Une promenade dans un nouveau monde [Arsène + libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une promenade dans un nouveau monde [Arsène + libre]

Message par Blanche-Neige le Mer 31 Mai - 14:02

Blanche-Neige contempla le ciel d’un air ravis. Le temps était radieux et le soleil apaisait son cœur. Cela faisait près d’une dizaine de jours qu’elle logeait dans ce château français, l’une des nombreuses

propriétés d’Arsène Lupin. Cela lui faisait tout drôle d’être ici, aux côtés de son nouveau compagnon.


« La princesse et le voleur », songea-t-elle. Cela sonnait étrangement à ses oreilles mais après tout, qu’importait les conventions sociales dans sa situation. Arsène avait été là pour elle, bon et tendre. Paradoxalement, le bandit l’avait protégé du tueur alors que le policier l’avait brutalisé. Après la fête d’anniversaire de la reine qui s’était conclu d’une étrange manière, Arsène et Blanche avait finalement convenu qu’il valait mieux se retirer quelques temps de la scène. Ils étaient tous les deux recherchés et son visage à elle était trop médiatisé pour qu’elle puisse se cacher indéfiniment. Tôt ou tard, quelqu’un l’aurait reconnu et aurait appelé la police. Elle ne pouvait tout simplement pas se permettre d’être arrêtée, pas après l’épisode de Jack Nacht et de ce qui avait suivi. Cela lui faisait mal au cœur de ne rien faire et d’attendre que les choses se calment mais c’était certainement la meilleure solution. Et puis elle n’était pas partie les mains vides, emportant avec elle des contes de fées pour en apprendre plus sur son propre univers, des ouvrages traitant de mythologie grecque et quelques autres domaines sur lesquels elle tenait à approfondir ses connaissances en plus du reste de ses affaires. Elle n’avait aucune idée de si elle arriverait à bricoler de quoi raccorder le chargeur de son ordinateur aux prises des années 1900 mais elle allait essayer. Elle n’espérait pas capter internet à cette époque bien sûr mais si elle pouvait au moins poursuivre ses recherches en visionnant ses DVDs…

Lorsqu’ils avaient passé le portail, elle s’était préparée à rencontrer James. Au fond, elle avait peut-être espéré que cela arriverait pour pouvoir enfin débloquer la situation mais James ne s’était pas montré et ils s’étaient soudain retrouvés en plein cœur d’une Londres victorienne, avec leur drôle de chargement et leurs vêtements tout juste acceptables pour la mode anglaise. Arsène avait aussitôt pris les choses en main et avait contacté certaines personnes qui les avaient aidé à passer discrètement la frontière pour se retirer en France. Arsène avait revêtu l’une de ses nombreuses identités usurpées, et elle-même était devenu Aloïse Lambert, jeune veuve de son état et cousine éloignée venu chercher la protection de sa famille auprès d’Arsène. Les mariages n’étaient pas rares entre cousins à cette époque où la fortune et le rang étaient décisifs pour un mariage, et la proximité entre Arsène et elle pouvait donc être imputée autant à leurs liens de parenté qu’à une possible union à venir. L’excuse semblait idéale et Blanche s’était parfaitement confortée dans son rôle auprès des domestiques et des quelques personnes qu’elle rencontrait les quelques fois où elle franchissait les murs du château. La jeune femme observa sa main gauche, songeuse. Arsène ne l’avait pas demandé en mariage, il n’en avait même pas évoqué l’idée. Pensait-il qu’il ne la méritait pas à cause de leur différence sociale ? Ou peut-être qu’il ne considérait pas leur histoire comme étant viable. Etait-elle une aventure provisoire à ses yeux ? Il est vrai que leur avenir ensemble était plus qu’incertain… comme tout le reste de sa vie. Toutefois, plus le temps passait et plus elle s’attachait à lui. Le grand amour était une idée très rependue sur les Terres Enchantées et elle y croyait dur comme fer. Même si elle refusait de partager ses craintes, l’idée qu’il puisse envisager un prochain jour de la quitter pour une autre commençait à l’inquiéter.


A mesure que les jours passaient, la princesse commençait à baisser sa garde et à se sentir plus détendue. Elle n’était en sécurité nulle part pourtant elle commençait à croire qu’aucun danger ne pouvait l’atteindre ici. Une vie dans cet univers pourrait être tellement douce si elle acceptait de renoncer à son trône… il n’y aurait plus de problème si elle décidait de rester ici, Arsène n’aurait pas à choisir entre son monde et elle. Il était roi ici, il pouvait la protéger efficacement et elle ne manquerait jamais de rien. Elle pouvait se faire à cette époque, à ses règles sociales. Même si elle avait gouté au bonheur de la technologie moderne et à l’égalité entre les hommes et les femmes, les Terres Enchantées lui avaient appris les règles de la haute société, elle n’aurait guère de mal à s’adapter et à côtoyer les grands de ce monde si elle le souhaitait.

Comme à chaque fois que l’idée de céder à la facilité et d’abandonner son combat traversait son esprit, la princesse repensa à ce qu’elle laissait derrière elle et repoussa cette idée. Cette tranquillité était provisoire, bientôt les batailles reprendraient. Mais pas tout de suite. Un sourire éclaira le visage de la belle en pensant à la journée qui l’attendait. Il était encore tôt et Blanche-Neige eut soudain envie d’aller cueillir quelques fruits dans le verger pour le petit déjeuner. S’emparant d’un panier, la jeune femme traversa la cour du château, passa la porte et se retrouva sur un sentier de campagne qu’elle entreprit de suivre en chantonnant. La nature parut soudain gagner en vitalité et des animaux sortirent des fourrées pour se rapprocher du chemin. Un petit oiseau s’envola d’un arbre et vint se poser sur l’épaule de la princesse, un autre sur son panier. Blanche-Neige les regarda avec un grand sourire.

-Heureusement que vous êtes là, mes amis, je me sentirai bien seule sans vous !

Et elle poursuivit sa route le cœur léger.
avatar
Blanche-Neige
Admin

Messages : 365
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une promenade dans un nouveau monde [Arsène + libre]

Message par Arsène Lupin le Lun 5 Juin - 19:40

Une fois la "fête" terminée, Arsène ne s'était pas fait prié pour quitter les lieux en compagnie de sa princesse. C'est à peine s'il avait observait derrière lui pour savoir si Robin le suivait ou non. Lorsqu'il avait comprit que ce n'était pas le cas, il avait fuit les lieux avec Blanche plutôt que de se retrouver à nouveau braqué par l'arbalète. Après tout, il ne savait pas qui était cette personne et ce qu'il cherchait à tourner autour d'eux mais une chose était clair, ce n'était pas un serveur ordinaire.

C'est avec joie qu'il avait retrouvé la chambre d'hôtel et la sécurité toute relative qu'elle offrait. Par réflexe cependant, il s'était glissé jusqu'à la fenêtre et avait observé la rue en contrebas en tirant à peine les rideaux. Il cherchait à savoir s'ils avaient été poursuivi. Bien heureusement pour eux, ce ne fut pas le cas (d'après ce qu'il put voir). Il prit ensuite de quoi nettoyer les blessures de Blanche tout en écoutant ce qu'elle avait à lui dire.

Ils se racontèrent alors leurs mésaventures une fois qu'ils avaient été séparé. Il put alors apprendre comment Frances l'avait menacé, d'où la blessure (superficielle mais quand on aime quelqu'un, on s'inquiète pour un rien) dont il s'était inquiété auparavant. 
Il raconta ensuite en détail sa poursuite pour retrouver Robin, l'incursion de l'homme armé et l'arbalète que le soi-disant serveur avait pointé sur lui. Il ponctua avec un sourire malicieux son altercation avec Robin en présentant l'étrange objet qu'il lui avait subtilisé. Il ne pouvait pas savoir qu'il avait volé un voleur sinon il aurait été d'autant plus fier.

S'en suivi une longue discussion durant laquelle ils tombèrent d'accord sur un point : Il était clair qu'ils étaient en danger et affaiblis et qu'il valait mieux, pour quelques temps, se retirer du jeu avant de se faire prendre ou pire. De plus le visage de Blanche demeurait bien trop connu aux yeux du grand public et ils pouvaient se faire prendre d'un jour à l'autre. Fort heureusement, Arsène connaissait un lieu où personne n'oserai s'en prendre à sa protégée. Ensemble ils passèrent le portail menant à son monde.

Arsène retrouva avec joie les us et coutumes de son monde alors qu'ils sortaient à peine de la tour de Londres. Il ne lui fallut pas longtemps pour reprendre contact avec quelques personnes pouvant lui permettre la traversée jusqu'à la France, de manière tout à fait illégale bien entendu. Il gagnèrent alors l'une des propriétés du gentleman se trouvant en France. Arsène craignait un peu que James ne parvienne à retrouver leur trace mais, au sein de son réseau, il savait qu'il n'y avait que des personnes en qui il pouvait avoir confiance. Ces personnes l'écoutaient et l'appelaient "patron", tous semblaient sous ses ordres.

Blanche se fit connaître comme étant l'une de ses cousines, Aloïse Lambert pendant que lui devenait Louis Valméras. Personne ne posa de questions aux sujets de sa cousine et cela valait pour le mieux. Il fit lui-même la visite des lieux à son invitée de marque, montra à la princesse ses appartements (sans doute les plus spacieux et beaux de la demeure) et pria les personnes sous ses ordres d'exécuter ceux d'Aloïse comme s'ils venaient de lui. Une fois fait, il s'éloigna un peu de sa propriété afin de réunir ses complices les plus fidèles. 

Dans l'esprit d'Arsène, la fin de la guerre dans le monde de Blanche ne pouvait signifier qu'une seule chose : Le départ de celle-ci vers son Royaume. Il lui paraissait assez inconcevable qu'elle laisse un trône vacant et surtout un royaume dans l'indécision. C'est pourquoi il avait dans l'idée de former, parmi ses complices, la personne qui prendrait sa suite après sa retraite. L'issue du conflit était incertaine mais, dans un cas Arsène suivrait Blanche dans son monde, dans un autre il ne reviendrait jamais vivant. Le véritable Arsène Lupin préparait sa retraite anticipée.

Les jours passèrent et Arsène multipliait les manières afin que Blanche se sente dans ce château aussi bien que possible. Il venait la voir aussi souvent que possible, passait du temps avec elle et l'étreignait et l'embrassait dès que c'était possible. Par moment lui venait l'idée d'officialiser leur union, leur permettant de s'afficher pleinement aux yeux de tous puis lui revenait en tête le conflit qui menaçait le monde de Blanche. Il pensait que Blanche avait bien d'autres choses en tête même s'il ne doutait pas un seul instant de son amour pour lui.

Ce matin là Arsène se tenait à l'ombre d'un pommier, un des livres qu'il avait acheté alors qu'il se trouvait dans le vrai monde posé sur ses jambes. Il avait profité de la journée agréable qui s'annonçait pour continuer à se cultiver sur les technologies qu'il ne connaissait pas ou les avancées de l'Homme dans l'exploration du Monde. Il était étrange de penser qu'il connaissait l'existence de la bombe atomique, bien avant son utilisation ou même bien avant que son inventeur n'en ait l'idée. S'il le souhaitait, il pouvait devenir une sorte de Nostradamus qui annoncerait l'avenir tel un prophète. Cette idée lui décrocha un sourire, à s'imaginer avec une barbe noire, des cheveux en bataille, un regard de fous et une voix d'outre tombe pour prophétiser un voyage sur la Lune à une date précise. Comme pour le ramener à la réalité, une pomme se détacha de l'arbre et vint tomber sur sa tête, lui arrachant un léger "aie". Il s'empara de la pomme bien rouge, la frotta contre son veston et en croqua un morceau. A son grand plaisir, il ne sombra pas dans le sommeil...

C'est alors qu'il entendit quelque chose. Tout d'abord ce fut une voix magnifique entonnant un chant mélodieux où se mêla vite des bruits d'oiseau, puis des bruits de pas s'approchant sur le sentier. C'est alors qu'il vit sa princesse venir dans sa direction, deux oiseaux lui tenant compagnie. Il l'observa en silence, ne souhaitant pas effrayer les deux nouveaux amis de Blanche. Il était à la fois étonné et fasciné que les oiseaux restent là, à l'écouter et à la regarder sans jamais chercher à s'envoler à nouveau.

-Heureusement que vous êtes là, mes amis, je me sentirai bien seule sans vous !


-Comment est-ce que je suis censé prendre ça ? L'interpella t'il en plaisantant depuis sa position à l'ombre des arbres. Il se leva en alla à sa rencontre. C'est incroyable qu'ils acceptent de se poser sur toi comme ça, personnellement j'ai déjà essayé de leur donner des graines mais même comme ça ils ont peur de moi. Comment ma princesse se sent dans mon château ? 


Il s'approcha doucement et prit la main de Blanche de la manière la plus douce possible. Il l'approcha alors de ses lèvres et y déposa un baiser tout en s'inclinant. Une fois fait, il demanda :

-Tu comptais aller te promener ? Est-ce que la présence d'un gentleman cambrioleur te dérangerait ? 

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 108
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une promenade dans un nouveau monde [Arsène + libre]

Message par Blanche-Neige le Sam 10 Juin - 14:57

-Comment est-ce que je suis censé prendre ça ?

La voix qui raisonna tout à coup la fit sursauter, elle faillit en lâcher son panier et porta une main à son cœur. Son expression se fit soulagée lorsqu’elle réalisa qu’elle connaissait bien l’homme qui l’avait surprise dans son intimité. Un grand sourire vint alors éclairer son visage.

-Louis ! S’exclama-t-elle, radieuse.

La vision de ce bel homme assit sous un pommier au milieu d’un ilot de verdure lui arracha un pincement au cœur.

« Il est à moi, c’est mon compagnon », se dit-elle avec une bouffée de fierté et de plaisir. Conquérir le cœur d’un homme aussi exceptionnel avait quelque chose de profondément satisfaisant. Il venait d’une époque où la femme était considérée comme la propriété des hommes, pourtant il s’était toujours soucié de son avis et la respectait. Non seulement il était doué d’une intelligence sans limite mais en plus il possédait une ouverture d’esprit exceptionnelle pour son temps. C’était un voleur, certes, ce n’était peut-être pas le métier de rêve pour le compagnon d’une princesse, mais ses talents lui avaient plusieurs fois sauvés la vie. Actuellement, elle ne pouvait se permettre de critiquer ce genre d’activité.

Même si elle avait bien conscience que son amant faisait de son mieux pour passer le plus de temps avec elle, il était souvent occupé et elle se sentait parfois un peu seule dans cet univers où elle ne connaissait personne. Elle ne s’en était jamais plaint, comprenant bien que son ami avait des priorités et certainement d’importantes affaires à gérer en urgence. Qui sait dans combien de temps ils repartiraient ? Leur histoire était toute neuve, pourtant Arsène prenait très à cœur le fait de la protéger, il ne la laisserait pas retourner sur Terre toute seule. Alors qu’il la rejoignait, son regard se posa sur la pomme qu’il tenait à la main et son sourire se figea. Décidément, elle n’était pas prête à ragoûter à ce fruit.

-C'est incroyable qu'ils acceptent de se poser sur toi comme ça, personnellement j'ai déjà essayé de leur donner des graines mais même comme ça ils ont peur de moi.

Blanche regarda ses nouveaux amis avec un sourire et tandis la main. L’un d’entre eux se précipita pour se poser sur les doigts graciles de la jeune femme. Elle se rapprocha alors d’Arsène pour lui permettre de regarder l’animal de plus près.

-Les animaux m’ont toujours beaucoup apprécié, je ne saurai dire pourquoi.

-Comment ma princesse se sent dans mon château ?


-C’est merveilleux Arsène, c’est si reposant !

Son ami s’approcha et l’oiseau s’envola lorsqu’il attrapa sa main pour la baiser.

-Tu comptais aller te promener ? Est-ce que la présence d'un gentleman cambrioleur te dérangerait ? 

-Au contraire, tu es le bienvenu. Je pensais cueillir quelques fruits pour le petit déjeuner, veux-tu m’aider à les choisir ?

Un rapide coup d’œil circulaire lui confirma qu’il n’y avait  personne. Elle s’approcha alors et glissa sa main contre la joue d’Arsène avant de lui voler un baiser.

-Les occasions sont trop rares. Peut-être… devrions-nous officialiser notre amitié ici ? Demanda-t-elle  en rougissant.
avatar
Blanche-Neige
Admin

Messages : 365
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une promenade dans un nouveau monde [Arsène + libre]

Message par Arsène Lupin le Lun 12 Juin - 18:46

La réponse de la jeune femme fit sourire le gentleman cambrioleur. Ainsi cette jeune femme avait un très bon feeling avec les animaux ? Il observa tout d'abord celui qui demeurait sur le panier puis celui qui se tenait sur la main de Blanche, réfléchissant. Il était tout à fait plausible que son affinité avec eux ne fut rien d'autre qu'un trait de sa nature cependant elle avait dit venir d'un monde "enchanté". Peut-être était-ce là l'héritage de son monde, une sorte de pouvoir naturellement acquis.

Sortant instantanément des pensées dont il ne pouvait connaître la réponse, Arsène s'inquiéta de savoir si Blanche se plaisait dans le château, un brin de fierté s'exprimant à travers lui. Il pouvait lui montrer qu'il n'était pas qu'un simple voleur mais quelqu'un de puissant. La réaction de son amante le conforta de sa fierté.

L'oiseau finit par s'envoler, sans doute effrayer par le mouvement un peu trop rapide -bien que réalisé avec une infinie douceur- d'Arsène porta la main de son invitée jusqu'à ses lèvres. Au moins c'était certain qu'Arsène ne possédait pas les mêmes facultés que la jeune femme, à son grand désespoir. Il s'écarta à nouveau, observant la jeune femme qu'il aimait, appréciant sa beauté et proposa de lui tenir compagnie. C'est avec joie que Blanche accepta, élargissant encore le sourire d'Arsène. 

-Au contraire, tu es le bienvenu. Je pensais cueillir quelques fruits pour le petit déjeuner, veux-tu m’aider à les choisir ?


-Je vais t'aider Aloïse, je ne voudrais pas que tes nouveaux amis prennent ma place auprès de toi ! Dit-il avec fierté.

Depuis leur arrivée dans ce monde il n'avait, à son goût, pas assez profité de la présence de son invité. Il avait bien sûr mangé avec elle, souvent il avait était la voir dans ses appartements ou lorsqu'elle tentait de bricoler le câble de son ordinateur mais, sa succession demandant du temps et de la présence, il n'avait pu profiter pleinement de sa "cousine". Fort heureusement pour lui, le grand soleil qui les illuminaient était parfait pour cela.

La jeune femme regarda soudain autour d'elle et s'approcha pour embrasser le gentleman qui lui rendit son baiser. La présence de la jeune femme lui avait certes manqué ces derniers jours mais ses baisers ou même ne serait-ce que leur étreinte encore plus. L'étique du monde d'Arsène le condamnait au supplice de ne l'aimer qu'en secret à moins que...

-Les occasions sont trop rares. Peut-être… devrions-nous officialiser notre amitié ici ?


L'idée qui s'était frayé un chemin depuis le coeur d'Arsène jusqu'à son esprit finit par sortir par la bouche de sa princesse rougissante. Il n'osait croire ce qu'elle lui proposait, pour lui il était clair qu'elle avait des soucis qui dépassaient leurs attentes amoureuses. Il était prit au dépourvu, voulu parler mais la voix dans sa gorge se tût, ne sachant ce qu'il fallait répondre. Il en avait envie, il voulait pouvoir l'aimer au grand jour mais ne s'attendait pas à cela. De plus il avait l'habitude, de par l'étiquette de son monde, que l'Homme fasse ce genre de demande et non la femme. 
Il ne perdait son sourire, milles pensées fusaient dans sa tête mais pas un son dans sa gorge. Il savait parfaitement jouer un rôle mais être lui-même n'était pas aussi aisé. Il finit finalement par prendre une inspiration pour se ressaisir puis commença, sans doute aussi rouge que ne l'était Blanche.

-J'aurais je n'aurais osé songé que cela puisse être aussi important pour toi, plus important encore que ne l'était ton envie de délivrer ton monde de Catherine. J'attendais, n'osant te proposer cela et j'aurais attendu le temps qu'il fallait... Arsène sentait qu'il s'embrouillait, secoua sa tête comme s'il se remettait les idées en place puis poursuivi, reprenant contenance et aplomb avec difficulté. Je suis un peu pris au dépourvu, je n'ai pas de bague à t'offrir, rien à par mon amour et... il tourna la tête de chaque côté et découvrit quelques fleurs rouge et blanche proche du chemin. Il s'éloigna rapidement, les prit en bouquet et revint devant sa compagne. Instinctivement, il mit genou à terre face à Blanche avant de demander d'une voix où pointait la fierté : Mademoiselle Blanche-Neige, Princesse de Lysteria, accepteriez-vous de me prendre pour époux moi Arsène Lupin, humble cambrioleur aux milles visages ? 


Arsène tendait à Blanche le bouquet comme s'il s'agissait d'une bague de fiançailles. Sans doute rougissait-il mais il observait la réaction de sa compagne, de celle qu'il espérait voir devenir sa femme. C'était une grand fierté pour lui de pouvoir regarder cette femme et se dire qu'elle l'aimait autant. Cela le conforta plus encore dans son idée de prendre sa retraite de cambrioleur pour elle.

_________________
Lien de l'avatar : bayko.deviantart.com/art/Arsene-Lupin-264373822
avatar
Arsène Lupin

Messages : 108
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 23
Localisation : Un peu partout à la fois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une promenade dans un nouveau monde [Arsène + libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum