voyez cela comme une marque de galanterie.

Voilà qui était dit. Maintenant que ce passage fut terminé, j’espérais pouvoir à mon tour, poursuivre cette conversation sur un sujet qui nous intéressait tous les deux. Je n’avais pas beaucoup de temps à jouer avec ce bouffon de basses cours qui me faisait perdre bien plus que mon temps.

Robin – Maintenant, j’ose espérer que vous allez parler de vous. Et me dire enfin pourquoi vous désirez tant me revoir après l’incident du castel.

Je vous l’avoue, cette situation ne me plaisait vraiment pas, mais pas du tout. Je ne me sentais plus vraiment moi-même. J’avais l’impression d’être quelqu’un d’autre, une copie du Robin que j’étais, mais amoindris, comme un vulgaire personnage qui s’amuserait à copier quelqu’un d’autre. D’ordinaire, j’aurais déjà mijoté plusieurs plans selon l’évolution de la situation, là je n’en voyais qu’un ou d’eux. Peut-être était-ce un des effets du dé paysagement, ou un contre coup de la triste révélation sur mon monde. Mais je n’étais pas sûr quelque ce soit, de m’en remettre si vite.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Mar 5 Sep - 13:25

Robin - Ne me dites pas que vous êtes là, juste pour parler d'affublements.


Visiblement le SDF était parvenu à exaspérer son interlocuteur. Donc Robin était déjà sur les dents sans même que le gentleman n'ai pu lui poser la moindre question sur ses intentions. Il nota dans un coin de sa tête qu'il devait faire attention à ce qu'il allait dire pour se le mettre dans la poche.

– J’aime cette couleur, c’est tout. Et puis, ici les gens aiment porter flashis, s’habiller comme eux sert aussi de camouflage, une technique comme une autre. Il faut être un fin voleur pour percevoir ça. Mais bon, je voulais peut-être vous faciliter la tâche de me retrouver pour votre rendez-vous. Voyez cela comme une marque de galanterie. 


Arsène fut pour le moins surpris d'entre une réponse à sa question malgré la réaction première de Robin. Il s'attendait beaucoup plus volontiers à ce que l'homme finisse par s'énerver et fasse un esclandre pour récupérer son bien si habilement dérobé. Le gentleman sourit en écoutant la réponse et en y réfléchissant. Cet homme était plein d'arrogance et cela se lisait entre les lignes. Le gentleman n'apporta aucune remarque quant au fait que la capuche était sans doute superflue pour passer inaperçu ou encore pour se faire plus facilement repéré, après tout il en savait un rayon sur les déguisements.

–Maintenant, j’ose espérer que vous allez parler de vous. Et me dire enfin pourquoi vous désirez tant me revoir après l’incident du castel. 


Robin mit à nouveau les pieds dans le plat, espérant revenir au sujet qui l'intéressait visiblement : La clé. Si, au départ, Arsène n'avait pas comprit l'utilité d'un tel objet, Blanche avait pu l'éclairer par la suite. Cependant, lorsqu'ils avaient voulu en consulter les données il n'avait rien pu voir. Arsène n'avait que peu de cartes en main hormis son atout : Robin la désirait ardemment.

-J'avais songé que votre clé vous manquerait mais si ce n'est pas le cas il vaudrait mieux qu'on en reste là et que je conserve son contenu bien précieusement, surtout au vu de ce qu'elle renferme n'est-ce pas ?..

Puisque Robin voulait la jouer franc-jeu, il allait devoir continuer et s'expliquer sur les raisons de sa présence à Buckingham ainsi que sur les nombreuses fois où il s'était retrouvé proche de Blanche. Arsène observa la réaction de son interlocuteur, espérant que le poisson allait mordre. De toute façon il avait plus d'un tour dans son sac. 

-Il va falloir répondre à quelques questions auparavant. Après tout je possède votre bien. Tout d'abord, n'êtes-vous pas le célèbre Robin des bois ? Après tout, ça semble possible au vue de ce que je peux observer. Arsène détailla l'homme de bas en haut et surtout, de tête, les informations qu'il avait. J'aimerai savoir ce que vous faisiez le soir du bal lorsqu'à deux reprises je vous ai surpris près de ma dame. Que lui voulez-vous et dans quel camp êtes-vous ?

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Jeu 7 Sep - 9:18

Arsène -J'avais songé que votre clé vous manquerait mais si ce n'est pas le cas il vaudrait mieux qu'on en reste là et que je conserve son contenu bien précieusement, surtout au vu de ce qu'elle renferme n'est-ce pas ?..

Décidément, il avait le don de m’exaspérer. On allait tourner en rond comme ça, et la seule raison pour agir ainsi selon moi, c’était pour gagner du temps. Pour quoi faire ? Je n’en savais fichtre rien. Mais s’il continuait à me pousser à bout ainsi, il risquait fort de finir avec une flèche bien plantée. Après, qu’est-ce qu’il voulait insinuer par-là ? Bien sûr qu’il a dû fouiller dedans et récupérer des informations. Que comptait-il faire après ? Me faire changer ? Ces informations concernaient des puissants de ce pays, alors en quoi le fait de revenir me voir lui apporterait quelque chose. Il était clair que comme moi, il cherchait à bluffer.

Robin - Donc, vous avouez être venu me faire perdre mon temps. Un coup de fil aurez suffi pour juste me dire ça.
Arsène - Il va falloir répondre à quelques questions auparavant. Après tout je possède votre bien. Tout d'abord, n'êtes-vous pas le célèbre Robin des bois ? Après tout, ça semble possible au vue de ce que je peux observer.

Je n’affichais rien, mais je fus tout de même surpris de sa remarque. Personne dans ce monde aurait pensé que Robin des bois se promenait dans les rues de leur ville. Alors, pour suggérer une telle chose, je ne voyais pas beaucoup de possibilités. La première, serait que cet Eustache vienne lui aussi d’un autre monde. À part le mien, je n’en connaissais pas d’autres, mais avec tout ce que je venais d’apprendre ces derniers jours, cela ne me surprendrait guère. Sinon il était fou, autant que le gueux qui à attaquer le castel de la reine et prenait tout le monde pour des héros fictif tel un enfant. Après, il était possible qu’il me prenne moi-même pour un fou, un voleur, jouant avec des flèches et se revêtant de vert portant une capuche. Dans ce cas, il n’attendrait qu’une confirmation pour se payer ma tête.

Arsène - J'aimerai savoir ce que vous faisiez le soir du bal lorsqu'à deux reprises je vous ai surpris près de ma dame. Que lui voulez-vous et dans quel camp êtes-vous ?

Je pris une mine faussement attrister comme si j’étais peiner, et désolé pour mes actions passer et je lui répondis avec beaucoup de sarcasme :

Robin – Oh je me suis trop approché de votre dame. Damelot, je suis désolé pour ce petit incident. Mais il n’est pas bon d’être jaloux. Je ne cherchais pas à faire la cour.

Je sentais que cette histoire serait interminable. On allait continuer à s’envoyer des piques et à se provoquer continuellement. Et dire que j’étais parti chercher cette clef, comme si j’étais sorti du camp avant pour chercher du bois dans la forêt. Au lieu de ça, je me retrouvais avec un voleur, déguisé comme un mendiant qui semblait ne pas trop savoir non plus ce qu’il fabriquait ici. Il voulait des réponses et pensait jouer les grands chefs sous ces accoutrements. C’était incroyable de voir comment les gens me prenaient toujours pour un imbécile, alors qu’ils se retrouvaient très vite dépouiller. Par contre, je ne comprenais pas son idée de « camp ». Lui non plus ne devait avoir l’esprit tranquille. Je ne savais si je devais jouer sur ça pour prendre un grand avantage sur lui.

Robin – Je suis dans mon camp voyons. De quoi trouillez-vous ? Si j’étais dans le camp dont vous craignait, pourquoi vous aurez-je laisser partir après avoir porté secours ?

Le gueux semblait parano. Chaque personne qui s’approchait de lui, devait sembler suspect. Mais quand on est voleur, on peut prendre facilement tout le monde pour un traître, ou quelqu’un envoyé pour nous nuire. De mon côté, je m’étais toujours assurer d’agir dans la bonne voie, mais Eustache, j’ignorais pour quel compte il dérobait les autres. Tous les voleurs ne sont pas honnêtes vous savez.

Robin – Et vous ? Par curiosité, que faisiez-vous au château à vous déguiser en baronnet. J’espère que ce n’est pas que pour desrober de pauvres serveurs, ils peinent déjà à gagner leur vie.


_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Ven 8 Sep - 21:53

Si Arsène était parvenu à identifier la véritable identité de son interlocuteur celui-ci n'en laissa rien paraître. Il était pourtant étrange que celui-ci ne nie pas en bloc ou se moque de l'affirmation étrange de son vis à vis. Une chose était au moins quasi-certaine, au vue de sa non-réaction : Robin n'était pas de ce monde et le principe de Légendes lui était familier. Le SDF soupira d'aise, le dialogue aurait pu mal tourner à ce stade de questionnement mais finalement tout allait à la perfection.

–Oh je me suis trop approché de votre dame. Damelot, je suis désolé pour ce petit incident. Mais il n’est pas bon d’être jaloux. Je ne cherchais pas à faire la cour.

Le gentleman ne répondit pas, laissant Robin à son ironie du moment. Si l'envie de le frapper était forte, Arsène n'en laissa rien paraître. Ce n'était pas là une question de jalousie mais une question de survie pour Blanche. Intérieurement il souffla et tenta de se calmer. Après tout, il avait toujours au moins un coup d'avance sur son adversaire.

–Je suis dans mon camp voyons. De quoi trouillez-vous ? Si j’étais dans le camp dont vous craignait, pourquoi vous aurez-je laisser partir après avoir porté secours ?


Le gentleman eut un franc sourire en entendant la réponse chaotique qui venait de lui être fait. Si l'argumentation de Robin était d'un sens juste, la façon de l'annoncer et ce discours si vieillot donnait une impression de faux. D'ailleurs il était étrange de voir que la grande majorité du discours de Robin sonnait étrangement faux aux oreilles d'Arsène. Le voleur se cachait derrière des faux-semblant, masquant ses actions tout en tentant de paraître presque cordial. 

–Et vous ? Par curiosité, que faisiez-vous au château à vous déguiser en baronnet. J’espère que ce n’est pas que pour desrober de pauvres serveurs, ils peinent déjà à gagner leur vie.


L'ego d'Arsène fut piqué au vif. Certes, il ne se voyait pas comme un "Robin des bois" des temps modernes, ce qu'il volait il le gardait pour lui ou le revendait néanmoins il volait à des personnes gagnant largement leur vie. Après tout, quel frisson pouvait-on ressentir à effectuer un cambriolage dont le défi est nul ? Le SDF leva un sourcil, ne perdant pas son sourire moqueur et déclara :

-Dans un sens on se ressemble, je ne vole que les plus riches. Cependant je ne vais pas tout donner aux pauvres. Je recherche le défi, pas la honte. D'ailleurs de nous deux, qui est le voleur et qui est le volé ? Une pointe de défi perlait dans la voix du gentleman. Toutefois s vous voulez tout savoir, j'étais au bal dans la recherche d'une information précise que moi j'ai réussi à obtenir. Pouvez-vous en dire autant ?


Le gentleman répondait simplement aux attaques qui lui avait été faîte avec verbe. Il était clair qu'il s'agissait d'un duel à qui aurait l'ascendant sur l'autre, un duel d'ego. Le problème était que des affaires plus urgentes étaient à régler. Visiblement Robin n'avait pas de camp véritablement défini et pouvait devenir autant un allié qu'un ennemi. Mettre fin à la discussion et couper les ponts semblait être ce qu'il y avait de plus logiques et de moins dangereux. Mais comment allait-il s'y prendre pour le faire comprendre.

-Ecoutez, revenons à notre sujet premier. J'ai quelque chose vous appartenant, quelque chose qui a assez d'importance pour vous faire vous déplacer mais comprenez bien que je n'ai aucune confiance en vous, ce qui est réciproque j'imagine. Vous m'avez menacé d'une arme, j'ai du agir comme je le pensais juste et je vous ai dépouillé. Faisons fi du passé. J'ai votre clé, que diriez-vous de l'échanger ? Peut-être avez-vous quelques informations à nous partager. Tout le monde repartirait heureux. Proposa le gentleman d'un ton calme et serein.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Dim 10 Sep - 14:07

C’était incroyable, j’avais beau essayer d’en venir aux faits, ce voleur en profitait pour nous faire perdre notre temps. Il voulait gagner cette joute verbale, avoir le dessus, c’était comme une première épreuve à subir afin de savoir qui saura mener la dance, et je ne voulais pas lui laisser ce plaisir. Mais en même temps, si je cherchais de suite à me montrer comme le chef de cette rencontre, je risquais de laisser apparente un point faible qui lui permettrait d’avoir pour de bons le dessus. Non, le mieux je pense, serait de la jouer en finesse, de manière plus sournoise. Ce serait de le laissait croire qui mène la barque, mais dont à tout temps, je pouvais sortir les griffes.

Arsène - Dans un sens on se ressemble, je ne vole que les plus riches. Cependant je ne vais pas tout donner aux pauvres. Je recherche le défi, pas la honte. D'ailleurs de nous deux, qui est le voleur et qui est le volé ? Toutefois s vous voulez tout savoir, j'étais au bal dans la recherche d'une information précise que moi j'ai réussi à obtenir. Pouvez-vous en dire autant ?

Ce malotru savait énerver et il cherchait bien à avoir le dessus en me poussant dans mes gonds, mais je n’ai pas survécu aussi longtemps en fonçant tête baisser dans une provocation. Je préférais rester à ma dernière stratégie. Mais il ne perdait rien pour attendre.

Robin - Je le conçois. Et je comprends parfaitement que vue l'heure que nous traversions, il était plus important pour vous de voler que de veillez sur votre dame. J'approuve.

Je ne savais pas trop pourquoi, mais ce voleur avait bien la tête du personnage qui allait bêtement risquer la vie de celle qu’il aimait, à cause de son comportement. Il se serait trop éloigné d’elle pour commettre son méfait, aurait énerver la mauvaise personne et COUIK ! La belle se retrouva occis et son sang servira de message à cet imbécile. Voilà une histoire bien triste pour cette pauvre femme, dont je ne souhaitais pas. Mais je ne pouvais pas courir à son secours, cela revenait à la responsabilité de ce gueux.

Arsène - Ecoutez, revenons à notre sujet premier. J'ai quelque chose vous appartenant, quelque chose qui a assez d'importance pour vous faire vous déplacer mais comprenez bien que je n'ai aucune confiance en vous, ce qui est réciproque j'imagine. Vous m'avez menacé d'une arme, j'ai du agir comme je le pensais juste et je vous ai dépouillé. Faisons fi du passé. J'ai votre clé, que diriez-vous de l'échanger ? Peut-être avez-vous quelques informations à nous partager. Tout le monde repartirait heureux.

Tiens donc, voilà qui était intéressant. Voilà qui démontrait qu’il ne savait pas grand-chose. Le contenu de cette clef ne semblait avoir étancher sa soif de connaissance et, ne savant trop comment il a deviné ma véritable identité, n’apportant rien de précis de plus. D’après Marco, cette clef contenait des informations très importantes, donc si cet homme avait pu les consultés, pourquoi voudrait-il des informations ? En gros, nous étions sur un même pied d’égalité, car nous cherchions chacun à savoir ce que l’autre sait, jouant le petit chef.

Robin – J’avais cru comprendre que vous aviez trouvé vos infos au palais. Autant pour moi. Que désirez-vous savoir ?

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Lun 18 Sep - 11:06

Arsène avait réellement l'impression que la situation commençait tout doucement à lui échapper. Plus la conversation se poursuivrait dans un duel d'ego et plus les risques d'une altercation étaient multipliés. Il voulait passer inaperçu, comme selon le plan établie mais rien ne paraissait moins compliqué en cet instant. 
Robin, quant à lui, répondit à la pique envoyée par le SDF avec beaucoup d'intelligence, faisant remarquer qu'Arsène n'avait pas été là pour protéger sa belle, qu'il l'avait abandonné au profit d'un rapt d'un pauvre serveur. Cette réponse eut le don de faire serrer les dents au gentleman n'ayant eu pour but que de la protéger d'un ennemi potentiel.

Après cela, le SDF poursuivit son discours, proposant d'échanger la clé contre des informations. C'était, dans un sens, une façon de tempérer la situation et de la calmer. On pouvait voir dans ses yeux que la pique précédente avait beaucoup de mal à passer. Robin, à nouveau, tenta de tourner la situation à son avantage, utilisant à son profit le peu d'information dont il disposait.

– J’avais cru comprendre que vous aviez trouvé vos infos au palais. Autant pour moi. Que désirez-vous savoir ?


Arsène vit clairement que la situation n'avançait pas. Il était temps de changer de plan, quitte à se découvrir un peu plus. Le SDF s'exclama alors, d'une voix où commençait à monter l'exaspération :*

-Qui vous-êtes, ce que vous voulez, des informations sur les mondes, tout !


Il était temps de mettre fin à cette mascarade qui n'avait que trop duré. Il se leva de son banc et se dirigea vers la discussion qu'il suivait d'une oreille attentive. Il aurait du prévoir que toute cette préparation ne serait pas suffisante. Il s'approcha calmement et doucement et éleva la voix avant même une réponse de la part du voleur :

-Il suffit Charles, préviens les autres et retournez à la planque. Je m'en occupe personnellement à partir de maintenant. Merci pour ton aide.


Le SDF se plia devant la personne âgée qui venait de s'approcher. D'un air sérieux et humble, il répondit à l'homme avant de s'effacer :

-Bien patron.


L'homme s'éloigna alors sur le chemin sans même un regard en arrière. Il obéissait aux ordres comme toujours. A ce stade, il paraissait important de mettre les choses au point. C'est la raison pour laquelle la personne âgée, le véritable Arsène habilement déguisé, tourna vers Robin un regard malicieux :

-Mon cher Robin, voici un vrai déguisement permettant de passer inaperçu. 


Arsène eut un petit rire, songeant qu'il venait de tromper quelqu'un aussi sûr de lui. Il avait passé de longues heures à peaufiner son maquillage ainsi que celui de Charles, à tel point qu'au final, il paraissait méconnaissable et parfaitement âgé pendant que Charles lui ressemblait réellement. Arsène se tenait à demi plié, ses longs cheveux blancs plaqué en arrière et ses yeux bleus tombant sur le voleur. Son visage était celui d'un homme particulièrement fatigué et ridé. Ses habits étaient constitués d'un pantalon brun et d'une vieille chemise à carreaux retenu par des bretelles.

-Vous n'êtes pas une personne facile à sonder d'avance. Je vous prie d'excuser cette supercherie mais je suis sûr que quelqu'un comme vous comprendra qu'il me fallait être sûr de la personne qui se tenait face à moi. Nos ennemis sont trop nombreux pour que je prenne des risques.


En réalité, Arsène avait très largement préparé cette entrevue. En prévision de celle-ci, il était retourné dans son monde et avait convaincu certains de ses meilleurs complices de l'existence d'autres mondes. Cela n'avait pas été facile mais une fois le portail passé, la vérité était sous leur yeux et ils n'avaient d'autres choix que d'y croire. Arsène avait alors révélé ce qui s'était passé le soir du bal à Charles afin que celui-ci joue le rôle d'Arsène Lupin le temps d'une rencontre. Bien entendu, cette stratégie souffrait du fait que Charles, n'étant pas présent le jour du bal, ignorait certaines informations. Pour le reste, il ne restait qu'à s'amuser avec du maquillage et des déguisements afin de camoufler Arsène et transformer Charles. Une fois fait, le tour était joué et la rencontre pouvait se faire. C'était aussi une façon de voir si Charles pouvait devenir le nouveau Arsène Lupin.

-En guise de bonne foi, prenez ceci. Arsène fouilla dans sa poche et en extirpa une clé. Cette clé ouvre un casier se trouvant à la gare. Vous y trouverez votre clé USB. Je ne vous demande rien en échange, j'imagine que je vous ai assez mené en bateau. Je n'ai rien contre vous et visiblement, d'après les informations que j'ai pu tirer de vous, vous n'avez rien contre nous. J'imagine que nous pourrions nous quitter sans jamais nous revoir, c'est sans doute mieux ainsi, ne pensez-vous pas ?

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Mer 20 Sep - 9:35

Autant dire que le ton montait très vite et à tout moment nous risquions d’en venir aux mains. Cela se voyait que je n’étais plus le voleur jadis qui aidait les pauvres contre les riches. Aujourd’hui, je n’étais rempli que de colère, de tristesse et de noirceur. Pendant, longtemps, j’étais rempli d’espoir d’un monde meilleur pour les miens, que mon peuple puisse vivre dans la joie et la paix, et qu’ensuite, je pourrais vivre aux côtés de ma belle Marianne. Mais j’ai vite déchanté. Tout cela n’était que mensonge, je n’étais ni un hors-la-loi, ni un héros, je n’étais rien qu’un pantin qui se faisait manipuler depuis sa création. Alors je doutais, je doutais de plus en plus sur moi, sur mes capacités, mais aussi sur mon destin. J’avais accepté de rentrer dans cette nouvelle bande, car, je ne savais pas trop le choix, mais aussi parce que je ne savais rien faire d’autre. Mais ce savoir était tout aussi faux que ma vie.

Soudain, un homme assis sur un banc se leva est vint à notre rencontre. Je me demandais bien ce qu’il voulait, mais sa discussion me laissa sans voix. Tout n’était qu’une mascarade et il fallait l’avouer, cet homme était un vrai professionnel. Même sous ces habits de vielle homme, je ne saurais le reconnaître. Sur le moment, je me sentais bête, mais je n’avais pas l’état d’esprit de réfléchir à quoi que ce soit, tout ce qui comptait, c’était de retrouver cette maudite clef et en finir. Peu importait qui me la remettrait, tant que je l’avais.

Arsène - Mon cher Robin, voici un vrai déguisement permettant de passer inaperçu.

Je n’avais pas envie de rétorquer quoi que ce soit. Me déguiser ? Pourquoi faire ? On était là pour se retrouver et les autorités ignoraient tout de mon visage et de qui j’étais. Peut-être n’était-ce pas son cas, et je m’en fichais que ma première chausse. Je me sentais vraiment stupide, l’ego que j’avais pris un sérieux coup, mais de toute manière, il ne me servait à plus grand-chose comme le reste. Qui sait, je voulais peut-être me faire repérer, une cible facile et en finir, qu’est-ce que cela changerait ? Rien du tout croyez-moi.

Arsène - Vous n'êtes pas une personne facile à sonder d'avance. Je vous prie d'excuser cette supercherie mais je suis sûr que quelqu'un comme vous comprendra qu'il me fallait être sûr de la personne qui se tenait face à moi. Nos ennemis sont trop nombreux pour que je prenne des risques.

Au moins c’était ça, je savais garder un certain mystère chez moi, sans doute le seul vestige qui me restait de mon ancienne vie. Après, le fait qu’il est une petite idée de qui j’étais et moi non m’héritais quelque peu. Cela dit, j’eus droit à quelques indices. Premièrement, mon histoire était connue, assez pour qu’il le sache. C’était maigre. Après, il était doué en déguisement, vol et filature. Soit il était de ce monde, soit d’un autre dont l’époque était un peu plus avancée que la mienne.

Robin - Sans doute. Après tout, prudence est mère de vertu ne dit-on pas.

Je ne savais pas quoi dire d’autres. Maintenant, je me demandais bien ce qu’il avait encore préparé d’autres. Bras croisé, j’attendais. Allait-il me jouer un autre tour, pour me torturer d’avantages l’esprit ? S’il me faisait perdre mon temps, là je ne me retiendrais plus, et il aura droit à un crocher direct dans la mâchoire. Après tout, à l’origine, j’étais un guerrier, et soldat du roi, dont il ne fallait pas chauffer les oreilles si on ne désirait pas finir découper en morceaux.

-En guise de bonne foi, prenez ceci. Cette clé ouvre un casier se trouvant à la gare. Vous y trouverez votre clé USB. Je ne vous demande rien en échange, j'imagine que je vous ai assez mené en bateau. Je n'ai rien contre vous et visiblement, d'après les informations que j'ai pu tirer de vous, vous n'avez rien contre nous. J'imagine que nous pourrions nous quitter sans jamais nous revoir, c'est sans doute mieux ainsi, ne pensez-vous pas ?

Disait-il en me tendant cette clef de la gare. Sur le moment, j’hésitais, croyant à une nouvelle ruse, un jeu de sa part. Il pouvait se montrer si bon comédien. Et puis, que risquais-je ? Finalement, je consentis à la prendre. N’ayant pas le moindre repère dans cette époque, je ne savais plus trop à qui ou croire pour me méfier. La nature humaine ne changeait pas, mais elle restait difficile à percevoir dans de nombreux cas. Et ce voleur était bon pour cacher sa nature. En prenant la clef, j’aurais pu m’emporter, lui crier dessus, le rouer de coups ou juste me contenter de lui tourner le dos d’un air dédaigneux. Mais au lieu de ça, la colère qui m’habitait me quitta, remplacer par de la tristesse. Mon cœur fut comme soulager d’un lourd poids, mais quelque chose d’autre l’empêcher de se sentir bien.

Robin - Je vous remercie messire. Et je tiens à vous présenter mes excuses pour mon comportement. Il est vrai Jadis que je valais mieux que ça, mais ces derniers jours furent quelques peut... Compliquer.

On pouvait le dire. Bien que je ne fusse ici que depuis quelque mois, mon arrivé semblait remonter à deux ou trois jours seulement. Tout se passait si vite ici, un voleur du moyen-âge comme on disait, n’avait pas sa place ici, ni ailleurs en y pensant.

Robin – J’ignores qui vous et votre dame êtes, et pour tout vous dire, je m’en degengle. Mais, je vous souhaite tout de même bonne chance messire.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Dim 24 Sep - 22:17

Arsène put voir dans les yeux de Robin plusieurs émotions qui se succédèrent au fut et à mesure qu'il comprenait avoir été berné par son rival. Tout d'abord une certaine incompréhension à propos de ce nouvel arrivant qui donnait des ordres à l'interlocuteur de Robin, il fallait dire que la ressemblance entre Arsène et Charles était frappante. La seconde émotion qu'il crut percevoir fut une sorte d'étonnement. Robin comprenait sûrement s'être fait berné et Arsène se réjouissait de la réussite du stratagème. Enfin ce fut une lassitude qui s'installa peu à peu à mesure des paroles d'Arsène.

Si l'homme qui se trouvait face au gentleman était bien le célèbre Robin de Locksley, il était clair que celui-ci n'était plus que l'ombre de lui-même. Pour Arsène qui était lui-même un voleur et qui connaissait l'histoire de Robin -il se voyait un peu en elle, en excluant le fait de donner forcément aux pauvres- il était triste de voir la déchéance d'un homme aussi talentueux.

Lorsqu'Arsène lui tendit la clé du casier contenant la clé, (ainsi qu'une petite note où l'on pouvait lire "Avec les  sincères salutations de Arsène Lupin. A la prochaine Robin des Bois"), l'homme sembla hésiter à la prendre. Il avait déjà été le dindon de la farce une première fois, sans doute craignait-il que cela ne recommence. Arsène le gratifia d'un sourire sincère, comme pour l'inciter à la prendre en lui disant "N'ayez crainte".

-Je vous remercie messire. Et je tiens à vous présenter mes excuses pour mon comportement. Il est vrai Jadis que je valais mieux que ça, mais ces derniers jours furent quelques peut... Compliquer.


Arsène observa cet homme qui s'excusait et se livrait au gentleman. Si le gentleman avait fini par remporter par cette mascarade ce rendez-vous, il n'y avait aucune trace de son ego dans le regard tendre qu'il avait envers Robin, seulement de la compassion pour l'homme qui semblait vivre des jours difficiles. Qu'est-ce qui pouvez bien pousser un homme tel que lui à devenir l'homme qu'il était aujourd'hui ? Arsène se le demandait sincèrement. 

–J’ignores qui vous et votre dame êtes, et pour tout vous dire, je m’en degengle. Mais, je vous souhaite tout de même bonne chance messire.


Arsène en vint même à regretter le mot qui se trouvait dans le casier, ce mot vantant le fait d'avoir trompé Robin. Il aurait voulu pouvoir le retirer mais le mal était déjà fait. Son sourire était sincère envers l'homme qui se tenait face à lui et lui souhaitait bonne chance.

-Bonne chance à vous aussi mon ami, j'espère que la chance finira par vous sourire à nouveau. Arsène tendit une main vers son rival pour la lui serrer, mais releva les mains pour montrer qu'il n'avait aucune intention derrière la tête. Cette fois le contenu de vos poches restera à vous, c'est promis.


Il tendit à nouveau une main en direction de Robin afin de la lui serrer. Une fois fait, il se retourna pour s'en aller sur le chemin et retrouver Blanche. Seulement la question qui le taraudait finie par le faire se retourner. Elle lui brûlait les lèvres :

-Me permettez-vous une dernière question ? Répondez que si vous vous en sentez capable. Si ce n'est pas indiscret, qu'est-ce qui vous à transformé à ce point ? Qu'est-il arrivé au célèbre Robin des Bois ? Dîtes moi qu'il est encore présent et qu'un jour nous pourrions nous rencontrer et nous raconter nos exploits. Ça promettrait d'être inoubliable comme rencontre.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Lun 25 Sep - 17:36

La chance… Voilà bien longtemps que la chance m’avait abandonné. À vrai dire, jamais elle ne fut de mon côté, car il fallait que les gens de ce monde le veuillent bien pour que je réussissais mes aventures. Et il voyait parfaitement en moi, j’étais transformé en une loque. Je ne valais plus rien depuis fort longtemps. J’étais flatté qu’il me connaisse, mais au fond, cela n’avait plus la moindre importance. Tout n’était plus que futilité pour moi à présent, car ma vie entière n’était qu’une chimère qui venait se perdre dans un monde qui n’était le sien. Je n’étais même pas sûrr de vouloir retourner chez moi, car à quoi bon reprendre une vie dont le destin était déjà tracé. Moi qui croyais depuis toujours être le maître de mon destin, je n’étais qu’un pantin depuis le début. Aller savoir, peut-être que même là, ma vie, mes paroles et mes actes sont dicter par la volonté d’une tierce personne.

Robin - Je ne sais pas vous mais... La vie d'une personne fantasque tel que moi n'est pas facile. Hier je courais dans les bois, convaincu de mes idéaux. Aujourd'hui je me suis réveillé dans une nouvelle vie, et tout ce que vous croyiez n'était que mensonge.

Était-il une personne d’un autre monde ? Possible. Mais en tout cas, il semblait plus adapter que moi dans cet univers. Regardez, depuis mon arrivée, je faisais des erreurs à n’en plus compter. Je ne comprenais pas grand-chose ici, et c’était comme si la force qui me guidait et qui m’aidait dans ma vie de voleur s’était évaporer. L’infiltration ce n’était pas génial, et regardait comment cet homme me roulait facilement. Avant je me serais montré bien plus efficace. J’étais perdu, ne sachant plus quoi faire, l’ombre de moi-même qui risquait de disparaître sans laisser de traces, ne devenant plus qu’un seul souvenir, un écho.

Robin – Honnêtement, je m’en fiche de ce qu’il y a sur cette clef. Même des raisons pour laquelle on la désire. Ce que je veux, c’est en finir avec cette histoire. Peut-être bien qu’un jour, nous parlerons de notre devenir, mais j’en doute. La vie de voleur ne semble être faite pour moi.

Raccrocher la capuche et l’arc ? Cela m’avait traversé l’esprit. Tout abandonner, trouver une auberge et boire jusqu’à s’écrouler et tout oublier. M’effaçais complétement. Oublier, effacer… Deux mots qui me faisaient du bien à entendre, même en penser. Le légendaire Robin des Bois n’était qu’une mascarade, un mensonge pour faire plaisir aux enfants et aux amoureux d’aventures, mais qui ne valait pas mieux qu’un conte de fée. J’allais donc partir, m’en aller, remettre la clef à Marco et disparaitre et enfin, cette histoire serait finie. Mais à peine le pied poser, je remarquais des ombres s’agitant sur les toits. Des complices ? Il aurait pensé à tout. Mais je ne détachais pas mon regard vers l’endroit où j’avais vue bouger et je me penchais vers le maître voleur :

Robin –  Soyez honnête, vous aviez d’autres hommes de prévus sur les toits ?

Il y avait quelque chose de louche dans tout cela. Et si vraiment, ils étaient de mèche avec ce voleur, ce dernier possédait un véritable réseau criminel. Il était évident que si je voulais me confronter direct à lui, j’aurais eu fort à faire contre toute une bande de malfrats. Encore, nous étions dans une zone fortement fréquentée, ils auraient préféré attendre que je sois dans une ruelle bien plus sombre pour me briser les jambes et venger leur patron.

Arsène - Qu'est-ce que vous avez dit ?!

Voilà qui était suspect et m’effraya. Vu comment, c’était passer notre échange, tout s’était bien terminer. Alors pourquoi faire semblant qu’il n’avait pas pris des précautions supplémentaires ? Ce n’était pas du tout logique. Il ne disait même pas cela sur un ton humoristique ou du genre « Vous n’avez rien vue ». C’est alors qu’une sorte de déclic s’opéra en moi. Je ne l’avais pas soupçonné jusqu’à présent, car je pensais qu’on avait respecté ma décision, mais connaissant rien qu’un peu le bougre.

L’ombre réapparut et semblait tenir quelque chose. Vu sa posture de loin, il voulait viser quelques choses, et aussitôt, un schéma logique se construisit en un éclair dans mon esprit. Je me retournais vers le maître voleur paniqué et je me mis à courir vers lui. Tout n’était qu’une question de temps, un timing parfait avant que le coup fatidique ne s’abatte sur sa victime. Le cœur battait à briser ma poitrine, le souffle fut coupé, et malgré que je sentais ma température corporelle grimpait en flèche, une sueur froide coulait le long du front et du dos.

Robin - Attention !

Dans mon élan, je bondissais sur Eustache et je le plaquais sur le sol avec tout mon poids. Un sifflement fusa juste à côté de nous, créant un léger bourdonnement. J’avais senti aussi une légère brûlure au niveau de la joue comme un coup de griffe. J’avais heurté le sol également. Mais quand je voulais relever la tête pour voir le tireur, la foule qui avait remarquer le tir s’emporta dans la panique. On entendait crier et courir dans tous les sens. Une véritable hystérie s’était emparée de la population. Il m’était difficile de distinguer l’assassin ou d’éventuels complices. Je retournais la tête vers Eustache.

Robin – Ca va nous n’avez rien ?

C’est alors que j’arrivais à voir deux personnes approcher. Ils passaient à travers la foule en notre direction, vêtus de noir, ignorant la panique générale qui avait envahi les lieux. Je ne les reconnaissais pas, ils ne devaient faire partis de la bande. Marco à dû préféré engager ailleurs pour ne pas qu’on remonte jusqu’à lui, mais je savais qu’il était derrière tout ça. Il m’avait proposé du renfort, et comme j’ai refusé, il a dû passer par une autre manœuvre. La question que je me posais été, si je faisais partie également de ses cibles. En tout cas, une chose était sûre, tuée ne leur faisait pas peur. Je me relevais donc pour me préparer à un éventuel combat.

Robin – Ils approchent, on doit se mettre à l’abris !


_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Lun 2 Oct - 0:10

Une fois la clé remise, Arsène considéra son entrevue avec le jeune Robin terminée désormais. C'est pourquoi après un dernier signe de tête, il se détourna du voleur précédemment volé et commença à s'avancer sur le chemin. Pour le gentleman, le plan était désormais de rejoindre Blanche qui se trouvait séparé de lui depuis assez longtemps ? Quelques secondes lui permit de s'éloigner de quelques mètres seulement de Robin. Déjà les pensées d'Arsène se trouvait autre part. Une histoire était réglée, un ennemi potentiel était devenu une possible recrue et, malgré la réussite partielle de sa manoeuvre, le gentleman n'affichait aucun sourire. Juste une tristesse dans son âme à la vue de ce que pouvait devenir une Légendes loin de chez lui et sans attache.


–Soyez honnête, vous aviez d’autres hommes de prévus sur les toits ?


La question de Robin le surprit, à tel point qu'Arsène prit le temps de la réflexion, un nouveau pas, avant qu'il ne finisse par s'arrêter. Non certes Charles n'était pas le seul disciple d'Arsène à être présent à Londres mais les autres n'étaient plus ici désormais. Ils étaient en chemin pour le portail.

-Qu'est-ce que vous avez dit ?!

Ce n'était pas tant une question qu'une affirmation. Arsène avait très bien entendu les paroles du voleur, elle l'avait figé d'effroi. Il avait espéré que leur disparition aurait rendu les recherches de Catherine plus compliquée mais ce n'était visiblement pas le cas. A peine étaient-ils revenus qu'ils étaient à nouveau poursuivi. Il se demanda si c'était là l'action de Moriarty, ou plutôt de ses hommes surveillant le portail. Par pur réflexe de préservation, le gentleman saisit sa vieille veste de sa main gauche -main portant encore son alliance d'ailleurs- et la tira afin de pouvoir y engouffrer son autre main. Sa main droite tâta alors le métal réconfortant du Zat. Il avait prit l'arme pour le cas où Robin fut un ennemi. Alors qu'il s'apprêtait à l'extraire de sa veste tout en jetant un coup d'oeil aux alentours afin d'apercevoir ses ennemis, il entendit l'avertissement de Robin.

-Attention !


Avant qu'il ne put réagir en conséquence, Robin fut sur lui, le plaquant violemment au sol malgré la position fort peu avantageuse qu'il avait. La main qui tenait l'arme à peine dévoilée frappa le sol avec violence, désarmant avec Arsène et lui arrachant un gémissement de douleur étouffé. Relevant la tête, il découvrit le Zat glissant au sol vers les arbres les plus proches. Sa main droite portait maintenant les marques de sa chute et son sang s'écoulait de quelques éraflures superficielles.

–Ca va nous n’avez rien ?

Autour des deux hommes, les quelques personnes qui passaient par là commençaient à paniquer, formant une foule compacte et fuyante. Les yeux d'Arsène passèrent des bois jusqu'au chemin en passant par la foule et enfin observèrent le jeune voleur qui l'avait à première vue protégé. Il découvrit alors la plaie nette que celui-ci arborait sur sa joue.

-Grâce à vous non. 


Vu la blessure qu'arborait désormais Robin, il était clair que c'était Arsène qui avait été visé et loupé. Il devait cette chance à Robin et il le savait car une seconde plus tard et le tir lui était fatal. Il tourna son regard vers la foule qui commençait à être repoussée par deux personnes visiblement menaçante.

–Ils approchent, on doit se mettre à l’abris !


Robin déjà se relevait et se mettait en position de combat. Arsène voulu l'imiter mais se rendit rapidement compte que la manoeuvre de Robin avait été d'une telle violence qu'une douleur lancinante semblait émaner de sa jambe. Sans doute un faux-mouvement était à l'origine de cela mais un combat dans ces conditions contre des tueurs n'était pas gagné. 

-J'ai comme l'impression que je vous ai mêlé à une histoire qui vous dépasse de loin mon ami, veuillez m'excuser.

Arsène se releva et se tint sur ses deux pieds, prêt à se défendre et tentant de ne pas montrer la faiblesse qui émanait de sa jambe gauche. Il faisait face, sachant qu'une fuite n'était pas le scénario le plus simple dans ces conditions. Il jeta un oeil à l'arme qui lui avait échappé des mains et la découvrit, quelques mètres plus loin à l'ombre des arbres. Il ne lui faudrait que deux secondes pour l'atteindre, une troisième sans doute pour la pointer vers l'un des deux tueurs puis tirer mais c'était toujours au moins une seconde de trop pour espérer survivre à une confrontation à l'arme à feu. Le gentleman tenta néanmoins son coup. Il s'élança, profitant du fait que les tueurs soient toujours confrontés à la foule, pour fondre sur son arme. Il l'avait quasiment atteint, se baissant pour la ramasser, la toucha même, avant que sa main ne soit écrasée sous une botte et qu'un coup de pied ne vienne le surprendre en plein thorax. Sous la surprise, il ne put se défendre et s'écroula au sol quelques mètres plus loin. L'homme avait surgit de derrière l'arbre et s'était contenté de cueillir un "Arsène" trop confiant.

La poitrine douloureuse, Arsène ne put se relever avant que l'homme ne s'approche de lui et l'empoigne au collet. Il le releva légèrement du sol pour lui asséner un premier coup de poing sur la pommette gauche, bientôt suivi par un second tout aussi violent. Rapidement Arsène commença à apercevoir les étoiles mais ne se laissa pas faire. Il lança son pied en avant et frappa l'entre-jambe de son adversaire -ce coup n'était pas très digne cependant au grand maux les grands remèdes- et, alors que son vis-à-vis se penchait en avant sous le choc, il poursuivit en lançant sa tête en avant et en frappant le nez avec conviction. Profitant du temps à sa disposition, Arsène roula afin de se dégager de son adversaire et se releva tant bien que mal pour faire face au tueur. Il ne pouvait savoir comment s'était débrouillé Robin, ou même si les tueurs s'étaient intéressé à lui.

-Vous voulez ma vie ? Elle n'est pas donné ! Je suis prêt à me battre pour elle !


A nouveau, face aux tueurs de Catherine (il le supposait), Arsène montrait sa conviction à protéger Blanche aux périls de sa vie. Son image était présente à ses yeux et elle lui donnait de la force. Il croyait en son avenir avec elle dans son royaume, il croyait en sa princesse. Dans une rage de vaincre, il voulu fondre sur son adversaire qui se remettait peu à peu des coups -malgré le nez d'où commençait à goutter du sang. C'est alors que son mouvement fut stoppé net par un homme qui se glissa derrière lui et lui entrava les bras. Arsène, impuissant mais rageur, pesta contre l'homme et se débattit avec virulence.

Sa détermination ne fut pas entachée par l'homme qui s'approcha nonchalamment du gentleman, faisant craquer ses doigts, et abattit son gros poing dans l'estomac du cambrioleur qui étouffa un gémissement. C'était une mise à tabac, ni plus ni moins. L'homme frappait, tantôt le ventre, tantôt le visage, tentant vainement de calmer les ardeurs d'Arsène qui se débattait avec vigeur mais qui, peu à peu, se sentait sombrer dans une inconscience dangereuse.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Mer 4 Oct - 11:00


Le combat était bel et bien engagé. Toute fuite n’était envisageable pour le moment, il faudra alors confronter les agresseurs. C’était à croire que Marco était désespéré de récupérer cette fichue clef numérique. En effet, on pouvait trouver risquer, voir stupide d’envoyer des hommes attaquer Arsène au milieu d’une foule en plein jour. Mais connaissant le bougre, ce filou à dû méticuleusement préparé son coup, en veillant à effacer ses traces pour éviter que, qui que ce soit ne remonte la piste jusqu’à lui. Les gens extérieurs pourraient penser à un règlement de comptes entre bandes rivales, ou n’importe quoi d’autre. Seul moi pouvait faire le lien, même si je n’avais que des doutes. Après tout, Marco avait insisté pour me faire « escorter ». Il fallait croire que le contenu de cette clef avait une très grande valeur, mais pas celle qu’on pouvait imaginer. Mon cher chef devait avoir des secrets qu’il désirait savoir dissimuler.

Arsène - J'ai comme l'impression que je vous ai mêlé à une histoire qui vous dépasse de loin mon ami, veuillez m'excuser.
Robin - Mais de quoi voulez-vous parler ?

Il était vrai qu’Eustache et sa dame semblaient s’être attiré quelques ennuis. Le voleur m’avait bien fait comprendre qu’ils se protégeaient de quelqu’un en particulier. Qui, je n’en avais pas la moindre idée. Mais cela voudrait-il dire que je me sois trompé ? Ces assassins pouvaient donc venir de la part de leur ennemi, ou de l’un d’eux. Pour le moment, il fallait surtout penser à se sortir de ce guêpier avant de chercher des réponses. Nous nous retrouvâmes séparer de quelques mètres, chacun avec un adversaire. Je me mis en position de défense, poing lever. Mon adversaire tenta de me frapper au niveau des bras et des côtes. Je parais ses attaques et je me mis à tourner sur moi-même pour frapper dans un demi-tour afin de le recevoir avec le coude. Il bloqua, mais je le frappais avec mon pied au niveau des jambes, le faisant courber.

J’étais content de moi. Je n’avais rien perdu de ma dextérité au combat, je savais encore très bien me défendre. L’individu plia les jambes en râlant. Ayant le dessus, je tentais de le frappais en lui faisant bien face, au niveau de la poitrine, mais à son tour, il para et repoussa mon bras. Par surprise, il sortit un couteau et me taillada l’avant-bras avec. Lâchant un juron, je reculais de quelques pas, serrant bien fort mon membre pour comprimer la douleur, jetant un regard assassin à mon assaillant.

Robin – Peste soit de votre bande ! Je vais vous faire regretter votre folie !

Cela me brûlait au niveau de la blessure, et je pouvais sentir le sang qui coulait, cherchant à quitter mon corps. Heureusement, j’en avais vu d’autre. Des blessures, j’en avais l’habitude, mon corps était marqué par la guerre et une vie de hors-la-loi. Décidant de passer outre, je revins au combat. Il tenta de nouveau de me frapper avec sa lame, mais je bloquais son bras avec le mien, et avec ma main libre, le frappais en pleine poitrine, au niveau de l’œsophage. Cela lui coupa directement le souffle et recula, plier en deux. Profitant de l’occasion, je me mis à lui frapper en plein visage, suivis d’un second coup au niveau de l’épaule, le mettant K.O. Il s’écroula au sol, ne s’attendant sans doute pas à une telle résistance.

Je voulais en profiter pour reprendre mon souffle, mais la place était déjà quasiment déserte, et je voyais mon compère voleur en mauvaise posture. Il eut droit à deux adversaires. L’un le retenant par-derrière, le second, le rouant de coups. Il risquait de perdre connaissance à tout moment, il fallait agir. Sans prendre une seconde de plus pour me remettre de mes émotions, je me précipitais pour les rejoindre. D’un bon, je sautais sur le dos de celui qui frappait Eustache, lui comprimant le coup avec mon bras. Le balaise se débâtit pour me faire tomber, mais je tenais bon. J’arrivais à le faire reculer suffisamment pour laisser le temps à Eustache de se libérer, s’il en avait encore les moyens.

Je ne lâchais pas prise. Je serais, et serais le plus fort possible, malgré les mouvements violents de mon ennemi. Il attrapa mes bras et tira de ses forces pour que je le libère et laisse à nouveau l’air circuler dans ses poumons. Mais je n’en fis rien, je continuais toujours à serrer. Mais quand il arriva à me repousser de quelques centimètres, cela eut pour effet de lui comprimer la trachée, le contraire de ce qu’il souhaitait, car il s’étouffa de lui-même. Je sentais qu’il cédait, il devenait de plus en plus faible, pourtant, il continuait à se montrer violent, sans doute par cause de désespoir, mais rapidement, il devint plus lent, respirant doucement et s’écroula au sol. Je pensais gagner, mais pile au moment où il tomba, un nouveau coup de feu retentit. Cette fois, c’était pour moi, car je sentis la morsure brûlante sur mon épaule qui m’envoya en arrière. Je l’avais presque oublié celui-là, il était encore embusqué là-haut.

Robin – Maroufle ! Tu vas me le payer crois moi !

Ce n’était pas une flèche, mais ça faisait très mal. Le mini projectile de plomb était resté dans mon épaule. C’était bien plus douloureux que la coupure du couteau, j’avais l’impression que quelque chose de lourd venait d’écraser mon épaule et qu’elle allait tomber. Cherchant à me mettre à couvert, je me maudissais de ne pas avoir pris ma mini arbalète, ni même mon arc sur moi pour le moment. Mais j’avais encore de la ressource. Jetant un regard à Eustache, je cherchais à m’assurer que tout allait bien :

Robin – Ca va allez ? Vous pouvez vous déplacer ? Il faudra distancer le tireur.


_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Mer 4 Oct - 23:13

Le combat tournait particulièrement mal pour Arsène. Les coups qu'on lui infligeait, plus que de commencer à ruiner son déguisement commençait surtout à entamer sa conscience. Plus on le frappait et plus il se sentait s'enfoncer dans les ténèbres. De plus il avait le sentiment que chaque coup était toujours beaucoup plus puissant que le précédent, martelant avec force et vigueur son corps. Le gentleman ne hurlait pas, tout au plus gémissait-il à chaque frappe. Ses yeux finirent par avoir du mal à rester ouvert et, lorsqu'ils l'étaient, ils semblaient fixer le vide devant lui plutôt que son agresseur. Il lui était impossible de savoir comment s'en était tiré Robin. Il espérait beaucoup mieux que lui. 

Alors que ses yeux se fermaient, Arsène se força à se concentrer sur un détail afin de garder la tête sur les épaules. La première chose qui lui vint à l'esprit fut de se focaliser sur le sang coulant depuis une plaie sur sa tempe droite. Il sentait la chaleur émanait de la blessure, la chaleur coulait le long du visage du cambrioleur en laissant clairement une trace chaude et sans aucun doute apparente. Très vite cela ne fut plus suffisant alors il se focalisa sur quelque chose d'encore plus concret : La douleur dans son ventre, sa poitrine et surtout son visage. Sa mâchoire avait pris pas mal de coup et sa pommette gauche n'était pas en reste. Mais si on souffre, c'est qu'on est vivant ! Alors il se força à se concentrer sur cette vive douleur qui ne cessait pas.

Finalement, cela ne fut plus suffisant pour que son esprit ne vagabonde pas. Peu à peu les coups ne suffirent plus à le maintenir conscient et il se sentit couler dans les ténèbres qui lui tendaient les bras. Tout était obscur autour de lui. C'est alors que, dans le noir qui l'entourait, une lumière commença à jaillir, chassant progressivement les ténèbres. 
Ce n'était pas une lumière vive qui aurait fait mal aux yeux mais une lumière douce et réconfortante, rassurante et chaude. Elle émanait d'une forme qui se précisa à mesure que la lumière approchait. Il put découvrir le visage de sa bien-aimé. Elle lui souriait, heureuse et il sut qu'il ne devait pas abandonner. La forme continua à s'approcher et, alors qu'elle ne se trouvait qu'à quelques centimètres, elle déposa sur les lèvres du gentleman un doux baisers. Instantanément, il sentit une force l'envahir. Il se sentait revenir de l'abyme de l'inconscience.

Arsène ouvrit soudain les yeux, prenant une inspiration intense. Les lumières de la journée l'aveuglèrent un instant, ne lui laissant que des formes devant les yeux. Sa vision se précisa au bout de quelques secondes et plusieurs clignements. Combien de temps s'étaient écoulé ? Impossible de le dire avec certitude mais son bourreau se trouvait aux prises avec Robin. Le voleur venait de le mettre au sol. Il eut à peine le temps de l'observer, victorieux, qu'un coup de feu retentit à nouveau, envoyant Robin en arrière. Arsène cru le pire pour lui. Instinctivement, il s'agita avec vigueur, se débattant pour faire lâcher l'homme qui le tenait. 

Il lança ensuite son coude vers l'arrière, se donnant de l'élan avec son autre main et vint heurter les côtes de son agresseur. Le premier coup sembla le surprendre, le second fut dur à encaisser, le troisième fit lâcher l'homme. Arsène s'éloigna d'un mètre de son adversaire avec grand peine, tenant difficilement debout. L'adrénaline montait dans son corps, le forçant à se mettre au combat. Il leva les poings et attendit le coup de son agresseur qui se remettait.
Il n'eut pas à attendre longtemps car l'homme tenta un crochet du gauche en direction de la tête d'Arsène. Instinctivement les cours de combat que lui enseignait son père lui revinrent en mémoire. Il para le coup avec son avant-bras gauche. L'adversaire tenta alors d'enchaîner avec un direct du droit en visant le visage du gentleman qui esquiva en se déplaçant sur la gauche en jouant sur ses appuis. Dans le même temps, ses mains se saisirent du poing droit de son adversaire, au niveau de son poignet. Arsène passa alors sous l'épaule de l'homme et suivi ce mouvement avec ses mains, faisant décrire une rotation au poignet et à l'épaule droite de son agresseur.

En une seconde, Arsène se retrouva dans le dos de l'homme de main. Il lui tordait le bras et le poignet dans une torsion atroce, arrachant à l'homme qui la recevait des râles de douleur. Voilà que la situation s'inversait enfin en leur faveur.

–Ca va allez ? Vous pouvez vous déplacer ? Il faudra distancer le tireur.


La voix de Robin perça par dessus le combat. Il était bien vivant, bien que visiblement blessé comme le laissait témoigner le timbre de sa voix. Arsène voulu répondre, respira en accentuant la torsion du bras de son adversaire :

-Je v...


Un nouveau coup de feu s'éleva dans les airs et, l'instant suivant, l'homme qu'Arsène malmenait fut pris d'une sorte de choc avant de menacer à s'affaler. La nouvelle cible du tireur, Arsène, s'était mis à couvert de l'autre homme de main au bon moment. L'homme s'était pris la balle à sa place et commençait déjà à s'effondrer. Le gentleman n'aurait pas su dire où l'impact s'était fait cependant il pouvait assurer que son agresseur était soit inconscient soit mort. Avant qu'il ne s'écroule, Arsène baissa la tête et saisit son agresseur au niveau du thorax, passant un bras sur sa poitrine pour le maintenir. Sa main rencontra un liquide poisseux qu'il ignora. Son cerveau fonctionnait à vive allure, il fallait agir. S'il ne trouvait pas une solution, ils seraient tirés comme des lapins. C'est alors qu'une idée lui vint en tête.

-J'espère que vous n'avez rien perdu de votre précision messire Robin ! hurla t'il d'un air de défi au blessé.

Sans même regarder si son interlocuteur avait compris son plan, Arsène se recula avec le corps toujours dans ses bras, pesant de plus en plus lourd. Après deux pas, un nouveau coup de feu retentit et le coup se fit choquer à nouveau. Ce fut le ventre qui fut touché, voulant visiblement viser les jambes d'Arsène. Le gentleman poussa alors le cadavre en avant, y prenant son élan et se jeta en direction de son Zat. Main en avant, il attrapa l'arme et un peu de poussière et, d'un geste très théâtral, se retourna tout en heurtant le sol. Se servant de son élan, il lança l'arme en direction de Robin en espérant que celui-ci pourrait la rattraper et faire mouche. Non il ne l'espérait pas, il savait qu'il y arriverait. Après tout, c'était Robin des Bois !

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Sam 7 Oct - 22:07

Eustache n’eut le temps de répondre quoi que ce soit, qu’un nouveau tir résonna sur la place. Mon compagnon d’infortune se servit du corps d’un des bandits comme protection contre les projectiles. Comment en suis-je arrivé là ? Sans doute, aurais-je mieux fait de vouloir retourner dans mon monde et poursuivre ma petite vie comme si de rien n’était. Qui sait, ayant connaissance de la vérité, j’aurais pu faire une différence. Mais comment ? Mon portail fut toujours gardé secret. Si je le voulais, je ne serais jamais par où aller. Je fus donc contraint de suivre une bande de voleurs, dirigé par un chef psychopathe et antisociale. Il était tellement fou, qu’il n’hésitait pas à mettre la vue de tous ces gens en danger, risquer leur vie pour une saleté de clef. Et moi, j’étais au milieu, devant défendre ma vie dans un monde inconnu et hostile.

Arsène - J'espère que vous n'avez rien perdu de votre précision messire Robin !

Les paroles d’Eustache m’avaient ramené quelque peu à la réalité. Pour le moment, il se débrouillait bien, et je me demandais à quoi, il pensait. Sans doute mon habilité à l’arc. Mais je n’avais ni arc, ni arbalète. Je n’avais rien, pouvant juste lancer le gravier et je doutais de son efficacité. J’attendais de voir ce qu’allait faire le maître du déguisement. Il s’approchait du bord et lâcha le corps pour saisir quelque chose. Quoi ? Aucune idée, mais il la lança vers moi. Je l’attrapais, mais ne savais quoi en faire, cela ressemblait à la sculpture d’un serpent fait dans un métal inconnu. Que comptait-il que je fasse ? Un autre tir me surprit, et par réflexe, j’ai appuyé quelque part. Un éclair jaillit de l’objet et frappa le mur sous le tireur.

Je comprenais son fonctionnement à présent, c’était si simple. Voyant le tireur à découvert, je le visais sans peine et tirai. Un nouvel éclair bleu sortit et vint frapper directement l’homme sur le toit. Était-il mort ? Je ne savais pas, mais il s’écroula sur les tuiles. Tout danger était écarté, mais je redoutais le mal concernant cet objet des plus étrange. Me relevant, je m’approchais d’Eustache en lui montrant ce qu’il venait de me montrer. On pouvait dire que j’étais bien plus perdu, et donc, le ton de ma voix se familiarisait plus à celui de l’incompréhension que de la colère.

Robin - Quelle magie est-ce donc ? D'où cela vient et qui êtes-vous ? Cela là t'il tuer ?

Tant de question qui se bousculaient dans ma tête. Ce monde était des plus étrange, et ce serait encore fou si je découvrais qu’il venait d’un autre monde encore plus fou. Encore, j’étais quelqu’un ayant l’esprit ouvert, je cherchais à comprendre les nouvelles choses, mais ça, cela me dépassait complétement. Je ne reconnaissais en rien cette « arme ». Je n’arrivais pas à deviner si s’était dangereux ou non, en quoi c’était fait et son origine. Servait-elle vraiment au combat ou fut elle détourner de son projet initial. En même pas une journée, j’avais connu de telles émotions, de changement radical. Mais le plus curieux, au lieu de me refaire plonger dans une forme de mélancolie, je sentais monter en moi une adrénaline, une envie de me venger, et pour cela, je voulais tous savoir pour affronter mon ennemi à arme égal. Oui, Marco avait profité de sa supériorité depuis bien trop longtemps, à présent, c’était à mon tour de jouer.

Robin – Vous disiez aussi que vous m’avez mêler à tout cela. Pourquoi ? Vous savez qui je suis mais moi non. Alors qui êtes-vous ?

Pourquoi le demandais-je ? Car j’étais frapper par un doute. Non pas que Marco soit étranger à cette affaire, du moins complétement, mais j’aimerais savoir si les ennemis d’Eustache et de sa dame, sont les mêmes que les miens. Avec un peu de chance, nous aurions une forte raison de nous entre aider, que ce soit en allant affronter nos ennemis ou juste communiquer quelques renseignements. Mais quoi qu’il puisse me dire, je comptais bien ce soir faire cracher à mon ancien patron la vérité, même si je devrais affronter chaque membre de la bande et traverser tout le pays pour le retrouver. Même, le traquer à travers divers mondes existants.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Arsène Lupin le Lun 9 Oct - 20:43

Le coeur d'Arsène s'arrêta de battre le temps du lancé de l'arme. Le Zat paraissait être la seule chose capable d'abattre le tireur embusqué sur les toits. Sa respiration s'arrêta à son tour, observant la ligne que traçait l'objet dans les airs en tournant sur lui même. Dans la précipitation il n'avait pas vraiment fait attention à la manière de lancer et maintenant l'arme n'était pas la plus simple à attraper dans la précipitation. Il savait que le receveur possédait des sacrés don en matière de dextérité mais parfois celle-ci ne suffisait pas. Il ne clignait pas plus des yeux, espérant intérieurement que Robin était habile et bon tireur.

Enfin l'arme arriva à sa hauteur. D'un geste aussi précis que professionnel, Robin attrapa l'arme et l'activa. Une énergie bleutée s'échappa soudain et frappa le mur sous le toit du tireur. Heureusement, pria Arsène intérieurement, que le voleur n'avait pas fait cela contre lui-même... Un mauvais geste et son compagnon d'infortune se retrouvait au sol, soumis à l'électricité et à la douleur. Là il aurait été vraiment mal. Toutefois le destin semblait être avec eux. Robin tendit alors son bras en direction du tireur, ajusta son tir et appuya sur la détente. L'éclair bleu alla cueillir le tireur avant qu'il ne puisse réagir. Arsène vit, de très loin, l'homme lâcher son arme et s'écrouler sur les tuiles, confirmant que le tir du voleur venait de faire mouche.
De soulagement, le cambrioleur laissa tomber sa tête sur le sol, toujours allongé après sa manoeuvre pour donner l'arme à Robin. Ils venaient d'échapper au pire mais Catherine ne tarderait pas à savoir que les soldats avaient retrouvé la trace du cambrioleur. Lui n'en avait cure, c'était pour Blanche qu'il tremblait. Ses yeux observaient les branches de l'arbre sous lequel il se trouvait. Il pouvait en voir la vie : Les oiseaux et leur nid, les écureuils relativement rare, tout lui paraissait tellement beau. L'adrénaline le faisait planer et cela ne durerait pas. Son repos fut très vite troublé par Robin qui venait à sa rencontre. L'entendant, Arsène se releva en position assise pour le regarder.

-Quelle magie est-ce donc ? D'où cela vient et qui êtes-vous ? Cela là t'il tuer ?


Devant toutes les questions que semblait se poser Robin soudainement, l'urgence de la situation s'intensifia. Il avait déjà assez mêlé Robin à cette histoire et ne souhaitait pas nécessairement continuer. Tout en se relevant, entendant d'ailleurs certains os craquer et des douleurs l'envahir, Arsène se fendit d'un sourire -qui rendait plutôt mal avec les marques et blessures de son visage-.

-Voyez ceci comme un tazer surpuissant cher ami. L'homme qui été sur les toits doit être inconscient désormais mais il ne le restera pas. J'avais pris cette arme au cas où mais je me trompais sur vous.


Arsène posa sa main droite sur le canon -si on pouvait l'appeler ainsi- de l'arme que tenait Robin. Sans geste brusque, il lui enleva des mains puis le glissa à nouveau dans son dos. Le contact du froid de l'arme le fit frémir, toutefois il remarqua que cela soulageait une partie de la douleur. C'est cela qu'on appelle un mal pour un bien...


– Vous disiez aussi que vous m’avez mêler à tout cela. Pourquoi ? Vous savez qui je suis mais moi non. Alors qui êtes-vous ?


Arsène savait que Robin cherchait des réponses mais le temps lui manquait, l'envie aussi d'ailleurs. D'ici peu les soldats -qui étaient capable de se révéler, ce qui n'était pas le cas de tous- se relèveraient avec la ferme envie de se venger. Il fallait être loin à ce moment.

-Ecoutez, je vous suis vraiment reconnaissant de l'aide que vous m'avez apporté. Je serai mort sans votre intervention. Cependant ces hommes ne semblaient pas vous être familier, j'en déduis qu'ils étaient là pour moi et ma dame. Si j'apprécie votre compagnie, ami, je redoute votre mort si vous me suiviez. Poursuivez votre route et moi la mienne, récupérez votre clé et dans un jour plus propice vous saurez tout. Pour l'heure je vous dis adieu. 

Se prenant au mot, Arsène se détourna vivement et s'enfonça dans le parc de plusieurs mètres avant de déclarer à voix audible pour l'homme qu'il laissait en arrière :

-Le célèbre Robin des Bois est encore en vous, je l'ai vu. Laissez le sortir et vous irez mieux. Nous ne sommes pas si différent, vous verrez.


Arsène s'en alla sans un regard en arrière. Il espérait que Robin avait comprit le message et n'allait pas le suivre. Dans le cas contraire, il était prêt à lui tirer à son tour dessus à l'aide du Zat afin de prendre de l'avance... Non il ne l'aurait pas fait. Il avait vu que Robin s'était jeté dans la mêlée pour l'aider et Arsène n'aurait pas à coeur de s'en prendre à lui. Une fois qu'Arsène fut assez éloigné, il plongea un main dans sa poche mais ce qu'il senti ne lui inspira pas vraiment confiance.

-Fait chier... Lâcha t'il dans un soupira las.

Arsène extirpa de sa poche son téléphone ou plutôt ce qu'il en restait. Celui-ci ne semblait pas avoir apprécié la bataille et désormais l'écran pendant par quelques fils éparses. Arsène l'observa en soupirant à nouveau. Il était blasé. Il le remit dans sa poche et reprit son chemin en direction de la planque qu'il avait convenu avec Blanche.
Sur le chemin, il tâta son visage doucement de ses doigts et observa le résultat de la bataille. Il sentait du sang couler depuis sa lèvre et son front, sa pommette droite était enflée et son oeil était probablement noir. Du reste, son corps était meurtri et il se réjouissait d'avance du repos qu'il pourrait avoir dans les bras de sa bien-aimé.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 121
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Robin de Locksley le Mer 11 Oct - 10:22

Malheureusement, je n’eus droit à la moindre réponse. Au lieu de ça, il souligna qu’il serait mieux que nous nous séparions, chacun de notre côté, car il ne voulait me mêler à ses ennuis. Mince, c’était quoi toute cette histoire ? J’avoue commencer à douter, car si même lui, était poursuivi par des gens peu recommandables… Je n’étais pas sûr au final que c’était Marco le responsable de tout cela. Ou peut-être que si, il devait connaître Eustache, enfin comment savoir, mon chef cachait pas mal de chose sur lui, aucun membre de la bande ne le connaissait vraiment, que quelques détails sur son passé, mais après, c’était un mystère lui tout seul. Si on espérait que ma situation s’arrangerait avec le temps, c’était peine perdue. J’étais bien plus paumé qu’au départ. Que croire, que penser ? J’avais l’impression que le peu de repère que j’avais, venait de mettre voler en un éclair.

Les derniers mots d’Eustache eurent par contre un effet bénéfique. Bien que je gardais un air renfrogner, ces quelques mots m’apportèrent un certain soulagement, et je saluais le maître voleur de loin, avec un léger sourire. Était-ce une si bonne idée de laisser revenir l’ancien Robin ? Un pantin qui divertissait les foules ? L’avenir nous le dira, mais pour l’heure, je pensais en finir. Je comptais récupérer la clef et confronter Marco. Il me devait des explications et je comptais bien en avoir, plus qu’assez d’être laissé dans l’ignorance et qu’on se moque de mois après. De plus, j’entendais les sirènes de police qui approchaient, il était temps de partir.

Sur le chemin du retour, je voulais passer par une ruelle discrète, afin d’escalader la façade et rejoindre plus rapidement le repère. L’endroit semblait calme et désert, alors autant en profiter. Mais un des survivants de l’attaque me sauta dessus. Le bougre était blessé, mais je parvenais à le maîtriser rapidement. Il avait tenté de m’étrangler, en enroulant ses bras autour de mon coup, mais je repoussais ses bras, avec mes jambes, je nous repoussais en poussant sur un mur. L’homme manqua de s’assommer contre celui de derrière et moi, je bondissais par-dessus lui pour le pousser au niveau du dos. Déboussoler, je le mis à terre et le maintenais en respect, en lui tordant le bras. L’homme se mit à crier sous la douleur, mais je préférais le questionner avec violence, plutôt qu’éprouver de la compassion.

Robin - Qui t'envoie ?! Réponds si tu ne veux pas que je t'arrache le bras !

J’ai dû tordre jusqu’à ce qu’on entende quelque chose craquer, pour que le bandit lâche quelques mots pour soulager la douleur. Je suivais toujours mon code d’honneur, ne jamais tuer. Mais je pouvais faire très mal et à ce moment-là, je n’étais pas d’humeur pour un interrogatoire en douceur.

Agresseur - Je ne sais pas ! Il voulait juste buter ton pote et récupérer la clef ! Toi, il s'enfichait de ton sort !
Robin – Merci.

Je lui cognais le visage avec mon pied, l’assommant directement. Tout mon corps était habité par la colère, mon cœur me serait comme si le venin de la vengeance l’empoisonnait fortement. Je n’avais pas besoin de plus d’éléments pour comprendre, mes doutes semblaient fondés. Mais qu’on ne comptait plus sur le gentil hors la loi qui défendait les justes, en ce moment j’étais une sorte d’esprit vengeur qui n’a réussi à sortir indemne de ses dernières épreuves et qui comptait montrer à ses adversaires, qu’il pouvait mordre et faire très mal. Le regard noir, j’escaladais cette fichue façade pour rejoindre le repère plus rapidement. Mais avant, je comptais récupérer cette maudite clef. Quoi qu’elle pouvait contenir, je comptais m’en servir contre lui.

_________________
avatar
Robin de Locksley
Voleur justicier

Messages : 62
Date d'inscription : 22/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La clé d'un Mystère [Robin vs Arsène Lupin]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum